Yahoo Web Search

  1. Ad
    related to: dinara wikipedia wonder woman film
  1. Wonder Woman (2017 film) - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Wonder_Woman_(2017_film)

    1 day ago · Wonder Woman is a 2017 American superhero film based on the DC Comics character of the same name, produced by DC Films in association with RatPac Entertainment and Chinese company Tencent Pictures, and distributed by Warner Bros. Pictures.

  2. People also ask

    Who starred in the original Wonder Woman?

    Is Wonder Woman a superhero?

    How did Princess Diana become Wonder Woman?

    Is there going to be a Wonder Woman sequel?

  3. Wonder Woman 1984 - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Wonder_Woman_1984

    5 days ago · Wonder Woman 1984 (stylized on-screen and often abbreviated as WW84) is a 2020 American superhero film based on the DC Comics character Wonder Woman.It is the sequel to 2017's Wonder Woman and the ninth installment in the DC Extended Universe (DCEU).

  4. Wonder Woman (2009 film) - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Wonder_Woman_(2009_film)

    4 days ago · From Wikipedia, the free encyclopedia Wonder Woman is a 2009 direct-to-DVD animated superhero film focusing on the superheroine of the same name. The plot of the film is loosely based on George Pérez 's reboot of the character, specifically the Gods and Mortals arc that started the character's second volume in 1987.

  5. Wonder Woman (1974 film) - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Wonder_Woman_(1974_film)

    Apr 02, 2021 · March 12, 1974. ( 1974-03-12) Wonder Woman is a 1974 American made-for-television superhero film based on the DC Comics character of the same name, directed by Vincent McEveety and starring Cathy Lee Crosby. The film was a pilot for an intended television series being considered by ABC. The movie presented the character as a James Bond -style superspy, and did not contain many elements from the comic book series.

  6. Wonder Woman - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Wonder_Woman

    5 days ago · Wonder Woman is a fictional superheroine appearing in American comic books published by DC Comics. The character is a founding member of the Justice League.The character first appeared in All Star Comics #8 in October 1941 with her first feature in Sensation Comics #1 in January 1942.

    • Princess Diana of Themyscira (amazon identity), Diana Prince (civilian identity)
    • All Star Comics #8, (released October 1941)
  7. Wonder Woman in other media - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Wonder_Woman_in_other_media

    Mar 25, 2021 · Gal Gadot portrays Diana Prince in films set in the shared universe the DC Extended Universe, making her debut in the 2016 film Batman v Superman: Dawn of Justice (directed by Zack Snyder ). Gadot reprises her role in her solo 2017 film Wonder Woman (directed by Patty Jenkins and Justice League (directed by Joss Whedon) and the latter’s director cut (directed by Zack Snyder ).

  8. Wonder Woman (TV series) - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Wonder_Woman_(TV_series)

    Apr 02, 2021 · Main. Lynda Carter as Diana Prince / Wonder Woman. This version of the character is exclusive to the continuity of the TV series Wonder Woman and is an adaptation of Diana Prince/Wonder Woman. The original character was created by William Moulton Marston and Harry G. Peter and first appeared in All-Star Comics #8.

  9. Wonder (film) - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Wonder_(film)

    Mar 18, 2021 · Wonder is a 2017 American family drama film directed by Stephen Chbosky and written by Jack Thorne, Steven Conrad, and Chbosky. It is based on the 2012 novel of the same name by R. J. Palacio and stars Julia Roberts, Owen Wilson, Jacob Tremblay, Noah Jupe, Izabela Vidovic, Mandy Patinkin, and Daveed Diggs. The film, which follows a boy with Treacher Collins syndrome trying to fit in, was released in the United States on November 17, 2017, by Lionsgate. It received positive reviews from critics a

