Yahoo Web Search

  1. Ernest Hemingway - Wikidata

    www.wikidata.org › wiki › Q23434

    Mar 01, 2021 · Ernest Hemingway 1923 passport photo.jpg 810 × 1,080; ... Ernest Miller Hemingway. retrieved. 9 October 2017. ... suicide. 1 reference. reference URL ...

  2. Why Real Writers Go Mad | Catch a Falling Star

    catchafallingstarbook.net › 2021/03/01 › why-real

    Mar 01, 2021 · Case in Point; Ernest Hemingway The first book of Hemingway that I read in high school was For Whom the Bell Tolls . It is a book about World War One, being an ambulance driver on the battle field, the transformations that combat experiences have on the soul, and trying to deal with the love of a woman, unsuccessfully, while the soul-sucking of ...

  3. Hunter S. Thompson - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Hunter_Thompson

    4 days ago · Hunter Stockton Thompson (July 18, 1937 – February 20, 2005) was an American journalist and author, and the founder of the gonzo journalism movement. He first rose to prominence with the publication of Hell's Angels (1967), a book for which he spent a year living and riding with the Hells Angels motorcycle club to write a first-hand account of the lives and experiences of its members.

  4. Looking for My Mind | Magical Mystical Teacher

    magicalmysticalteacher.wordpress.com › 2021/03/03

    5 days ago · I keep looking for my mind, but looking is hard work. Some folks watching me, I'm sure, consider me a jerk. If I could find my rightful mind, maybe I could play, Be lighthearted once again, and laugh the livelong day.

  5. Blue Monday & Ruby Tuesday Too: Snail | Magical Mystical Teacher

    magicalmysticalteacher.wordpress.com › 2021/03/01

    Mar 01, 2021 · A snail in a mural inches along a house in San Miguel de Allende, Guanajuato, Mexico. One photo, two memes. Please visit other participants and leave a comment.

  6. Top 34 Best Werewolf Books Of All Time Review 2021 - PENN BOOK

    pennbookcenter.com › best-werewolf-books

    5 days ago · Finding a traitor inside the Order may mean far more than social suicide. ... Top 16 Best Wedding Photo Books of All Time Review 2021 ... Top 11 Best Ernest Hemingway ...

  7. Albert Camus — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Albert_Camus
    • Personnalités
    • Parcours
    • Critiques
    • Philosophie
    • Enfance
    • Études
    • Vie personnelle
    • Commentaires
    • Polémiques
    • Reconnaissance
    • Idéologie
    • Activités
    • Citation
    • Analyse
    • Famille
    • Conséquences
    • Hommages
    • Controverse
    • Argument
    • Résumé

    Albert Camus, né le 7 novembre 1913 à Mondovi (aujourdhui Dréan), près de Bône (aujourdhui Annaba), en Algérie, et mort accidentellement le 4 janvier 1960 à Villeblevin, dans l'Yonne en France1, est un écrivain, philosophe, romancier, dramaturge, journaliste, essayiste et nouvelliste français. Il est aussi journaliste militant engagé dans la Résistance française et, proche des courants libertaires2,3,4, dans les combats moraux de l'après-guerre. Camus est d'abord témoin de son temps, intransigeant, refusant toute compromission ; il est ainsi amené à s'opposer à Sartre et à se brouiller avec d'anciens amis. D'après Herbert R. Lottman, Camus n'appartient à aucune famille politique déterminée, bien qu'il ait été adhérent au Parti communiste algérien pendant deux ans. Il ne se dérobe cependant devant aucun combat : il proteste successivement contre les inégalités qui frappent les musulmans d'Afrique du Nord, puis contre la caricature du pied-noir exploiteur. Il va au secours des Espagnols exilés antifascistes, des victimes du stalinisme, des objecteurs de conscience7.

    Son œuvre comprend des pièces de théâtre, des romans, des nouvelles, des films, des poèmes et des essais dans lesquels il développe un humanisme fondé sur la prise de conscience de l'absurde de la condition humaine mais aussi sur la révolte comme réponse à l'absurde, révolte qui conduit à l'action et donne un sens au monde et à l'existence, et « alors naît la joie étrange qui aide à vivre et mourir »5. Il reçoit le prix Nobel de littérature en 1957.

