Yahoo Web Search

  1. The Little Things (2021 film) - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/The_Little_Things_(2021_film)

    1 day ago · The film's score was composed by Thomas Newman. Release. The film was theatrically released in the United States on January 29, 2021 by Warner Bros. Pictures. It also had a simultaneous release on the HBO Max streaming service for 31 days, as part of Warner Bros.' plans for all of its 2021 films.

    • January 29, 2021 (United States)
    • Mark Johnson, John Lee Hancock
  2. Antivirus - Wikipedia

    it.wikipedia.org/wiki/Antivirus

    1 day ago · La prima apparizione di un software scritto con questo intento fu Creeper, creato da Bob Thomas presso la Bolt Beranek and Newman, un'azienda del Massachusetts - in seguito divenuta BBN Technologies - dove si svilupparono tecnologie per lo scambio di pacchetti di dati nelle reti di computer, riprese poi da Arpanet.

  3. 1970 - Wikipedia, la enciclopedia libre

    es.wikipedia.org/wiki/1970

    1 day ago · 17 de febrero: Alfred Newman, compositor estadounidense. 26 de febrero: Ángel María de Rosa, escultor argentino. 11 de marzo: Erle Stanley Gardner, escritor estadounidense. 14 de marzo: Fritz Perls, médico neuropsiquiatra y psicoanalista, creador de la terapia Gestalt. 17 de marzo: Jesús Álvarez, periodista español.

  4. La Planète des singes (film, 1968) — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/La_Planète_des_singes...
    • Adaptation
    • Synopsis
    • Résumé
    • Commentaires
    • Production
    • Historique
    • Composition
    • Sortie

    La Planète des singes (Planet of the Apes) est un film américain réalisé par Franklin J. Schaffner, sorti en 1968. C'est le premier volet de la saga, adaptée du roman La Planète des singes de Pierre Boulle, publié en 1963. En 2011, sort La Planète des singes : Les Origines, qui n'est pas une préquelle du film de Tim Burton ; il s'agit d'un « reboot » indépendant des autres films de la série. Le film engendre deux suites : La Planète des singes : L'Affrontement (2014) et La Planète des singes : Suprématie (2017).

    Les trois survivants du crash, le capitaine George Taylor et les lieutenants John Landon et Thomas Dodge, découvrent très vite que ce monde est peuplé d'hommes primitifs, ces derniers étant dominés par une race de singes très évolués (des chimpanzés, des gorilles et des orangs-outans). Bientôt, Dodge est abattu par les singes, Landon capturé, de même que Taylor, blessé à la gorge et qui devient temporairement muet. Rescapé des rafles, la vie de Taylor ne tient plus qu'à la bienveillance de Zira et Cornélius, deux jeunes chimpanzés scientifiques qui sont persuadés que Taylor est le fameux « chaînon manquant » de l'histoire de l'évolution. Ils devront franchir la « zone interdite » pour prouver la véracité de leur théorie. Plus tard, Taylor, marchant sur une plage, découvre horrifié les vestiges de la statue de la Liberté, ce qui lui fait prendre conscience que la planète où il a échoué n'est autre que la Terre du futur. Plein de désespoir et de colère, Taylor tombe à genoux tout en condamnant l'humanité pour avoir détruit son monde.

    Finalement, Taylor révèle sa véritable nature en retrouvant la parole. Zira et Cornélius prennent sa défense, mais les autres singes (notamment les scientifiques menés par le Dr Zaïus, un orang-outan) pensent que cela est dû à des manipulations des deux chimpanzés. Taylor, Zira et Cornélius parviennent à s'enfuir vers la zone interdite et découvrent des ruines, celles-ci montrant qu'il y eut jadis des hommes intelligents ayant des singes comme animaux de compagnie. Mais Zaïus les retrouve ; après avoir détruit les ruines, éliminant toutes les preuves de la découverte, il laisse partir Taylor avec la jeune femme (Nova) qu'il a rencontrée durant son périple.

