Yahoo Web Search

  1. Jean-Luc Godard — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Luc_Godard
    • Définition
    • Parcours
    • Carrière
    • Carrière professionnelle
    • Récompenses
    • Enfance
    • Formation
    • Origines
    • Production
    • Commentaires
    • Vie personnelle
    • Adaptation
    • Synopsis
    • Contexte historique
    • Événements
    • Préparation

    Jean-Luc Godard est un cinéaste français et suisse né le 3 décembre 1930 à Paris. Auteur complet de ses films, il en est fréquemment à la fois le réalisateur, le scénariste, le dialoguiste, et il en maîtrise le montage. Il y apparaît occasionnellement, parfois dans un petit rôle, parfois non comme acteur, mais comme sujet intervenant. Producteur et écrivain, il est aussi critique de cinéma et théoricien du cinéma.

    Comme Éric Rohmer, François Truffaut, Claude Chabrol, Jacques Rivette, Jean-Luc Godard commence sa carrière dans les années 1950 comme critique de cinéma. Il écrit notamment dans la Gazette du cinéma, les Cahiers du cinéma et Arts. Parallèlement à cette activité, il tourne des courts métrages en 16 mm, Opération béton (1954), un documentaire sur la construction du barrage de la Grande-Dixence en Suisse, Une femme coquette (1955) inspiré de Maupassant et réalisé sans budget,Tous les garçons s'appellent Patrick ou encore Charlotte et Véronique, un marivaudage écrit avec Éric Rohmer, Une histoire d'eau (1958), qu'il monte à partir d'images filmées par François Truffaut et enfin Charlotte et son jules (1958).

    En 1959, il passe au long métrage avec la réalisation d'À bout de souffle. Le film rencontre un grand succès et devient un des films fondateurs de la Nouvelle Vague. Au cours des années 1960, il multiplie les projets et réalise plusieurs films par an. En 1960, il tourne ainsi Le Petit Soldat, un film sur la guerre d'Algérie et Une femme est une femme, un film hommage à la comédie musicale. Il réalise ensuite Vivre sa vie (1962), un film sur une jeune femme qui se prostitue, Les Carabiniers (1963), un nouveau film sur la guerre et Le Mépris (1963) un film sur l'univers du cinéma. Il poursuit en 1964 avec Bande à part et Une femme mariée. En 1965, il réalise Alphaville, une étrange aventure de Lemmy Caution, film de science-fiction, puis Pierrot le Fou, un road movie où nombre de spécialistes voient son chef-d'œuvre. Il réalise ensuite Masculin féminin, un film sur la jeunesse, Made in USA, Deux ou trois choses que je sais d'elle, dans lequel il traite à nouveau du thème de la prostitution, La Chinoise (1967) et Week-end (1967).

    Il revient au cinéma au tournant des années 1980 avec Sauve qui peut (la vie). Il retrouve alors la place centrale qu'il avait occupée au cours des années 1960. À partir de la fin des années 1980, il se consacre à une série de films-essais intitulée Histoire(s) du cinéma qu'il achève en 1998 et qui tente de faire une histoire cinématographique du cinéma. Dans les années 2000, il poursuit son travail au cinéma avec Éloge de l'amour (2001), Notre musique (2004) et Film Socialisme (2010). Il monte aussi un projet d'exposition au centre Georges Pompidou à Paris. Le projet extrêmement ambitieux est finalement abandonné et donne lieu à une exposition intitulée Voyage(s) en utopie. À la recherche d'un théorème perdu. JLG 1945-2005 qui montre les maquettes de l'exposition prévue.

    Jean-Luc Godard a obtenu l'Ours d'or au Festival de Berlin en 1965 pour Alphaville ainsi que deux Ours d'argent (meilleur réalisateur en 1960 pour À bout de souffle et Grand prix du jury en 1961 pour Une femme est une femme). Il a également reçu un Lion d'or d'honneur en 1982 à la Mostra de Venise et le Lion d'or du meilleur film pour Prénom Carmen en 1983. Par ailleurs, il s'est vu décerner le Prix du Jury au Festival de Cannes pour Adieu au langage en 2014 ainsi que deux Césars honorifiques, en 1987 et 1998, et un Oscar d'honneur en 2010 pour l'ensemble de sa carrière. En 2018, il reçoit une Palme d'or spéciale pour Le Livre d'image et toute son œuvre au 71e Festival de Cannes.

