Yahoo Web Search

  1. Musical film - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Musical_film

    Musical film is a film genre in which songs by the characters are interwoven into the narrative, sometimes accompanied by dancing. The songs usually advance the plot or develop the film's characters, but in some cases, they serve merely as breaks in the storyline, often as elaborate "production numbers."

  2. List of musical films by year - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/List_of_musical_films_by_year

    A musical film is a film genre in which songs sung by the characters are interwoven into the narrative, sometimes accompanied by dancing. Contents. 1 1920s. 1.1 1927;

  3. Music (2021 film) - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Music_(2020_film)
    • Overview
    • Premise
    • Background and development
    • Release and promotion
    • Critical response

    Music is an American musical drama film directed by singer-songwriter Sia. The film was co-written by Sia and children's book author Dallas Clayton and stars Kate Hudson, Maddie Ziegler and Leslie Odom Jr. Music was released in Australia on January 14, 2021, by StudioCanal and will be released in select IMAX theatres in the United States for one night on February 10, 2021, followed by an on demand release on February 12.

    Zu, a newly sober drug dealer and self-saboteur finds herself the sole guardian of her teenaged, autistic half-sister, Music, following the death of her grandmother, who raised Music. Zu is a free spirit barely able to take care of herself, let alone her sister; Zu struggles with this new responsibility, but soon learns that life's obstacles are made easier with a little help from a friend, Ebo, a neighbor whose own family story makes him someone Zu can learn from and rely upon. The film explore

    Sia announced the film project at the 2015 Venice Film Festival, to star Maddie Ziegler, who starred in a series of music videos that Sia co-directed with Daniel Askill and who has danced during many of Sia's live performances. After creating the music video for "Chandelier" in 2014, Sia decided she was "pretty good" at directing and "felt a little bit braver". The film's screenplay was co-written by Sia and children's book author Dallas Clayton based on a one-page story that she had written in

    Sia stated in 2019 that the film was set for release in October of that year. As of June 2020, it was expected to be released in 2020, but IMAX has announced a limited release in February 2021. The film's producers have announced that HanWay Films are handling global sales, distribution and marketing. A teaser trailer for Music was released by Sia on November 19, 2020. The US trailer was released on January 15, 2021 by Sia and distributor Vertical Entertainment. Music was released in Australia o

    Upon its release in Australia, Music received mixed reviews from critics. Andrew McMillen of The Australian wrote that Music is a "portrait of autism in all its inward splendour and outward challenges", and praised Ziegler's portrayal of the title character, describing her performance as "moving, singular and perfectly pitched". Glennys Marsdon of SoPerth commended the film as "a musical drama not a documentary" and stated "Ziegler should be commended for her portrayal, so too Hudson." Jake Wils

    • January 14, 2021 (Australia), February 12, 2021 (United States)
    • Sia, Vincent Landay
  4. People also ask

    What is a musical film?

    What is the difference between a musical and a movie?

    Is musical the only genre in cinema?

    What does the composer do in a movie?

  5. Film musical — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Film_musical
    • Définition
    • Les origines
    • Historique
    • Citation
    • Contexte historique
    • Commentaires
    • Influence
    • Adaptation
    • Conséquences
    • Origines
    • Culture
    • Apparitions
    • Personnalités

    Le film musical1 est un genre cinématographique qui contient de la musique, des chansons ou de la danse. Il peut être confondu avec la comédie musicale, forme de théâtre où ont été ajoutées de la musique, des chansons et de la danse. Certains films sont des adaptations à l'écran de comédies musicales à succès jouées à Broadway. Les premiers films de ce genre, tous sortis en 1929, sont The Desert Song, de Roy Del Ruth, The Cocoanuts, de Robert Florey et Joseph Santley mettant en scène les Marx Brothers, Paris, de Clarence G. Badger d'après Cole Porter7, et surtout Show Boat, de Harry A. Pollard8.

    Ces projections ne sont pourtant pas les premières. En effet, le Français Émile Reynaud qui, lui, dessine et peint directement sur une pellicule de 70 mm de large, constituée de carrés de gélatine comme autant dimages, projette depuis 1892 dans le cadre de son Théâtre optique, les premiers dessins animés, ses pantomimes lumineuses, qui durent jusquà cinq minutes. Reynaud a compris instinctivement quune musique d'accompagnement augmenterait limpact émotionnel dune scène. Il commande ainsi des musiques originales à Gaston Paulin qui les interprète lui-même au piano lors de chaque séance. Ainsi, dès 1892, le mariage des images animées et de la musique est déjà scellé. Mais les films des trente-cinq premières années du cinéma, que lon appellera plus tard des films muets, sont souvent sonorisés par des moyens bricolés : chanteur caché derrière l'écran pendant la projection, pianiste, orchestre ou disque diffusé par un phonographe, etc.

