Yahoo Web Search

  1. From Wikipedia, the free encyclopedia Model Shop is a 1969 American drama romance film by French writer-director Jacques Demy starring Gary Lockwood, Alexandra Hay, and Anouk Aimée, featuring a guest appearance by Spirit who recorded the soundtrack.

    Model Shop (film) - Wikipedia

    https://en.wikipedia.org/wiki/Model_Shop_(film)
  2. Jacques Demy - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Jacques_Demy

    Jacques Demy (French: [ʒak dəmi]; 5 June 1931 – 27 October 1990) was a French director, lyricist, and screenwriter. He appeared in the wake of the French New Wave alongside contemporaries like Jean-Luc Godard and François Truffaut. Demy's films are celebrated for their visual style.

    • Career

      After working with the animator Paul Grimault and the...

    • Personal life

      As a student, Demy did not learn any foreign languages. In...

    • Tribute

      On 5 June 2019, on Demy's 88th birthday, he was honored with...

  3. Jacques Demy — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Jacques_Demy
    • Enfance
    • Parcours
    • Études
    • Enseignement
    • Commentaire
    • Débuts
    • Production
    • Sortie
    • Financement
    • Événements
    • Concept
    • Mort
    • Langues
    • Formation
    • Style

    La famille paternelle de Jacques Demy est originaire de Pontchâteau, lieu de la naissance de Jacques, où sa grand-mère tient un café et où est enterré son grand-père, lui aussi nommé Jacques, mort en 1934N 1. Son père, Raymond Demy, est garagiste à NantesN 2 (le « garage de l'Hôtel de Ville » et le domicile de la famille se trouvaient au no 9 du quai des Tanneurs, devenu, après le comblement de l'Erdre, l'allée des Tanneurs, une contre-allée du cours des 50-OtagesN 3). Le père de Jacques a espéré que son fils aîné reprendrait plus tard son garage et lui a fait faire un apprentissage de chaudronnier. Sa mère, Marie-Louise Leduc, est coiffeuse, mais n'exerce plus, en général. Pour l'été, ils louent pour quelques semaines une maison au hameau de La Chebuette à Saint-Julien-de-Concelles près de Nantes. Jacques a un frère cadet, Yvon, assez proche par l'âge, et une sœur plus jeune, Hélène1. Les parents de Jacques Demy sont grands amateurs de spectacles : cinéma (au Katorza, à l'ApolloN 4), opérettes ou opéras (au théâtre Graslin), et leur fils le devient aussi très tôt, fréquentant de plus le théâtre de marionnettesN 5 installé en permanence à Nantes à partir de 1932. À partir de 14 ans, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il devient un véritable cinéphile, lisant la revue L'Écran français et fréquentant le ciné-club de Nantes.

    De septembre 1943 à août 1944, en raison des risques liés aux bombardements de Nantes, il est réfugié chez un sabotier de la Pierre Percée, près de NantesN 6, non loin de la Chebuette. À ce moment ou un peu plus tardN 7, il réalise notamment un film sur une attaque aérienne contre le pont de Mauves. Fin 1944, il achète sa première caméra, et il en aura une plus perfectionnée à la fin de 1946. Il réalise d'abord quelques films avec acteurs, ainsi que des documentaires, en particulier, en 1947, Le Sabot, suite de son séjour à La Chapelle-Basse-Mer et première ébauche de son film Le Sabotier du Val de Loire (1955). Mais surtout, de 1946 à 1948, il se consacre à l'animation de personnages miniatures, réalisant des films de quelques minutes, La Ballerine puis Attaque nocturneN 8. C'est à cette période qu'il rencontre pour la première fois le cinéaste Christian-Jaque, de passage à Nantes, qui l'encourage et pousse son père à accepter la vocation du jeune Demy2.

    Il fait des études de type primaire supérieur jusqu'à l'âge de 14 ans et entre le 1er octobre 1945 à l'école Leloup-Bouhier (aujourd'hui lycée Leloup-Bouhier) à Nantes. Lui-même, qui envisageait déjà de devenir cinéaste, aurait préféré faire des études longues au lycée Clemenceau, mais il s'est heurté à un refus de la part de son père, pour les études classiques comme pour le cinéma. Malgré cela, il réussit bien dans toutes les matières, alors qu'il ne s'intéresse qu'aux Lettres et au Dessin. Il semble avoir obtenu le Brevet d'études industrielles et un CAP de mécanicien garagisteN 9.

