Yahoo Web Search

      • Agnès Varda(French: [aɲɛs vaʁda]; 30 May 1928 – 29 March 2019) was a Belgian-born French film director, screenwriter, photographer, and artist. Her work was pioneering for, and central to, the development of the widely influential French New Wavefilm movement of the 1950s and 1960s.
      en.wikipedia.org/wiki/Agn%C3%A8s_Varda#:~:text=Agn%C3%A8s%20Varda%28French%3A%C2%A0%5Ba%C9%B2%C9%9Bs%20va%CA%81da%5D%3B%2030%20May%201928%20%E2%80%93%2029,New%20Wavefilm%20movement%20of%20the%201950s%20and%201960s.
  1. Agnès Varda - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Agnès_Varda

    Agnès Varda(French: [aɲɛs vaʁda]; 30 May 1928 – 29 March 2019) was a Belgian-born French film director, screenwriter, photographer, and artist. Her work was pioneering for, and central to, the development of the widely influential French New Wavefilm movement of the 1950s and 1960s.

    • Director, screenwriter, editor, actor, producer, installation artist, photographer
    • Arlette Varda, 30 May 1928, Ixelles, Brussels, Belgium
    • 1951–2019
    • 29 March 2019 (aged 90), Paris, France
  2. Agnès Varda (30 May 1928 – 29 March 2019) was a French movie director and producer, screenwriter, editor, actress, artist, photographer. She was also a professor at the European Graduate School.

  3. Agnès Varda — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Agnès_Varda
    • Personnalité
    • Récompenses
    • Enfance
    • Vie personnelle
    • Commentaire
    • Parcours
    • Production
    • Hommages
    • Synopsis
    • Médias
    • Activités
    • Description
    • Carrière
    • Reconnaissance
    • Récompenses et distinctions
    • Polémique
    • Carrière professionnelle
    • Décès
    • Style

    Agnès Varda, née Arlette Varda le 30 mai 1928 à Ixelles (Belgique) et morte le 29 mars 2019 à Paris, est une photographe, réalisatrice de cinéma et plasticienne française.

    L'ensemble de son œuvre cinématographique est récompensé par un César d'honneur en 2001, par le prix René-Clair de l'Académie française en 2002, par une Palme d'honneur au Festival de Cannes 2015, par un Oscar d'honneur reçu en 20171 et par la Caméra de la Berlinale en 2019. En 1985, Sans toit ni loi, mettant en vedette Sandrine Bonnaire, lui vaut le Lion d'or à la Mostra de Venise 1985. C'est également son plus grand succès en salle.

    Agnès Varda, née Arlette Varda le 30 mai 1928 à Ixelles (Belgique) d'un père grec et d'une mère française2, grandit à Ixelles, rue de l'Aurore. A cause de la guerre, sa famille fuit la Belgique le 10 mai 1940 pour s'installer à Sète, où elle vit son adolescence, sur un bateau amarré à quai, qu'elle reconstituera le temps de quelques plans dans Les Plages d'Agnès.

    Dans ce film autobiographique, elle affirme également avoir été prénommée Arlette en hommage à la ville d'Arles, où elle aurait été conçue, et avoir fait changer son prénom pour Agnès, en références à ses origines grecques, auprès d'un greffier, à l'âge de 18 ans3. Elle confie également avoir quatre frères et sœurs (Lucien et Hélène ses aînés, Jean et Sylvie ses cadets), et avoir fait une fugue de trois mois pour gagner en indépendance. Préparant longuement et méticuleusement son coup, elle affirme avoir fui en train jusqu'à Marseille, puis en Corse, et avoir travaillé sur des bateaux de pêche3.

    Le film apporte un souffle de liberté dans le cinéma français, comme l'écrit la Revue belge du cinéma9 : « Tout le nouveau cinéma est en germe dans La Pointe courte film d'amateur, tourné en 35 mm, avec des moyens de fortune, hors du circuit économique traditionnel. [] Chronique néo-réaliste d'un village de pêcheurs et dialogue d'un couple qui fait le point. Toutes les caractéristiques de la jeune école du cinéma se trouvent réunies dans La Pointe courte et Alain Resnais, qui en fut le monteur, n'a jamais caché l'influence que ce film a eu sur lui. » C'est également, pour elle, l'occasion de filmer les premières strates de sa vieillesse, et notamment ses mains.

    En 1961, elle réalise Cléo de 5 à 7, un film sur une belle chanteuse qui erre dans Paris, se croyant mortellement malade. Puis, avec Les Créatures et Le Bonheur, son premier film en couleurs, elle produit d'autres films qui font d'elle, dans les années 1960, l'une des premières représentantes du jeune cinéma français. Aux côtés de la Nouvelle Vague, on parle plutôt, à son sujet, comme de Jacques Demy, de Chris Marker ou d'Alain Resnais, de cinéma de la « Rive gauche », afin de marquer une différence sociologique et politique.