    Du tournage des premiers films (1891) au premier système denregistrement du son sur la pellicule elle-même par procédé photographique (1927), des essais plus sérieux voient le jour sporadiquement. Les plus notables sont dabord les phonoscènes de Léon Gaumont, initiées par la première réalisatrice du cinéma, Alice Guy, qui permettent encore aujourdhui de voir et entendre des chansons entières interprétées par des artistes de la fin du XIXe siècle devant le Chronophone de Georges Demenÿ. Puis ce sont les véritables essais  en partie réussis  du Vitaphone, développé à la demande dune petite société de production américaine, Warner Bros, par la compagnie Western Electric et Bell Telephone Laboratories, un système de synchronisation sonore qui reprend le procédé du disque gravé quavait essayé sans succès Thomas Edison dès 1895. « Cette fois, les ingénieurs de Western Electric ont équipé lappareil de projection et le phonographe de moteurs électriques synchrones qui entraînent les deux machines à la même vitesse. À lépoque, pour des raisons de sécurité et de commodité, tous les films sont projetés en galettes de dix minutes. Pour ne pas interrompre la séance, les cabines des cinémas sont équipées dun double poste de projecteurs qui fonctionnent en alternance. Le système Vitaphone propose de coupler chaque galette de film avec un disque gravé de dix minutes et dutiliser deux phonographes. Comme les disques des phonographes du marché tournent à 78 tours par minute et durent de 4 à 6 minutes, pour obtenir la durée nécessaire de dix minutes, sans augmenter le diamètre des disques, ce qui les aurait fragilisés, la vitesse de rotation, à lenregistrement comme à la lecture, est diminuée de 78 tours à 33 tours 1/3 par minute4. » Cest le procédé qui est utilisé en 1926 pour le premier film sonore, en fait un film chantant de près de trois heures Don Juan (film, 1926), réalisé par Alan Crosland, avec la vedette John Barrymore, un succès qui tient laffiche durant de longs mois à New York. Puis en 1927, le célèbre Chanteur de jazz, réalisé lui aussi par Alan Crosland, avec Al Jolson. En fait de parlant, le film utilise encore les intertitres du cinéma muet. Aucun dialogue nest enregistré. Seules les chansons le sont ainsi que les rares interventions parlées dAl Jolson au sein de ces chansons.

    « La même année, Fox Film Corporation lance le procédé Movietone qui permet de photographier le son sur une pellicule cinéma et de le rajouter sur la bande le long des photogrammes du film... Linconvénient de ce procédé est que le son saltère avec lusure de la copie. Radio Corporation of America (RCA) lance un an plus tard le son Photophone... Ce procédé a lavantage de ne pas saltérer. La piste optique est née, le son et les photogrammes figurent désormais sur le même support, parfaitement solidaires5. »

    Les années 1930 sont celles de toutes les extravagances en matière de comédie musicale filmée et de nombreux historiens affirment que le genre n'a jamais connu une telle vitalité depuis. Chants, danses, décors fastueux, les comédies musicales offrent au public de la Grande Dépression le rêve et l'évasion dont il a besoin : les films de Mervyn LeRoy (Golddiggers of 1933, 1935) et de Lloyd Bacon (42th street, 1933, Wonder bar, 1934, À Calliente, 1935), sont très marqués par le style kaléidoscopique du chorégraphe Busby Berkeley qui devient coréalisateur puis réalisateur. Après la Seconde Guerre mondiale, la Metro-Goldwyn-Mayer règne sans partage sur la production de comédies musicales et prend sous contrat Judy Garland, Fred Astaire, Gene Kelly, Frank Sinatra, Vincente Minnelli, Cyd Charisse, Esther Williams, Debbie Reynolds, Mickey Rooney, Jane Powell, Howard Keel, Kathryn Grayson, Ann Miller, etc., pour des films devenus classiques, produits par Arthur Freed, tels que Ziegfeld Follies, Un Américain à Paris, Chantons sous la pluie, Un jour à New York, Le Chant du Missouri ou Tous en scène. Ce second « âge d'or » de la comédie musicale s'achève à la fin des années 1950 avec des films comme Gigi, inspiré du roman homonyme de Colette et dans lequel figuraient Leslie Caron, Maurice Chevalier et Louis Jourdan. Le tout dernier film produit par Samuel Godwyn est Porgy and Bess, réalisé par Otto Preminger en 1959. Les ayants droit de George Gershwin obtiendront en 1974 que le film ne soit plus programmé : ils le jugent trop « comédie musicale » et pas assez « opéra ». Cet épisode démontre s'il en est besoin la réputation problématique dont pâtit parfois le film musical. Après la guerre des Six Jours (1967), qui ébranle la confiance des Égyptiens en Nasser, et après la mort de ce dernier en 1970, la production cinématographique égyptienne s'effondre, tout comme la production littéraire qui y était d'ailleurs liée. La période Sadate, qui voit l'abandon du secteur public du cinéma10 marque la fin de l'âge d'or du cinéma égyptien.

