Yahoo Web Search

      • The Einsatzgruppen were SS mobile death squads, operating behind the front line in Nazi-occupied Eastern Europe. From 1941 to 1945, they murdered around 2 million people; 1.3 million Jews, up to 250,000 Romani, and around 500,000 so-called " partisans ", people with disabilities, political commissars, Slavs, homosexuals and others.
      en.wikipedia.org/wiki/Einsatzgruppen_Trial#:~:text=The Einsatzgruppen were SS mobile death squads, operating,with disabilities, political commissars, Slavs, homosexuals and others.
  1. People also ask

    Did the Einsatzgruppen kill Jews?

    What was the Einsatzgruppen Trial?

    Who were einsatzgruppens?

    What did the Einsatzgruppen do?

  2. Einsatzgruppen - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Einsatzgruppen

    Einsatzgruppen (German: [ˈʔaɪnzatsˌɡʁʊpn̩], lit. "deployment groups"; also " task forces ") were Schutzstaffel (SS) paramilitary death squads of Nazi Germany that were responsible for mass killings, primarily by shooting, during World War II (1939–45) in German-occupied Europe.

    • Otto Rasch

      Emil Otto Rasch (7 December 1891 – 1 November 1948) was a...

    • Einsatzgruppen Trial

      Einsatzgruppen Trial (officially, The United States of...

    • Otto Ohlendorf

      Otto Ohlendorf (German pronunciation: [ˈʔɔto ˈʔoːləndɔɐ̯f];...

  3. The Einsatzgruppen would play an important part in this by murdering people who the Nazis thought were inferior. However, the Nazis would also use other strategies, like starvation, to kill other Soviets. p. 181. The Einsatzgruppen were divided into seven battalions. p. 225 Hitler's army invaded the Soviet Union on June 22, 1941.

  4. Einsatzkommando - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Einsatzgruppen_A
    • Overview
    • Organization of the Einsatzgruppen
    • The earliest Einsatzgruppen in occupied Poland
    • Einsatzgruppe A
    • Einsatzgruppe B
    • Einsatzgruppe C

    During World War II, the Nazi German Einsatzkommandos were a sub-group of the Einsatzgruppen – up to 3,000 men total – usually composed of 500–1,000 functionaries of the SS and Gestapo, whose mission was to exterminate Jews, Polish intellectuals, Romani, and communists in the captured territories often far behind the advancing German front. Einsatzkommandos, along with Sonderkommandos, were responsible for the systematic killing of Jews during the aftermath of Operation Barbarossa...

    Einsatzgruppen were paramilitary groups originally formed in 1938 under the direction of Reinhard Heydrich – Chief of the SD, and Sicherheitspolizei. They were operated by the Schutzstaffel. The first Einsatzgruppen of World War II were formed in the course of the 1939 invasion of Poland. Then following a Hitler-Himmler directive, the Einsatzgruppen were re-formed in anticipation of the 1941 invasion of the Soviet Union. The Einsatzgruppen were once again under the control of Reinhard ...

    The first eight Einsatzgruppen of World War II were formed in 1939 for the invasion of Poland. They were composed of the Gestapo, Kripo and SD functionaries, and deployed during the classified Operation Tannenberg and the Intelligenzaktion lasting till the spring of 1940; followed by the German AB-Aktion which ended in late 1940. Long before the attack on Poland, the Nazis prepared a detailed list identifying more than 61,000 Polish targets by name, with the help of German minority living in the

    Einsatzgruppe A, attached to the Army Group North, was formed in Gumbinnen in East Prussia on 23 June 1941. Stahlecker – its first commander – deployed the unit toward the Lithuanian border. His group consisted of 340 men from the Waffen-SS, 89 from the Gestapo, 35 from the SD, 133 from the Orpo, and 41 from the Kripo. Soviet troops withdrew from the Lithuanian temporary capital Kaunas the day before, and the city was taken over by Lithuanians during the anti-Soviet uprising. On 25 June ...

    The operational command of Einsatzgruppe B, attached to the Army Group Center, was established under the command of Arthur Nebe a few days after the German attack on the Soviet Union in Operation Barbarossa. Einsatzgruppe B departed from the occupied city of Poznań on 24 June 1941, with 655 men from the Security Police, Gestapo, Kripo, SD, Waffen-SS and the 2nd Company of Reserve Police Battalion 9. On 30 June 1941 Himmler visited the newly formed Bezirk Bialystok district and pronounced ...

