Yahoo Web Search

  1. Henry IV of France - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Henry_IV_of_France

    Henry IV (French: Henri IV; 13 December 1553 – 14 May 1610), also known by the epithet Good King Henry or Henry the Great, was King of Navarre (as Henry III) from 1572 and King of France from 1589 to 1610. He was the first monarch of France from the House of Bourbon, a cadet branch of the Capetian dynasty.

  2. Henri IV (roi de France) — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Henri_IV_de_France

    Henri IV, dit « le Grand » ou « le Vert galant », né sous le nom d' Henri de Bourbon le 13 décembre 1553 à Pau et mort assassiné le 14 mai 1610 à Paris, est roi de Navarre à partir du 9 juin 1572 sous le nom d' Henri III, et roi de France sous le nom d' Henri IV du 2 août 1589 à sa mort en 1610.

  3. People also ask

    What is Henri IV?

    When was Henry IV of France born?

    Who was Henry IV of France?

  4. File:Augustins - Henri IV, roi de France et de Navarre ...

    en.wikipedia.org › wiki › File:Augustins_-_Henri_IV

    Jacques Boulbene: English: Henry IV, King of France and NavarreFrançais : Henri IV, roi de France et de Navarre ( ) Artist Jacques Boulbene (1560–1605)

    • French painter
    • Toulouse(1575-1576)
    • Musée des Augustins de Toulouse
  5. Heinrich IV. (Frankreich) – Wikipedia

    de.wikipedia.org › wiki › Heinrich_IV
    • Leben
    • Entwicklung Der Politik Heinrichs
    • Nachkommen
    • Rezeption
    • Literatur
    • Weblinks
    • Anmerkungen

    Heinrich wurde am 13. Dezember 1553 (nach einigen Quellen am 14. Dezember) in Schloss Pau in den südwestfranzösischen Pyrenäen – an der Grenze zur französischen Region Béarn – als zweiter Sohn des katholischen Herzogs von Vendôme, Anton von Bourbon, und der protestantischen Königin von Navarra, Johanna von Albret, geboren, weswegen er auch Henri le Béarnais genannt wurde. Als Wiege fungierte der Panzer einer Meeresschildkröte, der noch heute existiert. Seine Mutter war die Lieblingsnichte Franz I., des früheren Königs von Frankreich. Sie brachte am 21. September 1551 bereits einen Sohn namens Heinrich zur Welt, der ebenfalls den Titel Herzog von Beaumont trug. Er starb knapp zweijährig aufgrund einer Unachtsamkeit seines Kindermädchens. Einigen Quellenzufolge gab es noch einen weiteren Sohn namens Heinrich, der als Erstgeborener vor 1551 auf die Welt kam und als Kleinkind starb. Unter Heinrichs Großmutter Margarete war das Königreich Navarra zum Sammelpunkt der Protestanten und reli...

    Als Heinrich IV. starb, war sein Sohn Ludwig XIII. zu jung, um die Herrschaft zu übernehmen, so dass seine Mutter Maria de’ Medici für ihn regierte. Sie revidierte schnell einige von Heinrichs Strategien, insbesondere indem sie ein Bündnis mit den spanischen Habsburgern einging. Nachdem Ludwig sich 1617 durch die Ermordung des von seiner Mutter favorisierten Günstlings Concino Concini die Macht erkämpft hatte, verbannte er seine Mutter aus Frankreich, die 1642 in Köln starb. Politisch zunächst unentschlossen, sich zwischen katholischer Solidarität mit Spanien oder der Niederwerfung des Hauses Habsburg zu entscheiden, übertrug Ludwig XIII. erhebliche Machtbefugnisse auf Armand Jean du Plessis, Herzog von Richelieu, bekannt als Kardinal Richelieu, der als Erster Minister die gegen Habsburg gerichtete Politik Heinrichs IV. weiterführte. Dies verwickelte Frankreich in den Dreißigjährigen Krieg, da Frankreich, beherrscht von den Bourbonen, den Habsburgern die Vormachtstellung in Europa a...

