Yahoo Web Search

  1. Montréal-Pierre Elliott Trudeau International Airport ...

    pms.wikipedia.org › wiki › Montréal-Pierre_Elliott

    Ël Montréal-Pierre Elliott Trudeau International Airport a l’é n'aeropòrt localisà davzin a Montréal, Québec, Canadà. Sò còdes aeropòrt IATA a l’é YUL ; Sò còdes aeropòrt ICAO a l’é CYUL. Vardé ëdcò. Lista dj'aeropòrt dël Québec.

  2. Montréal-Mirabel International Airport - Wikipedia an ...

    pms.wikipedia.org › wiki › Montréal-Mirabel

    Montréal-Mirabel International Airport IATA: YMX - ICAO: CYMX; Anformassion Tipo d'aeropòrt: Privà: Operador: Aéroports de Montréal: Sità pì davzin-a ...

  3. Bandar Udara Paris-Charles de Gaulle - Wikipedia bahasa ...

    id.wikipedia.org › wiki › Paris-Charles_de_Gaulle

    Pengelolaan bandar udara dilakukan dibawah otoritas Aéroports de Paris, yang juga mengelola Bandar Udara Orly, bandar Udara Le Bourget, dan beberapa bandara kecil di pinggiran Paris. Sejarah. Fase perencanaan dan pembangunan yang kemudian dikenal sebagai Aéroport de Paris Nord (Bandar Udara Utara Paris) dimulai tahun 1966.

    • Publik
    • Paris, Prancis
  4. Tradução chef de la direction em Inglês | Dicionário Francês ...

    dicionario.reverso.net › frances-ingles › chef+de+la

    tradução chef de la direction em Inglês, dicionário Francês - Inglês, consulte também 'chef d'accusation',chef d'atelier',chef d'entreprise',chef d'équipe', definição, exemplos, definição

  5. L'Oréal — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › L&
    • Généralités
    • Organisation
    • Origine
    • Produits
    • Historique
    • Débuts
    • Variantes
    • Récompense
    • Histoire
    • Développement
    • Controverses
    • Gouvernance

    LOréal est un groupe industriel français de produits cosmétiques. La société, créée par Eugène Schueller le 30 juillet 1909, est de nos jours devenue un groupe international, numéro un mondial de l'industrie cosmétique5,6,7,8.

    Françoise Bettencourt et ses enfants détiennent plus de 33 % du groupe et leur fortune professionnelle est estimée à 39 300 millions d'euros9.

    Lorigine de L'Oréal remonte au 14 novembre 190710, lorsque Eugène Schueller, jeune chimiste français d'origine alsacienne diplômé de l'Institut de chimie appliquée de Paris en 1904, dépose à l'Office national de la propriété industrielle une demande de brevet d'invention concernant un procédé de teinture pour cheveux et poils. Le 5 avril 1939, la nouvelle société, une SA, est constituée sous le nom de L'Oréal. Issue des apports de la société anonyme foncière Driant et de la Société française de teintures inoffensives pour cheveux, elle s'installe au 14 rue Royale, prestigieuse artère parisienne reliant la place de la Madeleine à la place de la Concorde dans le 8e arrondissement de Paris21. Eugène Schueller possède 62 500 des 70 000 actions de 100 Frs composant le capital 7 millions de Frs de la société. Fasciné par l'enthousiasme dEugène Schueller, André Spéry, comptable originaire d'Épernay et employé du fabricant de spiritueux Cusenier, lui apporte les 25 000 Fr d'un récent héritage afin de fonder le 30 juillet 1909 la Société française de teintures inoffensives pour cheveux (sous le statut d'une société en nom collectif). La société s'installe au 7 bis rue du Louvre dans le 1er arrondissement de Paris et embauche un représentant et un démonstrateur, ancien coiffeur à la Cour impériale de Russie. En 1951, Rodolphe Clauteaux (1948-2013) devient l'image du shampooing Dop sous le nom du « Petit Rodolphe », parfois accompagné de son petit frère Vincent, renommé « Bébé ». Ils sont les enfants de François Clauteaux, diplômé de l'École libre des sciences politiques (l'actuelle Sciences Po) et vieil ami d'André Bettencourt qui a fait appel à lui pour être le chef de la publicité de L'Oréal. Pour la communication de la marque, L'Oréal choisit ainsi de s'adresser d'abord aux enfants. Des opérations marketing sont montées, comme la Journée des enfants, ainsi que des concours de shampooing où il faut faire le maximum de mousse. Par ailleurs, des camions distribuent des produits Dop sur tout le territoire, que sillonne aussi des radio-crochets Radio-Circus, animés par Zappy Max, avec le cirque Alexis Grüss en première partie puis un concours de chanteurs amateurs, dont le vainqueur est désigné par le public qui crie « Dop, Dop, Dop ! », les perdants ayant droit à une chansonnette « Allez donc vous faire laver la tête avec Dop, c'est toujours un plaisir, Dop, Dop, Dop ! ».

