Yahoo Web Search

  1. Nikki Giovanni - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Nikki_Giovanni

    1 day ago · Yolande Cornelia "Nikki" Giovanni Jr. (born June 7, 1943) is an American poet, writer, commentator, activist, and educator. One of the world's most well-known African-American poets, her work includes poetry anthologies, poetry recordings, and nonfiction essays, and covers topics ranging from race and social issues to children's literature.

    • Writer, poet, activist, educator
    • Yolande Cornelia Giovanni Jr., June 7, 1943 (age 77), Knoxville, Tennessee, U.S.
  2. Prostitutie - Wikipedia

    nl.wikipedia.org/wiki/Prostitutie

    1 day ago · Vrijwillige prostitutie is vermoedelijk ouder dan de moderne mens. Ook gedwongen prostitutie is zeker duizenden jaren oud. De klassieke Griekse en Romeinse beschavingen kenden zowel vrije als slavinnenprostitutie. Rond het begin van onze jaartelling stelde de Romeinse keizer buitenechtelijke seks tussen vrijgeborenen strafbaar.

  3. List of people from New York City - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/List_of_people_from_New...

    1 day ago · People from New York City This is a dynamic list and may never be able to satisfy particular standards for completeness. You can help by adding missing items with reliable sources .

  4. List of Get Smart episodes - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/List_of_Get_Smart_episodes

    1 day ago · The Chief meets Smart at a public library to recover a special book. The book is a master list of CONTROL agents but its hiding place has now been compromised. Max and Larrabee transport the book in an armored car to a bank vault, but Max accidentally locks the vault door on both the Chief and Larrabee.

  5. George Grossmith — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/George_Grossmith

    1 day ago · George Grossmith (9 décembre 1847 – 1 er mars 1912) est un comédien, auteur, compositeur, acteur et chanteur anglais.. Sa carrière s'étend sur plus de quatre décennies. En tant qu'auteur et compositeur, il crée dix-huit opéras-comiques, près de cent sketches musicaux, quelque six-cents chansons et morceaux de piano, trois livres et de nombreux papiers sur des sujets sérieux ou ...

  6. Ju-jitsu — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Ju-jitsu
    • Catégories
    • Linguistique
    • Définition
    • Origines
    • Principes
    • Contexte historique
    • Symbolique
    • Conséquences
    • Enseignement
    • Organisation
    • Fabrication
    • Culture populaire

    Ces techniques sont parfois classées en quatre catégories principales : atemi waza (« techniques de frappe »), nage waza (« techniques de projection »), kansetsu- waza (« techniques de luxation ») et ne waza (« travail au sol »)1.

    Dans le terme « jū-jutsu », « jū » (柔) signifie « souplesse » et « jutsu » (術) signifie « art ». Il existe diverses transcriptions phonétiques approximatives, ce qui explique les différentes orthographes2. La graphie « ju-jitsu » est la plus utilisée dans la littérature francophone, bien que cela ne corresponde pas à la consonance.

    Ce que l'on appelle couramment ju-jutsu désigne, aujourd'hui, soit un enseignement bien spécifique à une école particulière (il s'agit d'une pratique minoritaire, et dans ce cas, il est précédé du nom de l'école en question), soit un enseignement regroupant des techniques héritées de ces écoles et transmises au début de l'ère moderne voire après la Seconde Guerre mondiale à un plus large public, grâce au travail de recensement et de conservation des techniques commencé dès la fin du XIXe siècle. Le terme jūjutsu transcrivant de façon plus rigoureuse le mot japonais pour cet art martial est composé de deux kanjis. Selon la méthode de romanisation du japonais la plus répandue, la méthode Hepburn, ces kanjis devraient se définir ainsi :

