Yahoo Web Search

  1. List of Google Easter eggs - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/List_of_Google_easter_eggs

    1 day ago · With the release of Google Earth 5, the Mars feature allowed users to speak to a primitive ELIZA clone on the planet, by searching for "Meliza". On July 20, 2005, the 36th anniversary of the first human landing on the Moon, Google debuted a version of Google Maps that included a small segment of the surface of the Moon.

  2. Improvements to Emerald Isle Bridge scheduled to resume | WNCT

    www.wnct.com/local-news/improvements-to-emerald...

    1 day ago · Satellite image of Emerald Isle, NC Bridge (Google Maps) EMERALD ISLE, N.C. (WNCT) – The improvements and repairs to a Carteret County bridge will resume this weekend and are expected to last ...

  3. Map of Laguna Beach, Orange County, California - road map ...

    www.maps-streetview.com/United-States/Laguna-Beach

    1 day ago · road map, satellite view, street view, terrain map, photos Laguna Beach, CA is situated at 33.54° North latitude, 117.78° West longitude and 56 meters elevation above the sea level. Laguna Beach, CA is a small city in United States, having about 24,181 inhabitants.

  4. Aniene - Wikipedia

    it.wikipedia.org/wiki/Aniene

    1 day ago · L'abbondanza e la continuità delle acque che lo alimentano fanno dell'Aniene un fiume di buona portata, che fu infatti utilizzato fin dall'antichità per alimentare acquedotti, e successivamente come risorsa per la produzione industriale locale e per la produzione di energia elettrica.

  5. Liste des quartiers de Nice — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_quartiers_de_Nice

    1 day ago · Cet article établit la liste des quartiers de Nice.. Autour de la ville originelle enserrée dans ses remparts (dite Vieille ville) se sont développés 40 autres quartiers au fil des siècles, jusqu'aux rives du Var et collines environnantes.

    • Earth View in Google Maps
      youtube.com
    • Google Earth/Google Maps: OEAS California Geology Field Trip 2014
      youtube.com
    • Google Maps Trip Planner to Google Earth KML Import Tutorial
      youtube.com
    • Google Apps for the Class: Exporting Google Earth to My Maps
      youtube.com
  6. Isole Svalbard - Wikipedia

    it.wikipedia.org/wiki/Isole_Svalbard

    1 day ago · Le Svalbard (in italiano anche Svalbarde) sono un arcipelago del mare Glaciale Artico, posizionate tra i 74 e gli 81° di latitudine nord, e tra i 10 e i 34° di longitudine est. Rappresentano la parte più settentrionale della Norvegia e le terre abitate più a nord del pianeta Terra, coprendo un'area di 62 050 km² con le isole più grandi rappresentate da Spitsbergen (39 000 km² ...

  7. Saint-Gervais-les-Bains — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Gervais-les-Bains

    1 day ago · Saint-Gervais-les-Bains est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.Elle se situe dans le Val Montjoie, en haute-vallée de l'Arve, dans la province historique du Faucigny, et que l'on nomme le pays du Mont-Blanc.

  8. People also ask

    Is Google Maps and Google Earth the same thing?

    How do I download Google Earth for free?

    What are the alternatives to Google Earth?

    When did Google Earth start?

  9. Gare de Lille-Flandres — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Gare_de_Lille-Flandres
    • Toponyme
    • Terminologie
    • Situation ferroviaire
    • Situation
    • Urbanisme
    • Construction
    • Conséquences
    • Trafic
    • Contexte historique
    • Histoire
    • Évènements
    • Patrimoine
    • Infrastructures

    La gare de Lille-Flandres est une gare ferroviaire française des lignes de Paris-Nord à Lille (quatre autres lignes s'y embranchent à Fives) et de Lille aux Fontinettes. C'est la gare principale de la ville de Lille, située en centre-ville, dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

    Le terme Flandres est accolé à son nom en 1993, lors de l'ouverture de la gare voisine de Lille-Europe (située sur la LGV Nord). Ce choix est dû à sa situation en Flandre française.