    Le film est adapté du roman de Pierre Boulle7 ; l'origine du film remonte cependant à la série télévisée La Quatrième Dimension dont l'épisode « La Flèche dans le ciel », diffusé en 1960, a servi de base à l'intrigue8,9. En effet, Rod Serling, le créateur de la série culte avait fait appel à des écrivains amateurs pour constituer un fonds de scénarios pour ses futures séries. Ce fut un échec (seulement trois avaient été retenus), mais celui écrit par Madelon Champion, épouse de John Champion (écrivain-réalisateur et producteur), fut acheté 500$ par Rod Serling (ce fut d'ailleurs le seul et unique succès de Madelon Champion ayant servi au cinéma). Le thème de la folie et du désespoir est décrit par l'histoire de trois astronautes américains qui sont envoyés dans le premier vol habité qui s'écrase sur Terre après le lancement en pensant avoir atterri sur un astéroïde. Après avoir tué ses deux camarades, le « héros » comprend seulement à la fin qu'ils ont vécu leur périple meurtrier dans la vallée de la Mort. Le producteur Arthur P. Jacobs découvre le roman de Pierre Boulle. Par chance il connait le producteur Alain Bernheim (en), l'agent de ce dernier10. Jacobs achète alors les droits du livre, alors que les producteurs de séries Z les King Brothers (en) avaient une option dessus11. Le succès étant au rendez-vous, la Fox tourne Les Évadés de la planète des singes (1971), dont les héros principaux sont Kim Hunter et Roddy McDowall. Contrairement aux deux précédents volets, l'action se déroule dans le présent. Suivent ensuite La Conquête de la planète des singes (1972), qui révèle comment les singes ont pris le pouvoir, puis La Bataille de la planète des singes (1973), épisode qui voit les humains et les singes tenter de vivre en paix. En 1974, une série télévisée est créée, nommée également La Planète des singes ; elle est complètement indépendante de la série de cinq films. Faute de succès, elle s'arrête au bout d'une saison de 14 épisodes. Elle est suivie un an plus tard d'une série d'animation de 13 épisodes, intitulée Return to the Planet of the Apes. En 2001, un reboot réalisé par Tim Burton sort en salles, nommé encore une fois La planète des singes. Il donne une autre explication à l'apparition des singes. Charlton Heston et Linda Harrison sont les seuls acteurs du premier film à apparaître dans ce remake, dans des rôles différents. De plus, le film « démocratise » les suites, plutôt mal vues à l'époque, avec tout d'abord Le Secret de la planète des singes (1970). Fermement opposé à une suite, Charlton Heston accepte pourtant de revenir par amitié envers le producteur Richard D. Zanuck, qui avait pris le risque de faire le premier film. Refusant toutefois de toucher un cachet pour ce petit rôle, il reversera l'argent à l'école de son fils. Il demande également que son personnage meure, pour ne pas tourner d'autres volets. Cela se traduit par l'explosion de la planète, les trois films suivants se déroulant chronologiquement avant le premier.