    The Einzatzgruppe C, as a whole, was attached to the Army Group South and executed 118,341 people. SS-Brigadeführer und Generalmajor der Polizei Dr. Dr. Otto Rasch SS-Gruppenführer und Generalleutnant der Polizei Max Thomas SS-Standartenführer Horst Böhme Einsatzkommando 4a

    • approximately 3,000
  5. Category:Einsatzgruppen - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Category:Einsatzgruppen

    Pages in category "Einsatzgruppen" The following 59 pages are in this category, out of 59 total. This list may not reflect recent changes ().

  6. Ivanhorod Einsatzgruppen photograph - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Einsatzgruppen_murder_Jews...

    Einsatzgruppen murdering Jewish civilians in Ivanhorod, Ukraine, 1942. The Ivanhorod Einsatzgruppen photograph is an image of the Holocaust, showing a soldier aiming a rifle at a woman who is trying to shield a child with her body. It depicts the murder of Jews by an Einsatzgruppen death squad near Ivanhorod, Ukraine, in 1942.

  7. Einsatzgruppen – Wikipedia

    sv.wikipedia.org/wiki/Einsatzgruppen

    Einsatzgruppen (tyska: "insatsgrupper"; Einsatzgruppen der Sicherheitspolizei und des SD) var den nazityska säkerhetspolisens (Sicherheitspolizei, Sipo) och säkerhetstjänstens (Sicherheitsdienst, SD) mobila enheter som under andra världskriget följde den tyska armén vid angreppen på Polen den 1 september 1939 och Sovjetunionen den 22 juni 1941.

  8. Einsatzgruppen — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Einsatzgruppen
    • Activités
    • Contexte historique
    • Étymologie
    • Objectifs
    • Idéologie
    • Organisation
    • Préparation
    • Conséquences
    • Polémique
    • Introduction
    • Formation
    • Événements
    • Résumé
    • Fonctionnement
    • Variantes
    • Épidémiologie

    Les missions d'extermination des Einsatzgruppen furent successivement l'élimination en masse des cadres polonais, des handicapés, des Juifs et des Tziganes1, puis, à partir de la rupture du Pacte germano-soviétique et de l'invasion de l'Union soviétique à partir du 22 juin 1941, des prisonniers de guerre et des civils soviétiques2,b, des partisans (qualifiés par les SS de « saboteurs » et de « terroristes »), des cadres soviétiques, dont les commissaires politiques et des communistes au sens général du terme.

    De 1940 à 1944, les Einsatzgruppen assassinèrent plus d'un million et demi de personnes, essentiellement des Juifs. Leur action fut la première phase de la Shoah, s'effectuant dans un premier temps au travers de fusillades, appelées « Shoah par balles »3,4, et dans un deuxième temps au moyen de camions à gaz itinérants, avant la mise en place définitive des camps d'extermination à partir de fin 1941. La préparation de l'opération Barbarossa fait changer la nature de l'action des Einsatzgruppen. Dès le printemps 1941, ils sont organisés en plusieurs unités opérant dans des espaces délimités, leur action faisant l'objet d'intenses négociations entre la Wehrmacht et la SS. Ils sont alors présentés comme les héros de la lutte des Germains contre les Slaves. Le 3 mars 1941, Adolf Hitler exige du chef du bureau opération de la Wehrmacht, le général Alfred Jodl, que soit examinée l'intégration des services du Reichsführer-SS Heinrich Himmler dans les zones d'opération de l'Armée33, ce qui débouche sur d'intenses négociations au sein de la Wehrmacht, puis entre celle-ci et la SS. Dès le 5 mars, la Wehrmacht accepte de limiter le rôle des juridictions militaires aux affaires internes à la troupe ou aux affaires liées à une menace immédiate contre l'Armée34. En l'absence d'administration civile, l'arrière du front devient de ce fait une zone de non-droit où la SS a les mains libres. Les massacres de masse commencent dès le 23 juin dans la ville de Garsden, le long de la frontière entre le Reich et l'URSS, côté soviétique : après la prise de la ville, le 22 juin dans l'après-midi, les gardes-frontières allemands, dont l'unité est dénommée à partir de ce moment Einsatzkommando Tilsit, exécutent en deux jours les 700 habitants juifs de la ville, dont certains, originaires de Memel, connaissaient leurs bourreaux43 ; ce commando, commandé par un officier nazi fanatique, H.J. Böhme de la Schutzpolizei, s'illustre en Lituanie, au point de revendiquer 3 302 victimes dans un rapport du 18 juillet 194143.