    Elle est mise en service en 1848 par la Compagnie des chemins de fer du Nord. C'est une gare de la SNCF, desservie par des TGV (dont TGV inOui), des InterCity belges et des trains régionaux (notamment TER Hauts-de-France). La gare de Lille-Flandres est la plus grande gare TER de France en dehors de Paris ; elle est également la seconde gare de province quant à la fréquentation, après la gare de Lyon-Part-Dieu. La gare de Lille-Flandres est établie dans le quartier de Lille-Centre, à vingt-et-un mètres d'altitude. Elle est voisine de la gare de Lille-Europe, distante de près de cinq-cents mètres au nord-est. La gare permet de desservir la totalité de l'ancienne région Nord-Pas-de-Calais. Lille-Flandres se situe au point kilométrique (PK) 250,9281 de la ligne de Paris-Nord à Lille, dont elle constitue le terminus. Elle est aussi l'origine de la ligne de Lille aux Fontinettes, qui permet de rejoindre Calais-Ville. À environ 1 800 mètres au sud (en direction de Paris), au niveau du faubourg de Fives, quatre lignes (dont la gare constitue l'origine du chaînage des PK, sauf pour la ligne Fives  Mouscron) s'embranchent sur la ligne de Paris-Nord à Lille : la ligne de Fives à Hirson, la ligne de Fives à Mouscron (frontière) en direction de Gand, la ligne de Fives à Abbeville partiellement déclassée (après Saint-Pol-sur-Ternoise), et enfin la ligne de Fives à Baisieux en direction de Tournai. De plus, à environ 2 200 mètres au nord-est, les jonctions du Lion d'Or permettent aux trains utilisant la ligne Fives  Mouscron d'atteindre la gare, en empruntant une courte section de la ligne Lille  Calais. La gare constitue ainsi le centre d'une importante étoile ferroviaire à six branches (sept si l'on compte le court raccordement à la ligne de Fretin à Fréthun  branche de Calais de la LGV Nord , sur la ligne de Fives à Hirson).

    Ce projet avait le soutien de la commune de Wazemmes sur le territoire de laquelle la station aurait été établie3. Une extension de lenceinte fortifiée envisagée à cette date aurait englobé cette gare et le faubourg de la Barre soit le territoire compris approximativement entre la citadelle à l'ouest, lemplacement actuel de la rue Solférino au sud et l'actuelle place de République à l'est. L'emplacement définitif de la station extra muros est situé au Mont-de-Terre sur la commune de Fives ; le chemin vicinal qui y mène est renommé « rue du Long-Pot »13. Les travaux de construction de la nouvelle station, terminus de la ligne en service mais future gare de passage de la ligne du Nord, débutent en septembre 1843 et elle est mise en service le 25 janvier 1844. Ce même jour, le débarcadère provisoire est fermé et abandonné14.

    Cet agrandissement était plus modeste que celui décidé en 1858 puisquil aurait laissé hors de lenceinte Esquermes, Moulins et la plus grande partie de Wazemmes4.