    Jean-Luc Godard naît le 3 décembre 1930 au 2, rue Cognacq-Jay dans le 7e arrondissement de Paris. Il est le deuxième d'une famille de quatre enfants. Sa sœur aînée, Rachel, née le 6 janvier 19301,2, est morte en 1993. En juin 1940, Jean-Luc Godard est chez ses grands-parents à Paris au moment de l'invasion allemande. On l'envoie d'abord chez sa tante Aude en Bretagne où il commence l'année scolaire 1940 avant de traverser la France pour rejoindre la Suisse. La famille Monod est plutôt républicaine et de gauche, mais Julien Monod, son grand-père, plus conservateur, défend le maréchal Pétain et lit la presse collaborationniste. En revanche, les parents de Godard travaillent pour la Croix-Rouge et sont plutôt anglophiles7. Depuis son adolescence à Nyon, Jean-Luc Godard, qui vit pourtant dans une famille aisée, prend l'habitude de voler. Cette habitude devient une manie et Jean-Luc Godard vole aussi ses proches et ses amis. Il vole notamment des ouvrages dans la bibliothèque de Jean Schlumberger, qu'il va revendre au Pont-Neuf. Il vole aussi dans la bibliothèque de son grand-père des ouvrages de Paul Valéry qu'il revend à la librairie Gallimard située en face du domicile de son grand-père. Ce dernier découvre le larcin et Jean-Luc Godard devient le mouton noir de sa famille à l'âge de dix-sept ans. Plus tard, il vole aussi la caisse des Cahiers du cinéma en 1952 et la caisse du café de la Comédie, situé près du Palais-Royal et tenu par les parents de son ami Charles Bitsch. En rupture avec sa famille, Godard rédige en novembre 1947 un pamphlet contre elle, qu'il intitule Le Cercle de famille. Ou impressions d'ensemble10.

    Son père, Paul Godard (1899-1964), naît le 1er juin 1899 dans une famille originaire du Nord de la France par sa mère (Le Cateau-Cambrésis), et du Cher par son père, Georges Godard, issu d'une ancienne famille protestante de Sancerre. En 1916, il déménage avec sa famille en Suisse par conviction pacifiste et s'installe à Vevey, puis à Genève. Il suit ensuite des études de médecine et soutient sa thèse en 1925 à Paris. Il travaille ensuite à la fois à Paris et en Suisse3.

    Sa mère, Odile Monod (1909-1954), appartient à une grande famille protestante française descendant du pasteur Jean Monod né à Genève en 1765 et du pasteur Adolphe Monod né en 1802. Le grand-père maternel, Julien Monod, a dirigé la Société financière d'Orient et est l'un des fondateurs de la Banque de Paris et des Pays-Bas. En 1924, il achète un appartement au 16 boulevard Raspail dans un immeuble construit par l'architecte Henri Sauvage. Il fréquente les écrivains et devient très proche de Paul Valéry qu'il rencontre en 1924. Grand admirateur du poète, il collectionne dans son appartement les livres, les manuscrits et la correspondance du poète dans une pièce de l'appartement, dénommée le « valerianum »4,note 1.