    L'étymologie du mot « Einsatzgruppen » ne fait pas référence à une mission mortifère. Leur création est notamment liée au fait que, depuis la guerre de 1870 et la Première Guerre mondiale, les militaires allemands en campagne redoutent l'action de groupes de francs-tireurs insaisissables, méconnaissables, jetant le trouble et la confusion sur les arrières du front allemand5.

    Dès l'intervention de ces groupes en Pologne à l'automne 1939, l'action des Einsatzgruppen est présentée par la propagande nazie comme une action défensive de la part du Reich, qui prolonge l'action défensive des Allemands ayant vécu sous la tutelle polonaise entre 1919 et 19399.

    Lors de la préparation de l'invasion de l'Union soviétique, l'idéologie nazie présente les Einsatzgruppen comme des acteurs du combat de l'Allemagne pour son existence dans le cadre d'une guerre totale d'extermination10. La guerre avec l'URSS communiste revêt une dimension idéologique importante. Pour les Allemands qui pénètrent en Union soviétique, les Slaves de l'Est sont perçus comme des barbares, des « Mongols11 ». Les Einsatzgruppen favorisent les pogroms en Union soviétique. Ils souhaitent que les populations locales prennent part aux pogroms pour des raisons de maintien de l'ordre. En Lettonie, le pogrom de Riga fait quatre cents victimes. L'Einsatzgruppe filme les pogroms à des fins de propagande12.

    L'opération Tannenberg, dont le nom, choisi par Himmler, évoque à la fois la victoire de 1914 et surtout la défaite de 1410, est conçue comme une mesure de rétorsion face à cette défaite15. Cinq16 Einsatzgruppen sont constitués en juillet par Heydrich17 ; par la suite, deux Einsatzgruppen supplémentaires sont créés ainsi qu'un Einsatzkommando (« commando d'intervention ») indépendant formé à Dantzig18. Au total, ces unités comptent 3 000 hommes, issus de la Gestapo, du SD, de la Kripo et de l'Ordnungspolizei18. Le rôle des Einsatzgruppen est mentionné dans des instructions du commandant en chef Wilhelm Keitel, le 13 mars 194135. Quatre Einsatzgruppen sont constitués en préparation de l'invasion de l'Union soviétique, alliée du IIIe Reich depuis la signature du Pacte germano-soviétique le 23 août 1939. Affectés aux arrières d'un groupe d'armées, ils sont divisés en Einsatzkommandos (« commandos d'intervention ») eux-mêmes divisés en Sonderkommandos (« commandos spéciaux »), qui réalisent les opérations de tuerie mobiles. Les instructions données par Heydrich le 17 juin 1941 sont suivies à la lettre : début juillet 1941, lEinsatzkommando 9 de lEinsatzgruppe B se livre à des exécutions de masse au sein de la population juive de Białystok, au Nord-Est de la Pologne51. À la même période, d'autres unités de lEinsatzgruppe B assassinent les hommes juifs en âge de porter les armes à Minsk, à Vitebsk52 et à Vilnius, aidés dans cette ville par des auxiliaires locaux53. LEinsatzgruppe C sévit en Ukraine et en Galicie54. À l'initiative d'Himmler, en juillet 1941, les trois mille hommes des Einsatzgruppen sont renforcés par plusieurs dizaines de milliers de membres de la SS et de lOrdnungspolizei et de deux brigades de la Waffen SS, placés sous le commandement des chefs suprêmes de la SS et de la police (Höhere SS- und Polizeiführer), comme Erich von dem Bach-Zelewski ou Odilo Globocnik ; le 25 juillet 1941, Himmler donne l'ordre de constituer des unités auxiliaires de police « avec les éléments fiables et anticommunistes parmi les Ukrainiens, les Estoniens, les Lettons et les Biélorusses », dont les effectifs atteignent trente-trois mille hommes fin 194155.

    Dès le mois d'avril 1939, les militaires sont informés de la compétence du parti et de ses organisations paramilitaires à l'arrière du front19. Le 5 juillet, une réunion organisée autour des services de Heydrich précise l'action de ces unités : quatre groupes d'intervention, divisés en cinq commandos de cent hommes, soit 2 000 hommes au total, sont planifiés ; parmi ces 2 000 hommes, 450 hommes sont détachés du SD19.

