Yahoo Web Search

  1. Bohechío - Wikipedia, la enciclopedia libre

    es.wikipedia.org/wiki/Bohechío

    Bohechío Este artículo trata sobre uno de los caciques taínos de La Española. Para el municipio, véase Bohechío (municipio). Bohechío fue uno de los cinco caciques y el más anciano jefe taíno de La Española que gobernaba el cacicazgo Jaragua en la zona sur de lo que actualmente ocupa Haití.

    • Proyectos Wikimedia, Datos: Q12156176
  2. People also ask

    Who was cacique Agueybana II?

    Who was the first Cacique to befriend Columbus?

    What does the name Cacique mean?

    Who is cacique of Jamaica?

  3. Behechio - TLP

    thelouvertureproject.org/index.php?title=Behechio

    King Behechio (Spanish: Bohechio) brother of Taíno queen Anacaona. Behechio was the cacique (Taíno ruler) of Xaragua, an area now in Haiti and in which Port-au-Prince is located.

  4. Cacique Bohechio - Home | Facebook

    www.facebook.com/caciquebohechio

    Cacique Bohechio November 7, 2020· Hoy 7 de noviembre en el día nacional del deporte, queremos seguir con nuestra visión de que el deporte es el arma para convatir todos los males que nos afectan en nuestra sociedad. El #Deportenos une como hermanos, nos da vida saludable y nos ayuda a trabajar en equipo.

    • 3.5K
  5. Bohechío | DR Local Wiki | Fandom

    dr-local.fandom.com/wiki/Bohechío

    Bohechío is a town in the San Juan Province of the western Dominican Republic. The first settlers to the area claimed a hill that is east of the Cocobuí municipality and from there to the town they named Buí; later they changed the name of Buí to Bohechío in honor of the Cacique that inhabited...

    • 407.82 km2 (157.46 sq mi)
    • 24/km2 (61/sq mi)
    • Dominican Republic
    • 9,652
  6. Cacique Bohechio @CaciqueBohechío es una iniciativa que lleva como propósito fomentar la educación y la cultura a través del deporte, por el bien de la comunidad.

  7. BOHECHÍO (Cacique) - Enciclopedia de Tareas

    www.enciclopediadetareas.net/2010/07/bohechio.html

    BOHECHÍO (Cacique) Tiene solo un nombre, como todos los indios, porque ellos no usaban apellidos. Bohechío era el cacique del cacicazgo que se llamaba Jaragua. Los que llegaron a ver este cacique dijeron que él era amante del progreso.

  8. Bohechío: El Cacique del Cacicazgo Jaragua - Conectate.com.do

    www.conectate.com.do/articulo/bohechio-biografia

    Bohechío fue uno de los cinco caciques de La Española que gobernaba el cacicazgo Jaragua en el lado occidental de la isla en lo que actualmente ocupa Haití. Conocido como un amante del progreso, su cacicazgo era conocido como uno de los más avanzados de la isla.

  9. Historia de Bohechío - Bohechio Digital

    www.bohechiodigital.com/p/historia-de-bohech.html

    El Cacique Bohechío se negó a recibirlo porque ya sabía del maltrato que algunos españoles estaban dando a los indios. Bartolomé Colón usó entonces su habilidad y se le mostró amistoso. Como los indios eran gentes sencillas, Bohechío lo recibió y luego organizó una fiesta en honor a Bartolomé Colón. Hubo bailes y cantos en la fiesta.

  10. Caciquats d'Hispaniola — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Caciquats_d'Hispaniola
    • Gouvernement
    • Organisation
    • Mythologie
    • Conséquences
    • Situation géographique
    • Territoire
    • Histoire

    Les Caciquats d'Hispaniola (cacicazgo en espagnol) furent les cinq territoires indépendants de l'île d'Hispaniola, (en taïno, Ahatti, Bohio ou Quisqueya) chacun gouverné par un cacique. Ce gouvernement était héréditaire et totalement absolu, la population devant obéissance et soumission au cacique.