    En février 1958, l'Île-de-France est inondée à la suite de pluies torrentielles. Après une discussion avec Godard et Pierre Braunberger, François Truffaut part filmer l'histoire d'une jeune fille habitant en banlieue et souhaitant se rendre à Paris pendant ces inondations. Le film s'intitule Une histoire d'eau. Truffaut n'est pas satisfait des rushes et abandonne le projet mais Godard écrit un texte qu'il lit en voix off avec Anne Colette et monte le film. Ce dernier est finalement diffusé en mars 1961 en première partie de Lola de Jacques Demy26. Après le succès des Quatre Cents Coups de François Truffaut au festival de Cannes 1959, Godard a conscience qu'il ne faut pas rater la vague et cherche à réaliser lui aussi son premier long métrage28. Il reprend alors une idée de scénario de Truffaut s'inspirant d'un fait divers et contacte le producteur Georges de Beauregard pour financer son film. À bout de souffle raconte l'histoire de Michel Poiccard, un jeune qui vole une voiture à Marseille pour aller retrouver une Américaine à Paris. En route, il est poursuivi par deux policiers et finit par en tuer un. Il retrouve finalement l'Américaine à Paris. Comme dans la tradition du film noir américain, le film est inspiré d'un fait divers réel. Le tournage a lieu en août et septembre 1959 avec Jean-Paul Belmondo et Jean Seberg dans les rôles principaux29. Si le tournage est relativement court, la matière est trop abondante et Godard est obligé de couper dans son film mais plutôt que de couper des plans entiers comme le veut la tradition, il coupe à l'intérieur des plans. Il suit ainsi le conseil de son ami Jean-Pierre Melville qui lui avait dit qu'ayant tourné un film impossible, il devait maintenant aller jusqu'au bout et le finir comme tel. Il crée ainsi des discontinuités dans son film qui lui donnent un rythme particulier30. Sorti en mars en 1960, le film remporte un grand succès auprès du public (2,2 millions d'entrées en France)31,32. Le succès critique est aussi au rendez-vous et Godard reçoit notamment le soutien de critiques importants, comme Georges Sadoul dans Les Lettres françaises33. Après mai 68, il part à Londres filmer les Rolling Stones en train d'enregistrer Sympathy for the Devil. Dans son film, initialement intitulé One + One, Godard juxtapose les répétitions filmées des Rolling Stones et des scènes sans rapport apparent avec les enregistrements, mettant en scène entre autres les Black Panthers. Le film montre les Stones au travail et déconstruit ainsi le mythe du génie créateur77,note 3. En juillet, Godard tourne en France Un film comme les autres dans lequel il fait dialoguer des étudiants de Nanterre et des ouvriers de l'usine Renault de Flins sur les enseignements de mai 68. Le film est volontairement antispectaculaire et le film est peu diffusé78. À l'automne 1968, Richard Leacock et Don Alan Pennebaker proposent à Godard de venir tourner un film aux États-Unis sur l'état de l'Amérique. Après près d'un mois de tournage à travers l'Amérique, Godard abandonne le projet. Il est très déçu par les rushes et n'aime pas la manière de filmer de Pennebaker. Finalement, Pennebaker et Leacock utilisent ces rushes pour faire un film intitulé One Parallel Movie79. Il entreprend ensuite avec Jean-Henri Roger, un étudiant maoïste de 20 ans, British Sounds (1969), un film sur l'état de la Grande-Bretagne pour la chaîne de télévision britannique LWT puis ils partent à Prague pour réaliser Pravda, un film sur la Tchécoslovaquie un an après le printemps de Prague80. À l'été 1969, Godard entreprend de tourner à Rome avec Marc'O et Daniel Cohn-Bendit, qu'il connaît grâce à Anne Wiazemsky depuis 1967, un « western d'extrême gauche » intitulé Vent d'est. Au départ, il s'agit d'un projet utopique dans lequel tous les participants seraient payés à parts égales et surtout dans lequel le scénario et le plan de travail sont élaborés collectivement lors d'assemblées générales. Assez rapidement, l'équipe se divise et les amis anarchistes de Cohn-Bendit n'arrivent pas à s'entendre avec les amis maoïstes de Godard. Certains comme Marc'O abandonnent le projet. Godard fait alors appel à son ami Jean-Pierre Gorin pour l'aider à reprendre en main le film. Après le tournage, Godard et Gorin travaillent seuls pendant quatre mois au montage du film. Finalement, Vent d'est constitue l'acte de naissance du groupe Dziga Vertov, un pseudonyme collectif constitué essentiellement par Godard et Gorin en référence au réalisateur soviétique Dziga Vertov. Godard et Gorin cherchent à faire « politiquement du cinéma politique ». Avec ce groupe, Godard cherche aussi à faire oublier son statut d'« auteur »81,82. Ils réalisent ensuite pour la RAI Luttes en Italie en s'inspirant essentiellement des écrits de Louis Althusser puis partent en Palestine avec Armand Marco et Elias Sanbar pour réaliser Jusqu'à la victoire. Le film reste inachevé mais les images et les sons enregistrés sont réutilisés plus tard dans Ici et ailleurs (1974)83,84. Après l'échec du film palestinien, le groupe Dziga Vertov réalise Vladimir et Rosa en s'inspirant du procès des 8 de Chicago. Pour la première fois Godard est aussi acteur et s'essaie au burlesque85.