    L'action de ces groupes, qui porte officiellement sur l'arrestation systématique de tous les ennemis potentiels, fait l'objet de négociations entre Heydrich et le général de brigade Eduard Wagner, responsable de la logistique au sein de l'OKW, entre le 31 juillet et le 29 août 193918. Loin de se limiter à leur mission officiellement convenue lors des négociations, dans le sillage de la Wehrmacht, les Einsatzgruppen procèdent au massacre planifié de l'élite polonaise, et particulièrement les Juifs considérés comme opposants potentiels. Si la Wehrmacht commet elle aussi de nombreuses exactions en représailles aux actions de francs-tireurs, le plus souvent imaginaires20, l'action des Einsatzgruppen est quant à elle planifiée avant même le début de l'invasion, dirigée vers des victimes prédéfiniesc, considérées comme des opposants ou de futurs opposants potentiels à l'occupation allemande. Heydrich indique ainsi : « Nous voulons bien protéger les petites gens, mais les aristocrates, les curetons et les Juifs doivent être supprimés22. » Si l'exécution des assassinats relevait de la SS, l'identification des populations d'un village à l'autre a reposé sur les minutieux travaux cartographiques compilés pour le Generalplan Ost par son administration civile, l'Ost Institut. À Lvov, après avoir été obligés par les Ukrainiens d'enterrer les victimes du NKVD, les Juifs de la ville sont abattus dans des fosses, dans les prisons ou dans les rues et les places. À Zloczow, le Sonderkommando 4b de lEinsatzgruppe C « se contente d'un rôle relativement passif consistant à encourager les Ukrainiens », essentiellement des membres de l'OUN, les soldats de la 5e Panzerdivision SS Wiking « n'ayant aucunement besoin d'être aiguillonnés48. » Dans les premiers jours de l'occupation, le lien supposé entre Juifs et NKVD explique que la plupart des massacres de Juifs se produise sans intervention allemande : « la plupart des Juifs qui ont péri à Brzezany ce jour-là ont été assassinés à coup de manches à balai sur lesquels on avait fixé des clous [] Il y avait des rangées de bandits ukrainiens, armés de gros bâtons. Ils ont forcé ces gens, les Juifs, à passer entre les deux rangées et les ont massacré de sang-froid avec ces bâtons49. » S'ils ne sont qu'en petite partie spontanés, les pogroms ne sont pas non plus généralisés : à Brest-Litovsk, « les Biélorusses et les Polonais exprimèrent ouvertement leur compassion envers les victimes juives et leur dégoût des méthodes barbares employées par les Allemands » ; en Ukraine, dans la région de Jitomir, les responsables allemands regrettent qu'« il n'a été presque nulle part possible d'amener la population à prendre des mesures actives contre les Juifs »50. Les Einsatzgruppen poursuivent leur macabre besogne, notamment en Ukraine occidentale. Fin juillet, le 45e bataillon de la police de réserve y massacre toute la population juive de la petite ville de Chepetivka, entre Lviv et Kiev, hommes, femmes et enfants56. Entre le 27 juillet et le 11 août 1941, sur les ordres directs de Himmler, deux régiments de la brigade de cavalerie de la Waffen-SS, commandée par Hermann Fegelein tuent tous les Juifs de la région des marais de Polésie, sans distinction d'âge ou de sexe57. À la suite de ce voyage, Himmler souhaite la mise en place de procédés d'exécution qui seraient de nature à éviter aux exécutants une trop grande proximité avec les civils assassinés et le spectacle de ces nombreux morts, afin de les « épargner », selon le mot du Reichsführer-SS60. C'est d'ailleurs à la suite de ce voyage que Nebe reçoit mandat de Himmler d'exterminer les pensionnaires de l'asile voisin autrement qu'en les fusillant : diverses expériences sont tentées sans succès à la fin de l'été, asphyxie par gaz d'échappement, emploi d'explosifs au cours des mois suivants61.

    Les actions menées par lEinsatzgruppe II dirigé par Emanuel Schäfer et de l'Einsatzgruppe d'Udo von Woyrschd suscitent un profond malaise au sein du commandement de la Wehrmacht. Après un entretien avec Walther von Brauchitsch, commandant en chef, le général Wagner rencontre Heydrich le 19 septembre 1939, pour obtenir des précisions sur les missions confiées aux Einsatzgruppen. Sur ce point, Heydrich est très clair : il s'agit de la purification radicale des Juifs, de l'intelligentsia, du clergé et de la noblesse18. Selon Christopher R. Browning, le commandement de la Wehrmacht ne souhaite contester que ponctuellement les décisions de la SS, éviter les pires bavures et « gagner du temps de sorte que la Wehrmacht puisse se retirer de Pologne les mains propres28 ».