  10. Wonder Woman — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Wonder_Woman
    • Mythologie
    • Production
    • Biographie
    • Apparitions
    • Origines
    • Commentaire
    • Personnalité
    • Contexte historique
    • Historique
    • Évolution
    • Controverses
    • Analyse
    • Influence
    • Synopsis
    • Personnages
    • Résumé
    • Adaptation

    Dans la plupart des adaptations, Wonder Woman est la princesse Diana d'une tribu d'Amazones dont les origines sont liées à la mythologie grecque. Ambassadrice amazone dans notre monde, elle possède différents pouvoirs surnaturels ainsi que des cadeaux des dieux grecs, comme un lasso magique et des bracelets à l'épreuve des balles. Elle fait aussi partie de la Ligue des justiciers d'Amérique.

    Marston a voulu faire de Wonder Woman un personnage féministe, et la plupart des scénaristes qui ont repris le personnage, particulièrement ceux des années 1980 et suivantes, l'ont représentée ainsi. À la création du personnage, le communiqué de presse précise : « Wonder Woman a été conçue par le docteur Marston dans le but de promouvoir au sein de la jeunesse un modèle de féminité forte, libre et courageuse, pour lutter contre l'idée que les femmes sont inférieures aux hommes et pour inspirer aux jeunes filles la confiance en elles et la réussite dans les sports, les activités et les métiers monopolisés par les hommes »3. Le scénariste Bob Haney - qui n'a sans doute pas compris que Wonder Girl n'était pas un personnage séparé - inclut cette dernière dans l'équipe des Teen Titans, avec Robin, Kid Flash, et Speedy. Quelques années plus tard, on donne une origine séparée à Wonder Girl, faisant d'elle une orpheline sauvée par Wonder Woman.

    En dehors des bandes dessinées, elle est aussi connue pour l'adaptation télévisuelle de ses aventures, avec Lynda Carter, diffusée aux États-Unis de 1975 à 1979.

    D'autre part, Wonder Woman apparaît, dans des séries de dessins animés adaptant l'univers DC, Super Friends des années 1970 et 1980 et La Ligue des Justiciers des années 2000. On la retrouve également dans le film Batman v Superman : L'Aube de la Justice, sorti en avril 2016, mais elle est surtout l'héroïne principale du film qui lui est consacré, Wonder Woman, sorti en 2017.

    En 1940, le psychologue William Moulton Marston est conseiller éditorial pour la société All-American Publications, dirigée par Max Gaines. Lassé de ne voir que des super-héros masculins, il crée une super-héroïne nommée Suprema the Wonder Woman1. Max Gaines, intéressé par le concept, accepte l'idée de Marston qui crée la série sous le nom de plume Charles Moulton (combinaison de son 2e nom et de celui de Max Gaines). Bien que Marston porte entièrement la responsabilité de la création, le responsable éditorial Sheldon Mayer, apporte sa pierre et convainc l'auteur de ne garder que la seconde partie du nom. Le dessin est confié à H. G. Peter, artiste expérimenté, qui réalisera presque toutes les aventures de l'héroïne jusqu'en 19582.