    Au début du XXe siècle, des personnes se sont inquiétées de la disparition de ce savoir, due à la modernisation de l'armée et ont collecté les techniques de différentes écoles (ryū ha) de ju-jutsu pour en faire une pratique moderne, adaptée aux besoins de la nouvelle société ; ainsi, naquirent le judo, dont les composantes viennent en majorité de l'école Kito (Kito-ryū), l'aïkido, émanation plus tardive de l'école Daito (Daito-ryū), ou plus récemment le jiu-jitsu brésilien, né de l'évolution d'une variante de judo (kosen), elle-même instruite par l'école Fusen (Fusen-ryū). Véritable nébuleuse à l'origine de constructions plus ou moins récentes, le ju-jitsu est à juste titre souvent qualifié d'« art père3 ». Bien que le ju-jutsu ne soit pas à l'origine du karaté, qui est une technique d'origine de l'archipel d'Okinawa, on en retrouve plusieurs similarités avec certaines anciennes formes de combats pratiqués sur les archipels des Ryūkyū. Bien avant l'avènement du tode à Okinawa et dans l'archipel des Ryūkyū, les insulaires pratiquaient déjà une forme de yawara d'où découlent le ju-jutsu et le taijutsu. Le taijutsu et le ju-jutsu de cette époque étaient encore indissociables de cette forme de yawara. Le taijutsu était une méthode de combat jalousement gardée secrète par la famille royale des îles Ryūkyū, les Motobu. C'était une méthode ancienne et incluse dans un style de Ryūkyū Kenpō qui était connue sous le terme Udun Ti. Elle porte aujourd'hui le nom de Motobu Ryū. Les méthodes de combat connues comme le ju-jutsu sont vieilles de 1 500 ans au moins. Les débuts du ju-jutsu peuvent être situés dans la période turbulente au Japon qui s'étalait entre le VIIIe et le XVIe siècle. Cette période connut d'incessantes guerres civiles et les systèmes d'armement classiques furent développés et éprouvés sur les champs de bataille. Les techniques de combat rapproché faisaient partie intégrante de ces systèmes afin de combattre efficacement des adversaires portant armes et armure5. La naissance du ju-jutsu coïncide probablement avec l'origine de la classe des samouraïs datée de l'an 792. L'armée était constituée à cette époque de soldats se déplaçant à pied et armés de javelots. Les officiers étaient recrutés parmi les jeunes fils des grandes familles et étaient formés au maniement du yumi (arc japonais), au commandement des troupes et également au combat sans armes. L'empereur Kammu construisit le Butokuden, une école formelle pour ces officiers que l'on connaît sous le nom de samouraïs6. Le premier jutsu ryū reconnu fut formé par Takenouchi Hisamori en 1532 et consistait aussi bien en des techniques usant du katana (sabre), du bō (bâton) et du tantō (couteau-sabre) que du combat à mains nues. Les sauts et les coups de pied n'étaient peu ou pas enseignés dans le ju-jitsu puisque les techniques étaient souvent destinées à des combattants portant une armure et que ces techniques sont risquées et difficiles à employer sur le champ de bataille (vêtements mal adaptés, risque de glisser et tomber, de se faire saisir la jambe). Le terme jūjutsu commença à être utilisé vers 16005. Cependant, nombre d'écoles traditionnelles continuent d'employer d'autres termes tels que yawara, koppō, dakentaijutsu, yoroi kumiuchi, mugen mukeru, etc., pour désigner leur art. En fait, le ju-jitsu n'est pas une discipline monolithique car de grandes différences peuvent apparaître entre des écoles portant toutes la même appellation de jūjutsu. Il y a très longtemps, vivait au Japon un certain docteur Akiyama. Lors d'un voyage en Chine, il fit la connaissance, en Mandchourie, d'une secte religieuse qui pratiquait une sorte d'autodéfense fondée sur la connaissance du corps humain. Le docteur ne put prendre part aux entraînements mais fut autorisé à regarder les exercices. La discipline, qui s'appelait hakuda, permettait de se défaire d'un adversaire armé et visiblement plus fort. De retour au Japon, il essaya d'enseigner ces techniques à sa famille. Mais comme il n'avait pas pratiqué, il ne comprit pas le principe de base du hakuda. Ce principe, il le trouva d'une manière très naturelle. Il constata que durant l'hiver, les grosses branches du chêne se cassent sous le poids de la neige, alors que les fines branches du saule se plient et rejettent la neige. Voilà ce qu'était l'esprit du hakuda : employer la violence et le poids de l'adversaire pour le terrasser. Il nomma cette nouvelle méthode de combat le jūjutsu, l'art doux.