    Dans le journal Combat, ses prises de position sont audacieuses, aussi bien sur la question de l'indépendance de l'Algérie que sur ses rapports avec le Parti communiste français, qu'il quitte après un court passage de deux ans6. L'écrivain René Étiemble, ami de Camus, déclara : « J'ai longtemps enquêté et j'avais les preuves que cette Facel Vega était un cercueil. J'ai cherché en vain un journal qui veuille publier mon article60 »

    En marge des courants philosophiques, Camus est d'abord témoin de son temps, refusant toute compromission. Il n'a cessé de lutter contre toutes les idéologies et les abstractions qui détournent de l'humain. Il est ainsi amené à s'opposer à l'existentialisme et au marxisme, sa critique du totalitarisme soviétique lui vaut les anathèmes de communistes et sa rupture avec Jean-Paul Sartre8.

    Lucien Auguste Camus, père d'Albert, est né le 28 novembre 1885 à Ouled-Fayet dans le département d'Alger, en Algérie. Il descend des premiers arrivants français dans cette colonie annexée à la France en 1834, et départementalisée en 1848. Un arrière-grand-père, Claude Camus, né en 1809, venait du bordelais, un autre arrière-grand-père, Mathieu Just Cormery, d'Ardèche et sa femme de Veymerange en Lorraine, mais la famille se croit d'origine alsacienne9. Lucien Camus travaille comme caviste dans un domaine viticole dans le hameau de Saint-Paul (aujourd'hui Chebaïta Mokhtar), nommé « le Chapeau du gendarme ». Celui-ci se trouve à 8 km de Mondovi, en langue arabe Dréan, à quelques kilomètres de Bône (Annaba) dans le département de Constantine. Les caves appartiennent à un négociant de vin d'Alger. Lucien épouse le 13 novembre 1909 à Alger (acte de mariage no 932) Catherine Hélène Sintès, née à Birkhadem le 5 novembre 1882, dont la famille est originaire de Minorque en Espagne. En 1910, naît à Alger leur fils aîné Lucien Jean Étienne et, en novembre 1913, leur second fils, Albert. Lucien Auguste Camus est mobilisé comme 2e classe dans le 1er régiment de zouaves10 en septembre 1914. Atteint à la tête par un éclat d'obus qui l'a rendu aveugle, il est évacué sur l'école du Sacré-Cœur, de Saint-Brieuc, transformée en hôpital auxiliaire, et il meurt, moins d'une semaine après, le 11 octobre 191411. Orphelins de père pour fait de guerre, les deux frères sont faits pupilles de la Nation12. De son père, Camus ne connaîtra que quelques photographies et une anecdote significative : son dégoût devant le spectacle d'une exécution capitale. Sa mère, en partie sourde, ne sait ni lire ni écrire : elle ne comprend un interlocuteur qu'en lisant sur ses lèvres13. Avant même le départ de son mari à l'armée elle s'était installée avec ses enfants chez sa mère et ses deux frères, Étienne, sourd-muet, qui travaille comme tonnelier, et Joseph, rue de Lyon à Belcourt, un quartier populaire d'Alger14. Elle y connaît une brève liaison à laquelle s'oppose son frère Étienne15. Albert Camus est influencé par son oncle, Gustave Acault, chez qui il effectue de longs séjours. Anarchiste, Acault est aussi voltairien. De plus, il fréquente les loges des francs-maçons. Boucher de métier, c'est un homme cultivé. Il aide son neveu à subvenir à ses besoins et lui fournit une bibliothèque riche et éclectique17.

    Albert Camus fait ses études à Alger. À l'école communale, il est remarqué, en 1923, par son instituteur, Louis Germain, qui lui donne des leçons gratuites et l'inscrit en 1924 sur la liste des candidats aux bourses18, malgré la défiance de sa grand-mère qui souhaitait qu'il gagnât sa vie au plus tôt. Ancien combattant de la Première Guerre mondiale, où est mort le père du futur écrivain, Louis Germain lit à ses élèves Les Croix de bois de Roland Dorgelès, dont les extraits émeuvent beaucoup le petit Albert, qui y découvre l'horreur de la guerre19. Camus gardera une grande reconnaissance à Louis Germain et lui dédiera son discours de prix Nobel20. Reçu au lycée Bugeaud (désormais lycée Émir Abdelkader), Albert Camus y est demi-pensionnaire. « J'avais honte de ma pauvreté et de ma famille [] Auparavant, tout le monde était comme moi et la pauvreté me paraissait l'air même de ce monde. Au lycée, je connus la comparaison », se souviendra-t-il21.