    Jacobs engage ensuite Rod Serling, qui se lance dans l'écriture du script en mixant librement le roman de Pierre Boulle et le scénario de Madelon Champion. Il ajoute ainsi l'idée de guerre nucléaire10, qui était dactualité à cette époque, avec la course aux armements des États-Unis et de l'URSS11. Serling déplace le récit en 1972 et transforme les astronautes français en américains11. Il situe clairement l'action sur Terre et modifie la fin en utilisant la statue de la Liberté. Cette idée déplaisait fortement à Pierre Boulle, qui avait même écrit dans une lettre à Arthur P. Jacobs : « c'est une tentation du diable qui énervera l'homme du peuple »11. Malgré la présence de la star Charlton Heston, le projet était vu par les producteurs d'Hollywood comme risqué et ambitieux. Warner Bros., qui proposait alors un budget de 10 millions de dollars, s'était ravisé et avait quitté le projet11. Arthur P. Jacobs était ami avec Richard D. Zanuck, directeur de production de la 20th Century Fox. Le studio connaissait toutefois des problèmes financiers en raison du budget pharaonique de Cléopâtre. Zanuck croit cependant au projet de Jacobs mais lui demande d'essayer de baisser le budget nécessaire11. Pour convaincre le studio, un test filmé est réalisé13 en secret le 8 mars 196610, mettant en scène un dialogue entre Charlton Heston et le singe Zaius, interprété alors par Edward G. Robinson, afin de convaincre les producteurs sur le travail de qualité des maquillages de John Chambers. La scène-test fait son effet, mais le studio est encore sceptique. Le producteur du projet Arthur P. Jacobs et son associé Mort Abrahams (en) mettent alors l'accent sur le voyage dans le temps, thème assez en vogue à lépoque. La 20th Century Fox donne alors le feu vert : un budget de 5,8 millions de dollars est alloué au projet10. Ironiquement, une trentaine d'années plus tard, le remake de Tim Burton aura droit à un budget de cent millions de dollars sans hésitation14. Cependant, ce budget oblige les producteurs à revoir à la baisse leurs ambitions. Ils engagent l'expérimenté scénariste Michael Wilson qui avait déjà adapté une œuvre de Pierre Boulle pour le film Le Pont de la rivière Kwaï. Pour économiser sur les décors et véhicules, il a l'idée de rendre la société des singes beaucoup plus primitive que dans le roman11. Par ailleurs, Michael Wilson ajoute d'autres références à la ségrégation, aux préjugés et à lhypocrisie de la société actuelle. Il insère aussi quelques allusions à son histoire personnelle : en plein maccarthysme, il était passé devant le House Un-American Activities Committee puis inscrit en 1951 sur la liste noire de Hollywood11. L'acteur Edward G. Robinson a été le premier choix pour le rôle de Zaius. Après la scène-test, il a dû refuser le rôle car il était cardiaque. Il ne croyait pas qu'il pourrait supporter les nombreuses heures de maquillage et de démaquillage13. L'actrice Ingrid Bergman a également été approchée pour jouer le rôle de Zira. Elle l'a refusé. Le producteur Arthur P. Jacobs était un ancien publicitaire. Il a eu alors l'idée d'inviter l'influent journaliste-chroniqueur James Bacon pour lui offrir des petits caméos dans plusieurs films de la saga. Non crédité aux génériques, ce dernier incarne brièvement un singe dans ce premier film, ainsi que dans Le Secret de la planète des singes, La Conquête de la planète des singes et La Bataille de la planète des singes. Il jouera également le général Faulkner dans Les Évadés de la planète des singes15,16. Le tournage du film s'est déroulé du 21 mai 1967 au 10 août 19674, principalement en Californie (Los Angeles, Calabasas, Malibu). Certaines séquences ont également été tournées en Utah (Glen Canyon, Lac Powell) ou en Arizona (Page)17. La scène où la fusée s'écrase a été tournée au Lac Powell, un lac artificiel situé à la frontière de l'Utah et de l'Arizona qui a été formé à la suite de la construction d'un barrage sur le fleuve Colorado. Une partie des scènes ayant rapport avec la zone interdite ont été faites à Glen Canyon dans l'Utah. La scène finale, avec la statue de la Liberté, a été tournée à Zuma Beach (en) à Malibu. Charlton Heston a eu la grippe pendant une bonne partie du tournage. Les producteurs n'ont pas voulu retarder le tournage parce qu'ils trouvaient que sa voix rauque donnait du caractère à Taylor. La scène d'introduction a été tournée le 10 août 1967, dernier jour du tournage10. Toute la musique est composée par Jerry Goldsmith. Toute la musique est composée par Jerry Goldsmith.

    Elle a été distribuée en 1968 et 1992 par Projet 3 Records et en 1997 par Varese Sarabande. Il y a eu ensuite plusieurs rééditions de cet album, avec des durées et des nombres de pistes différentes18.

    Sur la version de 1997 la piste 18, est une suite de morceau entendu durant le film Les Évadés de la planète des singes, le troisième opus de la saga, dont la musique est également composée par Jerry Goldsmith.

    Le film a rapporté 22 millions de dollars aux États-Unis, pour un budget de 5 800 000 dollars4. En France, le film totalise 1 715 631 entrées19.

  5. Doc Hudson - Wikipedia, la enciclopedia libre

    es.wikipedia.org/wiki/Doc_Hudson

    1 day ago · El coche se basa en el Fabuloso Hudson Hornet de la vida real en la competición NASCAR, con la carrera de carreras de Doc más parecido a la de Herb Thomas. Newman, un entusiasta de las carreras y ex piloto, se basó en sus experiencias para la personalidad del viejo coche de carreras gruñón.

