Yahoo Web Search

  1. Sforza - Wikipedia

    it.wikipedia.org/wiki/Sforza

    1 day ago · Da Sforza Secondo, figlio naturale di Francesco I, discese il ramo dei conti di Borgonovo Val Tidone, estinto nel 1679; da Jacopetto, figlio naturale di Sforza Secondo, discese il ramo dei Conti di Castel San Giovanni, che giunse fino al XX secolo e a cui appartenne il ministro Carlo Sforza.

    • [Buried] Caterina Sforza
      youtube.com
    • Caterina sforza Riario scenes
      youtube.com
    • Caterina Sforza and Girolamo Riario l Devil Within (3x05)
      youtube.com
    • Caterina Sforza Riario l Survivor (3x05)
      youtube.com
  2. Garganelli - Wikipedia

    it.wikipedia.org/wiki/Garganelli

    1 day ago · Esistono diverse leggende sulla nascita del garganello, che sarebbe stato inventato dai cuochi di Caterina Sforza, moglie di Girolamo Riario, signore di Imola e Forlì nella seconda metà del XV secolo.

    • nazionale
    • Italia
  3. Бона Савойска – Уикипедия

    bg.wikipedia.org/wiki/Бона_Савойска

    1 day ago · Гробът на Бона Савойска в Кастело Сфорцеско Милано. Бона Савойска (на италиански: Bona di Savoia, * 10 август 1449 в дворец Авиляна, † 17 ноември 1503 във Фосано) от Савойската династия е чрез женитба херцогиня на Милано

  4. List of Assassin's Creed characters - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/List_of_Assassin's_Creed...

    1 day ago · Caterina Sforza (1463–1509) was the Countess of Forlì and Imola, and the daughter of Galeazzo Maria Sforza, the Duke of Milan. She was engaged to Pope Sixtus IV's nephew, Girolamo Riario, at only 10 years of age, and consummated the marriage at 14.

  5. Forlì — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Forlì
    • Toponyme
    • Géographie
    • Description
    • Culture
    • Construction
    • Localités
    • Population
    • Culture populaire

    Forlì (prononcé : [forˈli]), ou Forly (en français ancien), est la ville chef lieu de la province de Forlì-Cesena en Émilie-Romagne en Italie. La place de la victoire a été ainsi nommée après la construction du monument dédié aux soldats inconnus de toutes les guerres,

    Le gentilé de Forlì, forlivesi, dérive du nom de la commune, Forum Livii, dans l'Antiquité. Forlì (Furlè en dialecte romagnol, Forum Livii en latin) est une ville de plus de 100 000 habitants de la province de Forlì-Cesena, dont elle est le chef-lieu. Durant presque tout le XXe siècle, Forlì fut le chef lieu de la province de Forlì, qui englobait aussi le territoire qui maintenant fait partie de la province de Rimini. Forlì est une ville d'Émilie-Romagne mais se situe en Romagne, dont elle constitue la zone centrale (« meditullium », précise Dante dans De Vulgari eloquentia). Sa primauté est aussi linguistique, car le forlivois constitue le typique dialecte romagnol, toujours selon Dante. Le romagnol tend à subir les influences des zones environnantes et perd de ses racines au fur et à mesure qu'il avance vers la périphérie de la Romagne.