    La nuit, il fabrique les produits conformément à son brevet, et les vend la journée sous la marque \\"Oréal\\" qu'il a déposée le 31 décembre 190712. Mais le succès n'est pas au rendez-vous. En 1992, Dop met au point un shampooing avec un pH doux puis lance en 1993 P'tit Dop, destiné aux enfants, et dont l'attrait réside dans le fait qu'il ne pique pas les yeux. En 1998 voient le jour les premières douches-crèmes et en 2002 le Dop au karité, pour les cheveux très secs ou frisés. En 2014, renouant avec sa communication des années 1950, la marque lançant des produits aux arômes évoquant l'enfance (guimauve, bonbon, cola, pomme d'amour, etc.)15.

    Le premier numéro de La Coiffure de Paris (publication dédiée aux coiffeurs) sort en octobre-novembre 1909, l'année même de la création de la société. En 1923, Eugène Schueller lance son magazine professionnel diffusé dans les salons de coiffure, LOréal Bulletin. Deux ans plus tard, il lance L'Oréal Humoristique, publication à l'attention de la clientèle pour la faire patienter. Le magazine destiné aux femmes, Votre Beauté, est lancé en 193313. En 1935, Eugène Schueller regroupe l'ensemble de ces publications dans la Société d'éditions modernes parisiennes (SEMP). 1928 marque la diversification de l'entreprise avec l'acquisition de la Société des Savons français. Créée en 1920, rue Martre à Clichy et plus connue sous le nom de sa marque Monsavon, elle symbolise l'entrée de la société dans les produits de grande consommation. Monsavon est revendue en 1961 à Procter & Gamble14. En 1929, Eugène Schueller crée la première teinture rapide, Imedia, dont la mode des cheveux courts favorise le succès. En 1933, il lance dans les salons de coiffure le shampooing Dopal. L'année suivante, le produit est renommé Dop et est distribué au grand public. Il révolutionne le lavage des cheveux, généralement effectué jusque-là avec du savon, ce qui les rendait ternes et rêches15. Oréol, la première permanente à froid, sort en 1945. Cette année-là, L'Oréal et Monsavon comptaient 25 chercheurs[réf. nécessaire]. La Société des Savons Français et L'Oréal fusionnent en 1950, donnant la Société Monsavon L'Oréal (SMO). L'objectif est d'équilibrer les pertes de Monsavon avec les bénéfices de L'Oréal, malgré le risque d'un déficit d'image auprès des professionnels de la coiffure. Deux ans plus tard, le groupe s'implante au Brésil où il crée Faproco (FAbrica PROdutos COsméticos S.A.). En juillet 1960, Elnett est lancée auprès des coiffeurs, parfumeurs, grands magasins et droguistes sélectionnés (pas en grande distribution). Elle a remplacé Oréol Net, lancée 3 ans auparavant mais pas satisfaisante dans la formulation ni le conditionnement. En 1960, le premier shampooing-huile DOP est créé, et en 1970 le shampooing aux œufs15. Les parfums Jacques Fath sont acquis en 1963 (ils seront cédés en 1992). Le 8 octobre 1963, L'Oréal est introduit en bourse. Cotée pour la première fois à 830 Frs, l'action atteint 1 160 Frs le 31 décembre de la même année. En 1965, le groupe acquiert Garnier (à l'époque leader avec sa Moelle Garnier) et Lancôme (qui permet à L'Oréal d'aborder les métiers du luxe27). La même année, le groupe fait l'acquisition de 50 % du capital de la maison de couture Courrèges, participation qu'il cédera en 1983 au groupe japonais Itokin. La licence de parfums, lancée en 1970, est cédée au groupe suisse Burrus en 1992. En janvier 1984, L'Oréal acquiert Warner Cosmetics, filiale de Warner Communications, qui regroupe les licences Ralph Lauren, Gloria Vanderbilt et Paloma Picasso. Initié avec le lancement en 1981 du Centre International de recherche dermatologique (CIRD) à Sophia Antipolis, L'Oréal et Nestlé créent la co-entreprise Galderma en 1986. En 1987, le Club des Créateurs de beauté est créé en partenariat avec le groupe 3 Suisses International. L'activité, reprise en totalité en 2008, est arrêtée en 2014. Les laboratoires La Roche-Posay sont acquis en 1989, la marque Mizani (destinée aux cheveux bouclés, frisés, crépus) est lancée en 1991 et Redken rejoint le groupe en 1993. En 1994, la pacte d'actionnaires avec Nestlé renouvelé, L'Oréal prend le contrôle de Cosmair puis acquiert la maison Lanvin (couture et parfums). L'année suivante, la marque de maquillage Jade est rachetée. Le 10 décembre 1995, le groupe lance la première OPA de son histoire pour acquérir l'américaine Maybelline. La marque rejoint L'Oréal en février 1996 et poursuit son développement international en étant adossée progressivement aux marques déjà détenues par le groupe : en 1998 à Gemey en France et en 2000 à Jade en Allemagne et en Autriche.

