Yahoo Web Search

  1. / Date of death

    • July 2, 1961July 2, 1961
  2. Le Déjeuner sur l'herbe - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Le_déjeuner_sur_l'herbe

    12 hours ago · Le Déjeuner sur l'herbe (The Luncheon on the Grass) – originally titled Le Bain (The Bath) – is a large oil on canvas painting by Édouard Manet created in 1862 and 1863.

    • 208 cm × 264.5 cm (81.9 in × 104.1 in)
    • Édouard Manet
  3. Who Invented The Camera? – History of Sorts

    dirkdeklein.net/2021/01/25/who-invented-the-camera

    1 day ago · Originally from a small former mining town called Geleen in the province of Limburg in the Netherlands. I moved to Limerick in Ireland in 1997 together with my wife who is a native from Limerick.We now have 3 kids I am passionate about music ,history and movies View all posts by dirkdeklein

  4. The Sinking of the HLNMS Van Nes – History of Sorts

    dirkdeklein.net/2021/01/25/the-sinking-of-the...

    1 day ago · HNLMS Van Nes was a Admiralen-class destroyer of the Royal Netherlands Navy. The Admiralen class were eight destroyers built for the Royal Netherlands Navy between 1926 and 1931. All ships fought in World War II and were scuttled or sunk.. The Van Nes was laid down on 15 August 1928 at the ...

  5. Stewie, Chris, & Brian's Excellent Adventure - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Stewie,_Chris,_&_Brian's...

    12 hours ago · "Stewie, Chris, & Brian's Excellent Adventure" is the seventh episode of the thirteenth season of the animated sitcom Family Guy, and the 238th episode overall. It aired on Fox in the United States on January 4, 2015, and is written by Alex Carter and directed by Joe Vaux.

    • Season 13, Episode 7
    • Alex Carter
    • January 4, 2015
    • Joe Vaux
    • Why Did Ernest Hemingway Commit Suicide? | the Mystery Behind Ernest Hemingway's Suicide
      youtube.com
    • Ernest Hemingway Commits Suicide
      history.com
    • FBI Drove Ernest Hemingway to Suicide
      youtube.com
    • Remembering Ernest Hemingway
      youtube.com
  6. Mental Health Day Quotes – 36guide-ikusei.net

    36guide-ikusei.net/2021/01/26/mental-health-day...

    Today · “you are so brave and quiet, i forget you are suffering.” —ernest hemingway. World mental health day is observed on october 10, every year. Duke of cambridge, michelle obama and jacinda ardern are advocates of mental health support. Share this article via facebook share this article via twitter share this article via.

  7. Jules Pascin — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Pascin
    • Personnalités
    • Enfance
    • Formation
    • Biographie
    • Vie personnelle
    • Culture populaire
    • Influences
    • Mort
    • Décès
    • Analyse
    • Style
    • Reconnaissance

    Julius Mordecai Pincas dit Jules Pascin (prononcé [pas.kin]1,2,3 ou incorrectement [pas.kɛ]), né le 31 mars 1885 à Vidin (Bulgarie), et mort le 2 juin 1930 à Paris, est un peintre et dessinateur américain d'origine bulgare. Il prit pour modèle, entre autres, sa femme Hermine David et sa maîtresse Lucy Krogh ainsi que les pensionnaires des maisons closes et des lieux mal famés de la faune montmartroise, et couvrit ses carnets de dessins voluptueux et nostalgiques, parfois érotiques et toujours nimbés d'une indicible tristesse.

    Issu d'une famille aisée de négociants et de financiers établis à Bucarest en 1892, fils d'un juif séfarade et d'une juive italienne également du culte séfarade, sa famille désapprouve ses activités artistiques. C'est à Bucarest qu'il entretint en 1901, une liaison avec une courtisane, tenancière d'une maison close, ce qui ne manquera pas d'influencer son œuvre.

    Il vécut et reçut sa formation à Vienne, Budapest (1902), Berlin, et Munich (1903), avant de venir s'installer à Paris, où il cède à sa famille scandalisée par son mode de vie, il prend le nom de Pascin, anagramme de Pincas. Celui qui fut appelé le « prince de Montparnasse » et le « prince des trois monts4 », fait partie des peintres de l'école de Paris. En octobre 1920, Pascin revient à Paris et s'initie à la gravure avec Jean-Gabriel Daragnès. Il expose chez Berthe Weill, au Salon des indépendants et, retrouve Lucy dans son ancien logement, rue Joseph-Bara, qu'elle habite avec son mari le peintre norvégien Per Krohg, filleul d'Edvard Munch. Parmi ses autres modèles : Henriette Gomès qui deviendra une galeriste internationale. Il loue un atelier au no 15 rue Hégésippe-Moreau. En août 1921, il se rend en Algérie et en Tunisie où il reviendra en 1924 et en 1926. En 1922, il reprend l'atelier du peintre Jean Marchand (1883-1940) au no 73 de la rue de Caulaincourt7. À partir de 1922, Pascin envoie régulièrement des œuvres au Salon de l'Araignée fondé en 1920 par Gus Bofa et effectue des séjours dans le Midi (Cassis, Marseille). En 1923, il s'installe au no 36 boulevard de Clichy, cette même année, il vend plusieurs de ses œuvres à Albert Barnes. Il livre une aquarelle Famille tunisienne pour illustrer le no 8 du Crapouillot ; jusqu'en 1930, il fournira huit autres livraisons à cette revue où écrit son ami le critique et romancier Pierre Mac Orlan et qui édite également des œuvres d'Hermine David. En 1924, il perfectionne sa technique de gravure chez Jean-Gabriel Daragnès (1886-1950), avec André Warnod.

