Yahoo Web Search

  1. Ad
    related to: Saxophone wikipedia
  1. Saxophone - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Saxophone

    The saxophone (referred to colloquially as the sax) is a family of woodwind instruments usually made of brass and played with a single-reed mouthpiece. Although most saxophones are made from brass, they are categorized as woodwind instruments because sound is produced by an oscillating reed (traditionally made out of woody cane) rather than lips vibrating in a mouthpiece cup as with the brass ...

  2. Saxophone - Simple English Wikipedia, the free encyclopedia

    simple.wikipedia.org › wiki › Saxophone

    A saxophone is a family of musical instruments that are made of brass.These are often just called a "sax". It has seven main keys, including the octave key. Because it is made from brass it is often included in the brass section alongside true brass instruments like the trumpet or trombone.

  3. Alto saxophone - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Alto_saxophone

    The alto saxophone, also referred to as the alto sax or simply the alto, is a member of the saxophone family of woodwind instruments invented by Belgian instrument designer Adolphe Sax in the 1840s, and patented in 1846. It is pitched in E ♭, and is smaller than the tenor, but larger than the soprano.

  4. Saxophone - Wikimedia Commons

    commons.wikimedia.org › wiki › Saxophone

    Sep 27, 2020 · The saxophone or "sax" is categorised as a woodwind instrument. It was created by Adolphe Sax in 1841. Initially, fourteen different models were created but only four of them became popular. They are the Soprano, the Alto, the Tenor and the Baritone saxophone.

  5. People also ask

    What is the saxophone used for?

    What are the different saxophones?

    Why was the saxophone invented?

    How much does a saxophone cost?

  6. Saxophone — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Saxophone
    • Historique
    • Fabrication
    • Construction
    • Usage
    • Technique
    • Analyse
    • Composition
    • Influence
    • Événements
    • Contexte historique
    • Conséquences
    • Introduction
    • Débuts
    • Commentaires
    • Utilisation
    • Style

    Le saxophone est un instrument de musique à vent appartenant à la famille des bois. Il a été inventé par le Belge Adolphe Sax et breveté à Paris le 21 mars 1846. Vers la fin des années 1980, la firme Akai conçoit un instrument ressemblant à un saxophone, mais équipé d'un contrôleur à vent MIDI, ce qui en fait un instrument électrique. Plus tard il sera appelé l'EWI (Electronic Wind Instrument).

    Il ne doit pas être confondu avec le saxhorn, de la famille des cuivres, mis au point, lui aussi, par Adolphe Sax. Le saxophone est généralement en laiton, bien qu'il en existe certains en cuivre, en argent, en plastique ou plaqués en or1.

    Le corps du saxophone est composé de trois parties trouées ou collées réalisées en laiton : le corps conique, le pavillon et la culasse reliant les deux. Les clés (au nombre de 19 à 22 selon les membres de la famille et le modèle) commandent l'ouverture et la fermeture des trous latéraux percés sur le corps (ou cheminées). L'extrémité haute du corps est prolongée horizontalement par le bocal (démontable) qui porte le bec (en ébonite, en métal, en bois, ou encore depuis peu en plastique ABS par impression 3D), équipé d'une anche simple attachée avec une ligature. Il existe différentes sortes de becs permettant d'obtenir le son souhaité en modifiant l'ouverture et la forme du bec (bec classique, bec jazz...), ainsi que différentes sortes de ligatures (métal, cuir, cuir avec lamelle d'or, d'argent, etc.).

    Bien que métallique, le saxophone appartient à la famille des bois de par son mode de production des notes, par la vibration d'une anche en bois contre le bec. Il est cependant parfois considéré (à tort) comme faisant partie de la section cuivres dans les musiques populaires (telles que le rock, la pop, le rhythm and blues, le funk ou la musique soul) où il est associé aux trompettes et aux trombones (instruments à embouchure).

    De plus, comme il tend à se rapprocher de la sonorité des cordes (ceci est stipulé dans le brevet d'invention du saxophone), on peut de façon anecdotique en faire un « chaînon manquant » unissant cordes, bois, cuivres et percussions (grâce aux sons slappés).

    Le saxophone s'accorde avec les autres instruments en faisant légèrement varier l'enfoncement du bec (modulable grâce au liège entourant l'extrémité du bocal) quand le son est trop bas, on enfonce le bec, quand il est trop haut, on tire le bec. Il présente quelques ressemblances avec la clarinette (notamment le soprano), dont il diffère cependant par sa perce conique au lieu d'être cylindrique. C'est d'ailleurs cette dernière particularité qui lui permet d'être un instrument octaviant (alors que la clarinette quintoie) : le but même dAdolphe Sax lorsqu'il imagina son nouvel instrument.