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, André Bettencourt dirigera la revue française collaborationniste, La Terre française. En 1942, Eugène Schueller l'envoie en Suisse afin d'« aryaniser » la société Nestlé dont il est devenu l'un des principaux actionnaires22.

    En 1952 est aussi créé le Berlingot DOP, des doses uniques de shampooing, colorées et parfumées, vendues dans des bocaux en verre. Le Petit Rodolphe en fait la promotion à l'écran en chantant : « Moi, je veux un berlingot ! ». C'est un succès, autant auprès des enfants que des parents, et le produit reste en vente durant 25 ans15.

    En 1953, Eugène Schueller et Robert Guérin reçoivent conjointement l'Oscar de la publicité. La récompense leur est remise le 14 janvier 1954 par Maximilien Vox (président de l'Association de l'Oscar de la Publicité) au cours d'une cérémonie qui se déroule dans le restaurant parisien Maxim's[réf. nécessaire].

    En 1961, le jour même de l'acquisition de Cadoricin, L'Oréal vend Monsavon à Procter & Gamble. Il conserve toutefois l'usine de Clichy qui deviendra le siège administratif du groupe. En 1970, L'Oréal réalise 1,6 milliard de Frs de chiffre daffaires. Cette année-là, le groupe acquiert Biotherm et développe les parfums Ted Lapidus (la licence durera jusqu'en 1983). Le groupe acquiert Gemey et la majorité du capital de Synthélabo en 1973. En 1980, le groupe réalise 10 milliards de francs de chiffre daffaires.

    La marque Kérastase est lancée en 1967 à partir de la Recherche Avancée L'Oréal, développée 3 ans plus tôt.

    C'est en 1986 que L'Oréal devient no 1 mondial du secteur des cosmétiques avec un chiffre daffaires de 2,6 milliards de $ (devant Avon à 1,7 Md$, Shiseido à 1,6 Md$ et Revlon à 1,1 Md$).

