Yahoo Web Search

  1. Universo cinematográfico de Marvel - Wikipedia, la ...

    es.wikipedia.org/wiki/Universo_cinematográfico...

    21 hours ago · Estamos en la fase de deconstrucción con Civil War y llevando a Infinity War, que son las películas de culminación». [28] Un año después, Feige sintió que luego de la conclusión de la Fase Tres, Marvel podría dejar de agrupar las películas por fases, diciendo que «podría ser algo nuevo». [ 29 ]

  2. Lord's Resistance Army insurgency - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Lord's_Resistance_Army...

    21 hours ago · The Lord's Resistance Army insurgency is an ongoing guerrilla campaign waged by the Lord's Resistance Army (LRA) insurgent group since 1987. Currently, there is low-level LRA activity in eastern Democratic Republic of the Congo and the Central African Republic.

    • 1987–present, (34 years)
    • Ongoing, Founder and leader of the LRA Joseph Kony goes into hiding, Senior LRA commander Dominic Ongwen surrenders to American forces in the Central African Republic and is tried at the Hague, Majority of LRA installations and encampments located in South Sudan and Uganda abandoned and dismantled, Small scale LRA activity continues in eastern DR Congo, and the Central African Republic
  3. Spanish Civil War - Simple English Wikipedia, the free ...

    simple.wikipedia.org/wiki/Spanish_Civil_War

    21 hours ago · The Spanish Civil War (18 July 1936 – 1 April 1939) was a war in which the Spanish General Francisco Franco and his troops successfully took control of Spain. A lot of different groups worked together with the Spanish Republic (the government of the time) to stop him, including socialists, communists, anarchists, and other leftist groups.

  4. Jean Moulin — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Moulin

    1 day ago · modifier - modifier le code - modifier Wikidata Jean Moulin , né le 20 juin 1899 à Béziers et mort le 8 juillet 1943 près de Metz , en Moselle annexée , est un haut fonctionnaire et résistant français . Préfet de l' Aveyron puis d' Eure-et-Loir , refusant l' occupation de la France par l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale , il rejoint en septembre 1941 la France libre à ...

  5. Marvel Cinematic Universe - Wikipedia

    it.wikipedia.org/wiki/Marvel_Cinematic_Universe

    21 hours ago · DLC del videogioco aggiungono materiale e personaggi da Ant-Man, Captain America: Civil War e Agents of S.H.I.E.L.D. Il videogioco è stato pubblicato su diverse piattaforme il 27 gennaio 2016. L'universo di questo gioco è staccato ma simile al MCU e non deve essere confuso con quello di LEGO Marvel Superheroes e LEGO Marvel Superheroes 2 il ...

  6. Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 ...

    fr.wikipedia.org/wiki/Déclaration_des_droits_de...
    • Statut
    • Contexte historique
    • Préparation
    • Résultats
    • Conséquences
    • Généralités
    • Commentaires
    • Événements
    • Introduction
    • Analyse
    • Origines
    • Influence
    • Controverse
    • Programme
    • Utilisation
    • Propriétés
    • Fonction
    • Philosophie
    • Critiques

    La Déclaration est un des trois textes visés par le préambule de la Constitution française du 4 octobre 1958. Sa valeur constitutionnelle est reconnue par le Conseil constitutionnel depuis 19719. Ses dispositions font donc partie du droit positif français, et se placent au plus haut niveau de la hiérarchie des normes en France.

    Le 9 juillet, Jean-Joseph Mounier, député du Dauphiné, propose que la Constitution soit précédée d'une Déclaration1011,A 2. De nombreux députés rédigent des projets de déclaration12 : le premier est de La Fayette13,14 (dont on dira que les projets ultérieurs ne sont que le commentaire15), puis vinrent ceux de TarguetAP 1, MounierAP 2, MirabeauAP 3, SieyèsAP 4 et Gouges-CartouAP 5. Le 4 août 1789, la Constituante décrète que la Constitution sera précédée d'une déclaration des droits.

    Le 12 août, la Constituante décide la création d'un comité de cinq députés chargés d'examiner les différents projets de déclaration, les fondre en un seul et de présenter celui-ci dès le 1716. Le lendemain, 13 août, elle procède à l'élection de ses membres : Démeunier, La Luzerne, Tronchet, Mirabeau et Redon17. Le comité s'acquitte de sa tâche : le 17 août, il présente un projet de déclaration des droits de l'homme en société en dix-neuf articles précédés d'un préambule18. Le 19 août, la Constituante décide que le texte de la Déclaration sera discuté, article par article, à partir d'un projet de vingt-quatre articles proposé par le sixième bureau, dirigé par Jérôme Champion de CicéAP 6,AP 7,N 2. Ce projet sera modifié en profondeur au cours des débats. Labbé Grégoire proposait que la Déclaration des droits de lhommeN 1 et du citoyen fût accompagnée de celle des devoirs.

