Yahoo Web Search

  1. Outbreak (film) - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Outbreak_(film)

    1 day ago · Outbreak is a 1995 American medical disaster film directed by Wolfgang Petersen and based on Richard Preston's 1994 nonfiction book The Hot Zone. The film stars Dustin Hoffman, Rene Russo, Morgan Freeman and Donald Sutherland, and co-stars Cuba Gooding Jr., Kevin Spacey and Patrick Dempsey.

  2. Blown Away (1994 film) - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Blown_Away_(1994_film)

    1 day ago · Blown Away is a 1994 American action thriller film directed by Stephen Hopkins and starring Jeff Bridges, Tommy Lee Jones, Forest Whitaker, and Lloyd Bridges. The film was distributed and financed by MGM , a studio which was in financial difficulty at the time.

  3. Deaths in April 2017 - Simple English Wikipedia, the free ...

    simple.wikipedia.org/wiki/Deaths_in_April_2017

    21 hours ago · Cuba Gooding, Sr., 72, American soul singer (The Main Ingredient) and actor (Gedo, Children of the Struggle, Save the Children), suspended drug overdose. [96] Lawrence Hogan , 88, American politician, member of the U.S. House of Representatives from Maryland's 5th congressional district (1969–1975), complications from a stroke.

  4. Carl Brashear — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Carl_Brashear

    1 day ago · En 2000, le film Men of Honor / Les chemins de la dignité, avec Cuba Gooding Jr. qui joue son rôle, raconte ses combats contre le racisme et son héroïsme [26], [27]. En 2005, un bâtiment de l'US Navy porte son nom l' USNS Carl Brashear (T-AKE-7) (en) [28], [29].

  5. Danny Huston – Wikipédia, a enciclopédia livre

    pt.wikipedia.org/wiki/Danny_Huston

    21 hours ago · Esta página foi editada pela última vez às 00h00min de 18 de janeiro de 2021. Este texto é disponibilizado nos termos da licença Atribuição-CompartilhaIgual 3.0 Não Adaptada (CC BY-SA 3.0) da Creative Commons; pode estar sujeito a condições adicionais.

  6. Life in a Year - Wikipedia

    it.wikipedia.org/wiki/Life_in_a_Year

    1 day ago · Questa pagina è stata modificata per l'ultima volta il 17 gen 2021 alle 07:48. Il testo è disponibile secondo la licenza Creative Commons Attribuzione-Condividi allo stesso modo; possono applicarsi condizioni ulteriori.

  7. Beyoncé — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Beyoncé

    21 hours ago · L'année suivante, elle joue aux côtés de Cuba Gooding Jr. dans la comédie romantique The Fighting Temptations, et enregistre de nombreuses chansons pour la bande originale du film, dont Fighting Temptation et une reprise de Fever [51], [52]. Cette même année, Beyoncé est présente sur le single de son petit ami Jay-Z, 03 Bonnie & Clyde.

  8. Michael Caine — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Michael_Caine
    • Personnalité
    • Récompenses
    • Carrière
    • Enfance
    • Débuts
    • Commentaire
    • Vie personnelle

    Sir Michael Caine [ˈmaɪkəl kʰeɪn]1, né Maurice Joseph Micklewhite, Jr. le 14 mars 1933 à Londres, est un acteur et producteur britannique. En juillet 2016, il change de nom pour adopter officiellement son nom de scène : Michael Caine.

    Oscar du meilleur second rôle en 1987 pour Hannah et ses sœurs et, en 2000, pour L'Œuvre de Dieu, la Part du Diable, il est anobli la même année par la reine Élisabeth II en récompense de sa carrière au cinéma et des services rendus aux arts britanniques.