    Dans une parution de 1943 de The American Scholar, Marston dit : « Même les filles ne voudront pas être des filles tant que nos archétypes féminins manqueront de force, de vigueur et de puissance. Comme elles ne veulent pas être des filles, elles ne veulent pas être tendres, soumises, pacifiques comme le sont les femmes bonnes. Les grandes qualités des femmes ont été méprisées à cause de leur faiblesse. Le remède logique est de créer un personnage féminin avec toute la force de Superman plus l'allure d'une femme bonne et belle. » Diana Trevor, la mère du personnage Steve Trevor, est membre du Women Airforce Service Pilots. Elle s'était accidentellement écrasée sur l'île mythique de Themyscira, lors d'une mission dans les années 1940. Elle fut alors enterrée avec tous les honneurs par les Amazones, qui furent émues par son sacrifice. Le nom du personnage principal de la série, « Princesse Diana », « Diana Prince » ou « Wonder Woman », est tiré de celui de cette femme pilote, ainsi que son costume, fabriqué à partir de l'uniforme de la pilote que les Amazones vénérèrent. Wonder Woman était aidée par les « Holliday Girls », avec la gourmande Etta Candy à leur tête. Etta fut la seule du groupe à prendre une réelle importance. Elle serait d'ailleurs l'un des personnages les plus durables de la série. Des dessins de femmes ligotées par des hommes illustrèrent occasionnellement les couvertures de Sensation Comics et Wonder Woman de 1942 à 1947. Dans le no 3 de Wonder Woman, c'est la super-héroïne elle-même qui prend le dessus, ligotant des femmes, et, dans une scène mémorable, les habillant de fourrures, puis les chassant dans la forêt, pour finalement les attacher et les exposer sur un plateau. Ces subtils sous-entendus érotiques dans les albums ont été remarqués par les historiens de la bande dessinée, qui ont débattu pour savoir s'il s'agissait d'une façon pour Marston d'exposer ses propres fantasmes (certaines biographies prétendent qu'il aurait été adepte du bondage) ou s'il s'agissait d'un moyen (conscient ou non) d'attirer les jeunes lecteurs6. En 1947, Robert Kanigher reprend le personnage le plus souvent illustré par H. G. Peter. Celui-ci est parfois remplacé par Irwin Hasen ou Irv Novick. La série perd un peu de son lustre d'antan : moins féminine, Wonder Woman s'affirme en tant qu'héroïne américaine. H.G Peter continua jusqu'au numéro 97. Peter et Marston manquent à ceux qui ont vécu cet âge d'or des comics books. Wonder Woman connaît de nombreux changements à partir du milieu des années 1950 et pendant les années 1960. Son origine est réécrite, attribuant ses pouvoirs à une combinaison de dons faits par des divinités grecques et romaines. Peu après le début de la « nouvelle Wonder Woman », les éditeurs coupent progressivement les ponts avec le monde des super-héros de DC Comics, notamment en tuant Steve Trevor (bien que le personnage soit réapparu plus tard). Une exception notable demeure la confrontation entre Diana et Catwoman. L'arc narratif de la « nouvelle Wonder Woman » dure deux ans, puis la justicière retrouve finalement ses pouvoirs et son costume au début des années 1970. Le retour de la Wonder Woman originale est en partie dû à une campagne à laquelle participa la féministe Gloria Steinem  outrée que la plus célèbre des super-héroïnes puisse être ainsi caractérisée comme une femme dépendante15, en sus d'avoir été dépouillée de ses pouvoirs. À peine Wonder Woman a-t-elle été réadmise au sein de la Ligue des Justiciers que DC Comics décide de changer une nouvelle fois le format de ses aventures, car, dans l'intervalle, les aventures de Wonder Woman avaient été adaptées à la télévision, dans une série qui fut très populaire et dont l'action se situait pendant la Seconde Guerre mondiale, comme dans les premiers albums. DC décida donc de situer aussi ses histoires à la même époque, ce qui était possible grâce au concept « multivers » de DC (les deux Wonder Woman existant dans deux mondes parallèles différents). Après Crisis, Greg Potter et George Pérez furent chargés de redémarrer les aventures de la super-héroïne, en 1987.

    Armée de ses bracelets à l'épreuve des balles, de son lasso magique, et forte de son entraînement d'amazone, Wonder Woman est l'archétype de la femme parfaite dans l'esprit de Marston. Elle est belle, intelligente, forte, mais a néanmoins un côté doux. À cette époque, ses pouvoirs provenaient de sa «concentration d'amazone», et non d'un cadeau des dieux.

    Durant cette période, Wonder Woman rejoint la Justice Society of America, la première équipe de super-héros, dans la revue All-Star Comics. Mais, l'époque étant ce qu'elle était, Wonder Woman, bien que l'un des membres les plus puissants du groupe, est reléguée au rang de secrétaire.