    Le texte a été voté article par article du 20 au 26 août 1789 par l'Assemblée constituante. Le 20 août 1789, elle en adopte le préambule et les trois premiers articles19,AP 8,AP 9 ; le 21, les articles 4 à 617,AP 10,AP 11 ; le 22, les articles 7 à 917,AP 12 ; le 23, l'article 1017,AP 13 ; le 24, les articles 11 à 1317,AP 14,AP 15 ; le 26, les quatre derniers articles17,AP 16,AP 17,AP 18,AP 19.

    La discussion s'interrompt le 26 août 1789 après l'adoption de l'article 17 relatif au droit de propriété, afin de laisser la place à la discussion des articles de la Constitution elle-mêmeA 1. Le lendemain, 27 août, la Constituante adopte la motion suivante, proposée par Mougins de Rocquefort20,21,22 : Le 5 octobre, sous la pression de l'émeute, Louis XVI accepte la Déclaration ainsi que les dix-neuf articles de la Constitution déjà adoptés par la Constituante23. La Déclaration est le préambule de la constitution de 1789, et restera celui de la Constitution de 179124.

    Promulguée par le roi par des lettres patentes données à Paris, le 3 novembre 1789, cette Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen qui comportait 17 articles, suivie des 19 Articles de constitution (1789) et d'un certain nombre de décrets de l'Assemblée nationale pris entre celui du 4 août qui « détruit entièrement le régime féodal » et celui du 3 novembre 1789 qui décrète « que tous les parlements du royaume continueront de rester en vacance », est la dernière ordonnance royaleN 3. Le 17 novembre, ces lettres patentes sont enregistrées au parlement et à la chambre des comptes de Paris23.

    Tandis que le texte du sixième bureau se plaçait « en présence du suprême législateur de l'univers »A 3, l'invocation de l'« Être suprême » a été ajoutée au cours de la séance du 20 aoûtA 4. Cest une œuvre de circonstance, une proclamation générale, un texte tourné vers le passé avec pour objectif den finir avec lAncien Régime ; mais également un texte tourné vers lavenir en promouvant la philosophie des Lumières et son idéal rationaliste29.

    Le texte de larticle premier, « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits », synthétise les décrets des 4, 6, 7, 8 et 11 août 1789, abolissant la société dordres.

    L'article 2 proclame quatre « droits naturels et imprescriptibles de l'homme » à savoir la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à loppression. Mais il s'avère difficile d'en trouver l'origine exacte, étant donné l'hétérogénéité des théories du contrat social, et le flou qui entoure la notion même de droit naturel qui, comme le reconnaissait Denis Diderot, auteur de l'article correspondant dans l'Encyclopédie, « est une des plus importantes et des plus difficiles à déterminer ». Sans trop s'avancer, on peut affirmer que la liberté est liée à la notion de libre-arbitre d'Augustin d'Hippone, plus connu sous le nom de Saint Augustin, (début du Ve siècle), et la propriété avait été étudiée, après d'autres auteurs beaucoup plus anciens, par John Locke dans son traité du gouvernement civil (1690). L'article 10 est proposé par Boniface Louis de Castellane (1758-1837, emprisonné sous la Terreur) et l'évêque Jean-Baptiste Gobel (1er septembre 1727 - mort guillotiné le 13 avril 1794). L'article 11 est proposé par le duc Louis-Alexandre de La Rochefoucauld dEnville (1743 - tué le 4 septembre 1792 par des volontaires qui faisaient la chasse aux aristocrates).

