Yahoo Web Search

  1. Charles II of Spain - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Charles_II_of_Spain

    1 day ago · Charles II of Spain (6 November 1661 – 1 November 1700), also known as Hechizado or the Witched, was the last Habsburg ruler of the Spanish Empire.He is best remembered for his alleged physical disabilities, and the war that followed his death.

  2. Eleanor - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Eleanor

    1 day ago · Eleanor (usually pronounced / ˈ ɛ l ə n ɔːr / in North America but / ˈ ɛ l ə n ər / elsewhere [clarification needed]) is a feminine given name, originally from an Old French respelling of the Old Provençal name Aliénor.

    • Female
    • England/France Aquitaine
  3. Jean-Michel Basquiat — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Michel_Basquiat

    1 day ago · Jean-Michel Basquiat [ ʒ ɑ̃ m i ʃ ɛ l b a s k i j a] [1], né le 22 décembre 1960 à Brooklyn et mort le 12 août 1988 à NoHo (Manhattan), est un artiste peintre américain. Il devient très tôt un peintre d' avant-garde populaire et pionnier de la mouvance underground .

  4. Infante Carlos, Duke of Calabria - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Infante_Carlos,_Duke_of...

    1 day ago · Early life and education. The second of three children and the only son of Infante Alfonso de Borbón-Dos Sicilias y de Borbón (1901–1964) and Princess Alicia of Bourbon-Parma (1917–2017), he was born during his parents' exile from republican Spain in Lausanne, Switzerland.

  5. Eugénie de Montijo - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Eugénie_de_Montijo

    7 hours ago · The last empress of the French was born in Granada, Spain to Don Cipriano de Palafox y Portocarrero (1785–1839), Grandee, whose titles included 15th duke of Peñaranda de Duero, 8th count of Ablitas, 9th count of Montijo, 15th count of Teba, 8th count of Fuentidueña, 14th marquess of Ardales, 17th marquess of Moya and 13th marquess of la Algaba and his half-Scottish, quarter-Belgian ...

  6. 1 day ago · Alfonso I d'Este, Duke of Ferrara, by Julius II in 1510. Discalced Carmelites in Spain who participated in an illicit meeting to elect a provincial without approval, by the Pope's legate in Spain Filippo Sega in 1578 [30] This was ignored by those excommunicated.

  7. Otto de Habsbourg-Lorraine — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Otto_de_Habsbourg-Lorraine
    • Généralités
    • Carrière politique
    • Enfance
    • Contexte historique
    • Mort
    • Conséquences
    • Vie personnelle
    • Reconnaissance
    • Politique
    • Activités
    • Biographie
    • Polémique
    • Personnalité
    • Mariage et descendance

    Otto (ou Othon) de Habsbourg-Lorraine (en allemand Otto Habsburg-Lothringen1), archiduc d'Autriche, prince royal de Hongrie et de Bohême, est né le 20 novembre 1912 à Reichenau an der Rax2 et mort le 4 juillet 20113 à Pöcking, en Bavière (Allemagne). Fils aîné de Charles Ier, dernier empereur d'Autriche et dernier roi de Hongrie et de Bohême, il était le chef de la maison de Habsbourg-Lorraine (branche aînée de la maison de Lorraine) et prétendant aux trônes d'Autriche et de Hongrie sous le nom d'Othon Ier. Descendant et héritier des ducs de Lorraine et de Bar, il portait le titre de courtoisie de duc de Bar.

    Il était président du Comité international pour le français langue européenne4, du Mouvement pan-européen5 (1973-2004) et député au Parlement européen (1979-1999). Partisan de l'unité européenne, il est député au Parlement européen de 1979 à 1999, représentant du Modèle:Langue-de allemand de Bavière au sein de la formation conservatrice CSU. Doyen d'âge, il préside par deux fois la séance inaugurale du Parlement européen. Il fonde, avec un groupe de députés européens favorables à l'apprentissage de la langue française, le GEDULF, qui fait la promotion du français comme langue de référence de l'Europe ; il conteste à l'anglais cette place, au nom de la spécificité et de l'indépendance européenne par rapport aux États-Unis15. Début 1989, il récupère la nationalité hongroise, et est reçu à Budapest qui vient de remettre en place la statue de l'impératrice Élisabeth. Comme il parle le hongrois et vient souvent dans le pays, ses partisans lui proposent d'être candidat à la présidence de la République, mais il refuse16. Le 3 avril, il assiste dans l'église du roi Matthias à Budapest, à une messe de requiem célébrée par le cardinal-primat de Hongrie, à la mémoire de sa mère, l'impératrice Zita.

    En novembre 1916, à la mort de son grand-oncle l'empereur François-Joseph, le père d'Otto (Charles Ier) monte sur le trône et l'enfant devient héritier de l'empire d'Autriche et des royaumes de Hongrie et de Bohême.

    En 1918, avec la défaite de l'empire austro-hongrois, Charles Ier renonce à toute forme de participation au gouvernement sans abdiquer formellement face aux troubles populaires et révolutionnaires7. Les trois monarchies sont abolies : l'Autriche, la Hongrie et la Bohême8 sont proclamées républiques et la famille impériale doit s'exiler.

