Yahoo Web Search

    • Call the National Suicide Prevention Lifeline
      1-800-273-8255
    • OR
      Text GO to 741741 to reach a trained Crisis Counselor through Crisis Text Line, a global not-for-profit organization. Free, 24/7, confidential.
  1. Suicide - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Suicide

    Suicide is the act of intentionally causing one's own death. Mental disorders—including depression, bipolar disorder, autism spectrum disorders, schizophrenia, personality disorders, anxiety disorders, physical disorders such as chronic fatigue syndrome, and substance abuse—including alcoholism and the use of and withdrawal from benzodiazepines—are risk factors.

  2. List of suicides - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/List_of_suicides

    Jeffrey Epstein (2019), American financier and convicted sex offender, hanging Whether Epstein's death was an actual suicide or a homicide was a point of controversy. James Forrestal (1949), First U.S. Secretary of Defense, Secretary of the Navy, fell from 16th floor of building (disputed suicide)

  3. Suicide methods - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Suicide_methods

    The study of suicide methods aims to identify those commonly used, and the groups at risk of suicide; making methods less accessible may be useful in suicide prevention. [6] [5] [10] Limiting the availability of means such as pesticides and firearms is recommended by a World Health Report on suicide and its prevention.

  4. Suicide is when a person chooses to kill themselves. When someone kills themselves, people say that they have "committed suicide" "completed suicide" or "died by suicide”. When a person thinks about killing themselves, the person is described as suicidal. When people start having thoughts about killing themselves, it is a medical emergency.

  5. History of suicide - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/History_of_suicide

    Bähr, Andreas. "Between “Self-Murder” and “Suicide”: The Modern Etymology of Self-Killing." Journal of Social History 46.3 (2013): 620-632. Argues Suicide” is a modern concept--emerging in English in 1650s and in French and Spanish in late 18th century. Crocker, Lester G. "The discussion of suicide in the eighteenth century."

  6. Suicide (band) - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Suicide_(band)
    • Overview
    • History
    • Early notoriety
    • Other projects
    • Return

    Suicide was an American musical duo composed of vocalist Alan Vega and instrumentalist Martin Rev, intermittently active between 1970 and 2016. The group's pioneering music utilized minimalist electronic instrumentation, including synthesizers and primitive drum machines, and their early performances were confrontational and often ended in violence. They were among the first acts to use the phrase "punk music" in an advertisement for a concert in 1970. Though never widely popular among the gener

    Some say Suicide took its name from the title of a Ghost Rider comic book issue titled "Satan Suicide", seeing as the band would eventually release a song titled "Ghost Rider." The band, however, formed in 1970, while Ghost Rider first appeared in Marvel Spotlight #5 in August of 1972, though Alan Vega did express his love for the comic books. Rev's simple keyboard riffs were accompanied by primitive drum machines, providing a pulsing, minimalistic, electronic backdrop for Vega's murmuring and n

    Suicide emerged alongside the early glam punk scene in New York, with a reputation for its confrontational live shows. Many of the band's early shows were at the Mercer Arts Center, alongside bands such as the New York Dolls and Eric Emerson and the Magic Tramps. David Johansen once played harmonica with Suicide in an early show there. Vega and Rev both dressed like arty street thugs, and Vega was notorious for brandishing a length of motorcycle drive chain onstage. Vega once stated "We started

    In 1986, Alan Vega collaborated with Andrew Eldritch of The Sisters of Mercy on the Gift album, released under the name of The Sisterhood. Vega and Rev have both released solo albums.

    Suicide released their first album in over a decade with 2002's American Supreme. Sales, however, were slow, and critical reception was mixed. In 2005, SAF Publishing put out Suicide No Compromise, a "docu-biography" by David Nobahkt, which featured extensive interviews with Vega and Rev as well as many of their contemporaries and famous fans. In 2008, Blast First Petite released Alan Vega 70th Birthday Limited Edition EP Series—a monthly, limited-edition series of 10" vinyl EPs and ...