    Le concept principal du ju-jutsu est le jū, littéralement la « souplesse », c'est-à-dire éviter l'attaque frontale pour contrôler un adversaire plus fort, sans opposition de force. Cette approche se retrouve dans l'expression 柔よく剛を制す (jū yoku gō wo sei su) : le doux maîtrise le fort. Ce principe a donné naissance à un ensemble de techniques sophistiquées d'évitement, de canalisation de la force adverse, et de contrôle de l'adversaire par des déplacements, des frappes et des immobilisations obtenues grâce au contrôle des points vitaux et des articulations.

    À la fin du XIIIe siècle, les Mongols tentèrent d'envahir le Japon et les samouraïs se défendirent durant des années dans de terribles combats. Au XVe siècle, les maîtres d'armes établirent des koryū bujutsu (écoles traditionnelles anciennes) afin d'enseigner leur style du kenjutsu, l'art du sabre. Entre 1467 et 1477, la guerre d'Ōnin fit rage, et cette période vit le déclin du pouvoir des shoguns et le début du Sengoku jidai, l'« âge du pays en guerre », qui dura cent cinquante ans. En 1603, Ieyasu Tokugawa forma un gouvernement militaire et ramena la paix et la stabilité économique et politique dans le pays. Ceci marqua le début de la période Edo (1603-1868). Sous la direction de Ieyasu Tokugawa, la société était divisée en cinq classes : les samouraïs, les paysans, les artisans, les marchands et les non-personnes. Seuls les samouraïs étaient autorisés à porter deux sabres (daishō), le wakizashi (sabre court) à tout moment et le katana uniquement à l'extérieur.

    On retrouve le ploiement des branches sous la neige dans la légende de la création du judo, mais l'observation qui en est faite est attribuée à un moine.

    Cette période de paix présenta un problème pour les samouraïs qui, faute de batailles, n'avaient plus de revenus. Faire autre chose les aurait fait perdre leur statut pour les rabaisser à un rang inférieur. Les samouraïs sans maître devinrent des rōnin. Le gouvernement essaya de les aider en leur attribuant des subsides et en les poussant vers l'éducation7. Beaucoup de samouraïs devinrent des professeurs d'arts martiaux, mais en enseignant alors des styles sans armes. Ces styles sans armes furent développés à partir des styles de combat armé et furent collectivement appelés jūjutsu. Durant l'apogée de la période Edo, il y avait 725 styles officiellement reconnus, constituant chacun une Koryū bujutsu. Ces styles différaient selon qu'ils s'axaient plus sur les coups de pied, coups de poing, les projections ou les clés. Une grande partie de la population commença à se sentir opprimée par le régime des Tokugawa et, plus particulièrement, la classe grandissante des marchands qui voulait accroître ses contacts avec l'Amérique et l'Europe. En 1868, le régime des Tokugawa s'écroula lors d'une guerre civile connue comme la restauration Meiji. Ceci marqua la fin de la période Edo, le shogun fut destitué de son pouvoir et celui-ci revint à l'empereur. Comme une grande partie de la classe des samouraïs supportait le shogun, celle-ci fut démantelée par l'empereur Meiji qui introduisit le « serment impérial des cinq articles ». La classe des samouraïs perdit donc sa position privilégiée lorsque le féodalisme fut aboli en 1871. En 1876, Meiji proclama une loi interdisant le port des épées, le symbole ultime du guerrier. Les samouraïs mécontents fomentèrent de nombreuses rébellions durant les années 1870, la plus célèbre fut menée par le héros de la restauration Takamori Saigō. Elles furent réprimées avec grandes difficultés par une armée nationale nouvellement formée. Les samouraïs avaient définitivement perdu leur profession et leur droit de porter les épées. Leur plus haute position sociale était abrogée après plus de mille ans d'existence.

    Toujours dans ce pays, la Kaze no Ryu Bugei enseigne entre autres le mugen mukeru1, une forme ancienne de Ju-jutsu transmise là encore grâce à l'immigration japonaise au Brésil.

    Plusieurs fédérations et écoles de ju-jutsu se sont développées hors du Japon, d'abord dans une logique utilitaire. Selon les fédérations, le ju-jutsu a pu aussi être développé et pratiqué comme un sport de combat, dans lequel les techniques martiales sont restées à l'état de trace, le cadre réglementaire de la compétition sportive imposant une adaptation rigoureuse de la discipline d'origine. Certaines fédérations distinguent ainsi dans leur enseignement le ju-jutsu self-défense et le ju-jutsu sportif. D'autres ne pratiquent aucune forme de compétition sportive et revendiquent l'héritage purement martial de la discipline.