    En 1988, le groupe acquiert les Laboratoires Goupil, la licence Giorgio Armani et la marque Helena Rubinstein (dès 1983 pour les activités en Amérique Latine et au Japon). La même année, Lindsay Owen-Jones devient PDG.

  6. Monopoly — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Monopoly

    Georges Perec , Je me souviens , 18 2015: « The Monopolists:Obsession, Fury, and the Scandal Behind the World’s Favorite Board Game » De Mary Pilon Musique [modifier | modifier le code] Rue de la Paix est une chanson de l'album La Zizanie de Zazie sorti en 2001. Elle y critique les inégalités sociales, la pauvreté, l'exclusion ainsi que les atteintes à l'environnement. La conclusion en ...

  7. Scribd es red social de lectura y publicación más importante del mundo.

  8. Le taux de mortalité est de 2,09%, le taux de guérison est de 58,96% et le taux de personnes encore malade est de 38,95% Pour consulter le détail d'un pays, cliquez sur l'un d'entre eux dans le tableaux ci-dessous. Vous trouverez des graphiques sous le tableau par pays et le tableau de l'évolution mondiale jour par jour sous ces graphiques.

  9. Livre numérique — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Livre_numérique
    • Définitions
    • Origines
    • Contexte historique
    • Influence
    • Évolution
    • Critiques
    • Terminologie
    • Typologie
    • Controverses
    • Principe
    • Technique
    • Introduction
    • Développement
    • Commercialisation
    • Situation actuelle
    • Résultats
    • Économie
    • Inconvénients
    • Financement

    Le livre numérique, aussi connu sous les noms de livre électronique et de livrel, est un livre édité et diffusé en version numérique, disponible sous la forme de fichiers, qui peuvent être téléchargés et stockés pour être lus sur un écran1,2 (ordinateur personnel, téléphone portable, liseuse, tablette tactile), sur une plage braille, un dispositif de lecture de livres audio, ou un navigateur. Selon la loi française (loi no 2011-590), un livre numérique est « une œuvre de l'esprit créée par un ou plusieurs auteurs [...] à la fois commercialisée sous sa forme numérique et publiée sous forme imprimée ou [...], par son contenu et sa composition, susceptible d'être imprimée, à l'exception des éléments accessoires propres à l'édition numérique3 ».

    En 1971, Michael Hart créait le projet Gutenberg dans le but de numériser une grande quantité de livres et de créer une bibliothèque virtuelle proposant une collection de documents électroniques en libre accès4. Par ce projet, Hart souhaitait initier de nouvelles pratiques de diffusion (et, éventuellement, de lecture), différentes du papier.

    Publiée un 4 juillet, jour de la fête nationale américaine, la Déclaration d'indépendance des États-Unis a été le premier document électronique du projet Gutenberg (fichier de 5 ko)5. En raison de l'accès limité au réseau Internet, le projet avance lentement. À partir des années 1980, toutefois, la communauté bénéficie d'un accès régulier à Internet, et le rythme de croissance des publications s'accélère. En 1989, on souligne le dixième anniversaire du projet avec la mise en ligne de l'ouvrage Bible du roi Jacques6.

    Parallèlement, en 1978, le Conseil des Arts du Canada créé Canadiana, un organisme sans but lucratif visant la préservation du patrimoine canadien et à sa mise en ligne. En 1986, la société Franklin met en place le premier dictionnaire « consultable sur une machine de poche6 ».

    À partir de 2008, la qualité de lecture sur l'écran des liseuses s'améliore considérablement. Combinées à d'autres facteurs (dont la généralisation de l'accès à Internet), ces améliorations assurent au numérique une progression des parts de marché américain dans le secteur du livre, à partir de 201010. De nombreux éditeurs commencent dès lors à distribuer, sous format électronique, des livres tombés dans le domaine public. En 2018, le chiffre d'affaires de l'e-book dépasse pour la première fois la barre des 100 millions d'Euros. L'offre de livres numériques augmente, mais avec 3,5 % des parts de marché les usages évoluent lentement40.