    Benedikt Eppelsheim a été très actif ces dernières années et a produit plusieurs instruments qui ont apporté beaucoup aux saxophonistes, en particulier ceux qui s'intéressent aux registres extrêmes. Dernier né de la famille des saxophones conçu par Eppelsheim :

    Le Belge Antoine Joseph Sax, dit Adolphe Sax (1814-1894), a cherché inlassablement à perfectionner les instruments de musique, et plus particulièrement les instruments à vent ; il en a amélioré la justesse, la qualité de la sonorité ainsi que la facilité de jeu (il a déposé 33 brevets). Il s'est inspiré de la clarinette pour le bec et du corps large pour l'anche. En 1917, Rudy Wiedoeft et son « Frisco Jass Band » eut également beaucoup de succès grâce à sa participation à la comédie-musicale « Canary Cottage » où, malgré la présence de vedettes comme Eddie Cantor, le saxophoniste fut clairement l'attraction de la soirée. Après ce succès, les enregistrements de Wiedoeft rencontrèrent un très large public. Pour saxophone et piano, on trouve des sonates et diverses pièces, notamment de Jean Absil, Eugène Bozza, Alfred Desenclos, Alexandre Gretchaninov, Paul Hindemith, André Jolivet, Charles Koechlin, Gabriel Pierné, Alexandre Tcherepnine, et autres Jacques Castérède et Henri Tomasi, dont certaines ont été spécialement écrites pour l'un ou l'autre des deux plus grands saxophonistes du XXe siècle : Marcel Mule, un Français qui a donné de nombreux concerts dans le monde entier et créé entre autres les concertos de Pierre Vellones, Eugène Bozza et Henri Tomasi ; et Sigurd Rascher, musicien allemand naturalisé américain qui s'est également illustré sur tous les continents dans un répertoire spécialement conçu pour son aisance dans le registre suraigu, pour lequel les concerti de Glazounov et Ibert et la « Ballade » de Frank Martin ont été écrits. Parmi d'autres partitions pour saxophone et divers instruments, on retiendra surtout Hindemith (« Trio pour saxophone, alto et piano »), Anton Webern (« Quatuor op. 22 avec clarinette, violon et piano »), Heitor Villa-Lobos (« Choros n° 7 », « Sextuor mystique » et un « Nonette »), Caplet (un sextuor intitulé « Légende »), Stefan Wolpe (un quatuor avec percussion, trompette et piano), Hans Werner Henze (« Antifone » pour 13 instruments), etc. Aujourd'hui, de nombreux saxophonistes contemporains œuvrent à renforcer cette grande richesse de répertoires à travers leurs concerts, enregistrements, éditions critiques et autres. Citons, parmi eux, les Français Serge Bertocchi, Nicolas Prost, Vincent David, Jean-Denis Michat, l'Anglais John Harle, le Japonais Nobuya Sugawa, le Suisse Marcus Weiss, l'Allemand Sascha Armbruster et les Américains Paul Cohen, Taimur Sullivan et Paul Wehage. L'école miminaliste américaine était particulièrement attirée par les saxophones notamment Philip Glass (Einstein on the Beach, Concerto pour quatuor de saxophones et orchestre, Glassworks) et John Adams (Nixon in China, Fearful Symetries). Steve Reich a même dédié au saxophone soprano sa première « phasing piece » opportunément nommée Reed Phase. Quant à Terry Riley, il en joue lui-même dans Poppy Nogood and the Phantom Band. Le saxophoniste Jon Gibson a beaucoup travaillé avec ces compositeurs. Également inscrit dans le courant minimaliste, Tom Johnson construit des liens entre mathématiques et musique, et développe de savantes constructions dans ses Rational Melodies, ou Kientzy Loops. On doit également citer l'inclassable Moondog, que les principaux représentants de ce mouvement (Riley, Glass et Adams) considèrent comme leur source d'inspiration principale. On doit citer le très mélodique Concerto pour saxophone et vents de David Maslanka interprété par Otis Murphy.

    En 1844, le saxophone est exposé pour la première fois à l'Exposition Industrielle de Paris. Le 3 février de cette même année, Berlioz, un grand ami de Sax, dirige lors d'un concert son choral « Chant sacré » qui inclut le saxophone. En décembre, le saxophone fait ses débuts d'orchestre au Conservatoire de Paris dans l'opéra de Jean-Georges Kastner, Le Dernier Roi de Juda. Le public américain, très friand de ce nouvel instrument relativement facile à apprendre, lance la mode du saxophone avec des revues telles que « Sax-o-Trix » et « The Saxophone Revue ». Il impose la présence des saxophones dans les orchestres de variétés, un avis qui n'était pas partagé par les tenants du style Nouvelle-Orléans, mais qui est vite devenu de rigueur à cause de la demande populaire. Durant cette période, il y a même des orchestres entièrement composés de saxophones qui font office de fanfares lors des manifestations populaires dans les villes américaines.