    Deux bâtons sont utilisés : le tambo, un petit bâton d'environ 30 cm et le jō, un bâton plus grand que le précédent dont la taille va du sol à l'épaule.

    Le ju-jutsu est parfois mentionné au cinéma, (surtout dans des films d'action ou d'origine japonaise) ou dans des bandes dessinées :

  7. James Baldwin and Freedom Summer – Pieces of History

    prologue.blogs.archives.gov/2021/02/25/james...

    1 day ago · We’re wrapping up Black History Month with a post from Adam Berenbak, an archivist in the Center for Legislative Archives. Novelist, essayist, poet, and activist James Baldwin (1924–87) “created works of literary beauty and depth that will remain essential parts of the American canon.”[1] He was an openly gay, Black man living in the Civil…

  8. List of Desert Island Discs episodes (1951–1960) - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/List_of_Desert_Island_Discs...

    1 day ago · The BBC Radio 4 programme Desert Island Discs invites castaways to choose eight pieces of music, a book (in addition to the Bible – or a religious text appropriate to that person's beliefs – and the Complete Works of Shakespeare) and a luxury item that they would take to an imaginary desert island, where they will be marooned indefinitely.

  9. Julio Iglesias — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Julio_Iglesias
    • Présentation
    • Enfance
    • Débuts
    • Biographie
    • Style musical
    • Famille
    • Controverse
    • Certifications
    • Récompense
    • Apparitions

    Julio José Iglesias de la Cueva, mieux connu sous le nom de Julio Iglesias [ˈxuljo iˈɣlesjas]1, né à Madrid le 23 septembre 1943 (de parents originaires d'Ourense en Galice), est un chanteur espagnol.

    Julio Iglesias est né à Madrid le 23 septembre 1943 dans l'ancienne maternité de la rue Mesón de Paredes. Issu d'une famille bourgeoise catholique, il est le fils aîné de Julio Iglesias Puga (1915-2005), gynécologue attitré de la bonne société, et de María del Rosario de la Cueva y Perignat (1919-2002)3. Il partage son enfance avec son frère Carlos Luis. Du côté paternel, il descend des galiciens. Ses grands-parents paternels s'appelaient Manuela Puga Noguerol (1888-1965) et Ulpiano Iglesias Sarria (1876-1956). Dans sa famille maternelle, son grand-père José María de la Cueva y Orejuela (1887-1955) était un journaliste andalou et sa grand-mère s'appelait Dolores de Perignat y Ruiz de Benavides, originaire de Guayama, à Puerto Rico. L'île appartenait à l'Espagne avant la guerre hispano-américaine. À quatorze ans, il devient gardien de but chez les jeunes du Real Madrid Club de Fútbol (es), l'une des équipes affiliées des catégories inférieures du Real Madrid. Il partage son maillot avec Pedro de Felipe et Luis Costa. Alternant le football avec des études de droit à l'Université de Madrid, il souhaite réaliser une carrière de footballeur professionnel, ou éventuellement devenir diplomate pour suivre les traces de son oncle, le marquis de Perinat, ou de son cousin, ambassadeur à Londres depuis 20 ans4. Il parvient à intégrer l'équipe réserve du Real Madrid à dix-neuf ans mais est victime d'un grave accident de voiture en 1962. Il ne reprend ses études de droit à l'Université de Murcie que dans les années 1990. En juin 2003, il termine ses études de droit international privé à l'Université Complutense de Madrid5. Le 22 septembre 1962, à 2 heures du matin, Julio Iglesias et un groupe d'amis sont victimes d'un accident de la route après une soirée de divertissement. La collision mortelle de leur voiture blesse gravement Julio Iglesias qui subit une compression de la colonne vertébrale4. Paralysé des jambes pendant un an et demi, il doit renoncer au football. C'est pendant sa longue convalescence qu'il apprend à jouer de la guitare, en guise de thérapie pour exercer ses doigts et passer le temps4. La pratique de cet instrument fait naître chez lui la passion de la musique. C'est à cause du manque d'équilibre suite à cette paralysie, qu'il évoluera les yeux fermés en se caressant le ventre afin de mieux se repérer sur scène6.