    Elle est d'abord dessinée par Harry G. Peter, et son visage prend les traits de la Première dame Eleanor Roosevelt, de l'actrice Betty Grable et de la militante Margaret Sanger ; elle invoque notamment la « Grande Héra » la « Souffrante Sappho ». Début 1942, un sondage est publié dans All Star Comics, interrogeant les lecteurs pour savoir si Wonder Woman, même si elle est une femme, peut rejoindre la Ligue des justiciers ; le oui l'emporte largement. Elle en est la seule femme et le dessinateur Gardner Fox la fait devenir secrétaire de la société. Dans un épisode figurant l'entrée des héros dans la guerre, Wonder Woman est présentée comme restant aux États-Unis pour répondre au courrier des lecteurs, ce qui irrite son créateur William Moulton Marston ; en 1943, il dessine un épisode où elle devient présidente des États-Unis. Après 1947, la mort de Marston et dans un contexte où les femmes laissent pour beaucoup leur place aux soldats rentrés du front, l'héroïne sort alors de ce côté féministe pour jouer des rôles, hors son côté héroïne, de baby-sitter, de mannequin ou d'actrice3.

    Dans les dernières histoires, les capacités de Wonder Woman s'accroissent. Ses boucles d'oreilles lui offrent la possibilité de respirer dans l'espace, l'origine de son avion invisible (à l'origine un avion à hélices, un P-40 Warhawk ou un P-51 Mustang, mais devenu, afin de suivre l'évolution technologique, un avion à réaction) est expliquée, sa tiare devient un boomerang indestructible et ses bracelets lui permettent de communiquer avec Paradise Island.

    En 1954, le docteur Fredric Wertham fait paraître son livre Seduction of the Innocent, dans lequel il expose son point de vue anti-comics. Cette publication marque pour beaucoup la fin de l'âge d'or des comics. Pour faire face aux critiques, les éditeurs créent la Comics Code Authority, de fait un organisme de censure. Dans le cadre de l'application de ce code, la dimension féministe de Wonder Woman est mise entre parenthèses. Cette période a ses supporters comme ses détracteurs. Certains apprécient l'abandon du kitsch des premières aventures comics pour des histoires plus sérieuses. D'autres trouvent que la bande dessinée tourne complètement le dos à l'histoire originale. Sur une couverture controversée, on voit Diana Prince tirant sur un avion avec une mitraillette ; à l'opposé de l'image traditionnelle de Wonder Woman, cette Diana Prince n'hésite pas à tuer pour se défendre ou pour défendre les autres.

    Dans les années 1960, le scénariste Robert Kanigher décide d'appliquer une formule déjà testée sur Superman sous la direction de Mort Weisinger, à savoir se pencher sur la jeunesse du protagoniste. À l'instar de Superboy, la bande dessinée évoque les péripéties de la jeune Diana, dite Wonder Girl. Le scénariste poursuit dans cette veine en mettant en scène « Wonder Tot », autrement dit Wonder Woman enfant. Sous le nom de « Wonder Queen », la reine Hippolyte se joint aux aventures de sa fille. La nouvelle direction prise par la bande dessinée est très influencée par des personnages comme Emma Peel de la série britannique Chapeau melon et bottes de cuir9,10. Désormais propriétaire d'une boutique de mode, Diana Prince se retrouve vite sous l'aile d'un mentor chinois et aveugle nommé I Ching (en), dépeint comme son supérieur dans tous les domaines11. Avec l'aide d'I Ching, Diana s'entraîne à utiliser son corps comme une arme, apprenant les arts martiaux et la maîtrise des armes, afin d'entreprendre des aventures dans le style « agent secret ». En dépit de ses années d'expérience en tant qu'amazone et super-héroïne, Diana acquiert un tempérament moins affirmé, démontrant une émotivité, un manque d'assurance et une soumission marquée vis-à-vis des personnages masculins, à commencer par son guide qui lui prodigue fréquemment des remontrances qu'elle accepte passivement12. Durant six numéros successifs, le comic book s'intitule même The Incredible I-Ching ! And... the New Wonder Woman13.