  6. John Williams (compositeur) — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/John_Williams_(compositeur)
    • Récompenses
    • Enfance
    • Études
    • Débuts
    • Vie personnelle
    • Style
    • Carrière professionnelle
    • Composition
    • Commentaire
    • Présentation
    • Production
    • Influences
    • Technique
    • Évolution
    • Analyse
    • Historique
    • Hommages
    • Carrière
    • Synopsis

    Williams a remporté cinq fois l'Oscar de la meilleure musique, mais aussi 4 Golden Globes, 7 BAFTA Awards et 21 prix Grammy. Avec 51 nominations aux Oscars, Williams est la deuxième personne la plus nommée après Walt Disney. Il a été intronisé au Hollywood Bowl Hall of Fame en 2000 et a été récipiendaire du Kennedy Center Honors en 2004.

    Fils d'un percussionniste professionnel, pour CBS Radio1 et dans le Raymond Scott Quintet, il découvre très tôt la musique, il commence à apprendre le piano à 7 ans, puis apprend le trombone, le tuba2, la trompette et dès quinze ans mène déjà son propre groupe de jazz1 et s'essaie à l'arrangement ; tout au long de sa jeunesse, il compose des pièces pour pianos, puis lorsqu'il apprend la théorie, se met à les orchestrer, il crée à 19 ans sa première œuvre, une sonate pour piano, néanmoins, il ne pense pas pouvoir vivre en composant, et n'en a pas l'intention. Il se consacre donc à ses études de piano3.

    Il rejoint l'UCLA et le Los Angeles City College ; il étudie l'orchestration avec Robert van Eps, de la MGM, et auprès de Mario Castelnuovo-Tedesco, et profite de trois ans à l'US Air Force pour diriger. Il suit ensuite l'enseignement de Rosina Lhevinne, à la Juilliard School, afin de perfectionner ses talents de pianiste. Il vit alors de ses cachets de pianiste de jazz, mais elle l'encourage à se consacrer à l'écriture. Il retourne dès lors à Los Angeles1.

    À Hollywood, il commence comme pianiste de studio, et il accompagne des séries TV - comme Peter Gunn (1958) - ou des films, comme South Pacific (1958), Some Like It Hot (1959), The Apartment (1960) et To Kill a Mockingbird (1962). Il se lie d'amitié avec Bernard Herrmann, le compositeur de Citizen Kane et d'Alfred Hitchcock. À 24 ans, il intègre l'équipe d'arrangeurs de la Columbia, puis de la Twentieth Century Fox où il travaille pour Alfred Newman et Lionel Newman, Dimitri Tiomkin, Franz Waxman, et d'autres compositeurs de l'Âge d'Or. Parallèlement, il travaille avec Vic Damone, Doris Day, et Mahalia Jackson, et rencontre Barbara Ruick, actrice et chanteuse qu'il épouse.

    John Williams a été marié avec l'actrice Barbara Ruick de 1956 jusqu'au décès de celle-ci le 1er mars 1974. De cette union sont nés trois enfants : Jennifer (1956), Mark (1958) et Joseph (1960). Ce dernier est le chanteur du groupe de rock américain Toto, notamment entre 1986 et 1989. Il réintègre le groupe en 2010.

    Il compose dans les années 1950 plusieurs œuvres de jazz[réf. souhaitée]. Les années 1960 sont riches en œuvres classiques. Il compose son Concerto pour flûte et orchestre en 1969. Il est composé d'un seul mouvement de 15 minutes environ. L'accompagnement ne comporte aucun instrument à vent mais des cordes, un piano, un célesta, des harpes et des percussions. Il est inspiré de la flûte japonaise shakuhachi, dont il cherche à imiter le style. Selon le compositeur, les instruments « font des bruits mystérieux comme le craquement de branches tandis que nous explorons une forêt imaginaire mythique »4. On peut retrouver ce style dans Mémoires d'une geisha, composé en 2005. Les cinq années qui suivent sont représentatives de son style « grandiose » marqué par l'usage prédominant des cuivres : Furie (1978), Superman (1978), 1941 (1979), Les Aventuriers de l'arche perdue (1981). Une expérience, Heartbeeps (1981), échoue. Comme ceux de beaucoup de grands compositeurs classiques, les thèmes de John Williams se caractérisent à la fois par leur évidence et par leur apparente simplicité. John Williams a toujours beaucoup aimé et pratiqué le jazz, et l'on retrouve le dynamisme propre à ce genre de musique dans nombre de ses partitions, y compris dans Star Wars.