    En 1935, avec Le Danseur du dessus, le réalisateur Mark Sandrich offre à la comédie musicale son premier couple mythique : Fred Astaire et Ginger Rogers. La fin de la décennie voit arriver la couleur. Le Magicien d'Oz, de Victor Fleming, sorti en 1939, constitue à l'époque le film le plus coûteux jamais produit par la Metro-Goldwyn-Mayer. Son succès public est phénoménal. C'est cependant Autant en emporte le vent, du même Victor Fleming, qui lui vole l'Oscar du meilleur film en 1939. C'est en vain que les concurrents de la MGM tentent de percer véritablement dans le domaine du film musical, mais on peut tout de même citer quelques réussites artistiques ou commerciales telles que La Glorieuse Parade (Yankee Doodle Dandy) (1942) et Une étoile est née (1954) chez Warner Bros., Les hommes préfèrent les blondes (1953), Carmen Jones (1954) et Le Roi et moi (1956) chez Fox, Holiday Inn (1942), Blue Skies (1946) et Drôle de frimousse (1957) chez Paramount Pictures et Oklahoma! (1955) chez RKO Pictures. À partir des années 1960, passée la période de la MGM, Hollywood cesse d'enchaîner les sorties de films musicaux. Les grands succès, souvent adaptés de spectacles de Broadway, sont plus épars, mais non moins marquants : West Side Story (1961), My Fair Lady (1964), La Mélodie du bonheur (1965), Funny Girl (1968), Jesus Christ Superstar (1971), Cabaret (1972), Grease (1978), Que le spectacle commence (1979), Popeye (1980), Annie (1982), Chorus Line (1985), La petite boutique des horreurs (1986), Chicago (2002) ou encore les films de l'Australien Baz Luhrmann : Ballroom Dancing (1992), Roméo + Juliette (1996) et Moulin Rouge ! (2001). Demy reste à ce jour le seul réalisateur français à avoir su maitriser lart du film musical, et en avoir fait sa spécialité pendant toute sa carrière. Son univers a beaucoup inspiré Damien Chazelle pour écrire La La Land (2016). Sans en faire une spécialité, de nombreux autres réalisateurs ont tenté des expériences musicales : Alain Resnais (On connaît la chanson, Pas sur la bouche), Claude Duty (Filles perdues, cheveux gras), Olivier Ducastel (Jeanne et le Garçon formidable), Pierre Koralnik (Anna), etc. À deux reprises, le réalisateur et scénariste Christophe Barratier tente l'expérience, dabord avec Les Choristes en 2004 puis avec Faubourg 36 en 2008, ainsi que Christophe Honoré avec Les Chansons d'amour (2007) et Les Bien-aimés (2011) dont les chansons ont été composées par Alex Beaupain. Paradoxalement, malgré l'engouement du public des années 1970, peu de films furent réalisés qui ne soient pas de simples captations, mais de véritables mises en scène, en image et en musique. À côté de quelques essais psychédéliques de Yes, la seule création notable demeure Pink Floyd: Live at Pompeii, initialement un téléfilm franco-allemand, sorti en salle en 1973. Pour mémoire, signalons néanmoins les émissions spéciales que réalisaient les Beatles à la télévision (BBC) à l'occasion des fêtes de Noël, et dont il reste au moins The Magical Mystery Tour (1967), également exploité en salle par la suite. Disney, avec les Silly Symphonies (1929) et Warner Bros., avec les Merrie Melodies (1931) créent des courts métrages animés et musicaux, parfois chantés. En 1937, Blanche-Neige et les Sept Nains inaugure une formule conservée par les studios Disney jusqu'au début des années 2000, celui du long-métrage d'animation en couleurs, avec des parties chantées. Mais on considère généralement que le premier film long-métrage musical animé est Douce et Criquet s'aimaient d'amour tendre (Mister Bug Goes to Town) des frères Max et Dave Fleischer (1941). L'année précédente, en 1940, les studios Disney s'étaient lancés dans une expérience originale, avec le film Fantasia, qui est constitué de huit séquences illustrant à l'écran des morceaux d'anthologie de la musique classique, de Johann Sebastian Bach à Igor Stravinsky. Le film est inspiré des travaux du cinéaste d'avant-garde Oskar Fischinger, un disciple de Walter Ruttmann qui, dès le début des années 1930 avait réalisé des films d'abstraction géométrique illustrant Liszt ou Gershwin13. En 1993, Disney innove encore en produisant une comédie musicale en « Stop Motion » (Animation en volume), L'Étrange Noël de monsieur Jack, par Henry Selick. Demy réitère avec Les Demoiselles de Rochefort interprété notamment par l'acteur-danseur américain Gene Kelly, puis réalise ensuite Peau dâne (1970) et sortira un second film entièrement chanté dans la même veine que Les Parapluies de Cherbourg baptisé Une chambre en ville. À la fin des années 1980, il tourne son dernier film, Trois places pour le 26, avant de mourir à 59 ans.