    Une fois rétabli, il reprend ses études et se rend à Londres pour apprendre l'anglais, tout d'abord à Ramsgate, puis à la Bell's Language School de Cambridge. Certains week-ends, il chante dans un pub, le Air Port Pub, des chansons populaires à l'époque par Tom Jones, Engelbert Humperdinck et The Beatles. C'est là, à Cambridge, qu'il vit sa première histoire d'amour avec Gwendolyne Bollore, étudiante française qui lui inspire l'une de ses chansons les plus célèbres, Gwendolyne7. En 1968, il remporte le festival de Benidorm et enregistre son premier single4.

    Il participe en 1970 au Concours Eurovision de la chanson et arrive 4e avec 8 points. Il y interprète une chanson intitulée Gwendolyne.

    Julio Iglesias est un crooner connu pour ses ballades romantiques s'adressant directement au public féminin. La presse people prête au chanteur au physique de latin lover et à la voix de velours, de nombreuses conquêtes (Priscilla Presley, Bianca Jagger, Brooke Shields, Diana Ross, Debbie Dickinson (en)) et une vie amoureuse tumultueuse12.

    Ses fils, Enrique Iglesias et Julio Iglesias Jr, sont également chanteurs. Sa fille Chabeli Iglesias, aînée de ses huit14 enfants, est journaliste. Ses autres enfants sont Miguel (né en 1997), Rodrigo (né en 1999), Victoria et Cristina (jumelles, née en 2001) et Guillermo (né en 2007)15

    Javier Sanchez-Santos (né en 1975) de la danseuse portugaise Maria Edite Santos, a été reconnu par la justice espagnole comme neuvième fils de Julio Iglesias. La filiation, que le père putatif n'a jamais reconnue16, a été attribuée le 10 juillet 2019 par le tribunal de Valence après une bataille juridique qui a commencé en 1992. Le juge s'est en particulier basé sur la ressemblance physique entre Julio Iglesias et l'enfant, sur la proximité entre Maria Edite Santos et Julio Iglesias neuf mois avant la naissance de l'enfant, et sur les trois refus de Julio Iglesias de se prêter à un test de paternité17. Julio Iglesias fait appel18, en plus d'un recours du Ministère public, qui considère que les procédures antérieures effectuées par la mère ne permettaient plus au fils une requête concernant les mêmes faits.

    Dans une dizaine de pays correspondant en partie aux principaux marchés du disque les ventes certifiées de Julio Iglesias s'élèvent à plus de 17 640 000 d'albums et de singles tout au moins. De 1965 à 1984 les ventes nettes de retour constatées dans les services de royalties par les distributeurs s'élèvent au moins à plus de 5 000 000 d'exemplaires en France. Depuis les années 1990, le Syndicat National de l'édition Phonographique aura certifié nombre de ses disques représentant au total 3 200 000 exemplaires.

    En 2013, Julio Iglesias reçoit un certificat du Guinness World Records pour avoir vendu plus de 250 millions de disques 32, ce qui en fait l'artiste latino ayant vendu le plus de disques dans le monde.

    Julio Iglesias a chanté de nombreux duos : Summer Wind avec Frank Sinatra qui le prend sous son aile et le présente comme son fils spirituel6, My Love avec Stevie Wonder, My Way / A Mi Manera (avec Paul Anka), To All the Girls I've Loved Before et Spanish Eyes avec Willie Nelson, All of you avec Diana Ross (reprise de Cole Porter), Smoke Gets In Your Eyes avec All-4-One, When You Tell Me That You Love Me avec Dolly Parton, Quizás, quizás, quizás avec Arielle Dombasle, Se que volverás, La Paloma, Cucurucucú paloma avec Nana Mouskouri, La tendresse avec Mireille Mathieu, La vie en rose avec Dalida (reprise d'Édith Piaf, etc.) Dans Quelque chose de France, en 2007, Françoise Hardy interprète Partir quand même avec lui, Que c'est triste Venise avec Charles Aznavour, Moliendo café avec Jeane Manson .

