Yahoo Web Search

  1. Skanderbeg - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Skanderbeg

    19 hours ago · On 27 June 1458, King Alfonso V died at Naples and Skanderbeg sent emissaries to his son and successor, King Ferdinand. According to historian C. Marinesco, the death of King Alfonso marked the end of the Aragonese dream of a Mediterranean Empire and also the hope for a new crusade in which Skanderbeg was assigned a leading role. [150]

  2. Isabella of Aragon, Queen of Portugal - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Isabella_of_Aragon,_Queen...

    19 hours ago · Isabella, Princess of Asturias (2 October 1470 – 23 August 1498) was a queen consort of Portugal and heir presumptive of King Ferdinand II of Aragon and Queen Isabella I of Castile, as their eldest daughter.

  3. Francis I of the Two Sicilies - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Francis_I_of_the_Two_Sicilies

    1 day ago · Francis was born the son of Ferdinand I of the Two Sicilies and his wife Archduchess Maria Carolina of Austria in Naples.He was also the nephew of Marie Antoinette and Louis XVI, the last King and Queen of France before the first French Republic.

  4. Ischia - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Ischia

    19 hours ago · In 1422 Joan II gave the island to her adoptive son Alfonso V of Aragon, though, when he fell into disgrace, she retook it with the help of Genoa in 1424. In 1438 Alfonso reoccupied the castle, kicking out all the men and proclaiming it an Aragonese colony, marrying to his garrison the wives and daughters of the expelled.

  5. Charles I of Anjou - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Charles_I_of_Anjou

    19 hours ago · Charles left Naples for Calabria on 24 June 1284. A large army—reportedly 10,000 mounted warriors and 40,000 foot-soldiers—accompanied him as far as Reggio Calabria. [232] He laid siege to the town by sea and land in late July. [233]

  6. Calabre — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Calabre
    • Géographie
    • Géologie
    • Climat
    • Évolution
    • Contexte historique
    • Histoire
    • Conséquences
    • Controverse
    • Économie
    • Tourisme
    • Trafic
    • Activités
    • Population

    La région de Calabre (en italien : Regione Calabria), plus couramment appelée la Calabre (en italien : Calabria prononcé : [kaˈlaːbrja] ; en calabrais : Calàbbria prononcé : [kʰɐˈlɐbːrjɐ] ; en griko : Calavrìa), est une région d'Italie située à l'extrême sud de la péninsule. Ses habitants sont les Calabrais. La capitale régionale est Catanzaro et la plus grande ville Reggio de Calabre.

    C'est une région essentiellement montagneuse, comptant plusieurs massifs : Le domaine se compose principalement des roches du « socle calabrien » (cristallines et métamorphiques) d'âge paléozoïque, partiellement recouvertes par des sédiments néogènes. Des études récentes et toujours en cours ont montré que ces roches font partie d'une unité tectonique (chevauchement) couvrant des unités des Apennins méridionales et des Maghrebides de la Sicile1. La géologie de la Calabre a été étudiée depuis plus d'un siècle dans le détail. Pour la littérature scientifique avant 1973, se référer à Ognibene (1973). Ippolito (1959) présente une bibliographie complète des travaux avant cette date. Cortese (1895), Limanowski (1913), Quitzow (1935), Caire et al. (1960), Caire (1961), Grand-Jacquet et al. (1961), Ogniben (1969, 1973), Caire (1970, 1975, 1978), Burton (1971), Amodio-Morelli et al. (1976), Dubois (1976), Grand-Jacquet et Mascle (1978), Moussat (1983), van Dijk (1992), et van Dijk et al. (2000) proposent aussi d'intéressants livres, monographies et jalons. Il convient de noter que, dans les premières œuvres sur la géologie de la Calabre, on a généralement défini deux phases : l'évolution et la déformation du socle jusqu'à l'Éocène tardif, et la phase « post-tectonique » avec la sédimentation des séquences post-orogéniques, pendant le Néogène tardif. Puis, par des études plus approfondies des affleurements et les études liées à l'extraction des hydrocarbures (sections sismiques et forages profonds), il est devenu évident que la dernière déformation est considérée comme post-Miocène, Pliocène et même post Pléistocène moyen1. Pendant le dernier épisode, le « Récent », la zone est caractérisée par une activité volcanique et sismique. En général, cela a été attribué à une phase de restauration isostatique après la déformation de la phase de Pléistocène moyenne. Certains auteurs ont la conviction que la subduction est encore active.