    Die kinderlose Ehe mit Margarete von Valois wurde 1599 durch Papst Clemens VIII. annulliert. Am 5. Oktober 1600 vermählte er sich in zweiter Ehe mit Maria de’ Medici. Zusammen hatten sie die Kinder: 1. Louis von Frankreich(1601–1643), König Ludwig XIII. von Frankreich, 2. Élisabeth von Frankreich, in Spanien Isabelle de Bourbon genannt (1602–1644), ⚭ Philipp IV.König von Spanien und Portugal, 3. Christine von Frankreich (1606–1663), ⚭ Vittorio Amadeo I.Herzog von Savoyen, 4. Nicolas-Henri von Frankreich (16. April 1607 – 17. November 1611), Monsieur, Herzog von Orléans(starb als Kind), 5. Gaston von Frankreich (1608–1660), Monsieur, Herzog von Orléans, 6. Henriette-Marie von Frankreich (1609–1669), ⚭ Karl I.König von England. Zudem hatte er noch folgende uneheliche Kinder: 1. mit Esther Imbert: 1.1. Gédéon (* 7. August 1587; † 1588); 1. mit Gabrielle d’Estrées: 1.1. César de Bourbon, Herzog von Vendôme(1594–1665), legitimiert 1595, 1.2. Cathérine Henriette de Bourbon (* 14. November...

    Die Bartform Henriquatre ist nach dem König benannt. Der Marche de Henri IV, eine anonym textierte Melodie aus dem 16. Jahrhundert, zeugte vor allem postum von der Popularität des Königs und fand Verwendung in verschiedenen dramatischen, musikalischen und filmischen Werken, darunter Gioachino Rossini Il viaggio a Reims (1824) und Pjotr Tschaikowskis Ballettmusik Dornröschen (1890), Walt Disneys Verfilmung desselben Stoffs als Sleeping Beauty (1959) und Sergei Bondartschuks Krieg und Frieden (1966). Unter der Restaurationwurde das Lied zu einer inoffiziellen Hymne der französischen Monarchie. Heinrich Mann verarbeitete das Leben Heinrichs IV. in seinen beiden Romanen Die Jugend des Königs Henri Quatre (1935) und Die Vollendung des Königs Henri Quatre (1938). Der Historienfilm Henri 4 (alternativ auch: Henri IV) entstand im Jahr 2010 unter der Regie von Jo Baierund beruht auf Heinrich Manns Romanen.

    Maurice Adrieux: Heinrich IV. Frankreichs guter König. Societäts-Verlag, Frankfurt am Main 1979, ISBN 3-7973-0330-0.
    André Castelot: Heinrich IV. Sieg der Toleranz. Gernsbach, Verlag Katz, 1987, ISBN 3-925825-04-5 (frz. Originalausgabe: Henri Quatre, le Passioné).
    Ernst Hinrichs: Heinrich IV. (1589–1610). In: Peter C. Hartmann (Hrsg.): Französische Könige und Kaiser der Neuzeit. Von Ludwig XII. bis Napoleon III., 1498–1870. München 1994, S. 143f. (Taschenbuc...
    Roland Mousnier: Ein Königsmord in Frankreich. Die Ermordung Heinrich IV.Propyläen, Berlin 1974.
    Literatur von und über Heinrich IV. im Katalog der Deutschen Nationalbibliothek
    Werke von und über Heinrich IV. in der Deutschen Digitalen Bibliothek
    Druckschriften von und über Heinrich IV. im VD 17.
    Klaus Harpprecht: Krieger und Friedensstifter, legendärer Liebhaber und begeisterter Vater. Frankreich liebt bis heute seinen „guten König“ Heinrich IV., der am 14. Mai 1610 in Paris ermordet wurde...
    ↑ Matthias Schulz: Begräbnis für einen Kopf. Frankreich feiert die Rückkehr des legendären „guten Königs“ Heinrich IV. Sein Schädel wurde auf einem Dachboden entdeckt. In: Der Spiegel. Nr.51, 2010,...
  6. Discussion:Henri IV (roi de France) — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Discussion:Henri_IV_(roi

    Je me suis permis de retirer cette phrase : Lors de son avènement au trône en 1589 Henri IV apporte au royaume de France le Béarn et la Navarre, unissant ainsi les deux pays définitivement. D'une part, c'est une erreur, puisque la Navarre et la France restèrent deux pays distincts. Je crois que c'est Louis XIV qui incorpora définitivement ...