  7. Suicide (wrestling) - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Suicide_(wrestling)
    • Overview
    • History
    • Wrestlers who have portrayed Suicide

    Suicide is a professional wrestling persona, used by multiple wrestlers in Impact Wrestling. Suicide first appeared as a fictional character from the video game TNA Impact!. In December 2008, the Suicide character was introduced on television as a real-life wrestler. Originally portrayed by Frankie Kazarian, Christopher Daniels held the role for a time in early 2009 and went on to win the X Division Championship. In June 2010, Kiyoshi became the third man to use the gimmick. In October 2010, the

    During every episode of TNA's primary television program, Impact!, after August 14, 2008, the words "whoissuicide.com" flashed on the screen for less than a second. On the website, it showed that Suicide was being taken from the game to real life television. At Final Resolution,

    After nearly two years of inactivity, vignettes began airing for Suicide's return to TNA on May 9, 2013. Suicide made his official return defeating Joey Ryan and Petey Williams on the May 23 episode of Impact Wrestling earning an X Division Title shot at Slammiversary. For this r

    In March 2017, Impact announced that Suicide would be returning on March 16 episode of Impact Wrestling. Suicide returned on March 16 Impact Wrestling, now being portrayed by Caleb Konley, in a four-way match for the X Division Championship, in which he was unsuccessful. The char

    Low Ki provided voice and motion capture for the character in the TNA Impact! video game. 1. Frankie Kazarian 2. Christopher Daniels 3. Kiyoshi 4. T.J. Perkins/TJP 5. Jonathan Gresham 6. Caleb Konley On the June 27, 2013, edition of Impact Wrestling, Austin Aries stole the costume in order to win the X Division Championship in order to use "Option C" at that year's Destination X. On July 7, 2020 Johnny Swinger dressed in Suicide's costume to challenge Willie Mack for the X Division title, but he

    • 5 ft 10 in (1.78 m)
    • Suicide, Manik
  8. Teenage suicide in the United States - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Teenage_suicide_in_the...

    The suicide rate in the United States remains comparatively high for the 15 to 24 age group with 5,079 suicides in this age range in 2014, making it the second leading cause of death for that age range. By comparison, suicide is the 2nd leading cause of death for all those aged 10 and over, with 33,289 suicides for all US citizens in 2006.

  9. Suicide — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Suicide
    • Causes
    • Prévention
    • Représentations
    • Étymologie
    • Définitions
    • Historique
    • Introduction
    • Diagnostic
    • Épidémiologie
    • Symptômes
    • Religions
    • Recherche
    • Santé
    • Évolution
    • Commentaire
    • Origine
    • Activités