    En juin 1934, il épouse Simone Hié (1914-1970), starlette algéroise enlevée à son ami Max-Pol Fouchet24 :

    En 1947, c'est le succès littéraire avec le roman La Peste, suivi deux ans plus tard, en 1949, par la pièce de théâtre Les Justes. Souvent déformée en « Entre la justice et ma mère, je choisis ma mère », cette réponse lui sera reprochée. Elle s'insère pourtant de façon cohérente dans l'œuvre de Camus, qui a toujours rejeté l'idée machiavélienne selon laquelle « tous les moyens sont bons » : cest tout le sujet développé, par exemple, dans Les Justes.

    Ces positions provoquent de violentes polémiques et Camus est attaqué par ses amis. La rupture avec Jean-Paul Sartre a lieu en 1952, après la publication dans Les Temps modernes de l'article de Francis Jeanson qui reproche à la révolte de Camus d'être « délibérément statique ». En outre, il proteste contre la répression sanglante des révoltes de Berlin-Est (juin 1953) et contre l'intervention soviétique à Budapest (octobre-novembre 1956). Le 19 novembre 2009, le quotidien Le Monde affirme que le président Nicolas Sarkozy envisage de faire transférer les restes d'Albert Camus au Panthéon64. Dès le lendemain, son fils, Jean Camus, s'oppose à ce transfert, jugeant celui-ci en contradiction avec la pensée de son père65. Sa fille, Catherine Camus, s'y montre tout d'abord extrêmement favorable après un premier entretien avec Nicolas Sarkozy, puis se réfugie dans le silence après la polémique suscitée par cette affaire66.

    La même année, il lance à Alger L'Appel pour une Trêve Civile, tandis qu'au dehors sont proférées à son encontre des menaces de mort. Son plaidoyer pacifique pour une solution équitable du conflit est alors très mal compris, ce qui lui vaudra de rester méconnu de son vivant par ses compatriotes pieds-noirs en Algérie puis, après l'indépendance, par les Algériens qui lui ont reproché de ne pas avoir milité pour cette indépendance. Haï par les défenseurs du colonialisme français, il sera forcé de partir d'Alger sous protection40. Il démissionne de l'Unesco pour protester contre l'admission de l'Espagne franquiste. C'est un an plus tard, le 16 octobre 195741, que le prix Nobel de littérature lui est décerné42. Interrogé à Stockholm, par un étudiant originaire d'Algérie, sur le caractère juste de la lutte pour l'indépendance menée par le FLN en dépit des attentats frappant les civils, il répond, selon Dominique Birman, journaliste du Monde qui assiste à la scène :

    Préférant une formule d'association, Albert Camus a été contre l'indépendance de l'Algérie et a écrit en 1958, dans la dernière de ses Chroniques Algériennes que « l'indépendance nationale [de l'Algérie] est une formule purement passionnelle ». Il dénonce tout autant l'injustice faite aux musulmans que la caricature du « pied-noir exploiteur ». Camus souhaite ainsi la fin du système colonial mais avec une Algérie toujours française, proposition qui a pu paraître contradictoire45.

    Parallèlement, il s'engage dans la défense du droit à l'objection de conscience, entre autres, en parrainant le comité créé par Louis Lecoin, aux côtés d'André Breton, Jean Cocteau, Jean Giono et l'abbé Pierre. Ce comité obtient un statut, restreint, en décembre 1963, pour les objecteurs. En revanche, il refuse de s'associer à l'appel de plusieurs écrivains (Jean-Paul Sartre, François Mauriac, André Malraux, Roger Martin du Gard) demandant la levée de l'interdiction du livre La Question consacré à l'usage de la torture en Algérie47.

    Sur l'Algérie, il a déclaré : « Je ne crois pas en Dieu, disait-il, c'est vrai. Mais je ne suis pas athée pour autant. Je serais même d'accord avec Benjamin Constant pour trouver à l'irréligion quelque chose de vulgaire et de... oui, d'usé » (Albert Camus, Le Monde, 1956)67. Dans un échange rapporté par Jean Daniel, fondateur du Nouvel Observateur, après avoir écouté Albert Camus sans l'interrompre, François Varillon, prêtre et théologien jésuite, lui dit : « Vous n'avez pas la foi, vous n'avez pas le baptême, mais permettez-moi de vous dire que vous n'avez besoin ni de l'une ni de l'autre, puisque vous avez la grâce. »68. Une manière de donner du sens serait d'accepter les religions et les dieux. Or ces derniers n'ont pas d'emprise sur l'homme absurde. L'homme absurde se sent innocent, il ne veut faire que ce qu'il comprend et « pour un esprit absurde, la raison est vaine et il n'y a rien au-delà de la raison »69. Une autre manière de trouver du sens serait d'en injecter : faire des projets, établir des buts, et par là même croire que la vie peut se diriger. Mais à nouveau « tout cela se trouve démenti d'une façon vertigineuse par l'absurdité d'une mort possible »69. En effet, pour l'homme absurde il n'y a pas de futur, seul compte l'ici et le maintenant.