  7. Marche Henri IV - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Marche_Henri_IV

    Henry IV of France " Marche Henri IV ", alternatively " Vive Henri IV " or " Vive le roi Henri ", is a popular French song celebrating King Henry IV of France (also known as Le Bon Roi Henri, "Good King Henry").

  8. Henri II (roi de France) — Wikipédia

    www.wikipedia.org › wiki › fr:Henri_II_de_France
    • Jeunesse
    • Roi de France
    • Le Mécène
    • Descendance
    • emblématique
    • Henri II Dans La Culture
    • Voir aussi

    En tant que second fils du roi de France, Henri reçoit le titre de duc d'Orléans dès sa naissance. Il reçoit le prénom de son parrain Henri VIII d'Angleterre[2]. En application du traité de Madrid entre François Ier et Charles Quint, Henri reste otage en Espagne de 1526 à 1530, en compagnie de son frère aîné François, dauphin et duc de Bretagne. Cette dure captivité a de lourdes conséquences sur son enfance et il en garde des séquelles psychologiques, devenant notamment hypocondriaque. Ce caractère rendra difficiles ses relations avec son père François Ier, qui accorde sa préférence à son jeune frère Charles. Considéré comme le dernier roi chevalier, la légende dit qu'il a été formé à la chevalerie par la lecture d’Amadis de Gaule pendant sa captivité mais ce roman de chevalerie n'a été traduit en français qu'en 1540[3]. Jean Capello, ambassadeur de Venise à la cour de France, le décrit ainsi : « ...la taille haute et bien prise, la figure belle et agréable, le teint un peu brun......

    Édit de février 1556

    1. L'Édit du roi Henri II de février 1556 condamne à la peine de mort les femmes qui cèlent leur grossesse[5]et privent leurs enfants du baptême.

    Les arts

    Henri II s'inscrit également dans la continuité de son père dans son soutien au développement artistique et intellectuel, quoique de façon moins flamboyante. La nouveauté du règne est caractérisée surtout dans la mise en scène du pouvoir royal, par la multiplication des entrées royales et des festivités. La monarchie fait travailler ensemble poètes, architectes, sculpteurs et peintres pour magnifier le pouvoir royal à l'occasion de fêtes éphémères. Pour les entrées royales, des ouvrages sont...

    Le Nouveau Monde

    En 1555, un demi-siècle après la découverte du Brésil par Cabral, Henri II charge le vice-amiral de Bretagne Nicolas Durand de Villegagnon de l'installation d'une colonie française dans la baie de Guanabara (au Brésil), reconnue cinq ans auparavant par le navigateur et cartographe Guillaume Le Testu. Des Havrais ont installé un comptoir quelques années plus tôt, proche de l'actuel Cabo Frio, afin de fournir l'industrie drapière de Rouen en Brésil (pau brasilen portugais), dont est tirée une t...

    Fiefs réunis à la Couronne

    L'extension territoriale réalisée sous François Ier, la brièveté du règne d'Henri II et le succès relatif de ses campagnes militaires expliquent la faible évolution du territoire de la Couronne à la mort du roi. Il convient néanmoins de mentionner l'union de la Bretagne à la France, effective du fait du sacre d'Henri, déjà duc de Bretagne, bien qu'elle soit logiquement portée au crédit de François Ier. Les territoires italiens et savoyards, ainsi que la Corse, sont perdus à la suite des défai...