    Il s'agit de la place principale de la ville, le cœur de la vie sociale et économique de Forlì. Elle fait 128 mètres de long et 87 de large, au milieu se trouve la statue d'architecture fasciste d'Aurelio Saffi, triumvir pendant la République romaine et personnage symbole de la ville, auquel la place est dédiée. Les plus importants bâtiments de la ville donnent sur cette place : le palais des postes (1931-1932), lui aussi dépoque fasciste ; lhôtel de ville de lan 1000, qui a été résidence de la famille Ordelaffi et dont la façade date de 1800, la tour de lhorloge qui a été détruite pendant la Deuxième Guerre mondiale et reconstruite en 1975 ; également, le palais Albertini bâti au XVe siècle, dart vénitien, et qui est le siège aujourd'hui dexpositions dart contemporain. Enfin, labbaye ou basilique dédiée à saint Mercuriale et son clocher. L'abbaye est le monument le plus célèbre de la ville. Elle a été bâtie en 1181 sur les ruines d'une église très importante dédiée à Saint Étienne, en honneur de l'évêque de la ville après un incendie qui a détruit la moitié de Forlì. L'incendie, de 1173, avait été causé par les luttes entre les guelfes et les gibelins, les deux groupes qui existaient pendant le Moyen Âge, le premier en faveur du Pape et l'autre de la monarchie. Aujourd'hui on peut admirer une église en style romain-lombard. Le clocher est la première chose que l'on remarque grâce à un effet d'optique créé par les fenêtres qui le rendent beaucoup plus haut qu'en réalité. Il fait en effet seulement 75 mètres mais quand on l'a construit au XIIIe siècle il était considéré une des merveilles du pays. Il faut aussi remarquer la lunette du XIIIe siècle qui se trouve au-dessus de l'entrée principale et décrit à travers un haut-relief l'adoration des mages et le cloître du 1400 qui a été ouvert pour mettre en communication la place principale et celle du tribunal d'époque fasciste. À l'intérieur se trouvent des œuvres de l'artiste Marco Palmezzano et le sépulcre de Barbara Manfredi. La légende raconte qu'elle était la fille du seigneur de Faenza, qui l'avait promise à Pino Ordelaffi quand elle avait seulement sept ans. Comme Pino et son frère Cecco avaient tenté de s'entretuer, à la mort de la jeune fille, son père avait immédiatement accusé Pino d'homicide. Lui-même tout en refusant l'accusation avait ordonné la construction d'un monument dans le but, dit-on, d'atténuer son sentiment de culpabilité. La cathédrale, communément appelée Duomo (Dôme) par les habitants de Forlì, a été commencée au XIIe siècle. Au XVe siècle elle a été profondément remaniée et en 1619 les travaux pour la construction de la chapelle de la « Madonna del fuoco » (Vierge du feu) ont commencé. Sur la façade on remarque six grandes colonnes bâties en 1841. En 1944 les Allemands, en se retirant ont fait sauter le clocher qui a été refait plus bas en 1970. L'intérieur est formé par trois nefs divisées par des colonnes en trois chapelles par côté et un grand presbytère. On peut admirer aussi de nombreuses fresques et toiles intéressantes comme l'œuvre du peintre de Forlì Pompeo Randi \\"L'invention et la reconnaissance de la Croix\\" ou celle de Tagliaferri \\"Saint Giacomo et Saint Dominique adorant la Sainte Famille\\". réalisé par l'architecte romain Cesare Buzzani qui avait gagné un concours national. Le monument fait 30 mètres en hauteur, 22 seulement pour la colonne dorique en pierre de Trani qui soutient une composition sculpturale en bronze représentant la victoire sur les trois niveaux: au ciel, sur terre et sur l'eau, avec les bras au ciel. Les trois figures qui soutiennent une flamme ont été réalisées par le sculpteur Maniscalchi. À la base on trouve deux fontaines décorées avec des bas-reliefs qui représentent les moments les plus importants de la vie d'un héros: l'attaque, la défense, le sacrifice et le triomphe. L'eau qui coule est, au contraire symbole du retour permanent de la victoire. Le monument a été inauguré le 28 octobre de 1923, le dixième anniversaire de la révolution fasciste. En arrivant par Viale della Vittoria à gauche on peut admirer une statue de Icare qui est dédiée au fils de Mussolini. À droite, il y a les palais jumeaux, à la même place où au passé se trouvait la douane et donc l'entrée principale de la ville. Les deux édifices semblent identiques mais ils sont en réalité différents à leur intérieur et en plus à cause des difficultés économiques on les a construit en plâtre le matériel qui ressemble le plus au marbre Les balcons du dernier étage étaient utilisés pour assister aux manifestations et aux parades qui avaient lieu sur la place. L'édifice, qui se trouve sur le boulevard de la liberté (Viale della libertà) plus communément appelé boulevard de la gare (viale della stazione), était composé de trois parties principales : le gymnase, le cinéma-théâtre et la piscine. Il a été bâti grâce à l'argent donné par la Présidence de l'organisation Balilla, la province et la mairie de Forlì. Le géomètre a décidé d'utiliser le contraste entre le blanc et le rouge et de mettre sur la tour l'inscription du serment fasciste prononcé par les jeunes \\"balila\\". La piscine a été détruite après la seconde Guerre mondiale à cause de problèmes techniques. Maintenant à la place de la bibliothèque, des bureaux et de la piscine il y a un gymnase. Ces bâtiments, uni à ceux du lycée et du collège d'à côté, forment toujours un M représentant l'initial de Mussolini. Les caractéristiques de l'architecture fasciste sont la rationalité et la rigueur. Tous les édifices ont des grandes fenêtres car l'idéologie affirmait que les rayons du soleil renforçaient le physique des élèves.