    Sur son temps libre (le jeudi, le dimanche matin, certains soirs), il suit des cours à l'école des Beaux-Arts de NantesN 10,3 ; il y rencontre des gens qui participeront à la suite de sa carrière : Bernard Evein de Saint-Nazaire et Jacqueline Moreau d'Ancenis (future costumière) ou à un moindre degré, André Guérin et Jean Porcher.

    Comme le montre bien le film Jacquot de Nantes réalisé par Agnès Varda, le cinéma a été une véritable vocation pour Jacques Demy. Arrivé au terme de ses études secondaires, son père ne s'oppose pas à sa vocation. À sa sortie, Une chambre en ville nest pas un succès commercial29. Cet échec est aggravé par « l'affaire Une chambre en ville » : un certain nombre de critiques de cinéma attribuent, dans la presse, cet insuccès de Jacques Demy à la sortie simultanée de L'As des as, de Gérard Oury et s'attirent une réplique de l'acteur principal de L'As des as, Jean-Paul Belmondo. Jacques Demy, qui n'est pour rien dans cette affaire, exprime simplement ses remerciements aux critiques qui lont soutenu. Un scénario écrit dans les années 1970 d'après le mythe d'Orphée trouve un producteur à cette époque, mais avec la condition de pouvoir présenter le film au festival de Cannes suivant, soit quelques mois après seulement (il n'est, finalement, pas terminé à temps31). Le résultat est une précipitation qui, ajoutée à une certaine insuffisance budgétaire, fait que le film est largement raté, notamment du point de vue de Jacques Demy lui-même qui l'exclut de sa filmographie. Demy déplore que l'acteur principal Francis Huster ait obtenu du producteur de pouvoir interpréter lui-même les chansons du film, avec un résultat que le réalisateur juge catastrophique. Sur le plan commercial, c'est un échec29. En 1986, Jacques Demy propose à Yves Montand son scénario Kobi, que Montand refuse, mais il intéresse Claude Berri (on est peu de temps après la sortie de Jean de Florette) à un autre projet de Demy, qui va être retravaillé pour se fonder pour une part importante sur la biographie authentique de Montand. Claude Berri accorde à Jacques Demy des conditions de préparation et tournage tout à fait satisfaisantes5. Ce film sera pourtant un demi-échec sur le plan commercial. Assistant du réalisateur Georges Rouquier sur le tournage de SOS Noronha, il fait connaissance de Jean Marais qui lui permettra ensuite d'entrer en contact avec Jean Cocteau ; celui-ci donne à Jacques Demy les droits cinématographiques de sa courte pièce Le Bel Indifférent, créée en 1940. Ce court-métrage est aussi produit par Pathé-Cinéma, compte tenu du succès du Sabotier, bien que les créateurs, Édith Piaf et Paul Meurisse, d'abord envisagés aient dû être remplacés par la comédienne Jeanne Allard et Angelo Bellini, un non professionnel recruté sur son apparence pour un rôle totalement muet. En 1958, Jacques Demy met au point le scénario d'un long-métrage, Un billet pour Johannesbourg (le futur Lola), mais dans l'immédiat doit continuer avec des courts métrages. Il est de nouveau le collaborateur de Jean Masson pour Le Musée Grévin (musique de Jean Françaix), un film dont il ne se montre pas très satisfait par la suite. C'est une commande du Ministère de la Santé sur l'éducation des jeunes enfants de la naissance à l'âge de deux ans. Passés les conseils prodigués aux jeunes mamans, ce film a une tonalité propre à Jacques Demy dans la mesure où est valorisée l'idée de la prise d'autonomie de l'enfant par rapport à sa mère. Après la sortie de Lola, qui n'en fait pas encore un cinéaste de premier plan, Jacques Demy est invité à participer au film à sketches Les Sept Péchés capitaux dans lequel il tourne le sketch La Luxure. Les Parapluies de Cherbourg est relié à Lola par le personnage de Roland Cassard, qui évoque son ancien amour pour Lola sur une vue du Passage Pommeraye désert, mais aussi par celui de Cécile Desnoyers, venue de Nantes à Cherbourg, à laquelle Geneviève fait allusion en passant. Après Les Demoiselles de Rochefort, Jacques Demy part aux États-Unis, où il est déjà allé deux fois : en 1965, alors que Les Parapluies de Cherbourg avait été sélectionné pour les Oscars ; il a alors fait la connaissance d'un cadre de Columbia, Jerry Ayres ; en 1966, lors de l'engagement de Gene Kelly. Cette fois il est invité par le Festival de San Francisco, mais il va rester plus de deux ans aux États-Unis. La situation d' Une chambre en ville se résout en quelque sorte à la suite de la victoire de François Mitterrand en 1981. Grâce à Dominique Sanda, une des actrices de La Naissance du jour, il est mis en contact avec Christine Gouze-Rénal, qui accepte le projet, en partie, dit-elle, dans l'euphorie de l'après mai 81. Le film renoue avec de plus anciens : entièrement chanté comme Les Parapluies de Cherbourg, situé à Nantes, comme Lola (un des personnages de Lola est d'ailleurs évoqué dans le film, par le biais d'une note de réparation de téléviseur) mais présente plusieurs traits originaux : l'intervention explicite du conflit social, puisque l'action se déroule en 1955 pendant les grèves de la construction navale de Nantes et Saint-Nazaire ; l'explicitation de la relation sexuelle ; la radicalisation de la passion amoureuse, qui débouche sur la mort. À noter que cette fois-ci, c'est Michel Colombier qui compose la bande originale du film, Michel Legrand à qui Demy a demandé d'écrire la partition ayant refusé car il pense que le film ne marchera pas. Gérard Depardieu et Catherine Deneuve sont pressentis pour incarner les rôles titres. Cependant, Deneuve, ne voulant pas être doublée pour le chant, refuse le rôle, entrainant la défection de Depardieu par la même occasion5.