    Les Lillois doivent patienter jusqu'à la loi du 15 juillet 1840, pour avoir une concrétisation d'un projet de chemin de fer aboutissant sur la ville et la mettant en relation avec le réseau des chemins de fer de Belgique. En effet, cette loi met à la disposition du gouvernement un crédit de 10 millions de francs pour réaliser les chemins de fer de Lille et de Valenciennes à la frontière avec la Belgique. L'administration engage des moyens pour que les travaux puissent être rapidement exécutés mais des « circonstances politiques » ralentissent le processus en faisant craindre qu'il y ait d'autres priorités pour l'utilisation des crédits alloués5. Le problème est résolu par la loi du 25 juin 1841, relative aux travaux publics extraordinaires, qui précise l'attribution des crédits destinés aux chemins de fer exécutés par l'État, en régularisant les exercices 1840 et 1841 et en attribuant notamment 4 500 000 francs pour les chemins de fer de Lille et Valenciennes à la frontière belge, le solde étant attribué à de nouveaux crédits ouverts pour les exercices de 1842 et 18436. Les travaux de la ligne de Lille [élément de l'actuelle ligne de Fives à Mouscron (frontière)] débutent en juillet 1841. En novembre 1842, une première section, entre Roubaix et Mouscron est achevée ce qui permet sa mise en service et des relations avec la gare belge de Courtrai. Le chantier du tronçon de Roubaix à Lille avance mais l'emplacement de son terminus à Lille est suspendu au résultat des intenses tractations entre l'administration des chemins de fer, les militaires, la municipalité et d'autres groupes de pressions locaux. Ces discussions butent sur le choix entre deux options, une gare intra muros en impasse ou une gare extra muros de passage. Une première proposition de l'administration, qui propose « une station intérieure avec débarcadère pour les voyageurs, remises de locomotives, de voitures et dépendances », est rejetée par la commission municipale ; celle-ci y voit une gare incomplète nécessitant l'ouverture extra muros d'« une station plus grande et plus importante que la première (...) qui appelle à elle tout le mouvement des marchandises, le personnel de la douane, et tout ce qui se rattache à un grand mouvement d'affaires commerciales ». Ce refus entraîne une nouvelle proposition avec une gare intérieure disposant de toutes les installations nécessaires pour les voyageurs, les marchandises et le service de l'exploitation. Mais cette deuxième mouture ne semble pas réalisable du fait d'un espace disponible restreint sans avoir à faire des expropriations de propriétés de valeur. Le 10 janvier 1843, les différentes parties acceptent le principe d'une solution de compromis avec une gare sur deux sites, l'un intra muros et l'autre extra muros7. En juin 1843, le dernier tronçon est en passe d'être achevé avec la pose des rails sur la commune de Fives, près du cimetière. Pour permettre une ouverture rapide de l'exploitation, l'ingénieur des chemins de fer Bussche propose d'« établir la station provisoire, en tant que point d'arrêt accessible aux voyageurs et permettant la manutention de marchandises et celle du matériel. Cette station contiendrait : un bâtiment pour les voyageurs, un bureau de douane avec salle de visite, un hangar à marchandises, une ou deux remises à locomotives, et un atelier de petites réparations pour le matériel ». Par ailleurs il prévoit deux rues pavées, larges de douze mètres pour permettre le dégagement rapide des débarquements. La municipalité réagit négativement car elle trouve les installations proposées trop importantes par rapport à celles prévues pour la gare intra muros Elle demande une nouvelle proposition avec clairement une différence d'importance au profit de la station intra muros et, par contre, est satisfaite que le projet sur Fives soit dénommé « station provisoire », ce qui, à son avis, devrait permettre l'évolution vers l'établissement d'une gare complète intra muros lorsque les travaux d'accès à travers les fortifications s'achèveront. Mais le préfet incite la municipalité à la prudence en lui indiquant que le ministre et les chambres risquaient de refuser le financement d'une « station provisoire » et d'imposer une « gare extérieure définitive » ce qui aurait pour effet de limiter l'importance de la « gare intérieure »8. La municipalité se rend à ce conseil et demande la création rapide d'une station provisoire établie à ses frais extra muros, au lieu-dit « Le Lion-d'Or » vers le faubourg Saint-Maurice9, en limite de la zone de servitude militaire non aedificandi, sur la commune de Fives. Ce projet est accepté et une station (ou débarcadère) provisoire est construite10. Un correspondant du Journal des chemins de fer indique que l'ouverture de l'exploitation de la ligne a eu lieu le 2 juillet sans inauguration et que la station provisoire de Lille est située « au pont-du-Lion-d'Or à un quart de lieue de la ville », près « du sommet de la courbe que décrit le grand déblai de Mons-en-Barœul, tout à côté de la chaussée ». Il mentionne, en outre, que les travaux sont en cours pour l'achèvement des clôtures et des « baraques destinées aux bureaux » et qu'il reste encore à construire les escaliers pour descendre et monter le talus ainsi qu'un trottoir, large de deux mètres, qui doit relier la station aux portes de la ville11. Les travaux du débarcadère sont achevés le 6 juillet10. Le choix de l'emplacement de la gare principale de Lille, intra muros et en cul-de-sac, est décidé le 10 janvier 1845 ; le site est celui de la caserne des Buisses, à l'intérieur des fortifications, près de porte de Tournai et de l'ancienne porte de Fives. Sur ce site était auparavant établie l'abbaye de l'Abbiette, fondée en 1276 par Marguerite de Constantinople15. La gare doit comprendre des installations pour les voyageurs et les marchandises. Il s'agit d'une base indispensable qui doit être complétée ensuite en fonction des besoins. Il est également prévu qu'elle soit reliée par deux voies s'embranchant sur la ligne principale, afin de permettre aux trains directs, n'ayant la gare ni comme point d'arrivée ni comme point de départ, d'éviter de perdre du temps par des manœuvres de rebroussement. Le chantier est ouvert le 16 janvier12. C'est l'architecte Alfred Armand qui conçoit les bâtiments, principalement de fer, verre et briques, et dirige le chantier16. Le nouveau bâtiment est construit en remontant la façade de pierre de 1846 de l'édifice de l'« embarcadère » de la gare du Nord de Paris, dont l'architecte était Léonce Reynaud29. C'est l'architecte de la compagnie, Sidney Dunnett, qui se charge de cette prouesse architecturale30. Néanmoins, comme il n'était constitué que d'un rez-de-chaussée, la compagnie, pour satisfaire les Lillois, lui a fait ajouter un étage et un fronton avec une horloge, l'ensemble étant de style néo-classique31,32. Les nouvelles installations, mises en service en 186733, donnent sur une place de la gare récemment créée en face du nouveau bâtiment. Ces projets ne sont pas concrétisés, car la compagnie du Nord, soucieuse de limiter les coûts, répond à la saturation des installations par un projet de restructuration de la gare existante, présenté en 188443. Il comprend notamment la conservation du bâtiment voyageurs en façade et la reprise des anciennes installations situées en arrière, avec la construction d'une grande halle, sur la façade latérale de la rue de Tournai, d'un hôtel des voyageurs, et un réaménagement des installations situées au rez-de-chaussée pour les départs et les arrivées. Le chantier, confié à l'architecte Sidney Dunnett, est ouvert en 1887 et achevé en 1888 pour la construction de l'hôtel des voyageurs et le réaménagement intérieur, puis ouvert en 1889 et achevé en 1892 pour la grande halle43. La grande halle dispose d'une structure en treillis riveté suivant le modèle de charpente « de Dion trois points », du nom de son inventeur Henri de Dion qui l'a mis en pratique sur la halle de la galerie des machines de l'Exposition universelle de 1878. Forme intermédiaire entre la charpente à pignon (Polonceau) et celle à arc, elle a ici une portée de 65,36 mètres44, qui est la plus grande construite en France45. Elle comporte seize fermes en fonte d'une seule pièce46. Ses dimensions de 27,15 m de hauteur, pour 160 m de longueur et une largeur égale à la portée47, lui permettent de couvrir une surface au sol de 4 200 m248. Cette charpente a été construite par la Compagnie de Fives-Lille pour constructions mécaniques et entreprises.