    Les Musées de San Domenico, contiennent la Pinacothèque où l'on trouve le portrait de Caterina Sforza par Lorenzo di Credi, dont la ressemblance avec la Mona Lisa de Léonard de Vinci a été soulignée. Le musée abrite également des expositions temporaires, deux à l'année alternant art moderne et classique. Les musées ont été aménagés dans les locaux d'un ancien couvent dont on peut encore aujourd'hui admirer le réfectoire et ses fresques, bien qu'il tienne aujourd'hui lieu de salle de conférence;

    Ce parc a été créé pendant la revalorisation du centre-ville commencé sous Mussolini. L'architecte Mirri a choisi le modèle du jardin à l'italienne à la place de celui à l'anglaise parce qu'il le trouvait plus adéquat pour se promener. La disposition des bancs suit une forte symétrie. Au centre du parc on trouve un obélisque et une fontaine, pour sauvegarder l'harmonie Mirri a mis aussi quatre statues qui représentent les saisons. La structure originale du parc a été changée de nombreuses fois jusqu'à l'intervention décisive de l'architecte Santarelli. À l'époque moderne le parc a été agrandi mais sans changer la partie historique.

    Bagnolo, Barisano, Borgo Sisa, Branzolino, Carpena, Carpinello, Casemurate, Caserma, Castiglione, Cava, Collina, Coriano, Durazzanino, Forniolo, Grisignano, Ladino, Magliano, Malmissole, Massa, Para, Pescaccia, Petrignone, Pianta, Pieve Acquedotto, Pievequinta, Poggio, Ponte Vico, Quattro, Ravaldino, Roncadello, Ronco, Rotta, Rovere, San Giorgio, San Leonardo in Schiova, San Lorenzo in Noceto, San Martino in Strada, San Martino in Villafranca, San Tomé, San Varano, Vecchiazzano, Villa Rovere, Villa Selva, Villafranca di Forlì, Villagrappa, Villanova

    Selon les données de lInstitut national de statistique (ISTAT) au 1º janvier 2011 la population étrangère résidente était de 13.338 personnes. Les nationalités majoritairement représentatives étaient :

    La ville de Forlì et la campagne qui l'environne apparaissent en 2009 dans le jeu vidéo Assassin's Creed II, qui se déroule au XVe siècle. Le joueur est également amené à rencontrer certaines figures historiques réelles, comme la comtesse Catherine Sforza.

  6. Ezio Auditore da Firenze - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Ezio_Auditore_da_Firenze

    1 day ago · Ezio Auditore da Firenze (Italian pronunciation: [ˈɛttsjo audiˈtoːre da (f)fiˈrɛntse]) is a fictional character in the video game series Assassin's Creed, an Italian master assassin who serves as the protagonist of the series' games set during the Italian Renaissance.