    Au même moment, pour une question de coûts et de rentabilité, certains éditeurs commencent à publier leurs auteurs de cette manière. Aussi, certains auteurs désirant se libérer des contraintes imposées par les éditeurs11, ou dont les manuscrits nont jamais été publiés, choisissent dès lors d'emprunter la voie de l'auto-édition numérique pour mettre à la disposition du public leur(s) œuvre(s) et ce, gratuitement ou non (sites de téléchargement payants). Alors que paraissaient les premiers livres numériques, nombreux sont les lecteurs qui ont eu un mouvement de recul par rapport aux possibilités offertes par cette nouvelle technologie[réf. souhaitée]. Même le pionnier Michael Hart aurait éprouvé des doutes quant à l'aboutissement du projet Gutenberg.

    Lexpression « livre numérique » et ses synonymes « livre électronique » et « livrel » ont été proposés par lOffice québécois de la langue française2 (OQLF) comme traductions françaises des termes anglais « e-book », « electronic book » ou « digital book » (voir le Grand dictionnaire terminologique). Selon lOQLF, la forme hybride « e-livre » (calque de langlais « e-book ») est à éviter2. En France, l'appellation « livre numérique » a été officiellement recommandée dans le JORF du 4 avril 20121. Dans l'usage courant[Où ?], les termes « livre électronique » et « livrel » désignent aussi bien le contenu (le texte lui-même) que, par métonymie, le contenant (le support permettant de visualiser le contenu). Ces deux expressions sont donc aussi synonymes de « liseuse »2. Cet usage est toutefois fautif puisque, comme sa définition l'indique, le livre numérique est un fichier numérique et non l'appareil électronique qui permet de le consulter. Si le contenu et le contenant sont souvent confondus, il ne faut également pas confondre le livre numérique avec son format (ePub, mobipocket, etc.).

    Fabrice Marcoux relève trois principaux types de livres numériques : homothétique, enrichi et « originairement numérique »12.

    Richard Stallman, un militant du logiciel libre américain, a identifié un certain nombre de dangers associés au livre numérique, notamment : Au moment où le livre numérique commence à se populariser, certains s'y opposent en raison de conflits de droits d'auteur. Ainsi, les premières tentatives de Google autour de la publication numérique de livres imprimés ont connu des échecs en grande partie à cause de ce type de conflit6. En réponse à ces enjeux apparaît en 2001 la licence Creative Commons, imaginée par Lawrence Lessig, qui permet la publication numérique protégeant le droit d'auteur6.

    Lors de la publication dun livre numérique, l'éditeur est amené à choisir parmi plusieurs types de formats, qui peuvent être ouverts ou fermés, propriétaires (Portable Document Format, DOCX, RIch Text Format, PostScript, AZW, etc.) ou libres (fichier texte, HyperText Markup Language, EPUB, Extensible Markup Language, TeX, ODT, FictionBook, etc.). Selon Viviane Boulétreau et Benoit Habert, ce choix n'est pas neutre20.

    Certains livres numériques ne contiennent pas de système de gestion des droits numériques, mais plutôt des tatouages numériques, en général le nom de lacheteur et son adresse électronique. Enfin, de très nombreuses œuvres libres de droit (car tombées dans le domaine public) sont disponibles en téléchargement gratuit sur de nombreux sites Web, dont celui du Projet Gutenberg, de lOpen Library25, de Manybooks26 ou encore de Feedbooks/publicdomain27.