    Son travail d'arrangeur lui ouvre les portes de l'écriture, et il commence à composer, quelquefois sous le nom Johnny Williams, pour la télévision : Checkmate (1960), Alcoa Premiere (1961), Gilligan's Island (Les Joyeux naufragés) (1964), Lost in Space (Perdus dans l'espace) (1965), Land of the Giants (Au pays des géants) (1968), et surtout la trame sonore des téléfilms Heidi (en) (1968) et Jane Eyre (1970), qui lui vaudront d'être récompensé aux Emmy Awards.

    L'année précédente, il compose sa Sinfonietta pour ensemble à vent. D'une durée de 18 minutes, l'œuvre découpée en trois mouvements « constitue un défi à l'auditeur par le biais de la tension entretenue tout au long du morceau »5. Écrite pour une grande section à vent, la petite symphonie est caractérisée par les saisissantes sonorités des longues lignes mélodiques qui contrastent avec les subtiles touches de jazz. En 1965, il compose l'Essay for strings. Créée à Pittsburgh en 1965 par André Previn, cette pièce pour cordes est composée de manière expressive, l'introduction donne le ton et démontre une forte maturité pour un compositeur aussi jeune. « Les cordes d'orchestre m'ont toujours fasciné. The Essay est un début d'exploration des sonorités possibles de ce groupe » dit John Williams à propos de son œuvre. « Le morceau est en un mouvement, et est essentiellement dramatique. Après une introduction calme, le thème principal apparaît. Il est rapidement suivi de la suggestion en doubles-croches de la figure moteur qui conduit finalement, après d'autres développements, l'œuvre à sa partie finale. C'est alors que le thème principal joint la figure moteur en doubles-croches en se combinant pour amener le morceau à sa conclusion. » Pour le compositeur, cette œuvre est une représentation d'un cyclotron musical, avec son rythme fiévreux et son énergie hyperkinétique. Quand on lui demande ce qu'est censé produire ce cyclotron, il répond « des applaudissements, je l'espère ». Cette œuvre montre un talent étonnant de la part du jeune John Williams et est un signe avant-coureur des œuvres orchestrales à venir4. Grâce à son adaptation musicale, en 1971, de Un violon sur le Toit de Jerry Bock, Williams gagne son premier oscar. C'est aussi sa première expérience avec le violon en tant qu'instrument solo. Ses arrangements contiennent en effet de nombreux solos pour violon, joué par le virtuose Isaac Stern. En 1974, la femme de Williams, Barbara Ruick, meurt. Il compose alors un concerto pour violon à sa mémoire. Il commence la composition la même année, et la finit en 1976. Néanmoins, lœuvre n'est créée que cinq ans plus tard, en 1981, par Mark Peskanov (violon) et le Saint Louis Symphony Orchestran 2 sous la direction de Leonard Slatkin. Williams ne veut pas être payé, considérant lœuvre comme un cadeau. Lœuvre composée de cinq mouvements est donc dédiée à Lin et est créée en août 2011 par ce dernier, Joshua Roman (violoncelle), John Bruce Yeh (clarinettiste solo du Chicago Symphony Orchestra), et Deborah Hoffman (harpe). Les mouvements sont Introduction, Aubade, Scherzo, Cantando et finale. Le quatrième mouvement est dédié à John Bruce Yeh14.

    Il consacre alors les années 1970 aux films catastrophes : L'Aventure du Poséidon (The Poseidon Adventure, 1972), Tremblement de terre (Earthquake, 1974) et La Tour infernale (The Towering Inferno, 1974). Toutefois, c'est son travail particulièrement innovant sur Reivers (The Reivers, 1969) et Images (1972) qui impressionne Steven Spielberg, lequel prépare alors son premier film, Sugarland Express (The Sugarland Express, 1974).

    En 2005, cette association totalisait 11 films parmi les 100 plus grands succès (21 pour Williams, qui totalisait 11 des 30 plus grands succès).

