Yahoo Web Search

  1. List of women writers - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › List_of_women_writers

    4 days ago · B Mariama Bâ (1929–1981, Se), nv. Sahar Baassiri (living, L), political wr. & col. Mozhgan Babamarandi (living, Ir), ch. & YA wr. Alaviyya Babayeva (1921–2014 ...

  2. Roselyne Bachelot — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Roselyne_Bachelot
    • Carrière politique
    • Famille
    • Éducation
    • Enfance
    • Études
    • Carrière professionnelle
    • Polémiques
    • Fonctions
    • Controverse
    • Histoire
    • Activités
    • Culture populaire
    • Apparitions
    • Médias
    • Représentations

    Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, elle est ministre de la Santé de 2007 à 2010 (gouvernements Fillon I et Fillon II) et ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale de 2010 à 2012 (gouvernement Fillon III). Initiée à la politique par son père, conseiller municipal d'Angers et député gaulliste de Maine-et-Loire, Jean Narquin, Roselyne Bachelot milite au sein du RPR. Lors de l'élection présidentielle de 1981, elle vote pour le candidat socialiste François Mitterrand, sur ordre du RPR, dans le contexte politique qui opposait alors Jacques Chirac et Valéry Giscard d'Estaing. Elle déclare a posteriori regretter ce choix15. Conseillère générale de mars 1982 à juin 1988, et conseillère régionale des Pays de la Loire en 1986, elle reprend en 1988, le siège de son père à l'Assemblée nationale. Elle devient alors secrétaire générale adjointe du RPR de 1989 à 199216. Réélue députée en 1993, 1997 et 2002, elle participe à la Commission des affaires culturelles, familiales et sociales. Elle consacre ses travaux parlementaires aux questions de santé, de protection sociale, d'exclusion, de santé au travail, de bioéthique et de handicap. Pendant cette période, elle est régulièrement désignée pour être rapporteur ou orateur sur des textes sanitaires et sociaux majeurs. Elle s'intéresse également au Moyen-Orient : elle est présidente du groupe d'amitiés France-Irak, vice-présidente du groupe d'amitiés France-Syrie, vice-présidente de l'association parlementaire Euro-Arabe et vice-présidente du groupe d'études sur les territoires palestiniens. En 1991, elle s'oppose aux consignes du RPR et décide de voter la Loi Évin (sur le tabagisme et l'alcool). En 1995, elle est candidate du RPR aux élections municipales à Angers, comme son père l'avait été en 1983. Elle est toutefois battue par le maire sortant Jean Monnier. Elle n'est pas nommée ministre dans le gouvernement d'Alain Juppé la même année mais devient chef de file du groupe RPR au sein de la Commission des Affaires sociales. Après avoir été la porte-parole du candidat et président sortant Jacques Chirac dans le cadre de l'élection présidentielle de 2002, elle est nommée ministre de l'Environnement, de l'Écologie et du Développement durable dans le premier gouvernement Raffarin en mai 2002, reconduite le mois suivant dans le deuxième gouvernement Raffarin, cédant son siège parlementaire à René Bouin. À cette fonction, elle dirige les travaux de la Charte de l'environnement. Sa fonction de ministre est notamment marquée par l'adoption de la loi de prévention des risques technologiques et naturels du 31 juillet 2003 et du plan national de prévention des inondations. Elle est aussi à l'origine du premier Plan national Santé Environnement. Elle n'est pas appelée lors du remaniement ministériel au troisième gouvernement Raffarin annoncé le 31 mars 2004 et perd donc son portefeuille à compter de cette date. Étant demeurée vice-présidente du conseil régional des Pays de la Loire durant son ministère, elle redevient conseillère régionale après la victoire de la gauche aux régionales de mars 2004, et siège au Parlement européen de 2004 à 2007. Le 18 mai 2007, elle est nommée par le président Nicolas Sarkozy sur proposition du Premier ministre François Fillon, dont elle est présentée comme la « grande amie »18, comme ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports. Réélue à l'Assemblée nationale en juin 2007, elle cède son siège de députée à Paul Jeanneteau. C'est, selon le conseiller politique Patrick Buisson, le seul ministre que François Fillon voulut imposer dans son gouvernement19. Elle a été désignée tête de liste du parti politique par les militants UMP pour les élections régionales de 2010 en Pays de la Loire obtenant 3 020 voix (participation : 34,29 %)26. Néanmoins, ne souhaitant pas quitter le ministère de la Santé, officiellement pour suivre le développement de la grippe A et mettre en œuvre la réforme hospitalière, elle renonce à conduire la liste27, qui est reprise par Christophe Béchu. Bien que la réforme constitutionnelle de 2008 lui permette de retrouver son siège de députée à l'issue du délai d'un mois suivant la cessation de ses fonctions gouvernementales, à savoir le 17 juin 2012, elle informe le président de l'Assemblée de sa démission. Son siège reste vacant pour les trois derniers jours de la législature se terminant le 19 juin 201229. La première étape de sa reconversion commence par la publication d'un livre sur la campagne de Nicolas Sarkozy, À feu et à sang. Le 16 juillet 2012, Roselyne Bachelot est nommée par l'Élysée30 pour siéger à la Commission sur la rénovation et la déontologie de la vie publique présidée par Lionel Jospin31.