    En 1949, Jacques Demy, aidé par Christian-Jaque, part à Paris suivre les cours de l'ETPC (École technique de photographie et de cinématographie), située 85, rue de Vaugirard2. Il retrouve ses condisciples des Beaux-Arts de Nantes, entrés à l'IDHEC ou aux Beaux-Arts de Paris, ainsi qu'un nouveau venu, sorti de l'école d'architecture de Nantes, Bernard Toublanc-Michel. Pour son épreuve de sortie en 19523, il réalise un court-métrage de dix minutes, Les Horizons morts. Il accomplit ensuite son service militaire4. À son retour, il envisage de travailler dans le cinéma d'animation et se met au service de Paul Grimault3, avec lequel il réalise des parties de films publicitaires, animant notamment des boîtes de pâtes Lustucru. En même temps, il a plusieurs projets personnels qui n'aboutissent pas : Les Très Riches Heures d'une enfant sage (sur un scénario personnel) ; Le Faux Nez (sur un scénario de Jean-Paul Sartre). Cependant, il est remarqué par une firme de publicité qui va lui procurer plusieurs mois de travail, en collaboration avec Bernard Evein. C'est aussi l'époque où il se lance dans un roman, qu'il abandonne rapidement, mais qui est la première ébauche du scénario d'Une chambre en ville4.