    Le suicide est étudié par les sciences de la psychologie, sociologie et de « suicidologie ». Il peut être compris comme résultant de problèmes psychologiques individuels. Les causes psychologiques en sont le désespoir accompagné de solitude ou d'isolement social, et souvent un trouble mental tel que la dépression, le trouble bipolaire, la schizophrénie, l'alcoolisme ou l'abus de substances6. Des facteurs de stress tels que les problèmes financiers ou des problèmes dans les relations humaines jouent souvent et également un rôle significatif7. Le suicide varie en fonction de nombreux facteurs sociologiques comme l'anomie (désintégration sociale), la pauvreté, les taux de chômage, les crises économiques, etc. Les taux de suicide varient en fonction des croyances religieuses et sont particulièrement élevés chez les athées[réf. souhaitée]. La prévalence du suicide diffère énormément selon les genres et l'âge. Dans les pays occidentaux elle est souvent de trois à quatre fois plus élevée chez les hommes que chez les femmes, tandis que la tendance est inverse en Chine8,9. Il existe un grand nombre de facteurs de risque liés au suicide et ces facteurs peuvent être très divers. Le suicide peut être compris comme un acte individuel motivé sur le plan psychologique et résultant de psychopathologie et troubles psychiatriques ; des facteurs biologiques et des facteurs d'origine sociale influencent également les risques de suicide. Les modèles théoriques sur le suicide parlent alors de facteurs suicidogènes ou d'influences24. Le suicide peut être lié à des facteurs physiologiques tels qu'une douleur chronique25, une commotion cérébrale ou traumatisme crânien26,27. Des troubles du sommeil comme l'insomnie28 et l'apnée du sommeil ont été cités dans de nombreuses études comme facteurs de dépression et de suicide. Le manque de sommeil peut être un facteur de risque indépendant de la dépression29. Des antécédents d'abus physiques ou sexuels30, ou du temps passé dans un foyer d'accueil sont des facteurs suicidaires31,32. Dans une perspective psychiatrique et biologique, le désir de suicide (les pensées suicidaires et la conduite suicidaire) peut résulter d'une difficulté à réguler ses émotions (par conséquent les circuits neuronaux responsables de la régulation des émotions et du contrôle cognitif sont impliqués)17. Dans une étude comparant des anciens combattants souffrant de dépression ou de stress post-traumatique, les vétérans suicidaires différaient de leurs pairs (non-suicidaires) dans leur contrôle cognitif et gestion de leurs actions : la correction de certaines erreurs sur une tâche cognitive (tâche de Stroop) leur demandait plus d'efforts cognitifs ce qui reflétait, selon les auteurs, une vulnérabilité accrue au stress33. Cette hypothèse n'a pas été suffisamment étudiée et par conséquent, n'est pas validée sur de larges ou nombreux échantillons de la population17. Des facteurs sociaux-économiques comme le chômage, la pauvreté et la discrimination peuvent être à l'origine de pensées suicidaires34. La pauvreté n'est pas une cause directe de suicide, mais l'appauvrissement étant un facteur de dépression en est un facteur de risque35. Cette baisse du nombre de suicides n'est pas propre aux événements sportifs, on a ainsi relevé une forte baisse du nombre de suicides aux États-Unis après des événements tels que l'assassinat de Kennedy ou les attentats du 11 septembre et au Royaume-Uni après la mort accidentelle de la princesse Diana38. L'une des hypothèses invoquées pour expliquer ces baisses est que les événements considérés sont des périodes de plus fortes cohésion sociale38. Pour certaines populations de réfugiés climatiques et/ou agricoles le dérèglement climatique peut aussi être cause significative de suicide ; Selon une étude publiée en 2017, en Inde « une augmentation de la température de 1 ° C en une seule journée pourrait causer environ 70 suicides de plus »39

    Depuis 1953, des réseaux d'assistance se sont mis en place pour aider les personnes tentées par le suicide, sous forme de numéros d'urgence joignables par téléphone ou par internet. Des programmes de prévention du suicide sont mis en place dans de nombreux pays et leurs coûts et performances sont évalués. Certains pays pénalisent le suicide[réf. souhaitée]. Dans le domaine médical, le suicide assisté pose des problèmes éthiques et n'est autorisé que dans un nombre limité de pays. La question du suicide pose des questions philosophiques, religieuses et politiques. Les religions abrahamiques considèrent que le suicide est une offense envers Dieu. Depuis que l'on cherche à prévenir le suicide, peu de programmes de prévention ont vraiment reposé sur des éléments de preuve d'efficacité1.

    Le suicide est un sujet représenté dans les arts et la littérature. Il est également assez fréquemment interprété dans la chanson française.

    Le substantif masculin10,11 « suicide » est formé, d'après « homicide », du latin sui (« de soi »), génitif du pronom personnel réfléchi se (« se, soi ») et du suffixe « -cide », du verbe latin caedere12. Bien que le phénomène soit très ancien, l'origine du mot « suicide » est récente. Sa paternité est souvent attribuée à un écrit de l'abbé Desfontaines en 1737 (Observations sur les écrits modernes, t. XI, p. 299) mais dès 1734, l'abbé Prévost parle de suicide dans sa gazette Pour et Contre, ce néologisme latin semblant même avoir été utilisé dès le XVIe siècle par les casuistes pour contrebalancer le mot homicide utilisé jusque-là et jugé trop fort13. Voltaire (qui publie, en 1739, Du suicide ou de l'homicide de soi-même) et les encyclopédistes acceptent ce néologisme et le diffusent. Il est adopté par des jurisconsultes, comme Daniel Jousse, qui feront désormais coexister les deux termes au niveau juridique.