    Godard tourne ensuite Charlotte et son jules avec Jean-Paul Belmondo et Anne Colette. Le film, inspiré du Bel Indifférent de Jean Cocteau, est un long monologue d'un garçon devant sa petite amie, laquelle est simplement repassée le voir pour lui dire qu'elle le quittait et récupérer sa brosse à dent. Belmondo est absent pour la postsynchronisation et c'est finalement Godard lui-même qui double son personnage. Le film est lui aussi diffusé en même temps que Lola en mars 196127. Dans Vivre sa vie (1962), Godard fait le portrait d'une femme qui se livre à la prostitution44. Le film est présenté au festival de Venise en août 1962 et remporte le prix spécial du jury et le prix de la critique. Il sort à Paris le 20 septembre et réunit 148 000 spectateurs en première exploitation parisienne, ce qui semble un succès par rapport au budget du film et l'accueil critique est unanime à l'exception de Positif, Cinéma 62 et du Figaro45. Après Alphaville, Godard tourne Pierrot le Fou. Le film est un road-movie à travers la France. Ferdinand (Jean-Paul Belmondo) et Marianne (Anna Karina) fuient Paris, et cette société qui les ennuie, vers le sud de la France. L'intrigue criminelle qui constitue la trame du film est traitée avec désinvolture. Le film est présenté à la mostra de Venise en 1965 et suscite des réactions controversées mais Godard reçoit des soutiens importants, avec notamment un texte de Louis Aragon dans Les Lettres françaises intitulée « Qu'est-ce que l'art, Jean-Luc Godard ? ». Aragon apprécie l'art du collage chez Godard et voit dans son œuvre la continuation du cubisme54. À l'inverse, le critique Bernard Dort attaque vivement Godard dans Les Temps modernes et voit en lui un réactionnaire nostalgique55,56. Le film fait 1,3 million d'entrées57. Pierrot le Fou constitue une sorte d'aboutissement dans l'œuvre de Godard et il se doit maintenant de commencer autre chose. À la fin de l'année 1965, il tourne Masculin féminin, un film adapté de deux nouvelles de Guy de Maupassant, Le Signe et La Femme de Paul avec Jean-Pierre Léaud, Chantal Goya, Marlène Jobert. Il s'agit d'un film-enquête sociologique sur la jeunesse des années 1960. Le personnage de Jean-Pierre Léaud, appelé Paul Doinel, ressemble à Antoine Doinel, le personnage de François Truffaut. Comme lui, il est inadapté au monde social et amoureux malheureux58. La même année, Godard apparaît avec Anna Karina dans Cléo de 5 à 7, film d'Agnès Varda qui insère dans une scène un très court film burlesque en noir et blanc en hommage au cinéma muet intitulé les fiancés du pont MacDonald. À l'inverse du film précédent, Le Mépris (1963) est un film à gros budget avec l'une des actrices les plus célèbres du moment, Brigitte Bardot. Le film est une adaptation du roman du même nom du romancier italien Alberto Moravia. Il raconte l'histoire de Paul Javal (Michel Piccoli), écrivain de théâtre, marié à Camille (Brigitte Bardot), qui se rend à Cinecitta pour y négocier un contrat avec le producteur Jeremy Prokosch pour remanier le scénario d'un film sur l'Odyssée mis en scène par Fritz Lang, qui joue son propre rôle dans le film47. Godard renoue avec le succès auprès du public (1,5 million d'entrées)48. Sur le moment, Le Mépris ne suscite pas l'enthousiasme des critiques mais le film devient par la suite un des grands classiques de son auteur. Le film est néanmoins loué par des critiques célèbres comme Jean-Louis Bory (Arts) et Jean Collet (Télérama) et surtout par l'écrivain Louis Aragon dans Les Lettres françaises49. Au printemps 1964, il tourne Bande à part. Le film, inspiré d'un roman de la série noire intitulé Pigeon vole, raconte l'histoire de deux amis, Franz et Arthur, qui manipulent une jeune femme, Odile Monod (Anna Karina) pour voler l'argent de sa tutrice50. La scène où Odile, Franz et Arthur traversent la grande galerie du Louvre en courant pour battre un record de vitesse et la scène où les trois personnages dansent le madison dans un café sont restées célèbres51. À l'initiative du producteur Jean-Pierre Rassam, Godard et Gorin reviennent à une forme de cinéma plus classique avec Tout va bien en travaillant à nouveau avec des acteurs connus (Yves Montand et Jane Fonda). Le film, sorti en avril 1972, coûte 2,5 millions de francs et ne rassemble à Paris que 78 000 spectateurs86,87.