    La famille impériale se réfugie à Madère, où le jeune empereur et roi meurt prématurément de maladie à l'âge de 34 ans, le 1er avril 1922. Otto devient alors le prétendant au trône. Otto de Habsbourg-Lorraine meurt dans sa 99ème année, le 4 juillet 2011, à son domicile de Pöcking en Bavière. Selon sa famille, il s'est « endormi paisiblement ». Le 5 juillet, son corps est mis en bière dans l'église Saint-Ulrich près de son domicile. Des commémorations, s'étalant sur 13 jours, sont organisées dans plusieurs pays qui faisaient partie de l'ancien empire d'Autriche-Hongrie20. Le cercueil d'Otto est recouvert du drapeau de la Maison de Habsbourg-Lorraine décoré avec les manteaux impériaux et royaux de l'Autriche et de la Hongrie.

    Grâce au consul portugais à Bordeaux, Aristides de Sousa Mendes, les Habsbourg-Lorraine obtiennent des visas pour passer la frontière franco-espagnole et ensuite quitter l'Europe pour les États-Unis ; ils s'installent à Washington où le prince voit fréquemment le président Roosevelt, nouant des relations amicales avec lui.

    Après la Seconde Guerre mondiale, Otto vit en exil entre la Bavière, la France et une résidence au Pays basque espagnol. À partir de 1954, il s'installe dans une confortable villa de Pöcking dans le Land de Bavière, sa femme Regina s'y occupant de l'éducation de leurs enfants car lui est trop absorbé dans ses voyages à travers l'Europe12.

    En 1961, il renonce officiellement à ses prétentions sur le trône d'Autriche au profit de la construction d'une Europe forte, unie et chrétienne, mais il n'est autorisé à revenir dans son pays natal qu'en 1966 sous le nom de « Dr Habsbourg Lorraine »13. Otto de Habsbourg est naturalisé ouest-allemand en 1978 sous le nom d'« Otto Habsburg-Lothringen ».

    Membre de la Ligue anti-communiste mondiale, il fait partie du comité de parrainage du Cercle renaissance, une organisation similaire française14.

    En août, son parti, le Mouvement pan-européen organise, près de Sopron, un vaste pique-nique, à l'occasion duquel plus de cinq cents Allemands de l'Est, en jogging, forcent la frontière austro-hongroise, pour se réfugier à l'Ouest17.

    Il est membre de la Société du Mont Pèlerin et participe à l'écriture d'un livre en hommage à l'économiste de l'école autrichienne d'économie, Ludwig von Mises18.

    Invité par le groupe conservateur (ÖVP) au Parlement autrichien, le 10 mars 2008, à l'occasion de la commémoration des 70 ans de l'Anschluss, il déclenche une polémique en déclarant que l'Autriche a été le principal pays victime de la Seconde Guerre mondiale, en estimant que le 15 mars 1938, lors de l'entrée d'Hitler sur la Heldenplatz, il n'y avait que 60 000 personnes, affluence comparable à celle d'« un match de football le week-end », alors que les historiens estiment cette foule à 250 00019. Ses déclarations relancent le débat sur le rapport des Autrichiens à leur passé pendant la Seconde Guerre mondiale.

    Otto de Habsbourg demeure très attaché à la Lorraine, sentimentalement et symboliquement. Cet attachement passe par la conservation du nom de « Lorraine » à la suite de son nom « de Habsbourg », et par des visites régulières en Lorraine (notamment à Nancy pour son mariage, ses noces d'or et pour la restauration du château de Lunéville). Il porte d'ailleurs le titre de duc de Bar22.

    Son mariage avec la princesse Regina de Saxe-Meiningen (1925-2010), fille de Georges III de Saxe-Meiningen-Hildburghausen, fut célébré à Nancy, sur la terre de ses ancêtres lorrains, le 10 mai 1951. À la mort de son épouse, le 3 février 2010, leur mariage dure depuis 58 ans. De ce mariage, il est le père de sept enfants (dont des jumelles) : Otto de Habsbourg s'est marié civilement en France, à la mairie de Nancy, le 10 mai 1951, l'acte de mariage le nomme en français : « Son Altesse impériale et royale François Joseph Otto (...) d'Autriche, duc de Lorraine »[réf. nécessaire]. En plus du titre de duc de Lorraine, Otto est parfois titré « duc de Bar » par ses partisans. Ensuite il s'est rendu à l'église Saint-François-des-Cordeliers à Nancy pour le mariage religieux. Cinquante ans plus tard, pour célébrer leurs noces d'or en mai 2001, le couple s'est de nouveau rendu à Nancy.

  8. Composition actuelle du Collège cardinalice — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Composition_actuelle_du...

    1 day ago · Le Collège cardinalice ou Collège des cardinaux se compose de l'ensemble des cardinaux de l'Église catholique. Créés [note 1] à la discrétion du pape lors de consistoires ordinaires, les cardinaux reçoivent un titre ou une diaconie qui fait d'eux des membres du clergé du diocèse de Rome, diocèse du pape.

  9. People also search for