    Mais la cabale dressée contre Sax est trop forte, et l'instrument, à de rares exceptions près4, a du mal à percer au sein des orchestres réputés. De fait, le seul domaine où Sax parvint à imposer ses nouveaux instruments fut celui des musiques militaires, en pleine réforme sous l'impulsion de l'ancien Aide de camp du roi Louis-Philippe, Marie-Théodore de Rumigny, qui admirait le travail de Sax. Mais au gré des nombreux bouleversements politiques de l'époque, et des grâces ou disgrâces dont bénéficiait l'inventeur, les saxophones furent tour à tour imposés, interdits ou tolérés au sein de ces musiques (d'où les périodes de faste et les faillites connues par la société Sax). La période la plus favorable fut sans conteste celle entre 1857 et 1870, où Sax est nommé professeur au Collège Militaire rattaché au CNSMD de Paris. Il y formera des dizaines d'instrumentistes de talent, qui essaimeront au sein des diverses musiques de l'armée. Et il fera écrire par ses amis et collègues différentes pièces de concours, ensembles de saxophones qui feront les joies des mélomanes parisiens pendant plusieurs années. Il publia lui-même ces pièces signées Jean-Baptiste Singelée, Jean-Baptiste Arban, Jules Demersseman, Jean-Baptiste-Victor Mohr ou Jérôme Savari. Mais cette exclusive militaire de l'utilisation de l'instrument n'eut pas que des effets bénéfiques en termes d'image. De nos jours, on peut faire remonter les idées reçues contre le saxophone aux musiciens classiques de cette période.

    Le coup de grâce fut le déclenchement de la guerre de 1870, qui vit le Collège Militaire se vider de ses élèves, rappelés sous les drapeaux par leurs régiments respectifs. Celui-ci fut ensuite fermé définitivement et tous les efforts de Sax furent inutiles : le saxophone dut attendre l'ouverture d'une classe pour Marcel Mule en 1942 pour connaître à nouveau la reconnaissance des milieux officiels français. S'ensuivit une période de déclin qui aurait pu être fatale si le relais n'avait pas été pris en Amérique du Nord par Elise Hall, qui développa le premier répertoire soliste pour saxophone, puis par les musiciens de jazz qui apprivoisèrent peu à peu le nouvel instrument jusqu'à ce qu'il devienne l'icône emblématique de leur musique que nous connaissons de nos jours.

    Bien que le seul instrument véritablement créé par et pour le jazz soit la batterie, le saxophone est pour le grand public, linstrument emblématique de cette musique. Cantonné à ses débuts à un répertoire « pompier » ou militaire, le saxophone aurait pu voir sa carrière instrumentale rapidement stoppée.

    Pour gagner ses lettres de noblesse et l'aura populaire qu'on lui connaît, linstrument a dû traverser lAtlantique pour être adopté par cette nouvelle musique qui se formait alors dans la communauté afro-américaine : le jazz. Dabord utilisé de manière rudimentaire en section, le rôle du saxophone change rapidement de dimension. La première figure marquante qui impulse ce changement au saxophone est Coleman Hawkins membre du « Fletcher Henderson Band » dès 1923. Il invente une nouvelle manière dutiliser le saxophone, en fait un instrument soliste incontournable et développe un « son » qui reste la carte de visite du saxophone auprès du grand public.

    Cest parce que le jazz a été à cette époque une musique populaire que le saxophone lest devenu aussi.

    Le saxophone s'impose de plus en plus dans les pays de l'est comme une alternative plus sonore à la clarinette plus traditionnelle. De nombreux ensembles de brass bands ou de fanfares l'ont adopté en Roumanie, en Bulgarie, en Bosnie, etc. Sa robustesse est louée par les musiciens itinérants tsiganes. Son répertoire est surtout constitué de musiques de mariage plus ou moins folkloriques et de musiques actuelles dérivées du folklore et enrichies d'apports occidentaux et orientaux (turbo folk, chalga, manele, etc.). Le Russe Edison Denisov a composé une sonate pour saxophone alto et piano qui est généralement considérée comme une des pièces maîtresse du répertoire contemporain, ainsi que plusieurs autres pièces de musique de chambre et 2 concerti. Le Français Antoine Tisné a composé une grande série d'œuvres pour saxophones, commençant par sa célèbre Music pour Stonehenge et continuant jusqu'à la fin de sa vie avec une série d'œuvres pour Paul Wehage (Ombres de feu pour saxophone et orchestre, Psalmodies pour saxophone alto et orgue, Monodies pour un espace sacré pour saxophone seul, Offertorium pour Chartres pour saxophone alto et quatuor à cordes, Labirythus sonorus pour quatuor de saxophones). Luciano Berio a utilisé les saxophones dans de nombreuses œuvres entre autres : ses opéras (La vera storia, Outis et Cronacca del luogo), sa pièce pour voix et petit ensemble instrumental (Calmo), Canticum novissimi testamenti pour 8 voix, 4 saxophones, 4 clarinettes, ou encore en soliste dans Sequenza IXb, originellement écrit pour la clarinette, puis développé pour saxophone et orchestre sous le nom de Riti ou Chemin VII.