    Sa carrière s'étale sur 70 ans et comprend plus de 130 films dont des grands succès internationaux. Il est à ce titre considéré comme un des plus grands acteurs de sa génération et comme une icône du cinéma britannique. Il est notamment connu du grand public pour son rôle d'Alfred Pennyworth dans la trilogie des Batman (Batman Begins en 2005, The Dark Knight : Le Chevalier noir en 2008, et The Dark Knight Rises en 2012) de Christopher Nolan, réalisateur avec qui il multipliera les projets cinématographiques à partir des années 2000. C'est en 1956 qu'il fait ses débuts au cinéma, dans Commando en Corée de Julian Amyes. À partir des années 1970, il tourne davantage aux États-Unis sans pour autant devenir une grande star hollywoodienne. Il incarne un soldat anglais combattant aux Nouvelles Hébrides pendant la Seconde Guerre mondiale dans Trop tard pour les héros (1970), puis il est un gangster réclamant vengeance dans La Loi du milieu (1971), un coiffeur piégé par le mari de sa maîtresse dans Le Limier (1972) ainsi qu'un chasseur de trésor dans L'Homme qui voulut être roi (1975). Durant la décennie suivante, l'acteur continue de tourner à un rythme effréné. Parmi ses performances marquantes, il y a celles d'un psychiatre dans Pulsions (1980), d'un dramaturge mal intentionné dans Piège mortel (1982) ou d'un entraîneur de football dans un camp de prisonniers allemand dans À nous la victoire (1981) de John Huston. Frôlant l'Oscar pour L'Éducation de Rita en 1984, il remporte la statuette en 1987 en donnant la réplique à Mia Farrow dans Hannah et ses sœurs de Woody Allen. Capable d'autodérision, il se montre également à l'aise dans la comédie, enchaînant La Faute à Rio (1984), Le Plus Escroc des deux (1988) et Élémentaire, mon cher... Lock Holmes (id.), où il campe un Sherlock Holmes plutôt inhabituel : dans cette parodie, il se montre peureux et c'est le docteur Watson/Ben Kingsley qui est en fait le véritable cerveau. En 1995, il tourne coup sur coup deux films dans lesquels il reprend le rôle de Harry Palmer : Bullet to Beijing (en) de George Mihalka et Midnight in Saint Petersburg (en) de Douglas Jackson. En 1987, il interprète le rôle d'un agent secret dans Le Quatrième Protocole, où il combat un espion de l'ex-URSS, campé par Pierce Brosnan. On le voit ensuite aux côtés de Jack Nicholson dans Blood and Wine (1996) de Bob Rafelson, dans Little Voice (1998) et de Geoffrey Rush, dans Quills, la plume et le sang (2000). En 2000, il remporte un deuxième Oscar, toujours pour un second rôle, grâce à L'Œuvre de Dieu, la Part du diable de Lasse Hallström. La même année, il est anobli par la reine Élisabeth II. Acteur vétéran, la jeune génération le réclame comme partenaire de jeu : Sandra Bullock pour Miss Détective (2001), Mike Myers pour Austin Powers dans Goldmember (2002) et Brendan Fraser pour Un Américain bien tranquille (2003). Norman Jewison le dirige en ancien tortionnaire milicien dans le thriller Crime contre l'humanité en 2003. Dans The Weather Man (2005), il est le père de Nicolas Cage. Il se spécialise, pendant quelques années, dans les rôles de mentor, que ce soit dans l'adaptation de la série Ma sorcière bien-aimée, Les Fils de l'homme d'Alfonso Cuarón, ou Batman Begins dans lequel il reprend le rôle du majordome de Bruce Wayne/Batman, Alfred Pennyworth (tenu, avant lui, par Michael Gough), et collabore pour la première fois avec Christian Bale et Christopher Nolan, qu'il retrouve ensuite à l'occasion de Le Prestige, The Dark Knight : Le Chevalier noir, suite des aventures de l'homme chauve-souris, Inception et Interstellar. Opposé à Laurence Olivier dans Le Limier (1972), l'acteur reprend ensuite le rôle tenu par ce dernier dans la réadaptation réalisée par Kenneth Branagh en 2007, tandis que Jude Law se glisse, pour la seconde fois (après Irrésistible Alfie) dans la peau d'un personnage créé par celui qui s'oppose à lui dans le film.

    Maurice Joseph Micklewhite, Jr. naît en 1933 dans une famille pauvre du sud de Londres, son père (protestant)2 travaillant comme porteur au marché aux poissons de Billingsgate (en)2 et sa mère (catholique)2 étant femme de ménage3,4. Maurice Micklewhite Sr. revenait de sept ans en Inde dans le régiment de la Royal Horse Artillery2. Il grandit dans le quartier de Southwark, mais la guerre a comme conséquences une évacuation de toute la famille dans un village du comté de Norfolk3,4 et un rappel de Maurice Sr. sous les drapeaux2. Puis, après la guerre, ils sont relogés dans des maisons préfabriquées dans le quartier d'Elephant and Castle2,3. Maurice Jr. fait alors parfois l'école buissonnière pour aller au cinéma2,4.