    Se sachant mourant, Jacques Demy rédige ses mémoires, ce qui inspire à Agnès Varda l'idée de mettre en scène ses souvenirs. Elle écrit alors Jacquot de Nantes, une docu-fiction retraçant l'enfance de son époux, où se mêlent scènes reconstituées et archives de ses films. Le tournage, qui s'est organisé de façon à permettre la présence de Jacques Demy, se termine le 17 octobre 1990. Il décédera le 27 octobre, des suites du sida.

    Après la mort de Jacques Demy, Agnès Varda lui rend hommage avec deux autres films, documentaires : Les demoiselles ont eu 25 ans et LUnivers de Jacques Demy. Avec sa boîte de productions Ciné-Tamaris, elle se lance également dans la restauration de l'intégralité des films de Jacques Demy et fait trier ses archives15. Une décennie plus tard, elle supervise de loin leur sortie en DVD et coffrets. Sa dernière exposition a lieu au domaine Chaumont, où elle expose trois œuvres : la Serre du Bonheur (2018), Trois pièces sur cour et L'arbre de Nini (2019). Le vernissage a lieu le 30 mars 2019, soit le lendemain de sa mort. En 2005, elle est membre du jury des longs métrages au festival de Cannes 2005 et la Cinémathèque québécoise lui rend hommage avec une rétrospective filmographique et une exposition photographique.

    A l'approche de ses 80 ans, Agnès Varda ressent le besoin de réaliser quelque chose pour passer ce cap. Elle réalise donc Les Plages d'Agnès, son autobiographie filmée, où elle retrace sa propre vie, personnelle et artistique, à travers notamment celle des autres. Le titre est issu d'un constat, qu'elle fait dès l'ouverture du film : « Si on ouvrait les gens, on trouverait des paysages. Moi, si on m'ouvrait, on trouverait des plages ».

    En 2011, reprenant la lignée des Plages d'Agnès, elle réalise une série en six épisodes, Agnès de ci de là Varda, diffusée sur Arte. Elle y présente ses voyages à travers le monde pour présenter ses films, et revient sur ses amis artistes (dont Chris Marker et Manoel de Oliveira).

    En parallèle, elle réalise les multiples suppléments pour la sortie du DVD de collection Cléo de 5 à 7 et Daguerréotypes, et orchestre la restauration de ses films, qui sortent progressivement en DVD et coffrets.

    En 2003, sur l'invitation de la Biennale de Venise, elle organise une installation autour de la pomme de terre : trois écrans géants diffusent des films de patates germées, et 700 kg de vraies pommes de terre sont disposés à leurs pieds. Pour attirer les visiteurs vers son travail, Agnès Varda se promène dans les allées, déguisée en \\"patate sonore\\" (un costume de pommes de terre où ont été installés plusieurs haut-parleurs, diffusant les différentes sortes de pomme de terre existantes). L'installation est saluée par la critique17.

    En 2006, elle est invitée à investir la Fondation Cartier pour l'art contemporain dans une exposition qu'elle intitule L'Île et Elle, autour de l'île de Noirmoutier. L'exposition se compose du Passage du Gois (qui se compose notamment d'une barrière, qui ne s'ouvre qu'aux heures de la marée, et d'un rideau de plastique que le visiteur traverse) La Grande Carte Postale, Souvenirs de Noirmoutier, Le Tombeau de Zgougou (un film projeté au sol, sur du sable, qui présente la tombe de sa chatte Zgougou, recouverte de coquillages) et Ping Pong Tong et Camping (qui rend hommage aux objets en plastique que l'on utilise sur une plage, et à leurs couleurs). Elle y installe également sa première Cabane, à partir du film Les Créatures (film). Le film ayant été un échec commercial, elle surnomme cette cabane Ma cabane de l'échec. L'installation Les Veuves de Noirmoutier est également exposée, pour la seconde fois (la première étant en 2005)18.

    En 2014, le LACMA lui laisse carte blanche pour une installation, intitulée Agnès Varda in Californialand19.

    Elle a reçu le Léopard d'honneur lors du 67e Festival international du film de Locarno20. En 2015, la palme d'honneur du festival de Cannes lui est décernée21. Elle le reçoit comme un prix de « résistance et d'endurance », dit-elle dans son discours22. L'Internet Movie Database recense plus de 80 récompenses remises à Agnès Varda41. Parmi celles-ci, figurent :

    Juste après Cannes, un projet avec le photographe JR soulève la polémique. Leur projet au titre évocateur AV et JR deux artistes en goguette engendre incompréhension et critiques acerbes. Le projet, porté par des artistes reconnus, fait appel à la générosité publique par le biais de la plateforme de financement participatif KissKissBankBank type de financement habituellement réservé au lancement de nouveaux artistes. Les médias qualifient le projet et sa démarche, au mieux de candides et maladroits, au pire de condescendants et démagogiques25,26. Le projet débouche au final sur le long-métrage documentaire Visages, villages, qui reçoit L'Œil d'or (prix du documentaire) au festival de Cannes 2017 puis rencontre un accueil favorable à la fois critique et public lors de sa sortie au début de l'été de la même année.Le film est également nommé pour le César du meilleur documentaire, ainsi que l'Oscar du meilleur documentaire, en 2018.