  10. Sophia Loren — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Sophia_Loren
    • Biographie
    • Enfance
    • Synopsis
    • Carrière
    • Commentaires
    • Récompenses
    • Hommages
    • Vie personnelle
    • Production
    • Conséquences

    Actrice parmi les plus importantes du cinéma italien, mondialement reconnue, elle a tourné dans de nombreux films depuis le début des années 1950. Elle obtient ses plus grands rôles dans les années 1960 avec notamment le personnage dramatique de La ciociara ; son interprétation est couronnée par les deux plus hautes récompenses du cinéma, le prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes et l'oscar de la meilleure actrice. Dans Hier, aujourd'hui et demain, son striptease devant Marcello Mastroianni est une des plus célèbres scènes du genre dans l'histoire du cinéma. Une étoile consacrant sa renommée lui est dédiée sur le Hollywood Walk of Fame, face au 7050 Hollywood Boulevard à Los Angeles.

    Sofia Scicolone est la fille illégitime de l'ingénieur en bâtiment et homme d'affaires, Riccardo Scicolonec, et de Romilda Villani, professeur de piano et sosie de l'actrice Greta Garbo. Elle passe une enfance et une jeunesse difficiles à Pouzzoles, à une quinzaine de kilomètres de Naples, avec sa mère, sa grand-mère Luisa et sa sœur Anna Maria, née quatre ans après elle.

    Scicolone refuse en effet d'épouser la mère de Sofia et d'Anna Maria et n'apporte pas de soutien financier à sa famille illégitime. Sofia n'a ensuite rencontré son père que trois fois dans sa vie : à l'âge de 5 ans, de 17 ans et de 42 ans alors qu'il était mourant. Elle déclare qu'elle lui a pardonné mais n'a jamais oublié l'abandon de sa mère, restée seule avec ses deux filles. Sofia a par son père deux demi-frères, Giuliano et Giuseppe, plus jeunes qu'elle également. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le port de Pouzzoles et son usine de munitions sont souvent bombardés par les Alliés. Pendant un raid, alors qu'elle court vers un abri, la petite Sofia est blessée au menton par un éclat de bombe. Après cela, la famille décide de déménager à Naples et est hébergée par des parents. La guerre finie, elle retourne à Pouzzoles. Luisa, la grand-mère, ouvre alors un bar dans leur salle de séjour où elle sert de la liqueur fait maison : Romilda, la mère, joue du piano, la sœur Anna Maria chante et Sofia s'occupe des tables et fait la vaisselle. L'endroit devient fréquenté par les GI dont le casernement est proche.

    Elle gagne une certaine réputation en figurant dans des romans-photos (genre populaire à l'époque) sous le pseudonyme de Sofia Lazzaro et obtient de petits rôles dans des films, où elle apparaît parfois seins nus comme dans Quelles drôles de nuits en 1951 ou dans Deux nuits avec Cléopâtre en 1953, alors qu'elle n'a que 16 ans pour le premier et 18 pour le second.