    George Lucas envisageait, pour Star Wars, de recourir à une bande originale proche de celle de 2001, l'Odyssée de l'espace, à savoir une collection de morceaux préexistants ; il pensait que seules des œuvres classiques pouvaient convenir au genre de la saga épique. À l'image de 2001, il avait songé à un film quasi muet, idée que l'on retrouve dans sa mise en scène, mais Steven Spielberg put le convaincre d'utiliser les talents de Williams. Le conseil fut bon, puisque la bande originale, la meilleure vente jamais réalisée d'une musique de film, transfigure complètement le film : réalisé avec peu de moyens, des acteurs parfois peu convaincus voire réticents (Sir Alec Guinness détestait ouvertement son rôle d'Obi-Wan Kenobi, dont il qualifiait les lignes de banales), des effets spéciaux spectaculaires pour l'époque, le film remporte un succès mondial, en partie grâce à John Williams.

    Lucas était attaché à son idée de départ d'œuvres classiques. Il demande à Williams de s'inspirer de Felix Mendelssohn, Piotr Tchaïkovski, Gustav Holst et surtout Richard Wagner : l'affaire tombe à pic, puisque Williams, alors que l'époque est au rock et à la musique expérimentale, a déjà réintroduit dans ses propres productions le concept du leitmotiv, développé par Wagner et qui avait investi les musiques des films de l'âge d'or (Erich Wolfgang Korngold, Miklós Rózsa, Max Steiner), avec Les Cowboys (The Cowboys, 1972), La Tour infernale (The Towering Inferno, 1974), Les Dents de la mer (Jaws, 1975) par exemple. Il emprunte beaucoup à la musique romantique pour réaliser la bande originale8. La marche impériale (The Imperial March), le thème de Dark Vador, s'inspire de la marche funèbre, Sonate pour piano no 2 de Chopin. Avec John Barry, Jerry Goldsmith, Ennio Morricone, Henry Mancini, Danny Elfman, ou encore Elmer Bernstein, il a grandement contribué à populariser l'usage de l'orchestre symphonique dans la musique de film ; ses œuvres en ont d'ailleurs fait un genre musical majeur. En 2018, John Williams annonce que L'Ascension de Skywalker (2019) serait le dernier film de la saga Star Wars dont il ferait la musique10.

    Avec toutes ces références, la musique prend une place prépondérante, interagissant avec les images, appelée parfois à soutenir l'action et à préparer le spectateur avant celle-ci (The Asteroid Field), à créer l'émotion (avec l'incrustation du thème de la Force dans Binary Sunset) ou des atmosphères (avec les trompettes de Imperial March) Le compositeur déploie et module ses thèmes, les assemble ou les confronte pour figurer au mieux les événements relatés à l'écran.

    Il renonce alors à ralentir la cadence. Sa collaboration avec Spielberg et Lucas s'intensifie : A.I. Intelligence artificielle (2001), les derniers Star Wars (L'Attaque des clones, 2002 et La Revanche des Sith, 2005), Minority Report (2002), Arrête-moi si tu peux (2002).

    En 2005, sa collaboration avec George Lucas, La Revanche des Sith, introduit une tonalité sombre cadrant bien avec l'intrigue tragique du film. Certains morceaux s'apparentent à des lamentations : l'orchestre, plutôt que de condamner la « trahison » d'Anakin Skywalker, pleure sur son tragique destin et sur celui de tous ceux qui vont connaître le malheur par sa faute. C'est un concerto postromantique en trois mouvements qui suit le schéma conventionnel vif-lent-vif. Williams s'est inspiré de ses prédécesseurs du XXe siècle tels que Béla Bartók, Sergueï Prokofiev, Edward Elgar... Les bois tiennent un rôle très important dans le concerto, et le concerto cherche à exploiter toute l'étendue du violon. La cadence soliste, entièrement écrite par le compositeur, occupe sa place traditionnelle. Lœuvre est ensuite enregistrée par Slatkin, Peskanov, et le London Symphony Orchestra11. Lœuvre est révisée en 199812

    Depuis plusieurs années, Williams a pris pour habitude de se promener dans le jardin botanique de Boston. C'est là qu'il y découvrit un magnifique spécimen de métaséquoian 3, et au fil du temps sa « fascination s'est transformée en véritable passion ». Plusieurs années plus tard, le compositeur fait la découverte d'un autre spécimen, le plus vieux d'Amérique du Nord, lors d'une promenade dans l'Arboretum Arnold de Boston avec le docteur Shiu-Ying Hu, botaniste de Harvard.