    À 18 ans, il est enrôlé dans la British Army et est envoyé en Allemagne dans les forces d'occupation, puis en 1952 en Corée3,4. À son retour, il exerce quelques petits jobs (garçon de course, accessoiriste) et joue dans des théâtres régionaux. Il participe également à de très nombreuses pièces pour la télévision. Il adopte rapidement le nom de scène « Michael Caine », en référence à son film préféré, Ouragan sur le Caine (1954) de Edward Dmytryk.

    Après une quinzaine d'apparitions au cinéma, Michael Caine se retrouve enfin en haut de l'affiche avec Zoulou (1964) de Cy Endfield. L'année suivante, il connaît la consécration pour Ipcress, danger immédiat (1965), film d'espionnage dans lequel il interprète Harry Palmer, un agent secret à l'opposé de James Bond. Il reprend ce rôle dans Mes funérailles à Berlin et Un cerveau d'un milliard de dollars. À la même époque, il assoit définitivement sa notoriété avec Alfie le dragueur, une prestation de séducteur pour laquelle il reçoit une nomination aux Oscars, et Que vienne la nuit d'Otto Preminger, aux côtés de Jane Fonda. En France, Dominique Paturel12,13 est la voix française la plus régulière de Michael Caine depuis les années 60, il le double encore aujourd'hui, en alternance (selon le client ou le studio de doublage) avec Frédéric Cerdal. Gabriel Cattand12 et Bernard Dhéran12 ont été les voix françaises régulières de Michael Caine à ses débuts. Francis Lax12, Michel Roux12 Marc Cassot12 et Michel Le Royer12 l'ont également doublé à trois ou quatre reprises chacun.

    Après avoir vu Shakira Baksh dans une publicité télévisée britannique pour le café Maxwell House en 1971, Michael Caine est devenu obsédé par la recherche de la femme qu'il considérait comme \\" la plus belle... qu'il ait jamais vue \\". Un ami publicitaire lui a dit qu'elle vivait à quelques kilomètres seulement de lui à Londres. Le couple s'est marié à Las Vegas le 8 janvier 1973 et a une fille, Natasha.[réf. nécessaire]6 En juillet 2016, l'acteur change de nom pour adopter officiellement son nom de scène, Michael Caine7,8.

  9. Jack Nicholson — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Jack_Nicholson
    • Récompenses et nominations
    • Enfance
    • Vie personnelle
    • Production
    • Carrière
    • Commentaires
    • Récompenses
    • Adaptation
    • Influences

    Avec douze nominations et trois récompenses, il fait partie des acteurs les plus nommés et récompensés aux Oscars du cinéma.

    Jack Nicholson naît le 22 avril 1937 à Neptune (New Jersey)3. Il est le fils d'une showgirl, June Frances Nicholson dite \\"June Nilson\\"4 d'origine anglaise, par sa mère, et irlandaise, par son père5.

    Six mois plus tôt, le 16 octobre 19366, June avait épousé à Elkton7 dans le Maryland, Donald Furcillo, dit Donald Rose, un acteur d'origine italienne. Bien qu'il soit déjà marié, Furcillo offre de prendre soin de l'enfant mais la mère de June insiste pour en avoir la garde et permettre ainsi à sa fille de continuer sa carrière. Le petit Jack est donc élevé par ses grands-parents, John J. Nicholson, étalagiste dans un grand magasin à Asbury Park, et Ethel May Rhoads, coiffeuse, esthéticienne et artiste amatrice à Neptune. C'est seulement en 1974 lors d'un entretien avec un journaliste de Time Magazine8 que Nicholson apprend que ses soi-disant parents étaient en réalité ses grands-parents et que sa \\"sœur\\" était sa mère. Connu pour son incapacité à se fixer, Nicholson a eu cinq enfants de quatre femmes différentes : Compagnon d'Anjelica Huston pendant dix-sept ans (de 1973 à 1989), il entretient des liaisons avec de nombreuses actrices et top models (telle Lara Flynn Boyle, de trente ans sa cadette), ainsi qu'avec Margaret Trudeau22. Fan des New York Yankees et des Lakers de Los Angeles, il a assisté à tous les matchs de ces derniers se déroulant au Forum et au Staples Center pendant vingt-cinq ans (au point qu'il refuse parfois de tourner lors de certaines retransmissions23), allant jusqu'à descendre sur le terrain pour se disputer avec des arbitres ou des joueurs adverses24. Nicholson a été pendant de nombreuses années le voisin de Marlon Brando et Warren Beatty sur Mulholland Drive à Beverly Hills, ce qui a valu à la rue le surnom de « Bad Boy Drive » (litt. « Voie des mauvais garçons »). Après la mort de Brando en 2004, Nicholson a racheté son bungalow, laissé à l'abandon, pour 6,1 millions de dollars avant de le faire démolir, par respect pour la mémoire de l'acteur25.