    Au cours de l'automne 1907, il se lie avec Hermine-Lionette Cartan dite Hermine David, femme peintre de talent, et s'installe no 1 rue Lepic, à l'Hôtel Beauséjour jusqu'au courant de 1909, ou il va au no 49 rue Gabrielle. Il occupe un atelier à Montmartre près de celui occupé par Kees van Dongen. De 1908 à 1912, il participe au Salon d'automne avec des dessins ou des aquarelles. En 1909, il rencontre Cécile Vidil (1891-1977) dite « Lucy », modèle de Marquet et de l'atelier Matisse, qui devient sa seconde maîtresse.

    De 1913 à 1914, il habite au no 3 rue Joseph-Bara. Avant la guerre de 1914-1918, il doit quitter la France en raison de sa nationalité, la Bulgarie étant une nation hostile à la France, et se rend début octobre 1914 aux États-Unis où il bénéficie d'une certaine notoriété depuis l'Exposition internationale d'art moderne de New York (1912). En compagnie du graveur américain George Overbury Hart dit « Pop Hart » (1868-1933), il part, début février 1915, pour le carnaval de La Nouvelle-Orléans. Le 25 septembre 1918 Pascin épouse Hermine David, qui l'a rejoint au printemps 1915. Il obtient la nationalité américaine le 30 septembre 1920. Fixé à New York, se liant d'amitié avec Alfred Stieglitz, il voyage beaucoup, rapportant des dessins et des aquarelles de Cuba, du Texas, de la Floride et de Caroline du Sud. En 1925, il va en Italie. Pour ne pas perdre la nationalité américaine, Pascin retourne, en août 1927, aux États-Unis. Il réside un an à New York où Lucy le rejoint en janvier 1928. En 1929 il part pour l'Espagne et le Portugal avec Lucy, qui loue cette même année un atelier Villa des Camélias à Vanves pour l'éloigner de Montmartre.

    Dans son roman A Moveable Feast8, Ernest Hemingway a écrit un chapitre intitulé « Avec Pascin au Dôme », racontant sa rencontre, au printemps 1924, avec le « prince de Montparnasse » accompagné de deux modèles. La description de cet épisode par Hemingway est considéré comme l'une des images typiques du Montparnasse de l'époque. On le voit partout, dans les cabarets de Montmartre et de Montparnasse, il est de tous les bals, déguisements, fêtes et banquets. Hemingway saura reconnaître son talent mais aussi ses défauts et écrira (dans ledit chapitre du livre): « Pascin était un très bon peintre et il était ivre, constamment, délibérément ivre, et à bon escient. [] Il ressemblait à un personnage de Broadway, vers la fin de siècle, bien plus qu'au peintre charmant qu'il était, et plus tard, quand il se fut pendu, j'aimais me le rappeler tel qu'il était ce soir-là, au Dôme. »

    Il est l'ami de critiques artistiques - André Warnod (auquel il fera découvrir les ateliers « les plus désespérément russes »), André Salmon, Georges Charensol, Florent Fels

    Rongé par l'alcool, doutant de son art resté figuratif, partagé dans ses affections, il en vient à perdre son équilibre et, le 2 juin 1930, le jour même du vernissage de son exposition à la galerie Georges Petit qui devait lui amener de nouveaux succès, il se suicide à 45 ans à Paris dans son atelier du no 36 boulevard de Clichy en s'ouvrant les veines des deux bras, puis il écrit avec son sang « Adieu Lucy » sur les murs de l'atelier et, comme la mort ne venait pas, il se pend avec une ficelle et se brise la nuque. Lucy Krogh découvre le corps trois jours plus tard. Le Paris des arts est consterné et le jour de ses funérailles un grand nombre de galeries ferment.

    Il est inhumé au cimetière du Montparnasse à Paris le 7 juin. Sur la tombe est gravé un poème dAndré Salmon :

    Parmi les peintres de l'école de Paris, Pascin occupe une place à part, son art s'impose par sa vérité expressive et sa douceur mélancolique, il décrit avec indulgence le monde interlope « des filles », à l'aide d'une touche nacrée, légère aux couleurs irisées, dans les tons de gris, de rose, d'ocre, de bleu-violacé, les corps alanguis aux formes estompées qui dégagent un lourd parfum d'érotisme. Ces femmes saisies dans leur intimité sont en fait le miroir du mal de vivre de Pascin.

    Son graphisme vibrant, le trait ne dessinant que vaguement les contours du corps, lui permet de rendre ses modèles baignés dans une lumière qui reflète plus un état d'âme que la réalité d'un corps. À ce titre il peut apparaître comme un continuateur sans complaisance des maîtres du XVIIIe siècle et de leur goût de la liberté et du libertinage.

    Ses œuvres sont conservées dans tous les principaux musées du monde, et nombreuses sont les galeries qui présentent régulièrement son travail.

  8. People also search for