    Camus n'en reste pas moins prêt à se remettre en question : la récompense du Nobel lui sert aussi à financer son ambitieuse adaptation théâtrale des Possédés de Fiodor Dostoïevski, dont il est également le metteur en scène. Représentée, à partir de janvier 1959, au théâtre Antoine, la pièce est un succès critique et un tour de force artistique et technique : trente-trois acteurs, quatre heures de spectacle, sept décors, vingt-quatre tableaux. Les murs se déplacent pour changer la taille de chaque lieu et une énorme plaque centrale tournante permet de rapides changements à vue des décors. C'est au peintre et décorateur de cinéma Mayo, qui a déjà illustré plusieurs de ses ouvrages (L'Étranger - éd. de 1948), que Camus confie la création de ces multiples et complexes décors50.

    Il épouse en premier mariage Simone Hié en 1934 puis, en 1940, en secondes noces51, Francine Faure (1914-1979), mère de ses jumeaux. Selon sa fille, Catherine Camus52 : Il a plusieurs liaisons amoureuses, notamment avec Maria Casarès (1922-1996)51, « l'unique », rencontrée en 1944, interprète de ses pièces de théâtre Le Malentendu et Les Justes54, liaison qui, du fait de son caractère public, aggrava la dépression de Francine55 ; avec une jeune étudiante américaine, Patricia Blake (1925-2010), rencontrée à New York en 1946 ; avec la comédienne Catherine Sellers (1926-2014), choisie pour interpréter une religieuse dans sa pièce Requiem pour une nonne56 ; avec Mi (Mette Ivers née en 1933), une jeune Danoise, artiste peintre, rencontrée en 1957 à la terrasse du Flore alors qu'il se trouvait en compagnie d'Albert Cossery et de Pierre Bénichou57.

    Albert Camus meurt sur le coup. Michel Gallimard, très gravement blessé, mourra six jours plus tard. Les deux femmes s'en sortent indemnes58.

    Camus est enterré à Lourmarin dans cette région que lui avait fait découvrir son ami, le poète René Char.

    En 2011, l'universitaire italien Giovanni Catelli avance l'hypothèse61, dans le Corriere della Sera, qu'il aurait été assassiné par le KGB62 sur ordre du ministre soviétique des affaires étrangères Dmitri Chepilov, Camus ayant reproché à cet homme, dans un article publié dans le journal Franc-Tireurs en mars 1957, la répression de l'insurrection de Budapest63. Cette hypothèse peu réaliste est aujourd'hui rejetée.

    « L'absurde naît de cette confrontation entre l'appel humain et le silence déraisonnable du monde »69. Dans cette phrase est concentrée la puissance d'un conflit, d'une confrontation qui sous-tend et emporte l'œuvre de Camus. Deux forces s'opposent : l'appel humain à connaître sa raison d'être et l'absence de réponse du milieu où il se trouve, l'homme vivant dans un monde dont il ne comprend pas le sens, dont il ignore tout, jusqu'à sa raison d'être.

    L'homme absurde ne pourrait échapper à son état qu'en niant l'une des forces contradictoires qui le fait naître : trouver un sens à ce qui est ou faire taire l'appel humain.

  8. Pablo Picasso — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Période_africaine

    4 days ago · modifier - modifier le code - modifier Wikidata Statue en bronze de Pablo Picasso par Francisco Lopez, sur la Plaza de la Merced, Malaga, Andalousie, Espagne. Pablo Ruiz Picasso , né à Malaga (Espagne) le 25 octobre 1881 et mort le 8 avril 1973 à Mougins (Alpes-Maritimes , France), est un peintre, dessinateur, sculpteur et graveur espagnol ayant passé l'essentiel de sa vie en France ...

  9. 5 days ago · Above, 90’s supermodel Helena Christensen posted this photo of her 21 year old lookalike son with Norman Reedus. Mingus DOES have his mom’s exotically attractive face in this photo (with photographer Cass Bird in the middle.) To no one’s surprise, Mingus Reedus is already a successful runway model himself. photo: Instagram

  10. beikokupat.com

    beikokupat.com › global_ip_news

    in: Government, Guest Contributors, IPWatchdog Articles | 2021-03-03 Setting the Record Straight on NIST’s Public Meeting: No, Senators Bayh and Dole Didn’t Sell Out Their Law

  11. People also search for
  1. Ad
    related to: ernest hemingway suicide photo