    Le 18 mars 2019, Arte diffuse son dernier long-métrage, Varda par Agnès, divisé en deux films d'une heure chacun. A partir des masterclass (qu'elle préfère appeler \\"causerie\\") qu'elle a données ces dernières années, notamment au festival Premiers Plans à Angers, la cinéaste revient en détails sur sa filmographie, et apporte un témoignage sur chacun de ses films.

    Elle meurt chez elle, rue Daguerre à Paris, à l'âge de 90 ans, dans la nuit du 28 au 29 mars 2019, des suites d'un cancer27.De nombreuses personnalités, françaises et internationales, réagissent à son décès en saluant son travail, comme Ava Duvernay ou Martin Scorsese. Le 2 avril, à 11 heures, un hommage public lui est rendu à la Cinémathèque française (qui avait organisé une rétrospective complète de ses films deux mois auparavant) en présence de sa famille et de ses proches, parmi lesquels de nombreuses personnalités dont Catherine Deneuve, Sandrine Bonnaire (qui incarnait Mona dans Sans toit ni loi), Dany Boon (qui a produit Varda par Agnès), JR (avec qui elle avait réalisé Visages, villages). Près de 650 personnes y assistent28. Elle est inhumée le même jour au cimetière du Montparnasse (14e arrondissement de Paris), auprès de son époux Jacques Demy. Ses obsèques ont également lieu en présence de ses proches, famille et amis, et de plusieurs centaines d'anonymes.

    « Jeune plasticienne » selon ses propres termes, Agnès Varda propose des cabanes sous forme d'installations.

  4. Vagabond (1985 film) - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Vagabond_(1985_film)

    Vagabond (French: Sans toit ni loi, "with neither shelter nor law") is a 1985 French drama film directed by Agnès Varda, featuring Sandrine Bonnaire. It tells the story of a young woman, a vagabond , who wanders through the Languedoc-Roussillon wine country one winter.

    • Oury Milshtein
    • September 1985 (Venice), 4 December 1985
  5. Agnès Varda - Wikipedia

    sh.wikipedia.org/wiki/Agnes_Varda

    Agnès Varda (30. maj 1928 - 29. mart 2019) bila je francuska filmska režiserka rodom iz Belgije, poznata kao jedna od najznačajnijih ličnosti francuskog Novog vala.

  6. Agnès Varda – Wikipedie

    cs.wikipedia.org/wiki/Agnès_Varda

    Agnès Varda (30. května 1928 Ixelles, Belgie – 29. března 2019, Paříž) byla francouzská filmová režisérka, scenáristka, dokumentaristka a profesorka dokumentární a filmové tvorby na European Graduate School. Bývá označována za jednu z předchůdkyň a zároveň představitelek francouzské Nové vlny.

  7. Le Bonheur (1965 film) - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Le_Bonheur_(1965_film)

    Le Bonheur ("Happiness") is a 1965 French drama film directed by Agnès Varda. The film is associated with the French New Wave and won two awards at the 15th Berlin International Film Festival, including the Jury Grand Prix.

  8. Agnès Varda – Wikipedia

    sv.wikipedia.org/wiki/Agnès_Varda

    Biografi. Under 1960-talet var Agnès Varda den enda kvinnliga filmregissören som slog igenom i och med den franska nya vågen.Hon var gift med filmregissören Jacques Demy, och hon regisserade tre filmer baserade på honom eller hans verk: Lille Jacques från Nantes (1991), Flickorna fyller 25 (1993) och L'Univers de Jacques Demy (1995).

  9. Agnès Varda – Wikipédia

    hu.wikipedia.org/wiki/Agnès_Varda

    Agnès Varda A Wikipédiából, a szabad enciklopédiából Agnès Varda (Brüsszel, 1928. május 30. – Párizs, 2019. március 29.) francia filmrendező.

  10. Agnès Varda – Wikipédia, a enciclopédia livre

    pt.wikipedia.org/wiki/Agnès_Varda

    Agnès Varda Origem: Wikipédia, a enciclopédia livre. Agnès Varda, nascida Arlette Varda, (Bruxelas, 30 de maio de 1928 — Paris, 28 de março de 2019) foi uma cineasta e fotógrafa belga, radicada na França. Foi também professora na European Graduate School.