    L'ère I Ching, malgré les controverses qu'elle a suscitées, a eu une influence certaine sur la suite des aventures de Wonder Woman et sur ses adaptations télévisées (notamment les 2e et 3e saisons de la série avec Linda Carter). Infinite Crisis a exercé une influence importante sur la biographie officielle de Wonder Woman, puisque l'un des effets de cette crise est l'altération plus ou moins importante d'événements de l'Univers DC. La première période de la Wonder Woman moderne (commençant à la fin des années 1950, finissant en 1986 et qui avait été « annulée » par les effets de la CIE) est rétablie dans certaines de ses grandes lignes. Ainsi, elle fait bien partie des membres fondateurs de la première Ligue de Justice et ne meurt pas pendant la CIE (bien que les circonstances entourant ce dernier événement restent obscures). Cependant, les origines actuelles de Wonder Woman restent bien celles narrées par George Perez dans les premiers numéros de la deuxième série Wonder Woman, en 1987.

    À la suite du retour de la Wonder Woman originale, l'héroïne essaie de se faire ré-admettre au sein de la Ligue des Justiciers. Elle doit pour cela passer douze épreuves, chacune étant secrètement supervisée par un membre différent de la ligue.

    Les personnages secondaires sont eux aussi modifiés. Par exemple, Steve Trevor est changé en un officier de l'Air Force, qui paraît beaucoup plus âgé que Diana, et la traditionnelle romance entre les deux est abandonnée. À la place, Trevor est lié sentimentalement à Etta Candy, qui devient elle-même une officier militaire de rang important et plutôt ronde, mais sans exagération. Cheetah, l'ennemie de Diana, devient une femme qui peut se transformer en une féroce créature féline-humanoïde, du même niveau que Diana au combat.

    S'opposant à Maxwell Lord et à Superman, Wonder Woman comprend que le second est mentalement contrôlé par le premier. Batman est alors grièvement blessé par Superman. Même si Diana peut battre Superman, elle comprend qu'il n'y a qu'un moyen de mettre fin à ce duel fratricide : tuer Maxwell Lord. Sans plus hésiter, elle lui brise le cou, scène relayée sur de nombreuses télévisions dans le monde entier (effet, à l'avance, orchestré par Maxwell Lord). Malgré son acte qui les a sauvés, elle est désavouée par Superman et par Batman ; une crise de confiance s'ensuit donc entre les trois amis. Malgré cela, elle se joint aux autres héros pour combattre les protagonistes qui ont engendré l'Infinite Crisis après avoir aidé et combattu aux côtés des Amazones de Themyscira. À la fin de lInfinite Crisis, Diana, Bruce et Clark décident de se retirer pendant un an. Pour Diana, c'est avant tout une manière de se « ressourcer » et de reconsidérer son rôle en tant que Wonder Woman. Cela s'inscrit dans le One Year Later, période pendant laquelle Donna Troy devient la Wonder Woman par interim.

    La première tentative d'adaptation au petit écran a lieu en 1967, à la suite du succès de la récente série Batman. Greenway Productions, la compagnie derrière la série Batman, produit un « essai » de quatre minutes et demie pour Wonder Woman, avec Ellie Wood Walker dans le rôle de la princesse amazone. La série aurait sans doute gardé le même esprit kitsch et décalé que Batman, mais ne dépasse pas le stade de projet. Wonder Woman apparaît aussi dans des dessins animés, notamment dans Superfriends pendant les années 1970. La seconde adaptation filmée est pour un téléfilm en 1974 avec une Cathy Lee Crosby blonde, sans pouvoirs et avec un costume assez éloigné de l'original.

  11. People also search for
  1. Ads
    related to: dinara wikipedia wonder woman film