    Sur le tournage du film, il séduit l'actrice Anna Karina. Après l'avoir repérée dans une publicité à l'été 1959, il lui a proposé un rôle dans À bout de souffle qu'elle a refusé parce qu'elle ne voulait pas se déshabiller. Il lui propose ensuite le rôle principal dans Le Petit Soldat37. Anna Karina devient alors la muse de Jean-Luc Godard et tourne au cours des années 1960 sept films avec lui (Le Petit Soldat, Une femme est une femme, Vivre sa vie, Bande à part, Alphaville, Pierrot le Fou et Made in USA). Il l'épouse le 3 mars 1961 à Begnins en Suisse puis à l'église protestante de l'avenue Marceau à Paris38. Néanmoins, leur couple ne fonctionne pas et Jean-Luc Godard et Anna Karina divorcent officiellement le 21 décembre 196439.

    Toujours en 1962, il adapte Les Carabiniers du dramaturge italien Beniamino Joppolo. Le film est une description de la guerre et de ses dérapages à travers l'histoire de deux paysans, Ulysse et Michel-Ange, qui partent à la guerre et découvrent avec joie que tout leur est permis. À leur retour, il leur est impossible de retrouver une vie normale et quand ils entendent au loin le bruit des canons, ils repartent à la guerre et se font fusiller. Pour ce film, Godard choisit volontairement des acteurs inconnus et une qualité d'image proche de l'amateurisme. Il veut montrer la guerre comme elle est sans la glorifier et sans héroïsme. Le film, qui sort à Paris en mars 1963, est un échec commercial (20 000 spectateurs en exclusivité parisienne) et la réaction de la presse est aussi très négative46.

    Une femme mariée montre la vie d'une femme parisienne partagée entre son amant et son mari jusqu'à ce qu'elle tombe enceinte. Godard montre froidement des instants de la vie de cette femme en « filmant les sujets comme des objets ». Le film est réalisé en quatre mois entre mai, date à laquelle Godard propose un premier projet à son producteur, et le festival de Venise en septembre. Fin septembre, le film est interdit par la commission de contrôle des films qui juge d'une part que le titre initial, La Femme mariée, outrageux pour l'ensemble des femmes et que la mise en scène de la sexualité est trop suggestive. Cette interdiction provoque un scandale dans la presse. Finalement, Godard accepte de changer le titre et de remanier quelques scènes pour que son film soit diffusé52.

    Au cours des années 1960, Godard bascule à gauche. La censure d'Une femme mariée (1964) constitue un moment important dans son évolution politique. Quand en 1966, le ministre de l'Information interdit Suzanne Simonin, la Religieuse de Diderot de Jacques Rivette, Godard attaque publiquement André Malraux en publiant dans Le Nouvel Observateur un texte intitulé « Lettre ouverte à André Malraux, ministre de la Kultur ». Malraux autorise finalement la projection de La Religieuse au festival de Cannes de la même année59,60.

    Avec d'autres cinéastes comme Philippe Garrel et Chris Marker, il participe aux événements de mai 68 en suivant et filmant les manifestations d'une part, en participant aux États généraux du cinéma français à l'École technique de photographie et de cinéma de la rue de Vaugirard et à l'IDHEC et enfin en exigeant avec François Truffaut, Alain Resnais, Claude Lelouch, Louis Malle et d'autres, l'arrêt du festival de Cannes en « solidarité avec les étudiants »73. Avec Chris Marker, il participe à la confection de cinétracts, de courts films de 3 minutes mêlant des slogans révolutionnaires avec des images des manifestations ou des détournements d'images publicitaires74. Mais mai 68 c'est aussi le moment d'une déception pour Godard qui se détache du mouvement des cinéastes et ne participe pas à la création de la Société des réalisateurs de films. Enfin, c'est aussi le moment où Godard remet en cause sa notoriété et souhaite redevenir anonyme. Il remet aussi en cause la notion d'auteur qu'il avait défendue quand il était critique au Cahiers du cinéma75,76.

    Le 9 juin 1971, pendant la préparation de Tout va bien, Jean-Luc Godard est victime d'un grave accident de moto dans lequel son bassin est fracturé et il reste une semaine dans le coma. Il doit subir de nombreuses opérations et reste plus de six mois à l'hôpital et doit faire des séjours réguliers en hôpital pendant trois ans. C'est à ce moment-là qu'il se lie avec Anne-Marie Miéville, qu'il a rencontrée quelques mois plus tôt à Lausanne. À sa sortie de l'hôpital en novembre 1971, il s'installe avec elle et lui propose de travailler avec lui sur Tout va bien comme photographe de plateau88.