    Le climat est méditerranéen, marqué par une longue sécheresse estivale de la mi-mai à la mi-septembre, alors que les automnes et les printemps sont pluvieux. Les hivers sont doux sur les côtes comme dans les plaines, comme celle de Gioia Tauro en basse Calabre ou celle de Sibari en haute Calabre, le temps est aussi souvent pluvieux. En montagne, il fait froid avec parfois des chutes de neige sur le massif de l'Aspromonte et celui de la Sila; les étés sont très chauds et secs, le thermomètre peut dépasser les 40 °C en période de canicule. Sur le relief, il fait un peu plus frais avec l'altitude, et des orages peuvent se développer et donner des averses de brève durée aux heures les plus chaudes. Des medicanes peuvent se former en mer, en automne ou en hiver, mais rarement, et toucher la région engendrant des intempéries violentes. Températures moyennes mini et maxi en janvier : 8 °C - 15 °C. Températures moyennes mini et maxi en juillet : 22 °C - 31 °C. Précipitations en janvier : 69,6 mm. Précipitations en juillet : 7 mm. (source meteoam, 1971-2000.)

    L'évolution du système Néogène géotectonique Méditerranée centrale, est caractérisée par un déplacement de l'Arc calabrien vers le sud-est, se plaçant sur le promontoire de la plaque africaine (Argand, 1916, et Guazzone Boccaletti, 1972). Les principaux éléments de cette chaîne sont donc : la Calabre ou « Bloc Calabro peloritano », la chaine Apenninique méridionale, et la chaîne maghrebide sicilienne. L'avant-pays de ce système est formé par les promontoires de la plaque africaine : la plate-forme Apula, une partie de la plaque Adria, et la plate-forme Ibleo ou «Ragusa», séparée par le bassin de la mer Ionienne. La mer Tyrrhénienne, « Bassin Tyrrhénienne », est considérée comme un bassin arrière-arc de ce dernier système de subduction, où des « microplaques » liées à la plaque africaine rentrent au-dessous des microplaques d'affinités européenne (Arco Calabro).

    La Calabre2 est d'abord sous domination lucanienne, puis elle est colonisée par les Grecs à partir du VIIIe siècle av. J.-C.. Ils fondèrent Locri, Crotone, Sybarys, Reggio, Caulonia et de nombreuses autres colonies sur la côte ionienne. La région est progressivement hellénisée. Elle avait une importance stratégique pour le contrôle du détroit de Messine. Avec la Sicile, elle constitue la « Grande-Grèce ». C'est la terre d'adoption de Pythagore. Le célèbre aventurier normand Robert Guiscard, arrivé en Italie en 1047, installe son repaire à San Marco Argentano (1048), sur les hauteurs du Crati. De là, il sème la terreur dans la région, pillant les monastères, rançonnant la population et harcelant les troupes byzantines. Les Normands expulsent peu à peu les Byzantins de Calabre et érigent la région en duché (1059), Robert devenant, en plus de duc d'Apulie, duc de Calabre et de Sicile. La prise de Reggio en 1061, achève la conquête normande de la Calabre. Cette dernière sert alors de base pour attaquer et conquérir la Sicile musulmane et sarrasine. Roger de Hauteville, surnommé (le) « Bosse » ou « Bosso » pour sa robustesse, et son frère cadet de « Guiscard » s'installe à Mileto vers 1061. De là, il entame la longue conquête de la Sicile, achevée en 1091 avec la prise de Noto. En 1130, le duché normand de Calabre est rattaché au royaume normand de Sicile du roi Roger II de Sicile. Sous la période normande, après une période de troubles et de guerres succède, à partir du XIIe siècle, une période de prospérité. De nombreux édifices religieux sont construits ou rebâtis.

    À partir du IIIe siècle av. J.-C., la région passe peu à peu sous le contrôle de Rome qui l'appelle Bruttium, du nom du peuple des Bruttiens, anciens alliés de Hannibal, qui occupent la région. À partir de la fin de l'Antiquité, elle n'échappe pas aux invasions barbares : elle est pillée et saccagée par les Wisigoths des rois Alaric et Athaulf (410/411). Alaric meurt sous les murailles de Cosenza et est enterré avec un important trésor dans le lit du Busento, qui arrose la ville. Le « trésor d'Alaric », qui a toujours échappé aux pillards et aux chercheurs de trésor, est toujours autant recherché. Elle est également pillée par les Vandales installés en Afrique romaine, puis passe partiellement sous la domination des Ostrogoths. Lors des guerres gothiques opposant les Ostrogoths aux Byzantins, elle est ravagée par les guerriers de Totila avant de passer sous domination byzantine, puis par des bandes de Francs et d'Alamans venus (en principe) aider les Goths du nouveau roi Teias. À partir du IXe siècle, elle commence à subir les incessants raids de pirates Sarrasins puis au Xe siècle, elle est peut-être atteinte et pillée par des bandes magyares qui se sont aventurées en Italie jusqu'à Bénévent. Au XIe siècle, elle est conquise peu à peu par des Normands.