    Ces apparitions sont remarquées en France mais pas en Italie où la censure, toujours vigilante, les a supprimées. Ces films sont depuis extrêmement recherchés par les fans de la star, en raison de leur rareté. Une photo de Sophia Loren seins nus, tirée de Quelles drôles de nuits, est reproduite en 1957 dans le magazine américain Playboy alors que l'actrice est déjà connue. Elle ne s'est jamais remontrée partiellement nue ensuite, arguant du fait qu'elle ne se sentait pas à l'aise dans ces conditions et que « Sophia Loren nue, ça représente beaucoup de nudité1 ». En 1952, sur le tournage de Sous les mers d'Afrique de Giovanni Roccardi, Sofia Scicolone, alias Sofia Lazzaro, est rebaptisée « Sophia Loren » par le producteur Goffredo Lombardo. Le producteur Carlo Ponti, qu'elle va épouser plus tard bien qu'il soit son aîné de vingt-deux ans, lui fait alors signer un contrat d'une durée de sept ans. Sophia Loren entame sa longue et prestigieuse carrière avec des rôles de femmes « populaires » dans Le Carrousel fantastique (Carosello napoletano) d'Ettore Giannini (1953), L'Or de Naples (L'Oro di Napoli) de Vittorio De Sica et Dommage que tu sois une canaille (Peccato che sia una canaglia) d'Alessandro Blasetti (1954), et Par-dessus les moulins (La Bella mugnaia) de Mario Camerini (1955). Rapidement, sa provocante et explosive beauté, sa grâce et ses qualités de comédienne donnent à Sophia Loren une renommée internationale. En 1955, elle fait la couverture de Life magazine alors que Carlo Ponti envisage pour elle une carrière internationale. Martin Ritt lui apporte sa première consécration avec L'Orchidée noire (The Black Orchid) : son rôle de Rose Bianco lui vaut la coupe Volpi de la meilleure actrice à la Mostra de Venise en 1958. En 1960, sort La ciociara de Vittorio De Sica où elle tient le rôle de Cesira aux côtés de Jean-Paul Belmondo. C'est une succession de récompenses pour Sophia Loren : le prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes, le David di Donatello de la meilleure actrice, le ruban d'argent de la meilleure actrice principale, le NYFCC Award de la meilleure actrice et l'oscar de la meilleure actriced. Marcello Mastroianni est aussi le partenaire fidèle de l'actrice dans une douzaine de films. En 1977, Une journée particulière (Una Giornata particolare) d'Ettore Scola, est le dernier grand rôle de sa carrière. Elle revient en 1984 dans Aurora (Qualcosa di biondo) de Maurizio Ponzi, avec son jeune fils Edoardo Pontie.

    À partir de 1984, les récompenses qu'elle reçoitf sont des prix en hommage à sa carrière : oscar d'honneur, David di Donatello spécial, et autres Golden Globe de remerciement. En 1991, la République française la fait chevalier de la Légion d'honneur.

    En 2007, un documentaire sur sa vie intitulé Sophia : hier, aujourd'hui et demain (Sofía : Ieri, oggi, domani) est réalisé par Massimo Ferrari. Le documentaire contient des interviews exclusives de l'actrice ainsi que celles de figures célèbres du cinéma international comme Woody Allen, Ettore Scola, Claude Chabrol, Lina Wertmuller et Maria Grazia Cucinotta2.

    Sophia Loren est l'égérie de la compagnie MSC Croisières et baptise tous leurs nouveaux paquebots, dont le dernier en date le MSC Meraviglia en juin 2017 au Havre, alors qu'elle est âgée de près de 83 ans. Sophia Loren est une fervente catholique4. Elle habite principalement à Genève en Suisse depuis fin 20065. Elle possède aussi des maisons à Naples et Rome. Sophia Loren reste mariée à Carlo Ponti jusqu'à la mort de celui-ci le 10 janvier 2007, d'une affection pulmonaire11.

    Sophia Loren et Cary Grant ont partagé la vedette du film La Péniche du bonheur. L'épouse d'alors de Grant, Betsy Drake, en avait écrit le scénario original et Grant souhaitait initialement que son épouse partage l'affiche avec lui. Mais, au cours du tournage du film précédent en 1957, Orgueil et Passion, une liaison était née entre Loren et Grant, et ce dernier s'était alors arrangé pour que Loren prenne la place de Drake dans le film suivant (La Péniche du bonheur), avec un scénario réécrit qui ne faisait plus référence à celui de Betsy Drake, son épouse. Néanmoins, la liaison entre Grant et Loren se termina avant la fin du tournage dOrgueil et Passion, créant des problèmes sur le plateau du film suivant. Grant espérait pouvoir reprendre sa liaison avec Loren mais celle-ci préféra accepter la demande en mariage de Carlo Ponti6.

    Mais ce mariage est annulé en Italie en raison du non-enregistrement du divorce de Carlo Ponti d'avec Giuliana. Le couple Ponti-Loren continue à vivre ensemble mais se trouve dans l'illégalité dans son propre paysh, l'Italie, où les lois sont encore largement inspirées par la tradition catholique : il demande la nationalité française, ce qui est accordé aux deux concubins par le Premier ministre français de l'époque, Georges Pompidou8,9. En 1965, Ponti régularise son divorce en France et peut cette fois épouser Loren dans les normes7, le 9 avril 1966, soit près de neuf ans après le premier mariage annulé.

  11. People also search for
  1. Ads
    related to: edith frank wikipedia book