    Lorsqu'il arrive pour la première fois à Hollywood, Nicholson est engagé par les studios Hanna-Barbera. Remarquant son talent d'artiste, ils offrent à Nicholson un poste d'animateur qu'il décline12. Alors que sa carrière d'acteur semble marquer le pas, Nicholson se résigne à passer derrière la caméra et se met à écrire des scénarios. Naissent ainsi Thunder Island de Jack Leewood (1963), Flight to Fury (1964) et L'Ouragan de la vengeance (1965) de Monte Hellman. Ami de Bert Schneider et de Bob Rafelson, ce dernier lui demande d'écrire son premier film, Head, un film sur le groupe Les Monkees (1968)13. Ce sera la première de leurs collaborations, Nicholson jouant par la suite dans cinq des films de Rafelson. Nicholson passe des mois au contact du groupe dont les membres l'apprécient beaucoup14. Il se rend sur le plateau de la série télévisée, les rencontre à leurs domiciles afin de s'inspirer de leur univers, toute l'équipe du film étant d'accord pour qu'il ne soit pas qu'une version longue de la série14.

    Même si les films qu'il écrit n'ont pas vraiment de succès, ce travail de scénariste permet à Nicholson de subsister. Il fait aussi une apparition dans deux épisodes de la sitcom The Andy Griffith Show, dans le rôle de Marvin Jenkins, en 1966 et 1967. En 1967, il écrit le scénario de The Trip, film psychédélique réalisé par Roger Corman et interprété par Peter Fonda et Dennis Hopper, qui remporte un grand succès en raison de son adéquation avec le mouvement hippie alors à son apogée. Fonda et Hopper lui permettent deux ans plus tard de reprendre sa carrière d'acteur en lui offrant le rôle de George Hanson, un avocat alcoolique, dans le film culte Easy Rider (1969), qui lui vaut sa première nomination aux Oscars. En 1973, il incarne Billy \\"Badass\\" Buddusky, un soldat fort en gueule, dans la comédie dramatique La Dernière Corvée de Hal Ashby. Le film lui vaut d'être nommé aux Oscars comme meilleur acteur et aussi de remporter le prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes 1973. Puis, aux côtés de Shelley Duvall, il tient le rôle principal, celui de l'écrivain Jack Torrance, dans le film d'horreur fantastique Shining, adaptation par Stanley Kubrick du roman de Stephen King. Comme souvent avec Stanley Kubrick, le tournage est assez éprouvant. Bien que Jack Nicholson ne reçoive aucune nomination aux Oscars pour ce film (Shining est ignoré par l'académie et même nommé à la première cérémonie des Razzie Awards), son interprétation est considérée comme l'une des plus marquantes de sa carrière. Kubrick dira de lui : « Nicholson est sans doute le plus grand comédien d'Hollywood aujourdhui, légal des plus grands acteurs de composition du passé, comme Spencer Tracy et James Cagney. » Jack Nicholson est prolifique durant les années 1980. Aux côtés de Jessica Lange, il joue le rôle principal dune nouvelle adaptation de Le facteur sonne toujours deux fois que réalise Bob Rafelson sur un scénario de David Mamet. Il tient un rôle secondaire, celui du dramaturge Eugene ONeill, dans lambitieuse fresque historique Reds de Warren Beatty. Il incarne aussi un garde frontalier dans le drame social Police frontière de Tony Richardson (1982), un truand pas très futé dans L'Honneur des Prizzi, avant-dernier film de John Huston (1985), un journaliste cavaleur dans La Brûlure de Mike Nichols (1986), le diable dans Les Sorcières d'Eastwick de George Miller (1987) et un vagabond dans Ironweed de Hector Babenco la même année. Ces rôles lui rapportent trois nominations aux Oscars (Reds, L'Honneur des Prizzi et Ironweed). Parmi les autres œuvres auxquelles Nicholson participe au cours de cette décennie, on peut noter la comédie satirique Mars Attacks!, film dans lequel il tient deux rôles et qui lui permet de renouer avec Tim Burton. Il incarne également le personnage principal du film The pledge, le deuxième long-métrage signé Sean Penn. Il retrouve ensuite Rob Reiner pour la comédie dramatique Sans plus attendre qui lui permet de faire face à Morgan Freeman. En 2010, il fait partie de la distribution de la comédie chorale Comment savoir, de James L. Brooks, aux côtés de Owen Wilson, de Paul Rudd et de Reese Witherspoon. Il s'agit de sa dernière apparition à l'écran.