    Un peu plus tard, il a une proposition d'une maison de production catholique, les Productions du Parvis, qui avait financé le film sur Lourdes ; il s'agit cette fois d'un sujet sur la vie du curé d'Ars. Jacques Demy est d'abord réticent, puis accepte après être allé à Ars. C'est avec ce film que commence sa collaboration avec Philippe Dussart, un des dirigeants des Productions du Parvis, qui sera directeur de production de plusieurs de ses films ultérieurs. En même temps, il met au point le scénario des Parapluies de Cherbourg et travaille déjà sur la musique de ce film avec Michel Legrand. Cette fois, il réussit à intéresser à ce projet la productrice Mag Bodard, qui met pourtant du temps à rassembler les financements nécessaires13. Jerry Ayres lui donne la possibilité de tourner un film pour Columbia. Très rapidement Jacques Demy élabore son sujet, autour de sa propre fascination pour Los Angeles et le pays en général. Columbia accepte le sujet sous réserve d'une limite budgétaire (1 000 000 $) que le film sera loin d'atteindre (700 000 $). Model Shop reprend le personnage de Lola, mais un certain nombre de difficultés qui apparaissent détourneront par la suite Jacques Demy d'essayer d'établir des liens aussi forts entre ses films. Model Shop n'est pas dans la tonalité des films précédents : Demy examine un bout des États-Unis avec une attention quasi documentaire. Il veut représenter Los Angeles à travers sa vision européenne20. Harrison Ford avait été pressenti de façon très sérieuse pour ce film, mais c'est finalement Gary Lockwood (Frank Poole dans 2001, l'Odyssée de l'espace) qui prend le rôle21. Jacques Demy a élaboré le scénario et les dialogues, et la musique composée par Michel Legrand, au cours de son séjour américain. La production associe Mag Bodard et la Paramount (et sa filiale française Marianne Films). Mais le tournage va être plus difficile que prévu, malgré l'enthousiasme de l'équipe, en raison de l'insuffisance du budget de départ (4 000 000 de francs) obligeant à une très forte limitation du décor et de la figuration. Bernard Evein ayant évalué le coût du décor à 700 000 francs, au lieu de 350 000 envisagés par la production, abandonne le projet. Jacques Demy et Catherine Deneuve mettent leur salaire en participation. Malgré tout, le budget sera dépassé (4 800 000). Le scénario d'Une chambre en ville est au point au début de 1973 et la musique est composée en 1973-74, non pas par Michel Legrand qui n'a pas voulu travailler sur ce sujet, mais par Michel Colombier. En 1976, il semble que la réalisation soit très proche, avec Gaumont (Daniel Toscan du Plantier) et Planfilm comme producteurs, mais surviennent un certain nombre d'obstacles. Tout d'abord, le refus de Catherine Deneuve d'utiliser le play-back, puis le refus des producteurs de confier le premier rôle féminin à Dominique Sanda et pour terminer, les problèmes de Gaumont dus à l'échec de plusieurs films de cette époque. Durant cette période, Jacques Demy tourne quelques films publicitaires, notamment en 1981, des spots de promotion de la lecture et, en 1986, une commande du Ministère des Affaires étrangères sur les succès de la recherche française (spots dans lesquels apparaît Mathieu Demy). En 1979, Jacques Demy reçoit la proposition de tourner pour la chaine de télévision FR3 une adaptation du livre de Colette. Il refuse d'abord, mais devant l'insistance de notamment la fille de Colette, il finit par accepter. Il consacre dès lors ses loisirs forcés à la rédaction de ses souvenirs d'enfance, qu'il communique au fur et à mesure à son épouse Agnès Varda. En mars 1990, celle-ci décide d'en faire un film, tourné dès le printemps et l'été de 1990 ; après une interruption due à la mort de Jacques Demy, le 27 octobre 1990 à Paris, le film est achevé début 1991.

    Le budget finalement réuni par Mag Bodard est de 1 300 000 francs, avec une participation de la 20th Century Fox. Le film, tourné dans des conditions satisfaisantes, obtient immédiatement un succès public et critique. Il gagne le prix Louis-Delluc dès janvier 1964, puis la Palme d'or à Cannes16. En France le public plébiscite le film avec 1,3 million de spectateurs et le succès du film à létranger (notamment au Japon) donne à Jacques Demy et aux autres protagonistes : Mag Bodard, Michel Legrand et Catherine Deneuve, une immense notoriété internationale17.

    Malgré le succès des Parapluies de Cherbourg, le financement des Demoiselles de Rochefort n'a pas été très facileN 13 parce que le budget nécessaire est énorme pour l'époque. Une coproduction franco-britannique est d'abord envisagée, mais n'aboutit pas ; en revanche, Mag Bodard parvient à obtenir la participation de Warner-7 Arts, qui permet de doubler le budget (atteignant 6 000 000 de francs 1966) et d'amener dans la distribution les acteurs américains Gene Kelly et George Chakiris.

    Jacques Demy reçoit de Rolf Liebermann à l'Opéra de Paris la proposition de mettre en scène l'opéra de Jean-Philippe Rameau Platée, mais c'est lui qui décline finalement5, ne voyant pas ce qu'il pourrait apporter à cette œuvreN 14.

    Durant les années 1983-84, Jacques Demy assiste Paul Grimault pour la réalisation d'un film de rétrospective de ses dessins animés de court métrage. Il s'agit de présenter ces courts-métrages (ou des extraits) en les liant par une trame dans laquelle Paul Grimault dialogue avec un clown animé5. Au cours de cette présentation intervient aussi Anouk Aimée, la voix de la bergère dans La Bergère et le Ramoneur en 1949.

    Jacques Demy meurt en 1990, officiellement d'un cancer35. Il est enterré au cimetière du Montparnasse (9e division). Ce n'est qu'en 2008 qu'Agnès Varda révèle que la véritable cause de la mort de Demy était le sida36,34. Jacques Demy n'avait pas souhaité, en 1990, que la véritable cause de son décès fût dévoilée37,38.

    Pendant ses études, il n'avait pas appris de langue étrangère. Il a appris l'anglais durant les années 1960, en suivant des cours et des stages, ainsi qu'en séjournant aux États-Unis. À l'époque du projet Anouchka, qui a duré plusieurs années, il a aussi appris le russe39.