    Larticle 3, qui attribue la souveraineté à la Nation, sinspire des thèmes des remontrances des Parlements, portées par les nombreux membres du club des Amis de la Constitution, plus connu sous le nom de Club des Jacobins, mais aussi du célèbre pamphlet de labbé Sieyès, qui propose de confier la souveraineté à la Nation, entité abstraite et distincte de la personne physique qui la dirige. La Déclaration française peut toutefois être rapprochée du préambule de la Déclaration d'indépendance des États-Unis de 1776, en particulier \\"tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur\\". Les députés américains n'ont pas semblé plus gênés que leurs homologues français par le problème de l'esclavage, ni par celui des Amérindiens, ni par celui de l'inégalité hommes-femmes. Par ailleurs, la Déclaration française insiste moins sur la liberté de culte et ignore le droit à la quête du bonheur33, auquel elle préfère les notions d'utilité ou d'intérêt public. Les deux textes comportent toutefois en commun un droit à l'insurrection contre les gouvernements oppressifs et les puissances étrangères tutélaires. Philippe Joutard souligne plus particulièrement la ressemblance entre les trois premiers articles de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, « les plus célèbres », et les deux premiers articles de la Déclaration des droits de l'État de Virginie, qui a elle-même « directement et clairement inspiré les débuts de la Déclaration d'indépendance américaine ». Il souligne également que « si de multiples expressions et concepts évoquent les droits virginiens, la tonalité générale est différente. Osons le dire, la Déclaration française est beaucoup plus timorée en matière d'affirmation d'une liberté qui doit être soigneusement encadrée »34. Par ailleurs, la Révolution américaine présente de nombreuses différences avec la Révolution française. Elle recouvre principalement les événements liés à l'indépendance américaine vis-à-vis de la monarchie britannique, dont le principal facteur déclenchant est un refus du montant de taxes jugées injustes selon le slogan « No taxation without representation ». Les treize colonies à l'origine de la guerre d'indépendance ne sont unifiées que depuis 1775. Lorsque la première constitution américaine est rédigée, celle de Virginie, elle s'inspire, de la déclaration des droits de 1689, et des travaux des philosophes britanniques (John Locke, Henry Home, Thomas Hobbes) ainsi que des philosophes des lumières (Charles de Montesquieu), qu'ont lus les acteurs de la Révolution américaine, tels que Benjamin Franklin ou Thomas Jefferson35. La constitution fédérale américaine de 1787, qui a rejeté l'incorporation d'une déclaration des droits, est une première application limitée de ces nouveaux principes philosophiques. C'est en ce sens pratique quelle a pu influencer la déclaration française. La fin de sa ratification par les treize États américains date du 29 mai 1790, soit après la date de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen. L'incorporation des principaux droits individuels à la constitution des États-Unis fait l'objet d'une déclaration des droits, qui a été incorporée à la constitution sous forme d'amendements en 1791 (date de la ratification), soit deux ans après la déclaration française des droits de l'homme. De plus, ces droits sont spécifiquement énoncés, pour contrebalancer le pouvoir du gouvernement fédéral, ils ne concernent pas les États américains36. Ce n'est qu'au XXe siècle que cette position de principe a été revue. La perspective américaine (qui se réfère à la Common law Britannique) est assez différente de la perspective positiviste et globalisante française37[pas clair]. Proudhon en conclut donc que la Déclaration des droits laisse prospérer des inégalités, en opposition aux droits naturels qu'elle affirme dans son article premier.

    Larticle 16, associant Constitution et organisation de la séparation des pouvoirs, est un principe antérieurement admis avec la séparation des ordres spirituel, politique et économique. Mais les trois pouvoirs politiques auxquels renvoie implicitement cet article, à savoir le législatif, lexécutif et le judiciaire, relèvent notamment de la conception proposée par Montesquieu depuis 1748 dans De lesprit des lois.

    Une société politique est fondée sous ce nom à Paris le 27 avril 1790 pour défendre et développer les principes des droits de l'homme. Elle est plus connue sous l'appellation de club des Cordeliers, à cause de l'ancien couvent où elle tenait ses réunions à Paris. La Révolution américaine, qui a précédé la Révolution française, a influencé les débats de l'Assemblée constituante française autour de la Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen30. Parmi les députés, siégeaient en effet treize hommes qui étaient allés en Amérique du Nord ou qui admiraient la Révolution américaine : ce groupe informel des « Américains » est constitué des nobles envoyés en Amérique, comme officiers, par le roi Louis XVI pour soutenir la guerre d'indépendance américaine. Il comprenait le marquis de La Fayette31, le vicomte de Noailles (qui proposa la fin des privilèges et des droits seigneuriaux le 4 août 1789), les frères Lameth, le marquis de Ségur, le comte Mathieu de Montmorency, le duc de la Rochefoucauld d'Enville (qui traduit la Constitution américaine de 1787 en français) ; on peut ajouter le marquis de Condorcet qui publia De linfluence de la révolution de lAmérique sur lEurope. Il écrit notamment : « ...ceux qui, par leur exemple ou par leurs leçons, indiquent à chaque législateur les lois qu'il doit faire, deviennent après lui les premiers bienfaiteurs des peuples (p. 21) », l'influence américaine est surtout l'exemple de la mise en œuvre de principes révolutionnaires énoncés dans sa déclaration d'indépendance, Condorcet admettant, en introduction, que ces principes sont issus des philosophes européens32.

    La question des sources de la Déclaration française a suscité une controverse empreinte de nationalisme au sein de lhistoriographie. Dans une brochure de 189538, le constitutionnaliste allemand Georg Jellinek présentait lœuvre française comme une simple héritière des Déclarations anglo-saxonnes (Pétition des droits, Déclaration des droits), elles-mêmes inspirées du protestantisme luthérien. Traduite en français en 1902, dans un contexte de montée des tensions entre France et Allemagne, elle donnera lieu à une réplique aussi peu nuancée, portée par lun des fondateurs de lÉcole libre des sciences politiques en 1872, Émile Boutmy (lui-même protestant) : la Déclaration des droits de lhomme et du citoyen est bien le fruit du génie français, nourri de la philosophie des Lumières et de Rousseau39.