    Ces instructions sont détaillées dans un accord négocié entre Reinhard Heydrich, chef du RSHA, et le général Wagner, en date du 26 mars 1941. Le texte est précis sur l'objectif de mission : « les Sonderkommandos sont autorisés, dans le cadre de leur mission et sous leur propre responsabilité, à prendre des mesures exécutives contre la population civile36 ». L'accord finalisé en mai 1941 après des discussions entre Wagner et Walter Schellenberg rajoute un droit tactique substantiel, celui d'opérer en plus des arrières des armées et groupes d'armées sur les arrières des corps d'armées pour ainsi capturer plus rapidement les victimes juste derrière le front. Les Einsatzgruppen étaient ainsi placés sous la double autorité conjointe de l'Armée pour le contrôle territorial et administratif et du RSHA pour le contrôle opérationnel et fonctionnel37.

    Au printemps 1941, plusieurs milliers de membres de la SS et de lOrdnungspolizei sont rassemblés dans une école de police à Pretzsch, sur l'Elbe. À l'exception de quelques dirigeants, ils ne savent pas à quelle mission ils seront affectés38. Leur entraînement est réduit à sa plus simple expression39.

    Dès leur entrée à Kaunas, en Lituanie, le 23 juin 1941, des unités de lEinsatzgruppe A suscitent des attaques spontanées de la population locale contre les Juifs : les pogroms qui ensanglantent la ville font plusieurs milliers de victimes44 ; à Kaunas, des escadrons de la mort lituaniens se déchaînent également ; un soldat allemand de la 562e compagnie de boulangers a vu « des civils lituaniens frapper un certain nombre de civils avec différents types d'armes jusqu'à ce qu'ils ne donnent plus signe de vie » ; « d'autres témoins décrivent la présence enthousiaste de la population lituanienne (dont beaucoup de femmes avec des enfants s'installant au premier rang pour la journée)45. » Des pogroms ont également lieu en Ukraine46. Dans cette région, les nazis exploitent l'assassinat par le NKVD d'environ vingt mille prisonniers47. Même s'il n'y a aucun lien entre les victimes des pogroms et les bourreaux du NKVD, pour déchaîner la haine de la foule, les nazis désignèrent comme responsables les « judéo-communistes ».

    Himmler et sa suite arrivent à Minsk le 14 août, le Reichsführer prend connaissance des rapports de ses subordonnés sur place dès le 14, assiste à une exécution de masse de civils juifs raflés la veille dans le ghetto, puis retourne en Prusse-Orientale le lendemain. Lors de ce voyage est lancée, de la part des cercles dirigeants de la SS, une réflexion en vue de limiter les contacts directs des exécutants avec les victimes : c'est ainsi que des expériences de mise à mort par gaz sont tentées sur les pensionnaires de l'asile d'aliénés de la localité voisine59.

    Le Sonderkommando 7a de lEinsatzgruppe B, commandé par Walter Blume, colonel de lOrdnungspolizei, mène les exécutions à Minsk et à Vitebsk « selon la méthode militaire », c'est-à-dire en faisant tirer sur chaque victime par trois hommes. Si cette méthode se traduit par une grande consommation de munitions, elle permet de diluer la responsabilité, aucuns des tireurs ne pouvant déterminer quelle balle a tué la victime62.

    En Ukraine, les unités du même Jeckeln forcent les victimes à s'allonger sur le sol, face contre terre, avant de les tuer d'une balle dans la nuque, et ce, couche après couche. À la cinquième ou sixième couche, on recouvre la fosse de terre65. Cette méthode, une invention de Jeckeln, qu'il nomme Sardinenpackung (méthode des sardines), remporte bientôt un franc succès et tend à se généraliser aux autres bataillons d'extermination66.

    Dans certains cas, les tueurs sont amenés sur place par avion par la Luftwaffe, comme à Berditchev et Koroliouk, en Ukraine, le 14 septembre 1941.

  9. Einsatzgruppen – Wikipedia

    fi.wikipedia.org/wiki/Einsatzgruppen

    Einsatzgruppen (suom. toimintaryhmät), virallisesti Einsatzgruppen der Sicherheitspolizei und des SD, olivat toisen maailmansodan aikaan Saksan turvallisuuspoliisin muodostamia tuhoamisryhmiä, joiden tarkoitus oli surmata natsihallinnon ei-toivotuksi määrittelemä väestö (saks. Untragbare Elemente) itärintaman valloitetuilta alueilta.

  10. People also search for