    Lorsque lui a été donné l'occasion de dédier un concerto à Gil Shaham, John Williams a pensé au docteur Hu et à son arbre, le résultat étant le Concerto pour violon no 2 « Treesong ». Pour lui lœuvre « n'aspire pas à décrire l'arbre en soi, mais elle tente, du moins dans mon esprit, d'associer, dans la mesure du possible, la beauté et la dignité de ce magnifique conifère à l'élégance et à la grâce de Gil Shaham et de son art »[réf. nécessaire].

    Sa carrière de chef d'orchestre commence depuis son plus jeune âge. Dans les années 1950, il dirige ses propres formations de jazz. Il dirige ensuite à Hollywood pour les compositeurs de l'âge d'or. Les solistes que reçoit John Williams ne sont pas des moins connus : Itzhak Perlman, Isaac Stern, Yo-Yo Ma, Gil Shaham, etc. Avec l'orchestre de légende, il est présent lors de grandes cérémonies, telles le centenaire de la Statue de la Liberté. Il fait de nombreuses tournées, dont plusieurs au Japon. Il quitte la direction de l'orchestre en 1993, devenant chef d'orchestre lauréat du Boston Pops. Il le dirige donc chaque année, encore aujourd'hui15. Il dirige aussi, en tant que chef invité, les plus grands orchestres du monde tels le London Symphony Orchestra, le Los Angeles Philharmonic, le New York Philharmonic...

    À la fin des années 1970, Arthur Fiedler, chef du légendaire Boston Pops Orchestra, tombe malade et on propose alors à John Williams de le remplacer lors de plusieurs concerts. À la mort de Fiedler en 1980, André Previn convainc le comité de l'orchestre de prendre le compositeur comme chef. Williams accepte, et lors de son premier concert, sont présents comme invités R2-D2 et C-3PO. Il y joue, de plus, en avant première, les principaux leitmotive de L'Empire contre-attaque.

  7. Draft 2016 de la NBA — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Draft_2016_de_la_NBA

    2 days ago · 2015 2017 La draft 2016 de la NBA est la 70 e draft annuelle de la NBA. Elle a lieu le jeudi 23 juin 2016 au Barclays Center de Brooklyn . Elle est retransmise sur la chaîne de ESPN aux États-Unis et sur la chaîne beIN Sports en France .

  8. Cars 2 - Wikipedia

    it.wikipedia.org/wiki/Cars_2

    1 day ago · La colonna sonora del film è stata composta da Michael Giacchino, che aveva già lavorato a Gli Incredibili - Una "normale" famiglia di supereroi, Ratatouille e Up, andando a sostituire Randy Newman, ideatore delle musica del primo Cars e assente in questo episodio a causa degli stretti tempi di lavorazione del film e della ritrosia di Newman ...

  9. Festival de la Canción de Eurovisión 2020 - Wikipedia, la ...

    es.wikipedia.org/wiki/Festival_de_la_Canción_de...

    1 day ago · Este espacio contaría con un jurado que votaría sobre las propuestas de 2020 con el fin de encontrar su favorita. Los miembros del jurado son el comentarista alemán de Eurovisión Peter Urban, la representante alemana de 2006 Jane Comerford y el presentador de televisión Thomas Gottschalk, quien comentó el concurso de 1989. [155]

  10. Chicago Fire (serie televisiva) - Wikipedia

    it.wikipedia.org/wiki/Chicago_Fire_(serie...

    1 day ago · Chicago Fire è una serie televisiva statunitense in onda sulla NBC creata da Michael Brandt e Derek Haas e prodotta da Dick Wolf, trasmessa dal 10 ottobre 2012.La serie è incentrata sulle missioni svolte dai vigili del fuoco di Chicago e sull'evoluzione dei rapporti tra i vari protagonisti.

  11. People also search for