    Après La Dernière Corvée, les rôles se multiplient pour Nicholson. L'acteur apparait dans Tommy, adaptation par Ken Russell de l'opéra-rock du groupe The Who. En France, Jean-Pierre Moulin fût la voix française régulière de Jack Nicholson depuis La Dernière Corvée (1973) jusqu'à sa retraite en (2010). Michel Roux et Michel Paulin l'ont également doublé à trois reprises chacun. Au Québec, Jack Nicholson fut doublé par Vincent Davy puis par Guy Nadon. Au cours de cette période, Jack Nicholson tient également le rôle principal dans trois œuvres majeures : Chinatown de Roman Polanski et Vol au-dessus d'un nid de coucou de Miloš Forman. Le premier est un pastiche de film noir dans lequel l'acteur incarne un détective privé hâbleur enquêtant sur une affaire des plus complexes. Le second est l'adaptation d'un roman de Ken Kesey se déroulant dans un asile psychiatrique. Jack Nicholson y interprète un délinquant entrant en conflit avec une infirmière-chef, incarnée par Louise Fletcher. Dans le polar poétique Profession : reporter de Michelangelo Antonioni, il joue un journaliste qui prend l'identité d'un homme mort. Le film est tourné en Afrique puis en Europe. « Magnifiquement dirigé par Antonioni, lacteur en fait peu, tenu à distance de ses tendances au cabotinage. Parmi les grands films de la filmo Nicholson, on tient ici le chef-doeuvre absolu.16 » Ces films, aujourd'hui considérés comme des classiques, achèvent d'établir la réputation de Nicholson. Par la suite, Jack Nicholson tient un rôle secondaire dans Le Dernier Nabab, le dernier film que réalisera Elia Kazan et dans lequel il partage la vedette avec Robert de Niro, Tony Curtis, Robert Mitchum et Jeanne Moreau. L'acteur donne aussi la réplique à Marlon Brando dans Missouri Breaks, un western réalisé par Arthur Penn et qui est plutôt mal reçu. Il signe également une deuxième réalisation, En route vers le sud, un autre western, mais humoristique cette fois-ci. Outre d'en assurer la mise-en-scène, il y incarne un hors-la-loi contraint de se marier.

    Non récompensé pour son rôle de détective dans Chinatown (film dont il réalisera lui-même une suite quelques années plus tard), Jack Nicholson remporte son premier Oscar du meilleur acteur grâce à son interprétation dans Vol au-dessus d'un nid de coucou17. Le film reçoit également les 4 autres récompenses principales de la cérémonie à savoir meilleur film, meilleur réalisateur, meilleure actrice et meilleure adaptation18. Il reçoit en revanche l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour son interprétation de Garrett Breedlove, un astronaute à la retraite, dans Tendres Passions (1983), premier film de James L. Brooks, réalisateur venu de la télévision.

    En 2017, Jack Nicholson est annoncé pour prendre le rôle-titre du remake américain du film allemand Toni Erdmann, sortant ainsi de sa retraite cinématographique21.

    Nicholson est aussi un ami proche du réalisateur Roman Polanski, qui l'a dirigé en 1974 dans Chinatown, le soutenant lors de nombreuses crises personnelles telles que la mort de son épouse, Sharon Tate, tuée par la « famille de Charles Manson » en 1969, ou sa condamnation pour viol sur une mineure, un crime qui s'est déroulé chez Nicholson à Mulholland Drive.

  10. J. K. Simmons — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/J._K._Simmons

    1 day ago · Biographie Jeunesse & formation. J. K. Simmons est né le 9 janvier 1955 à Détroit, dans le Michigan, aux (États-Unis).. Carrière. Second rôle reconnu du grand public, il s'est fait connaître principalement grâce aux rôles de Vernon Schillinger dans Oz, le docteur Skoda dans New York, police judiciaire et le chef Pope dans la série The Closer à la télévision.

  11. People also search for