    Les Lombards pénètrent eux aussi en Calabre peu de temps après leur invasion de l'Italie et la région subit régulièrement les attaques du duché lombard de Bénévent. Le roi lombard Liutprand est peut-être à l'origine de l'actuelle ville calabraise de Longobardi, fondée vers 735, qui tire son nom du peuple lombard (les Langobards, devenus « Lombards » pour la France; Longobardi en italien). Le sort de la Calabre reste alors lié au royaume sicilien : passant tour à tour des Maison Hauteville aux nobles Hohenstaufen (à partir de 1194-1197/1198), puis aux Français (Angevins) (seconde moitié du XIIIe siècle), aux Espagnols, aux Habsbourgs (ceux d'Espagne et ceux d'Autriche), puis aux Bourbons. En 1445 la ville de Rende avec quatre autres villages voisins fut donné a la famille des Adorno, doges a Gênes, avec le titre de comte. La famille dogale des Adorni tient Rende jusqu'en 1529 à l'extinction de la ligne des mâles. En 1532 Rende fut donné avec le titre de marquis à Fernando de Alarçon, général de Ferdinand le Catholique et puis de Charles Quint, dont les descendants gardèrent la ville jusqu'à la chute de la féodalité en 1806 provoquée par l'invasion des troupes napoléoniennes commandées par Masséna. La Calabre est alors pendant un an le théâtre d'un conflit sanglant entre les insurgés calabrais, soutenus par l'armée anglaise, et l'armée française. De nombreuses exactions sont commises par les deux camps ; l'armée française notamment brûle églises et couvents où se réfugient les civils, conformément aux ordres du général Duhesme3. De nombreux viols sont commis par les soldats, ceux-ci relatant (en usant d'euphémismes) les exactions commises dans les lettres qu'ils écrivent à leurs proches3. Malgré la défaite française à la bataille de Maida, la Calabre est pacifiée en 1807 au prix de lourdes pertes : dix mille soldats français (soit un cinquième des effectifs engagés dans la campagne) meurent du fait des épidémies ou des combats3. La région reste cependant par la suite un foyer insurrectionnel. Enfin, en 1860, la Calabre est intégrée au royaume d'Italie, réunifié. Le déclin et la disparition de cette industrie est une conséquence de l'unité italienne.

    En 1989, cest par le plus grand des hasards que sont découverts, en Calabre, 60 tonnes de déchets médicaux prêts à être incinérés dans un four industriel. Un an plus tard, le bateau Rosso séchoue près de la petite ville côtière d'Amantea, après avoir vraisemblablement servi à transporter plusieurs tonnes de déchets radioactifs désormais évanouis dans la nature. On estime que plus de cent vaisseaux-poubelles comme le Rosso ont disparu en Méditerranée. Dautres déchets auraient été enfouis dans la vallée de lOliva, où des analyses ont révélé la présence de substances nocives et de césium 137 dans les sols. La Ndrangheta, la mafia calabraise, semble être aux commandes de ce trafic lucratif. Mais alors que les activistes écologistes tentent d'alerter depuis plus de vingt ans pour que la Calabre ne devienne pas la décharge de lEurope, les pouvoirs publics restent inactifs. Les enquêteurs sont placardisés, les procès constamment repoussés, et les dossiers les plus sulfureux se perdent dans les archives. La mafia a ainsi amassé des millions d'euros grâce au trafic de déchets radioactifs5.

    Sa principale ressource est l'agriculture : oliviers, arbres fruitiers (principalement agrumes), bois (châtaignier et sapin). La Calabre produit 95 % de la culture des bergamotes. L'élevage occupe une place importante. Le port de Gioia Tauro a été construit pour permettre l'approvisionnement en minerai et en charbon du 5e centre sidérurgique qui devait être construit en Calabre dans les années 1970. À la suite de la crise mondiale de la sidérurgie, ce projet a été abandonné et le port a été considéré pendant de longues années comme une « friche industrielle » inutilisée.

    Le tourisme est en croissance, surtout le long de la côte du côté de Tropea, d'Amantea, Capo Vaticano, sur la mer Tyrrhénienne.

    Il est en 2011 le premier port italien et le cinquième méditerranéen en termes de trafic de conteneurs6.

    L'Aéroport de Lamezia Terme a fortement développé ses liaisons nationales et internationales au cours des dernières années grâce aux vols charters et à ceux des compagnies low-cost.

    La région est dévenue un lieu d'immigration pour de nombreuses personnes originaires d'Europe de l'Est.

  7. Giovanni Antonio Caldora (XV secolo) - Wikipedia

    it.wikipedia.org/wiki/Giovanni_Antonio_Caldora...

    1 day ago · Giovanni Antonio II Caldora nacque in data e luogo sconosciuti da Berlingiero Caldora e Francesca Riccardi. Venne avviato sin da giovane alla carriera militare, schierato nella compagnia di ventura dello zio Antonio Caldora, prendendo così parte alla battaglia tra gli Angioini e gli Aragonesi, pretendenti al trono del Regno di Napoli.

  8. People also search for