    Bien que longtemps considérée comme stérile, Catherine de Médicis donne à Henri IIdix enfants, dont trois morts en bas âge : 1. François (1544-1560), roi de France de 1559 à 1560 sous le nom de François II; 2. Élisabeth (1545-1568), épouse Philippe II (roi d'Espagne)(1559) ; 3. Claude (1547-1575), épouse Charles III de Lorraine(1559) ; 4. Louis (1549-1550), duc d'Orléans; 5. Charles (1550-1574), roi de France de 1560 à 1574 sous le nom de Charles IX; 6. Henri (1551-1589), roi de Pologne (1574) puis roi de France de 1574 à 1589 sous le nom de Henri III; 7. Marguerite (1553-1615), épouse Henri III de Navarreen 1572 ; 8. François (Hercule) (1555-1584), duc d'Alençon puis d'Anjou; 9. Victoire(1556-1556) ; 10. Jeanne(1556-1556). Il a également des enfants illégitimes : 1. Diane de France (1538-1619), épouse de François de Montmorency, puis duchesse d'Angoulême (de Filippa Duci) ; 2. Henri d'Angoulême (1551-1586), gouverneur de Provence en 1580[9] et grand prieur de France (de Jane Stuart...

    Comme de nombreux princes de la Renaissance, Henri II utilise une emblématique riche et variée. Sa principale devise personnelle lui vient de sa jeunesse. Il s'agit du croissant ou plus souvent du triple croissant entrelacé, associé à la phrase latine donec totum impleat orbem (jusqu'à ce qu'il emplisse le monde entier). Le croissant provient-il de la brisure des Valois-Angoulême, qui rompaient les armes de France d'un lambel d'argent chargé de trois croissants de gueules ? Comme souvent, ce corps de devise formait un jeu de mot avec la sentence : à l'origine, il soulignait le fait que le jeune prince n'était que le dauphin et ne jouissait donc pas de la plénitude de son pouvoir. Le croissant était certes un cercle évidé, inachevé, mais il fallait également le prendre à son sens littéral. La gloire des trois croissants avait ainsi vocation à s'accroître jusqu'à s'étendre au monde entier, orbemsignifiant à la fois cercle et monde. Cette devise s'inscrivait dans la tradition impériale...

    Citation

    « Reste à avoir bon cœur et ne s'étonner de rien », écrit après la bataille de Saint-Quentin remportée par le duc Emmanuel-Philibert de Savoie.

    Cinéma et télévision

    1. 1956 : Diane de Poitiers de David Miller (Henri II est incarné par Roger Moore). 2. 1956 : Si Paris nous était conté de Sacha Guitry (Henri II est incarné par Pierre Vernay). 3. Télévision (2013-2014) : Reign : Le Destin d'une reine (Henri II incarné par Alan Van Sprang).

    Littérature

    1. Le roman La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette se passe à la cour d'Henri II (puis de François II).

    Source partielle

    1. Marcel Reinhard (sous la direction), Histoire de France, Larousse, 1954

    Bibliographie

    1. Marie-Noëlle Baudouin-Matuszek, « Henri II et les expéditions françaises en Écosse », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 145, deuxième livraison,‎ juillet-décembre 1987, p. 339-382 (lire en ligne[archive]). 2. Ivan Cloulas, Henri II, Paris, Fayard, 1992 (1re éd. 1985), 691 p. (ISBN 2-213-01332-2, lire en ligne[archive]). 3. Didier Le Fur, Henri II, Paris, Tallandier, 2009, 624 p. (ISBN 978-2-84734-297-0, présentation en ligne[archive]). 4. Hervé Oursel et Julia Fritsch, Henri II et le...

    Articles connexes

    1. Style Henri II 2. Formation territoriale de la France 3. Renaissance française 4. La Princesse de Clèves

    • 31 mars 1519
    • Saint-Germain-en-Laye ( France )
    • Valois-Angoulême
  9. Liste des monarques de France — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Liste_des_monarques_de_France
    • Contexte historique
    • Introduction
    • Décès
    • Sources
    • Évolution
    • Formation
    • Origine

    La date de commencement de la France en tant que royaume et entité politique constituée est sujette à controverse. La date la plus reculée admise est celle de l'avènement de Clovis en 481, qui correspond globalement à l'émergence et la consolidation du Regnum Francorum. Son mariage et sa conversion au christianisme nicéen lui ont permis de réunir le royaume païen des Francs avec le royaume chrétien arien des Wisigoths et le royaume chrétien arien des Burgondes, le royaume de Soissons et les restes du pouvoir impérial exercés par les évêques dans les différentes cités gallo-romaines. Le territoire continue sur plusieurs siècles à s'appeler la Gaule, mais on possède depuis cette date des actes de la chancellerie de France qui attestent de l'existence et de la continuité d'un État franc, puis français.