  7. Ezio Auditore da Firenze — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Ezio_Auditore_da_Firenze
    • Culture populaire
    • Synopsis
    • Argument
    • Résumé
    • Personnalités

    Ezio Auditore, né en 1459 et mort en 1524, est l'un des personnages principaux de la série de jeux vidéo Assassin's Creed d'Ubisoft créé en 2009. Il est un protagoniste dans Assassin's Creed II, Assassin's Creed: Brotherhood et Assassin's Creed: Revelations. Il est également le personnage principal du court métrage d'animation Assassin's Creed : Embers.

    Ezio Auditore (« Ezio » du grec Aetos qui signifie aigle) est un noble florentin né en 1459 à Florence, fils de Giovanni Auditore, un riche banquier florentin ami de la famille Médicis, et Maria Auditore, une mécène. Deuxième des quatre enfants du couple, ses parents lui cachent la vie secrète d'Assassin de son père et grandit donc dans l'insouciance. À l'âge de 17 ans, Ezio est un jeune adolescent qui vit à Florence, doué pour les acrobaties et séducteur. Il mène la belle vie dont les seuls problèmes seraient le garnement de la famille rivale (Pazzi), Vieri, qui lui fera une cicatrice sur la lèvre supérieure pendant une bagarre de rue, et le père de la belle Cristina Vespucci qui les a surpris dans le lit de sa fille1.

    Mais un jour, sa vie bascule quand ses deux frères, Federico et Petruccio et son père Giovanni sont exécutés, victimes d'une conspiration. Dès lors, il ne lui reste quasiment plus de famille, seulement sa sœur Claudia et sa mère Maria qui sombre dans le mutisme à la suite d'un choc émotionnel, dû à l'arrestation musclée de son mari et de ses deux fils. Après avoir tué Uberto Alberti, l'homme qui a trahi sa famille et permis leur exécution, Ezio décide de se réfugier chez son oncle Mario Auditore dans la Villa Auditore à Monteriggioni en Toscane, ville d'Italie actuelle, car désormais à Florence, tous ceux qui ont été proches de son père sont traqués et tués1.