    Selon l'historien Jean Starobinski, depuis la médecine d'Hippocrate, il existe au moins deux formes de suicide décrites par des expressions diverses : « Les images du suicide, dans la culture de l'Occident, oscillent entre deux types extrêmes : d'un côté, le suicide accompli en pleine conscience, au terme d'une réflexion où la nécessité de mourir, exactement évaluée, l'emporte sur les raisons de vivre ; à l'opposé, l'égarement démentiel qui se livre à la mort sans penser la mort. Les deux exemples antithétiques pourraient se nommer Caton et Ophélie. ». La clinique moderne décèle la plupart du temps un mélange des deux types : « On voit fonctionner des formes mixtes, c'est-à-dire celles où raison et déraison se mêlent et se confondent, sans qu'il soit possible de départager15. » L'entité psychiatrique la plus souvent invoquée est la dépression et ses différentes formes dont le délire mélancolique16 ou le raptus suicidaire, qui est une manifestation impulsive liée à une frustration majeure, un mouvement violent incontrôlé, en d'autres termes, pour reprendre la distinction précédente, à une fureur de déraison. Émile Durkheim, un des fondateurs de la sociologie, publie en 1897 le livre Le Suicide où il analyse ce phénomène sous un angle social et par une approche statistique. Son approche est totalement nouvelle : il dégage des régularités statistiques sur un phénomène considéré alors comme relevant seulement de la décision individuelle. Il défend l'idée que la désintégration sociale est la cause première véritable du suicide14. Inspiré des travaux de Durkheim, le sociologue Maurice Halbwachs interprète également les taux de suicide dans le contexte général des sociétés et civilisations, parlant de « courants collectifs suicidogènes » qui agissent de plusieurs façons : désintégration du groupe social (suicide égoïste) ; surintégration sociale (suicide altruiste, en particulier dans les sociétés primitives) ; dislocation du groupe social (crises politiques ou économiques) ou insuffisance de cohésion sociale (suicide anomique) ; excès de réglementation sociale (suicide fataliste, chez les esclaves en particulier)14. Le risque suicidaire, appelé suicidalité dans les disciplines de la santé et des sciences (pensées suicidaires, conduites suicidaires, suicide) est associé au désespoir, à une peur ou sensibilité à la désapprobation sociale, et à une capacité réduite d'imaginer des événements positifs futurs17.

    Tandis que cette approche semble opposée à celle de la psychiatrie et de la tradition clinique, ces deux théories sur le suicide sont synthétisées dans l'ouvrage de Deshaies sur le suicide en 1947. Une théorie psychologique du suicide voit alors le jour, intégrant les méthodes statistiques et les observations cliniques, pour envisager le suicidant sous plusieurs dimensions, physique, psychique et sociale14.

    La suicidologie est, depuis 1969, l'étude des comportements suicidaires et la prévention du suicide. Les approches sont celles de la psychologie et de la sociologie. Le psychologue américain Edwin Shneidman est considéré comme le fondateur de cette discipline avec la fondation en 1958 d'un premier centre de recherche scientifique voué à l'étude du suicide et à sa prévention.

    En psychiatrie contemporaine, les pensées suicidaires, la tentative de suicide ou le suicide, ne sont pas considérés comme des troubles psychiatriques. Ainsi le manuel de diagnostique psychiatrique DSM-5 ne donne pas de code spécifique aux conduites suicidaires. Cette absence de prise en compte sur le plan psychiatrique contraste avec le fait que les conduites suicidaires sont la première raison des hospitalisations d'urgence en psychiatrie hospitalière (cf. controverses scientifiques ci-dessous)17. De fait, les conduites suicidaires sont considérées comme des conséquences ou complications d'autres troubles mentaux, et non comme des troubles mentaux spécifiques17.

