Yahoo Web Search

  1. Plan de Rome (Bigot) — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Plan_de_Rome_(Bigot)

    1 day ago · La présentation de la maquette est l'occasion de souligner le projet urbain qui traverse toute l'histoire de la ville de Rome [139]. Des panneaux ayant comme thème la ville de Rome au Moyen Âge ou pendant la Renaissance, et également des panneaux sur des thèmes précis (portes, réseau urbain, aqueducs, etc.) accompagnent la maquette [140 ...

    • 1 100 × 600 cm
    • Maquette
  2. Constantin Ier (empereur romain) — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Constantin_Ier_(empereur...

    2 days ago · Constantin la fait bâtir sur le modèle de Rome, avec sept collines, quatorze régions urbaines, un Capitole, un forum, un Sénat. Dans les premiers temps, il permet l'implantation de temples païens, mais très vite la ville devient presque exclusivement chrétienne [10], et ne comportera que des édifices religieux chrétiens. Dès ...

  3. Cilicie — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Cilicie
    • Situation géographique
    • Introduction
    • Contexte historique
    • Histoire
    • Administration
    • Origines

    La Cilicie est une région historique d'Anatolie méridionale et une ancienne province romaine située aujourd'hui en Turquie. Elle était bordée au nord par la Cappadoce et la Lycaonie, à l'ouest par la Pisidie et la Pamphylie, au sud par la mer Méditerranée et au sud-est par la Syrie. Elle correspond approximativement aujourd'hui à la province turque d'Adana, une région comprise entre les monts Taurus, les monts Amanos et la Méditerranée.

    La Cilicie, un des royaumes antiques d'Anatolie, apparaît dans l'histoire sous la dénomination de « Khilakkou » dans les sources assyriennes et égyptiennes. Elle est disputée entre les Phrygiens, les Cimmériens, les Assyriens et les Ourartéens, avant de devenir un royaume indépendant au VIIe siècle av. J.-C., avec Tarse pour capitale1. Au Ve siècle av. J.-C., alors qu'elle est devenue perse en 548, Hérodote la décrit sous le nom de « Cilicie » (Κιλικία), comme une satrapie dont létendue est plus grande que dans les acceptions ultérieures données à ce nom. Au nord, elle va jusque sur le cours du Halys (Kızılırmak). À lest, elle va jusquà lEuphrate et au sud jusquaux environs de lembouchure de lOronte2,3. Hérodote distingue la « Cilicie montagneuse »4 et la plaine de Cilicie appelée « Plaine Aléienne »5,6. La plaine Aléienne dHérodote correspond sans doute à la partie marécageuse en bord de mer, formée par les sédiments des deux fleuves Seyhan et Ceyhan7 et qui correspond bien au vocable turc de Çukurova8. Le cours de ces deux fleuves s'est modifié à plusieurs reprises. À certaines périodes, ils ont eu une embouchure commune, ce qui explique que le Seyhan n'est parfois cité que comme un affluent du Ceyhan9. Actuellement leurs embouchures sont distantes de plus de 60 km.

    Alexandre le Grand conquiert la Cilicie sur Darius en 333 av. J.-C. après la bataille d'Issos; à sa mort, elle échoit au Royaume séleucide avant d'être partagée entre le royaume de « Cilicie trachée » à l'ouest (Τραχεία Κιλικία : la « Cilicie âpre », avec la capitale à Korakesion, l'actuelle Alanya11) et le royaume d'Arménie (sous Tigrane II) à l'est12. Le XIIIe siècle est le siècle le plus florissant pour le royaume arménien de Cilicie. Dans le premier tiers du siècle, son roi se permet même dintervenir dans les problèmes de succession de la principauté d'Antioche. L'arrivée des Mongols en Grande Arménie, dans les années 1230 va pousser le royaume à se mettre volontairement sous leur protectorat, plutôt que den subir linvasion. Le roi Héthoum va lui-même faire le voyage vers le khan mongol pour conclure une alliance militaire dans les années 1250. En 1258, les Mongols semparent de Bagdad. Cet évènement annonce les attaques sur la Syrie qui vont marquer la fin du XIIIe siècle. La première attaque a lieu en 1260. Le royaume arménien envoie des contingents qui participent à la prise dAlep et de Damas. Le roi réussit à agrandir son territoire grâce à la prise de plusieurs places fortes de Syrie du Nord par les Mongols. En 1266, les Mamelouks font leur première incursion dans le royaume arménien. Leurs attaques se succèdent et peu à peu épuisent le royaume. Au XIVe siècle, en 1375, à lépoque des beylicats, le royaume arménien de Cilicie tombe aux mains des sultanats turcs des Karamanides (à louest) et Ramadanides (à lest), puis, après 1488, des Ottomans. Le dernier roi arménien, Léon VI, est capturé dans sa capitale de Sis en 1375, et emmené prisonnier au Caire. Il dicte son récit et celui de son royaume au moine Jean Dardel. Le titre de « roi de Cilicie » passe alors à la famille des Lusignan, régnant sur Chypre. Au XVIe siècle, les Ottomans envahissent la région. Petit à petit, la population cilicienne, arménienne dans lintérieur et grecque orthodoxe sur la côte, devient majoritairement turque et musulmane au fil des conversions (entre autres, pour ne plus payer le haraç : impôt sur les non-musulmans, et pour ne plus subir le devchirmé : enlèvement des garçons pour le corps des janissaires). La Cilicie devient une province ottomane, l'eyalet d'Adana. Au début du XIXe siècle, le succès de la révolte du pacha d'Égypte, Mehemet Ali, contre le sultan ottoman permit à son fils Ibrahim Pacha de conquérir la Syrie et la Cilicie en 1832. Moins d'une décennie plus tard, la diplomatie de la canonnière des Britanniques, aidée par la neutralité de la France, imposa au pacha l'abandon de ces conquêtes contre la reconnaissance de l'autonomie de l'Égypte. Cette période est un prélude au génocide arménien dans l'Empire ottoman avec les massacres d'Adana d'avril 190920. Toutefois, une population arménienne se maintient dans lest de la Cilicie sous le protectorat français prolongeant en Turquie méridionale le mandat français en Syrie (à la suite de la campagne de Cilicie) avant de se réfugier dans le Hatay lors du retrait français en 1920, puis en Syrie et au Liban en 1939 lorsque la France cède le Hatay à la Turquie.