    Au début des années 1970, il a passé (à l'exemple de Michel Legrand) un brevet de pilotage d'avion de tourisme40.

    Les films de Jacques Demy accordent une place particulière à la musique. Il a souvent fait appel à Michel Legrand pour la composition. Excepté les longs-métrages produits à l'étranger, seule la bande originale dUne chambre en ville est composée par un autre compositeur : Michel Colombier5. Demy s'attelle lui-même aux textes, allant même, à deux occasions, jusqu'à réaliser des films entièrement chantés : Les Parapluies de Cherbourg et Une chambre en ville. Ces deux films se démarquent de son univers féerique pour explorer le sentimental dans une description sociale méticuleuse. Il est probablement le seul réalisateur en dehors des États-Unis à avoir obtenu un succès international avec un film musical (Les Parapluies de Cherbourg, Palme d'Or au festival de Cannes) ou une comédie musicale (Les Demoiselles de Rochefort). Les contes, les légendes, voire le féerique, sont très présents dans ses films : Peau d'âne d'après Charles Perrault, Le joueur de flûte dans la légende du joueur de flûte de Hamelin, Parking d'après le mythe d'Orphée ; dans Les Demoiselles de Rochefort, il y insère des éléments de la vie quotidienne et ses problèmes pour obtenir des films mêlant rêve et réalité41.

  4. Model Shop (film) - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Model_Shop_(film)

    From Wikipedia, the free encyclopedia Model Shop is a 1969 American drama romance film by French writer-director Jacques Demy starring Gary Lockwood, Alexandra Hay, and Anouk Aimée, featuring a guest appearance by Spirit who recorded the soundtrack.

    • Jacques Demy
    • Spirit
  5. People also ask

    How did Jacques Demy die?

    Who is Jacques Demy?

    How many children did Jacques Demy have?

  6. Jacques Demy - Wikipedia

    sh.wikipedia.org › wiki › Jacques_Demy

    Jacques Demy (francuski izgovor: [dəmi]; 5. jun 1931 – 27. oktobar 1990) bio je francuski filmski režiser, poznat kao jedan od predstavnika Novog vala, među kojima se isticao specifičnim stilom, temama i žanrovskim preokupacijama koje su najviše došle do izražaja kod izuzetno popularnih mjuzikala kao što su Šerburski kišobrani i Les Demoiselles de Rochefort.

  7. Jacques Demy – Wikipédia, a enciclopédia livre

    pt.wikipedia.org › wiki › Jacques_Demy

    Jacques Demy Origem: Wikipédia, a enciclopédia livre. Jacques Demy (Pontchâteau, Loire-Atlantique, 5 de junho de 1931 – Paris, 27 de outubro de 1990) foi um diretor e roteirista de cinema francês.

  8. Jacques Demy – Wikipedia

    fi.wikipedia.org › wiki › Jacques_Demy

    Jacques Demy (5. kesäkuuta 1931 – 27. lokakuuta 1990) oli ranskalainen elokuvaohjaaja. Hänen muistetuin elokuvansa on elokuvamusikaali Cherbourgin sateenvarjot (1964), johon Michel Legrand sävelsi musiikin.

  9. Jacques Demy - Wikipedia, den frie encyklopædi

    da.wikipedia.org › wiki › Jacques_Demy

    Jacques Demy Fra Wikipedia, den frie encyklopædi Jacques Demy (født 5. juni 1931, død 27. oktober 1990) var en fransk filminstruktør af den Nye bølge. Han var gift med Agnès Varda.

  10. Jacques Demy – Wikipedia

    sv.wikipedia.org › wiki › Jacques_Demy

    Jacques Demy, född 5 juni 1931 i Pontchâteau, Loire-Atlantique, död 27 oktober 1990 i Paris, var en fransk filmregissör.

  11. Jacques Demy – Wikipédia

    hu.wikipedia.org › wiki › Jacques_Demy

    Jacques Demy A Wikipédiából, a szabad enciklopédiából Jacques Demy (Pontchâteau, 1931. június 5. – Párizs, 1990. október 27.) francia filmrendező, forgatókönyvíró.

  12. ジャック・ドゥミ - Wikipedia

    ja.wikipedia.org › wiki › ジャック・ドゥミ

    ジャック・ドゥミ(Jacques Demy, 1931年 6月5日 - 1990年 10月27日)はフランス出身の映画監督・脚本家。 妻は同じく映画監督の アニエス・ヴァルダ 。 ともに ヌーヴェルヴァーグ の 左岸派 とされる。