    Il était gouverné par le cacique Guacanagaric, dont le siège était situé à El Guarico, près de l'actuelle ville haïtienne de Cap-Haïtien. Il était divisé en 14 nitaínos. Ce caciquat fut le premier à accueillir Christophe Colomb et à se convertir au christianisme.

    Le Caciquat du Marien lutta contre le cacique Mairení, aidé par le cacique Caonabo du Caciquat de Maguana, pour le contrôle du lieu mythique de la déesse Mère Iermao du Caciquat de Marien. La Mère Iermao était la déesse du caciquat de Marien, qui signifie Corps de pierre. La déesse-mère du Caciquat de Xaragua était Zuimaco, dérivé de l'union de Xaragua: Zui et Yaquimo: Maco. La déeesse-mère du Caciquat de Higuey est Atabeira, qui signifie la Mère de la Pierre Originale.

    Pour cette bataille, Guacanagarix s'allia aux conquérants espagnols pour vaincre l'alliance de Mairení et Caonabo et rester ainsi le cacique principal de l'ensemble du Caciquat de Marien et du lieu mythique de Chacuey.

    Le Caciquat de la Maguana (Cacicazgo de Maguana) se trouvait au centre de l'île de Quisqueya, limité au Nord par les Caciquats de Marien et Magua, au Sud par la mer des Caraïbes, à l'Est par les Caciquats de Magua et Higuey, et à l'Ouest par les Caciquats de xaragua et Marien. Ce caciquat ne couvrait que des territoires de l'actuelle République dominicaine.

    Il était gouverné par le cacique Caonabo, époux d'Anacaona. Son siège était établi au lieu dénommé Corral de los Indios, à Juan de Herrera, de San Juan. Il se divisait en 21 nitaínos. Cette province se consacrait à l'art de la guerre. Le Caciquat de Xaragua (Cacicazgo de Jaragua) s'étendait sur tout le sud-ouest de l'île d'Hispaniola. Il était délimité au Nord par le Caciquat de Marien, au Sud par la mer des Caraïbes, à l'Est par les Caciquats de Maguana et Marien, et à l'Ouest par le Détroit de la Jamaïque. Il était gouverné par le cacique Bohechio. Il était le plus étendu de l'île. Son siège était situé dans un lieu dénommé Yaguana, l'actuel Léogane en Haïti. Il se divisait en 26 nitaínos. On écrit aussi parfois Xaragua. Bohechío, frère d'Anacaona, devait résider à Yaquimo, au sein du Caciquat de Xaragua, car il devait soutenir une guerre contre deux groupes très primitifs, premiers occupants de l'île, les uns étant situés dans la région des rivières Las Cuevas et Yuboa et les autres étant à l'extrême sud-ouest de l'île, dans un lieu dénommé Guacayarima. Ceci obligeait Bohechío à une double alliance, d'une part avec le cacique de Haniguayagua pour le contrôle des aborigènes du Sud-Ouest et, d'autre part, avec Caonabo pour le contrôle et l'accès au lieu cérémonial de Yuboa, le principal de l'île.

    Le cacique Caonabo fut le premier à opposer résistance à l'occupation espagnole. Ce chef est accusé d'être responsable de la destruction du fort de La Navidad, premier établissement espagnol en terres américaines, installé par Christophe Colomb devant l'impossibilité de rapatrier l'ensemble de ses hommes vers l'Espagne lors de son premier voyage. En raison de cette attaque et de la tentative d'assaut du Fort de Saint-Thomas, Caonabo fut fait prisonnier. Alonso de Ojeda le trompa en lui faisant croire qu'il allait lui offrir des manilles d'or. Caonabo fut menotté et transféré vers La Isabela, puis envoyé en Espagne. Le chef mourut dans un naufrage lors de la traversée3.

  11. People also search for