  2. Antonio Campos — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Antonio_Campos

    Jan 13, 2021 · Biographie. Il est le fils du présentateur de télévision brésilien Lucas Mendes et d'une mère italo-américaine.Après avoir étudié à la Tisch School of the Arts de l'université de New York, il fonde Borderline Films en 2003 avec ses collègues Sean Durkin et Josh Mond avec lesquels il a partagé le New Generation Award de la Los Angeles Film Critics Association en 2011 [1].

    • Antonio Campos
    • Américain
  3. UGC (cinema operator) - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/UGC_(cinema_operator)

    Jan 10, 2021 · France: 42 cinemas, 454 screens; Belgium: 7 cinemas, 73 screens. UGC UK and Ireland. UGC was formerly also a leading UK cinema owner following the purchase of Richard Branson's Virgin Cinema Group, which it purchased in October 1999. In December 2004, the business was sold to Blackstone Group and joined with Cine-UK to trade as Cineworld.

    • 845
    • Guy Verrecchia (President), Alain Sussfeld (CEO)
  4. Andrea Morricone - Wikipedia, la enciclopedia libre

    es.wikipedia.org/wiki/Andrea_Morricone

    6 days ago · Como compositor de música de cine, comenzó colaborando con su padre para la película Cinema Paradiso, cuya música forma parte de las bandas sonoras del cine europeo más aclamadas mundialmente. El "tema de amor" fue compuesto por el propio Andrea Morricone mientras todavía estudiaba en el Conservatorio, siendo su primera composición ...

  5. Apple Cinema Display - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Apple_Cinema_Display

    23 hours ago · Cinema HD Display. The 23-inch model, dubbed the "Cinema HD Display," was introduced on March 20, 2002, and supported full 1:1 1080p playback on a 1920x1200 pixel display. On June 28, 2004, Apple introduced a redesigned line of Cinema Displays, along with a new 30-inch model that, like the 23-inch model, carried the "Cinema HD Display" name.

    • Discontinued
    • Display
    • September 1, 1999; 21 years ago
    • Apple Inc.
  6. Amélie - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Amélie

    5 days ago · The film placed No. 2 in Empire magazine's "The 100 Best Films of World Cinema". Paste magazine ranked it second on its list of the 50 Best Movies of the Decade (2000–2009). [22] In August 2016, BBC Magazine conducted a poll on the 21st century's 100 greatest films so far, with Amélie ranking at number 87.

  7. Cinema italiano - Wikipedia

    it.wikipedia.org/wiki/Cinema_italiano

    23 hours ago · Il cinema italiano è attivo sin dall'epoca dei fratelli Lumière. I primi filmati risalgono al 1896 e sono stati realizzati nelle principali città della penisola. Questi brevi esperimenti incontrano subito la curiosità del ceto popolare incoraggiando gli operatori a produrre nuove pellicole fino a porre le basi per la nascita di una vera industria cinematografica.

  8. List of New Line Cinema films - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/List_of_New_Line_Cinema_films

    3 days ago · co-production with Mandate Pictures, first New Line Cinema film distributed by Warner Bros. Pictures May 30, 2008: Sex and the City: co-production with HBO Films: July 2, 2008: Kit Kittredge: An American Girl: July 11, 2008: Journey to the Center of the Earth: co-production with Walden Media and Original Film September 1, 2008: The Women ...

  9. Cinema Parisien - Wikipedia

    nl.wikipedia.org/wiki/Cinema_Parisien

    Jan 19, 2021 · Cinema Parisien, een voormalige bioscoop aan de Nieuwendijk 69 in Amsterdam, werd opgericht op 26 maart 1910. Van 1910 tot 1956 was Jean Desmet directeur van Parisien. Uiteindelijk zou Parisien bestaan tot 25 maart 1987. Cinema Parisien in Amsterdam is Desmets tweede bioscoop (na Parisien in Rotterdam), opgericht in 1909. In het begin was er ...

  10. Cinema muto - Wikipedia

    it.wikipedia.org/wiki/Cinema_muto

    Jan 19, 2021 · Le origini del cinema muto risalgono al 1887, durante il periodo sperimentale del "cinema delle attrazioni", con i primi cortometraggi dei fratelli Auguste e Louis Lumière, come L'innaffiatore innaffiato, L'arrivo di un treno alla stazione di La Ciotat e La partita a carte, del 1895.

  11. People also search for