    Bien qu'ils n'aient tourné l'un et l'autre que relativement peu de films la chanteuse Oum Kalsoum et le chanteur Mohammed Abdel Wahab ont donné au cinéma égyptien quelques prestations marquantes. On peut citer aussi Farid El Atrache, Mohamed Fawzi, Tahia Carioca. La danseuse Samia Gamal est elle aussi une référence incontournable du cinéma égyptien d'après-guerre avec par exemple le film Madame la diablesse (1949) où elle incarne un génie malicieux.

    L'Opéra des quat'sous, adaptation de la comédie musicale du même nom, fut adapté une nouvelle fois au cinéma en 1962. La chanson Mack the Knife, version anglaise de La complainte de Mackie (Die Moritat von Mackie Messer) est devenue un standard du jazz après avoir été reprise dans les années 1950 par de nombreux artistes américains.

    Toutefois, si l'arrivée du régime nazi en Allemagne marque l'éloignement des juifs au cinéma, il ne marque pas la disparition des films musicaux. À titre d'exemple, citons L'Étudiant pauvre (1936), Leichte Kavallerie (1935), Capriccio (en) (1938, l'un des derniers films allemands auxquels a participé Lilian Harvey), Der singende Tor (1939) et Le Chant de la métropole (1943).

    Des comédies musicales subversives et autres opéras-rock naissent aussi de la contre-culture des années 1960-1970 en Grande-Bretagne ou aux États-Unis : Phantom of the Paradise (1974), The Rocky Horror Picture Show et Tommy (1975), Hair (1979), The Wall (1982). Ici, le genre musical n'est plus un produit, mais un véritable outil de contestation politique. On peut en dire autant, dans une certaine mesure, de films tels que Footloose et Dirty Dancing qui associent musique, danse et quête d'émancipation.

    De nombreux films musicaux s'attachent à évoquer le difficile parcours d'un artiste qui part à la recherche de son talent : Chorus Line, French Cancan, Fame, Flashdance, etc.

    De nombreux Films biographiques sont consacrés au récit romancé de la carrière d'artistes. On peut citer The Rose (1979), inspiré de la vie de Janis Joplin, What's Love Got to Do with It (1993), consacré à Tina Turner, Walk the Line (2005), consacré à Johnny Cash, La Môme (2007), consacré à Édith Piaf, etc. Dans certains de ces films, les musiciens interprètent leur propre rôle : Glitter, avec Mariah Carey, 8 Mile avec Eminem, Réussir ou mourir avec 50 Cent, Le Chant des ondes (2012) consacré à Maurice Martenot, etc.

    Des musiciens ont profité de leur notoriété ou de leur fortune pour devenir producteurs ou, parfois même, réalisateurs de films musicaux. On peut notamment mentionner Prince (Purple Rain, Under The Cherry Moon et Graffiti Bridge), Bob Dylan (Renaldo et Clara), Les Beatles (Magical Mystery Tour), ou encore des chanteurs-acteurs tels que Serge Gainsbourg (Je t'aime moi non plus) et Barbra Streisand.

  6. The Sound of Music (film) - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/The_Sound_of_Music_(film)

    The Sound of Music film, like the stage musical, presents a history of the von Trapp family that is not completely accurate. The film was influenced by other musicals of its era, such as Mary Poppins , the Rodgers and Hammerstein television production of Cinderella , and the stage production of Lerner and Loewe 's Camelot (coincidentally all ...

  7. Film score - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Film_score

    A film score is original music written specifically to accompany a film.The score comprises a number of orchestral, instrumental, or choral pieces called cues, which are timed to begin and end at specific points during the film in order to enhance the dramatic narrative and the emotional impact of the scene in question.

  8. Les Misérables (2012 film) - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Les_Misérables_(2012_film)

    The film is based on the popular 1985 West End English translation of the 1980 French musical by Boublil and Schönberg, which itself is adapted from the 1862 French novel of the same name by Victor Hugo. The film is a British and American venture distributed by Universal Pictures.

  9. Musicals - film, movie, cinema, scene, story, song

    www.filmreference.com/.../Musicals.html

    Musicals As a distinct genre, the film musical refers to movies that include singing and/or dancing as an important element and also involves the performance of song and/or dance by the main characters.

  10. The 57 best musical films of all time - IMDb

    www.imdb.com/list/ls000427550

    The 57 best musical films of all time. ... A film star helps a young singer and actress find fame, even as age and alcoholism send his own career on a downward spiral.

  11. People also search for