    L'épidémiologie du suicide vise à connaître la répartition et les moyens de suicide dans les populations, dans le but de mettre en place des moyens de prévention. L'Organisation mondiale de la santé recueille ces données à l'échelle mondiale et met en place des études sur les différences entre pays et les programmes de prévention. Globalement, les taux de suicide sont en augmentation dans le monde. Les chiffres et les taux de suicide varient significativement en fonction des régions du monde, du sexe, des âges, ainsi qu'en fonction de facteurs religieux et culturels. L'Europe est la région du monde la plus touchée par le suicide (les taux les plus élevés étant trouvés en Europe de l'Est et Russie), suivie par des régions insulaires (Sri Lanka, Cuba, Japon, île Maurice). Les régions les moins touchées par le suicide sont les régions de Méditerranée orientale et des pays d'Asie centrale anciennement URSS. Les hommes sont beaucoup plus touchés dans la plupart des pays du monde, à l'exception de la Chine. Le suicide tend à augmenter avec l'âge, mais des exceptions existent en fonction des sexes et des régions. Enfin, le suicide augmente avec les facteurs de stress financier, et est moins élevé dans les cultures où les religions le considèrent comme un péché, et beaucoup plus élevé chez les athées que chez les personnes religieuses. Les endroits au monde où ont lieu le plus de suicides sont les bois d'Aokigahara au Japon avec 30 morts par an en moyenne avec un pic de 105 morts en 200320, suivi du Golden Gate Bridge à San Francisco et des falaises de Beachy Head en Angleterre avec 20 morts par an en moyenne21,22. Le grand pont de Nankin sur le Yangtsé est le lieu où le plus grand nombre de suicides ont été effectués, avec une estimation de 2 000 suicides entre 1968 et 200623. La récession mondiale de 2008 a mené à une forte augmentation des taux de suicide dans les pays touchés17. Aux Pays-Bas, par exemple, les taux de suicide ont augmenté de 30 % entre 2008 et 2012 (1353 à 1753 suicides)17. Bien que l'augmentation des risques suicidaires associés à un faible niveau socio-économique (comparés à la moyenne de la population) soient peu élevés, la prévalence du problème socio-économique est large dans la population générale. Par comparaison, la présence d'une pathologie neuropsychiatrique augmente beaucoup plus fortement les risques de conduite suicidaire, mais la prévalence de troubles neuropsychiatriques est relativement faible dans la population générale. Si, au lieu de comparer les risques individuels à l'intérieur de ces populations, les chercheurs comparent les risques suicidaires sur la population générale (Population attributable risk (en)), des chercheurs arrivent à la conclusion que ces risques sur la population générale sont équivalents36. Les troubles mentaux sont présents lors d'une période suicidaire dans environ 80 % à 90 % des cas17,40,36. Ces troubles incluent : troubles de l'humeur à 30 %, abus de substances à 18 %, schizophrénie à 14 % et troubles de la personnalité à 13 %41. Une méta-analyse conduite en 1997 conclut que presque tous les troubles psychiatriques augmentent les risques de suicide, à l'exception des démences et du retard mental40. Une méta-analyse portant sur les études basées sur l'autopsie psychologique des morts par suicide, estime que les abus de substance et les troubles psychiatriques conduisent à des risques de suicide élevés, comparés aux facteurs familiaux ou professionnels qui sont associés à des risques plus faibles42. La dépression psychiatrique (qui fait partie des troubles de l'humeur dans la nosographie psychiatrique) est le premier trouble psychiatrique fortement lié au suicide (aux côtés de, mais indépendamment de l'alcoolisme)43. La dépression est associée au désespoir qui entraîne une intense douleur morale. Le risque de passage à l'acte est particulièrement élevé durant les premières étapes de la maladie chez les individus atteints de dépression majeure ou le trouble bipolaire44. Or la dépression est l'un des troubles mentaux les plus communément diagnostiqués45,. 17,6 millions d'Américains en sont affectés chaque année, soit approximativement un individu sur six ; en Europe de l'Ouest, la prévalence de la dépression est de 13 % (vie) et 4 % (année)46. L'abus de substances est le second facteur de risque le plus répandu après la dépression et le trouble bipolaire49. Aux États-Unis, entre un tiers et la moitié des suicides sont liés à une forme d'abus de substance : l'alcool est impliqué dans un tiers des cas environ. Les consommateurs réguliers de drogues illicites ont cinquante fois plus de risques suicidaires, et les alcooliques ont cinq fois plus de risques suicidaires que le reste de la population49. Dans les années 1970, une étude souvent citée mentionnait qu'environ 10 % des patients schizophréniques se suicidaient. Une méta-analyse ultérieure menée en 2005, estime qu'environ 4,9 % des schizophrènes se suicident52. Ce suicide est commis le plus souvent dans la période du début de la maladie52,53. En 1990, des auteurs estiment que le suicide est la première cause de mortalité chez les schizophrènes54. Selon une revue de question publiée en 2002, la dépression est fréquente chez les personnes autistes ou souffrant de troubles du spectre autistique55.