    Sous la royauté, diverses listes de souverains français ont existé et toutes n'étaient pas cohérentes ; ainsi la liste des rois représentés dans la grand-salle du Parlement de Paris ne coïncide pas avec celle du Registre de Guérin réalisé par le clerc Étienne de Gallardon sur ordre de l'évêque de Senlis1,2. Ces diverses listes avaient pour particularité d'intégrer les prédécesseurs païens de Clovis Ier, à commencer par FaramondNote 1, de suivre la suite des rois de Neustrie en excluant ceux d'Austrasie3. Les différences portaient sur la prise en compte ou non de Charles Martel, représenté comme roi à la basilique Saint-Denis ou sur le reliquaire de Saint Louis de la Sainte-Chapelle4, de Charles de Basse-Lotharingie intégré dans le registre de Guérin1, de roi élu mais n'ayant pas régné comme Philippe frère aîné de Louis VII représenté à la grand-salle5,3. Du haut Moyen Âge jusqu'à la Renaissance, la légende de l'origine troyenne des Francs et des Gaulois, permit également aux Francs puis aux Français, de faire de leurs souverains les héritiers des rois de Troie et des Gaules ; ainsi, Jean Lemaire de Belges raconta l'histoire des rois des Gaules ancêtres des rois de Troie et de France6. Les listes produites par les serviteurs directs de la monarchie française s'en tenaient cependant aux seuls rois des Francs et de France. La liste de l'Almanach royal, paraissant sous l'Ancien Régime et la Restauration, ne donnait que les rois et les reines depuis Hugues Capet2.

    Depuis, plusieurs listes ont été établies par les historiens et pour une chronologie précise, notamment des règnes du haut Moyen Âge, on peut consulter :

    Hervé Pinoteau donne par exemple quatre-vingt-cinq souverains de Clovis Ier à Charles X en incluant les rois dAustrasie, les empereurs Lothaire et Charles III le GrosNote 2, les rois associés sous les premiers Capétiens directs7.

    Le titre officiel des souverains français a évolué au cours des âges : roi des Francs, roi de France, roi des Français, empereur des Français. Ces quatre titres ont pu être complétés de titres complémentaires correspondants aux souverainetés étrangères acquises par le monarque.

    Au-delà du titre officiel, les rois de France bénéficiaient de deux qualifications accordées par les papes :

    Dès la fin du Moyen Âge, on commença à numéroter les rois depuis les Mérovingiens, à partir des ancêtres mythiques de la « Première race de France ». Cette numérotation débute avec le mythique Faramond, premier roi franc païen, et omet plusieurs rois, car elle ne retient que le seul souverain de Paris ou de la Neustrie durant les périodes de partages successoraux du royaume des Francs. Ainsi, dans la grand-salle du palais de la Cité, la numérotation des rois Thierry et Dagobert ne tenait pas compte des rois des Francs d'Austrasie. Sous l'Ancien Régime, les rois de France tiennent les seuls rois de Neustrie pour leurs prédécesseurs et Charles VII est donné comme étant le « 57e roi de France », suivant la numérotation émise par Jean du Tillet22. On trouve ainsi les mentions de « Louis XIV, 68e roi de France » du vivant du roi23, et Louis XVI était connu comme le « 70e roi de France »24.

  10. Henri Ier (roi des Francs) — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Henri_Ier_de_France

    Robert de France. Emma de France. Hugues de France. Résidence. Palais de la Cité. Château de Vitry-aux-Loges. Château de Châteauneuf-sur-Loire. modifier. Henri Ier (né le 4 mai 1008 et mort le 4 août 1060 à Vitry-aux-Loges) est roi des Francs de 1031 à 1060 .

  11. People also search for