    Larticle 1 énonce le principe dégalité selon lequel « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur lutilité commune. » Cest à la fois laboutissement et la principale requête du programme révolutionnaire, à savoir labolition de la société dordres et de privilèges de lAncien régimeN 7.

    Ce principe se retrouve constamment repris dans la législation révolutionnaire et républicaine, puis dans les déclarations de droits internationales, en sétoffant :

    La propriété, « droit naturel et imprescriptible de l'homme » selon larticle 2 est, en outre, « inviolable et sacré[e] » (article 17). Selon cet article 17, « La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité »N 9.

    Les articles qui définissent le citoyen dans lorganisation du système politique sont beaucoup plus vagues, et orientés par la défiance vis-à-vis de lAncien Régime. Selon larticle 6, la loi est lexpression de la volonté générale, lexpression de la souveraineté, source des pouvoirs publics, qui sont divisés selon larticle 16 (séparation des pouvoirs).

    Les Constituants manient des idées générales, des concepts théoriques, bien plus quils ne cherchent à connaître les conditions concrètes de gouvernement dun peuple. Ils ont posé des principes transcendants. La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen a une valeur générale. Selon le mot de Jules Michelet, elle constitue le « credo du Nouvel Âge », mais rien nest précisé quant à son application concrète ; ce sera le travail des législateurs. Ce texte sera révéré par tous les régimes se rattachant à la tradition républicaine.

    Dès les premières années, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen a été critiquée. Ainsi, revenant dans ses Mémoires sur la période de son élaboration, le premier président de la constituante, Jean-Sylvain Bailly précisait : Elle a été critiquée également en ce qu'elle nierait le particulier au profit d'un homme abstrait, universel et inexistant, et en second lieu au motif inverse qu'elle n'atteindrait pas réellement à l'universalité, mais correspondrait aux intérêts d'une classe ou d'une autre fraction de la société[réf. nécessaire]. Par la suite, il remet en cause la propriété de manière générale et premièrement considérée comme un droit naturel, aux côtés de la liberté, la sûreté et l'égalité, dans la Déclaration. Il prend l'exemple des impôts, qu'il reconnait comme essentiel pour subvenir aux charges du gouvernement, et se demande pourquoi le riche devrait payer plus que les pauvres. Selon son raisonnement, si la propriété est un droit naturel, la société tout entière doit la protéger or si l'État institue un impôt proportionnel, il se doit de rendre plus ou autant (sous la forme du service public ou autres) qu'il n'a prit sans quoi il n'y a pas d'égalité des droits et dans ce cas « la société n'est plus instituée pour défendre la propriété, mais pour en organiser la destruction ». Il finit par la conclusion que la propriété n'est pas un droit naturel52. Le philosophe et homme politique conservateur irlandais Edmund Burke a émis une critique retentissante de la Déclaration dans son texte de 1790 Reflections on the Revolution in France (Réflexions sur la Révolution en France). Burke est un partisan du droit naturel, bien qu'il juge qu'aucun droit de l'homme ne peut en être directement déduit. Dans son pamphlet, resté fameux, il dénonce la « fiction monstrueuse » que représente pour lui l'égalité, qui ne pourrait susciter que des « idées fausses et des attentes vaines ».

  7. Henry David Thoreau — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Henry_David_Thoreau

    1 day ago · Œuvres principales A Week on the Concord and Merrimac Rivers (1849) La Désobéissance civile (1849) Walden ou la Vie dans les bois (1854) Les Forêts du Maine (1864) modifier Henry David Thoreau (de son vrai nom David Henry Thoreau) est un philosophe , naturaliste et poète américain , né le 12 juillet 1817 à Concord (Massachusetts) , où il est mort le 6 mai 1862 . Son œuvre majeure ...

  8. Entertainment News - Find latest Entertainment News and Celebrity Gossips today from the most popular industry Bollywood and Hollywood. In this way, catch exclusive interviews with celebrities and ...

  9. Espagne franquiste — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Espagne_franquiste

    21 hours ago · 1939 – 1975 Drapeau de l'Espagne de 1945 à 1977 . Armoiries de l'Espagne de 1945 à 1977 . Devise en espagnol: Una, Grande y Libre (« Une, grande et libre ») en latin: Plus ultra (« Plus loin ») Hymne Marcha Granadera Carte de représentant (en vert) l'Espagne ainsi que ses colonies et protectorats sous le régime franquiste. Informations générales Statut Dictature phalangiste à ...

  10. People also search for