    La question de l'habitude apparait donc primordiale au moment de l'apparition sur le marché des premiers livres numériques; les lecteurs ne sont pas encore conditionnés à ce nouveau format de lecture. Bien que le contenu reste le même, cela « ne signifie pas pour autant quil faut banaliser le livre numérique; en effet, ce dernier se distingue de son acolyte en papier et demande ainsi une redéfinition de ses étapes de production29». De par les concepts même d'hypertexte et d'hyperliens qu'il engage, le livre numérique modifie les modalités de lecture qui étaient admises par le papier. L'étendue de contenu qu'un livrel peut solliciter (surtout s'il est enrichi ou « originairement numérique ») peut donner le vertige au lecteur s'il est mal intégré. Le livre électronique doit donc répondre à certaines conditions pour assurer sa « bonne » réception30 :

    La réception est aussi intrinsèquement liée à l'accès limité des lecteurs au réseau Internet. Si la création du web dans les années 19906 permet un premier essor du livre numérique auprès des publics spécialisés[Par exemple ?], le deuxième essor n'arrive qu'une décennie plus tard, avec la généralisation du web et l'amélioration de la qualité des produits.

    Selon le magazine Challenges, la Fnac aurait vendu 40 000 livres numériques de novembre 2008 à novembre 200934. En 2011, le fabricant de liseuses Bookeen se lance à son tour dans la commercialisation de livres numériques avec bookeenstore.com35. Loffre de livres numériques en français la plus riche du marché est proposée par Chapitre.com36.

    Selon le quatrième Baromètre sur les usages du livre numérique, présenté le 21 mars 2014 au Salon du livre de Paris, on évalue la part des lecteurs numériques en France à 15 % de la population37. Parmi les sondés, 39%38 pensent que lutilisation de livres électroniques va augmenter, ce qui se vérifie par lédition de mars 201639 puisque la part de lecteur a atteint les 20 % des personnes sondées. Aujourdhui en France, bien que les utilisateurs debooks pensent que les usages vont encore évoluer; ils sont encore beaucoup à combiner la lecture électronique avec celle de livres papiers.

    Au premier trimestre 2012, les ventes de livres numériques dépassent en valeur les ventes de livres papier dans le pays44. La vente des livres numériques a baissé de 10 % entre 2016 et 2017, selon une étude menée par PubTrack Digital. En 2016, le livre numérique correspondait à 21 % des ventes, pour descendre à 19 % en 201846. Cependant, en dépit de ces efforts et même pour les livres disponibles dès leur sortie en format numérique, les ventes de livres numériques n'ont représenté qu1,1 % des ventes de livres au Québec en 2014, alors qu'environ 80 % des livres mis en vente cette année-là étaient disponibles en format numérique50.

    En 2009, au Royaume-Uni, le livre numérique représente 2 % de parts de marchés, puis progresse pour atteindre 6 à 11 %. En 2010, léditeur Bloomsbury annonce que la vente des livres numériques correspond à 10 % de ses ventes, au Royaume-Uni. En ce qui concerne léditeur Penguin, le livre numérique représente 8 % de ses ventes, en 201147. En 2016, au Royaume-Uni, le livre numérique constitue 35 % du chiffre daffaires total des membres éditeurs du Publishers Association, avec 1,7 milliard £48.

    Si le coût du PDF imprimeur (représentation homothétique de lœuvre imprimée) est absorbé par les coûts usuels de production papier, il nen est toutefois pas de même pour le reste51. Deux types de coûts sont à prévoir :

    L'éditeur numérique rencontre autrement des frais de développement informatique, d'archivage et de maintenance afin de répertorier ses publications sur un site d'« entreposage » virtuel. S'ajoutent à cela les divers frais de promotion et de marketing; dans le cadre de l'étude du MOTif, plusieurs éditeurs estimaient que ces frais correspondaient à 3 ou 4 % du prix de vente, bien que ces couts variaient significativement d'un éditeur à l'autre51. Enfin, les frais bancaires représenteraient entre 3 et 6 % du prix de vente. Ces coûts sont toutefois assumés par les libraires ou les portails de vente, et non pas par les éditeurs.

  10. Livres sur Google Play

    play.google.com › store › books

    Profitez de millions d'applications Android récentes, de jeux, de titres musicaux, de films, de séries, de livres, de magazines, et plus encore. À tout moment, où que vous soyez, sur tous vos appareils.

  11. People also search for