    On le retrouve aussi de manière discrète et récente dans la musique indienne. Remplaçant le nagaswaram ou la clarinette, il s'impose de plus en plus au sein des nouvelles générations de musiciens officiant auprès des temples de l'Inde du sud. On le retrouve également en Bretagne où il se marie avec l'accordéon chromatique. Dans les années 1930, le nouveau duo détrône le couple biniou-bombarde, s'accoquinant parfois avec le jazz (grosse caisse actionnée par le pied de l'un ou l'autre des musiciens)[réf. nécessaire].

  7. C melody saxophone - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › C_melody_saxophone
    • Overview
    • Advantages
    • Mouthpieces
    • Production history

    The C melody saxophone is a saxophone pitched in the key of C, one whole tone above the B-flat tenor saxophone. In the UK it is sometimes referred to as a "C tenor", and in France as a "tenor en ut". The C melody was part of the series of saxophones pitched in C and F intended by the instrument's inventor, Adolphe Sax, for orchestral use. The instrument enjoyed popularity in the early 1900s, perhaps most prominently used by Rudy Wiedoeft and Frankie Trumbauer, but is now uncommon. A C melody sax

    A major selling point for the C melody saxophone was the fact that in contrast to other saxophones, it was not a transposing instrument. As a result, the player could read regular printed music without having to transpose or read music parts that have been transposed into B♭ or E♭, which most other saxophones would require. This enabled amateur musicians to play along with a friend or family member by reading from the same sheet of music—so long as the music fell within the pitch ...

    Dedicated mouthpieces were produced for the C melody saxophone, though these may be hard to find in the 21st century. The C melody has a muted sound when compared to other saxophone types, particularly if an original vintage mouthpiece is used. This made it particularly useful for its originally intended environment of playing in drawing rooms. C melody mouthpieces often give a C melody saxophone a slightly muffled sound, which may or may not be what the player desires. Some players successfully

    A number of high-quality manufacturers produced C melody saxophones from 1914 through 1930. Most of these companies also manufactured "stencil" saxophones for other vendors under different names e.g. the "Wurlitzer American", "Harwood Jenkins" or "Lyon & Healy" - which were actually made by Buescher. Production of C melody saxophones appears to have reached a peak around 1923, with a gradual reduction thereafter. Comparatively few C melody saxophones were made in the late 1920s. The Conn straigh

  8. Adolphe Sax - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Adolphe_Sax
    • Overview
    • Early life
    • Career and later life
    • Honors and awards

    Antoine-Joseph "Adolphe" Sax was a Belgian inventor and musician who created the saxophone in the early 1840s, patenting it in 1846. He also invented the saxotromba, saxhorn and saxtuba. He played the flute and clarinet.

    Antoine-Joseph Sax was born on 6 November 1814, in Dinant, in what is now Belgium, to Charles-Joseph Sax and his wife Marie-Joseph. While his given name was Antoine-Joseph, he was referred to as Adolphe from childhood. His father and mother were instrument designers themselves, who made several changes to the design of the French horn. Adolphe began to make his own instruments at an early age, entering two of his flutes and a clarinet into a competition at the age of 15. He subsequently studied

    After leaving the Royal Conservatory of Brussels, Sax began to experiment with new instrument designs, while his parents continued their business of making conventional instruments. Sax's first important invention was an improvement in bass clarinet design which he patented at the age of 24. He relocated permanently to Paris in 1842 and began working on a new set of valved bugles. While he did not invent this instrument, his examples were much more successful than those of his rivals and became

    In his birthplace Dinant in Belgium the Mr Sax's House is dedicated to his life and saxophones. 1. 1849: Awarded the Chevalier rank of the Legion of Honour. 2. 1867: 1e Grand Prix de la Facture Instrumentale at the 1867 Paris International Exposition 3. 1995: In 1995, his likeness was featured on the front of Belgium's 200 Belgian Francs banknote. 4. 2015: Google Doodle commemorated his 201st birthday.

    • Inventor, musician, musical instrument designer
    • Inventor of the saxophone
  9. Yanagisawa Wind Instruments - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Yanagisawa_Wind_Instruments

    Yanagisawa Wind Instruments Co., Ltd. is a Japanese woodwind instrument manufacturing company known for its range of professional grade saxophones.Along with Yamaha they are one of the leading manufacturers of saxophones in their country of origin.

  10. People also search for
  1. Ads
    related to: Saxophone wikipedia