    En sûreté dans la forteresse, Mario lui révélera alors que toute sa famille est issue d'un ordre ancien appelé les Assassins, et qui combat toujours ses ennemis : les Templiers, responsables de la mort de son père. Ezio se lance dans une quête de vengeance à travers l'Italie du nord, entre la Toscane, Florence et Venise. Au fur et à mesure de sa longue vie, il se rend compte qu'une vérité plus grande que son objectif initial se cache derrière la grande conspiration. Il s'allie avec Laurent de Médicis pour le soutien politique et reçoit l'aide de Leonardo da Vinci qui décode les pages du Codex d'Altaïr et améliore les armes d'Ezio. Il aidera ainsi le Magnifique à mettre à jour la conjuration des Pazzi en tuant tous les membres importants de la conspiration1. Une fois arrivé à Venise avec l'aide de Leonardo da Vinci, Ezio s'allie à la Guilde des voleurs pour déjouer les plans de Rodrigo Borgia, alias l'Espagnol, pour prendre le contrôle de la cité. Après avoir échoué à sauver le doge de Venise, Ezio traque les derniers Templiers se trouvant à Venise, sans toutefois mettre la main sur l'Espagnol. Après des années d'attente, Ezio apprend que la Pomme d'Éden est à Chypre et doit être ramené à Venise. Il réussit à dérober l'artefact à Rodrigo avant de devenir, officiellement, un Assassin. À la suite d'un incident à Forlì lui ayant fait perdre la Pomme et de la retrouver en déjouant les plans de Savonarola, Ezio découvre l'existence d'un Sanctuaire grâce aux pages du Codex d'Altaïr et entreprend de le découvrir et d'en finir avec Borgia1. Il pense d'abord à confier la Pomme sous la protection de Caterina Sforza, son alliée de Forlì, mais la ville est prise d'assaut par les frères Ludovico et Checco Orsi. Ezio parvient à repousser les forces des Orsi mais ils dérobent tout de même l'Orbe. Hors de la ville, Ezio tue les frères mais épuisé et blessé, s'effondre après avoir vu Girolamo Savonarola subtiliser la Pomme. Après une mission en Espagne où Ezio rejoint Luis de Santángel afin de protéger la vie de Christophe Colomb et repousser les hommes de l'Inquisition, menée par Tomas de Torquemada qui est manipulé par les Templiers, il revient en Toscane afin d'arrêter Savonarola à Florence, qui déclenche des émeutes au cours desquelles Cristina Vespucci et son mari sont tués2. En 1499, Ezio infiltre le Vatican pour retrouver le Sanctuaire que Rodrigo Borgia, devenu le pape Alexandre VI, essaie d'ouvrir. Après leur combat dont Ezio sort vainqueur, il laisse une chance à Rodrigo de survivre à sa vengeance. Ezio ouvre le Sanctuaire et écoute le message de Minerve, un être de Ceux-qui-étaient-là-avant, mais dont le véritable destinataire est Desmond Miles1. Ezio s'apprête à rendre les armes et à prendre du repos dans la résidence de sa famille à Monteriggioni, dans les bras de Catherine Sforza, quand Cesare Borgia, le fils du Pape, attaque de front la ville, capture Sforza et abat froidement son oncle Mario. Blessé, Ezio fuit à Rome, où il reprend sa tâche d'Assassin, rappelle ses anciens camarades pour organiser la résistance avec l'aide de Machiavel et déclare la guerre aux forces de Cesare Borgia, qu'il parvient à faire arrêter après avoir récupéré la Pomme. Il devra pourtant traquer et tuer Cesare à Viana quand celui-ci s'échappera de prison3. Après avoir débarrassé l'Italie des Borgia, Ezio se lance dans une quête personnelle qui a pour but de découvrir l'origine de la Confrérie des Assassins à Masyaf. Arrivé sur place, il découvre que la forteresse, abandonnée, est envahie par les Templiers qui veulent eux aussi le contenu de la bibliothèque cachée de la forteresse renfermant une relique qui pourrait changer la donne. Sa quête des cinq clés pour l'ouvrir le mènera à Constantinople, qui est sous le règne des Ottomans. Après avoir trouvé les cinq sceaux, Ezio se rend à Masyaf, en compagnie de Sofia Sartor, une jeune bibliothécaire qui l'a aidé dans sa quête et avec qui il vit une romance, ouvrir le Sanctuaire. Une fois à l'intérieur, il trouve le corps d'Altaïr, assis sur une chaise et possédant une sixième clé qui révèle à Ezio les derniers instants de son Mentor. Il découvre, au fond de la salle, un autre fragment d'Eden, qu'il décide de laisser là. Malgré ça, la Pomme lui permet d'entrer en contact direct avec Desmond, pour lui permettre d'apprendre ce qu'il a à faire4. Un peu plus de dix ans plus tard, vivant paisiblement avec sa femme Sofia et sa fille dans une villa en Toscane, Shao Jun, une femme Assassin venant de Chine lui demande son aide pour reformer la Confrérie chez elle. Après quelques péripéties, Ezio accepte de l'aider en lui confiant une relique avant son départ, et la vie reprend son cours. Ezio meurt d'une crise cardiaque peu de temps après, aux alentours de soixante-cinq ans, sous le soleil de Florence, sa ville natale, retrouvant les siens, pendant que sa femme et sa fille étaient près de lui, au marché5.

    Roger Craig Smith Gilbert Lachance Renato Novara (Assassin's Creed II - Assassin's Creed Brotherhood) - Diego Baldoin (Assassin's Creed Revelations)

  8. People also search for