    Les corrélats psychologiques les plus fréquents sont l'anxiété, un contrôle impulsif réduit et une agressivité accrue17. Les personnes ayant des conduites suicidaires ont plus de mal que d'autres à reconnaître leurs propres sentiments et veulent supprimer leurs émotions17.

    La religion d'un pays ou d'une région peut avoir un impact sur les taux de suicide. Les pays musulmans ont un taux de suicide proche de zéro (par exemple le Koweït, avec un taux de 0,1 sur 100 000 habitants37. Les pays catholiques (par exemple l'Italie) et hindouistes (par exemple l'Inde) ont des taux proches de 1037. Les pays bouddhistes (par exemple le Japon) ont un taux plus élevé avoisinant les 1837. Les taux de suicide sont significativement plus élevés dans les pays athées (par exemple, la Chine) et où la religion a été réprimée pour de longues périodes (par exemple, l'Albanie) avec des taux de 25,637. Ces données ne prennent pas en compte les différences individuelles de religiosité et ne concernent que des moyennes sur des régions37.

    Des travaux de recherche ont été réalisés afin de déterminer si conformément à une idée reçue durant les événements sportifs certains supporters se suicident à la suite d'une défaite de leur équipe favorite38. Il a été établi que dans 10 pays d'Europe de l'Ouest sur 12 étudiés le nombre de morts par suicide durant les grands tournois internationaux, Euro et Coupe du Monde, significativement moins de suicides étaient comptabilisés par rapport au même mois des années dépourvues de tournoi international38. Cette observation ne dépendait pas de l'équipe qui remportait la victoire38. De plus aucun pic de suicides n'a été observé dans les mois qui ont suivi38.

    Les abus de substances chroniques sont également liés à un haut risque de suicide chez les adolescents et jeunes adultes50. Certains psychotropes provoquent des effets néfastes et peuvent mener à d'importants dysfonctionnements sensoriels. Lorsque ces troubles prennent place dans un contexte des problèmes personnels sont présents, le risque de suicide est particulièrement élevé51.

    La majeure partie des individus qui tentent de se suicider n'en meurent pas. Cependant, un suicide ayant échoué peut souvent mener à une autre tentative qui peut cette fois réussir56.

    Selon le professeur Michel Debout57 : « lorsquon pense quune personne va mal, il ne faut pas hésiter à lui dire ce que lon ressent. Et la manière dont on lui dit est importante. Si vous lui demandez : « ça ne va pas ? », elle risque de se renfermer dans une réponse de type : « Mais si ça va très bien. » Alors que si vous dites « je te sens mal », vous vous impliquez personnellement, et vous montrez que non seulement vous offrez une écoute, mais même un véritable dialogue. À partir de là, tout dépend de la situation et de votre lien avec elle. Mais vous pouvez essayer de lorienter vers un soutien, un spécialiste ou une association qui pourront laider ».

    L'aide téléphonique pour les personnes en détresse est venue du prêtre anglican Chad Varah, du centre de Londres, en 1953. Persuadé que tous les désespérés sur le point de mettre fin à leur vie doivent pouvoir parler à quelquun, il fait passer dans le Times une annonce insolite : « Avant de vous suicider, téléphonez-moi. » Cette idée fut reprise partout dans le monde58.

    Pour les anglophones[Où ?], le service de SOS Amitié spécialisé peut orienter vers un psychiatre anglophone voire appeler les pompiers « à la demande expresse » de la personne. SOS Amitié a aussi un service d'écoute par courriel mais avec des délais de 48 heures pour les réponses.

    • 288.6K
    • E950
  10. List of countries by suicide rate - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/List_of_countries_by...

    The following are lists of countries by suicide rate as published by the World Health Organization (WHO) and other sources.. About one person in 5,000–15,000 dies by suicide every year, with an estimated global rate of 10.5 per 100,000 population down from 11.6 in 2008.

    Both sexes rank
    Country
    Continent
    Both sexes
    1
    Guyana (more info)
    South America
    30.2
    2
    Africa
    28.9
    3
    Russia (more info)
    Europe
    26.5
    4
    Lithuania (more info)
    Europe
    25.7
  11. People also search for