    Septime Sévère y remporte une bataille contre Pescennius Niger en 194. En 622, Héraclius y remporta une bataille contre Khosro II17. La Cilicie fournit à la flotte de l'Empire romain d'Orient bois et marins, mais cest aussi un pays de pirates et de contrebandiers. Au VIIe siècle, l'est de la Cilicie est conquis par le califat arabe des Abbassides, tandis que louest est intégré au thème des Cibyrrhéotes, formé à partir des marins (et même pirates) caravisiens (Καραβισιάνοι) et des guerriers mardaïtes (Μαρδαἵτες) avant dêtre érigé en thème de Séleucie (en grec Σελεύκεια = Seleukeia : la Séleucie d'Isaurie).

    Vers 297, l'empereur Dioclétien opère une redécoupage des provinces. La Cilicie est alors divisée en trois parties : l'Isaurie au sud d'Iconium (Konya), approximativement les provinces turques de Konya et d'Antalya ; Cilicia prima avec comme capitale Tarse, et comme autres villes Adana et Pompeiopolis (Soles), approximativement la province de Mersin et une partie de la province d'Adana ; Cilicia secunda avec comme capitale Anazarbe (Aǧaçli) et comme villes Mopsueste (Yakapinar), Ægée (Yumurtalık) et Issos d'Alexandrie (aux environs d'Iskenderun), approximativement l'est de la province d'Adana et les districts maritimes de la province du Hatay.

    Au Xe siècle, lEmpire byzantin reconquiert lensemble de la Cilicie, formant, dans le centre et lest du pays, les thèmes de Tarse, Anazarbe et Mopsueste18. De nombreux Arméniens viennent alors se réfugier en Cilicie, surtout après linvasion arabe de l'Arménie. Ces Arméniens sont au départ des colons militaires censés barrer la chaîne du Taurus. En 1071, lEmpire byzantin perd lAnatolie où se forme le Sultanat seldjoukide de Roum (« des Romains » en turc, c'est-à-dire « des Byzantins »), mais la Cilicie, où sémancipent de plus en plus les seigneuries locales arméniennes, reste dans le giron byzantin. Vers 1070, lArménien Philaretos Brakhamios domine une principauté, vassale de lempire, qui englobe la Cilicie, Antioche et Édesse. Son émancipation aboutit en 1198 à la création en Cilicie dun royaume arménien, avec à sa tête son premier roi : Lévon II le Grand, reconnu par les croisés, le Pape et les souverains dOccident19.

  4. Regions of Italy - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Regions_of_Italy

    1 day ago · The regions of Italy (Italian: regioni d'Italia) are the first-level constituent entities of the Italian Republic, constituting its second NUTS administrative level. There are 20 regions, of which five have a broader amount of autonomy than the other 15 regions.

  5. Vallée d'Aoste — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Vallée_d'Aoste

    1 day ago · Le nom de la Vallée d'Aoste est lié à la présence de la ville d'Aoste, capitale administrative et ville principale dont le nom est lui-même issu du latin Augusta Prætoria Salassorum, puis Augusta, la ville ayant été fondée durant le règne de l’empereur Auguste.

  6. Liste des voies de Strasbourg — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_voies_de_Strasbourg

    1 day ago · Cet article donne une liste des voies de la ville de Strasbourg, en France, classées par quartier.. Les quartiers sont au nombre de : 10 lorsque l'on évoque les quartiers élus [1] dont les limites correspondaient à celles des cantons de la ville jusqu'au redécoupage cantonal de 2014.

  7. Munich - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Munich

    1 day ago · Munich (/ ˈ m juː n ɪ k / MEW-nik; German: München [ˈmʏnçn̩] (); Bavarian: Minga [ˈmɪŋ(ː)ɐ]) is the capital and most populous city of Bavaria.With a population of 1,558,395 inhabitants as of July 31, 2020, it is the third-largest city in Germany, after Berlin and Hamburg, and thus the largest which does not constitute its own state, as well as the 11th-largest city in the European ...