    Roselyne Narquin est la fille de Jean Narquin, résistant et député gaulliste, et d'Yvette Le Dû1, originaire de Gourin, tous deux chirurgiens dentistes. Elle a un frère, Jean-Yves Narquin2, maire (RBM) de Villedieu-le-Château, en Loir-et-Cher, une sœur, Françoise Bardy-Narquin3, chirurgien-dentiste4, et a eu pour beau-frère François Bachelot, ancien cadre du FN5. Elle a un fils, Pierre, né le 16 décembre 1969[réf. nécessaire] de son mariage avec Jacques Bachelot en 19686[source insuffisante]. Pierre est l'assistant parlementaire de sa mère de 1992 à 2002, puis conseiller parlementaire lorsqu'elle occupe le poste de ministre de l'Écologie, de 2002 à 2004, puis de ministre de la Santé, à partir de 2007, avant d'être nommé chargé de mission auprès de la direction générale de l'INPES7.

    Elle est envoyée en pensionnat à 7 ans. Elle reçoit une éducation stricte dans le collège La Retraite-Sacré-Cœur à Angers où, à huit ans, les religieuses lui font redoubler sa classe malgré son niveau, la considérant trop jeune pour entrer en sixième. Elle y fait trois à quatre heures de musique par jour8.

    Elle pratique le piano dès l'âge de 3 ans et demi et le chant jusqu'à l'âge de 20 ans. Elle découvre sa passion pour l'opéra à 24 ans lorsqu'un ami l'emmène pour la première fois au Festival de Vérone9.

    Après avoir interrompu ses études de pharmacie commencées à l'université d'Angers, Roselyne Bachelot obtient son doctorat en pharmacie en 1988 dans cette même université10, dont elle sort major de promotion11.

    Déléguée médicale au sein du laboratoire ICI Pharma de 1969 à 197612, elle est chargée des relations publiques chez Soguipharm de 1984 à 198913,14.

    Cependant, son franc-parler, ses opinions politiques ainsi que sa vision très particulière de l'écologie vont parfois s'opposer aux vues des associations écologistes, en particulier. Ministre de l'Écologie au moment de la canicule de l'été 2003, elle devient la cible des Guignols de l'info et de nombre d'observateurs, politiques et civils, pour ses suggestions jugées très terre-à-terre. Elle dénonce : « On m'a présentée comme la ménagère de moins de 50 QI »17, mais change de registre en se faisant plus discrète. En avril 2016, le joueur de tennis espagnol Rafael Nadal a annoncé avoir déposé une plainte en diffamation visant Roselyne Bachelot, pour l'avoir accusé de dopage. Dans cette affaire, elle est condamnée pour diffamation, le 16 novembre 2017, à 500 euros d'amende avec sursis et 10 000 euros de dommages et intérêts48.

    Elle ajoute à ses attributions ministérielles la Vie associative entre le 18 mars 2008 et le 12 janvier 2009 avant d'être chargée à partir du 12 janvier 2009 de la Santé et des Sports.

    En 2009-2010, Roselyne Bachelot-Narquin se retrouve au centre d'une importante controverse au sujet de la commande par le gouvernement français de 95 millions de doses de vaccin pour lutter contre la grippe A (H1N1) et du coût global de la campagne de vaccination mise en place par le gouvernement22. Le coût global de la campagne de vaccination en France est estimé à 2,2 milliards d'euros alors que seulement 8 % des Français se sont fait vacciner23. Un rapport d'enquête du Sénat, présidé par François Autain, est rendu public le 29 juillet 201024. Il met en lumière le poids des lobbys ainsi que l'acceptation par les décideurs politiques et administratifs de contrats commerciaux trop contraignants.

    En mai 2010, elle met en œuvre l'augmentation du tarif de la consultation des médecins généralistes à 23 euros25.

    Amatrice d'art lyrique, Roselyne Bachelot collabore occasionnellement au webzine Forumopera.com36, et publie en 2013 Verdi amoureux37.

    En août 2013, elle apparaît dans le remake du clip de la chanson Ça ira de la chanteuse Joyce Jonathan38.

    En 2013, elle joue dans le prime-time spécial Nos chers voisins, avis de tempête de la série de TF1. Elle y incarne Fabienne, une cousine exigeante et culottée d'Aymeric Dubernet-Carton (interprété par Thierry Samitier).

    En octobre 2014, elle rejoint Cyril Hanouna sur Europe 1 comme chroniqueuse dans son émission Les Pieds dans le plat41. À partir de novembre 2015, elle fait partie des Grosses Têtes de Laurent Ruquier sur la station de radio RTL. Le 10 mai 2016, elle fait partie des célébrités présentes sur le plateau de la nouvelle émission de Julien Courbet Faut pas abuser, sur D8. En juin 2016, l'émission Le Grand 8 à laquelle elle participe depuis près de quatre ans est arrêtée par cette même chaîne. En septembre 2016, elle rejoint RMC pour animer une émission quotidienne, 100 % Bachelot, entre 15 h et 16 h43. En novembre 2016, elle devient chroniqueuse dans l'émission AcTualiTy, présentée par Thomas Thouroude et diffusée à 17 h 55 sur France 244. L'émission est arrêtée début mars 2017. Télévision

    En mars 2018, elle joue avec Myriam El Khomri et Marlène Schiappa une représentation de Les Monologues du vagin au théâtre Bobino. Les bénéfices du spectacle vont au Collectif féministe contre le viol47.