    Pendant ce temps, les projets se succèdent sans qu'un accord soit trouvé. Le génie militaire montre par son attitude une forte hostilité à la présence d'une gare intra muros. Il multiplie les objections envers les différentes propositions, notamment sur la manière dont doit être pratiqué le passage des voies à travers les fortifications, au point de provoquer la colère de l'ingénieur Bussche qui écrit qu'ils ne veulent pas de stations pour l'une des plus grandes villes du territoire. Mais finalement, les plus hautes autorités, les ministres des Travaux publics et de la Guerre, donnent en juillet et août 1843 un avis favorable au tracé de la ligne et à la création de deux stations pour la ville, l'une extra muros et l'autre intra muros12.

    Néanmoins, la « gare de Lille » est toujours double avec sa gare intra muros qui reste principalement un débarcadère voyageurs et la gare de Fives qui, du fait du trafic marchandises et de diverses autres activités ferroviaires, permet un important développement du faubourg. Un troisième percement des remparts vers 1858 permet le passage d'une voie supplémentaire pour la gare intra muros20. Cette situation va perdurer jusque dans les années 1860, après l'intégration de la commune de Fives dans celle de Lille en 185825,26, année où le trafic voyageurs de la gare atteint 622 744 voyageurs (hors abonnements)27. En 1898, le trafic voyageurs de la gare toujours en progression est de 4 136 853 voyageurs (hors abonnements)27. Des travaux ont eu lieu dans la gare, jusqu'en 2013, afin de réorganiser le trafic, pour un coût de 48,5 millions d'euros56 ; le but est une augmentation globale de la capacité57,58. En 2011, 19,8 millions de voyageurs sont passés par la gare63. La gare a un trafic de 21 millions de voyageurs annuels vers 201264 ; elle accueille quotidiennement 80 000 journaliers environ. Elle est la première gare de province pour le trafic TER, et la deuxième tous trafics confondus57. En 2017, le nombre de voyageurs en transit s'élève à 19 504 803, contre 18 146 107 l'année précédente65. Elle accueille des TGV venant de Paris-Nord (marque TGV inOui)  y compris toutes les liaisons supplémentaires mises en place lors de la braderie de Lille66 , mais aussi de Marseille, Bordeaux, Lyon, etc., en raison de la saturation de la gare de Lille-Europe (ce qui représente 23 % du trafic ferroviaire de Lille-Flandres)64. À cela s'ajoute le service à bas coûts Ouigo (depuis le 9 décembre 2018), notamment vers Marseille. Tous les TER Hauts-de-France venant de la région (Amiens, Saint-Quentin, Arras, Douai, Lens, Valenciennes, Jeumont, Hirson, Béthune, Hazebrouck, Dunkerque, Calais, Tourcoing, Saint-Omer, etc.), de Rouen (Normandie) et de Charleville-Mézières (Grand Est) y sont terminus. La gare accueille également des trains InterCity (IC ; appelés TER en France) venant de Belgique, assurés par la SNCB : Courtrai, Anvers, Tournai et Namur. Les TER représentent 77 % du trafic64.

    Au début de cette décennie, le dossier d'une gare de passage pour Lille refait surface du fait de l'existence des vastes espaces militaires non aedificandi qui n'ont plus de réelle utilité pour la défense de la ville. Alfred Mongy, chef du service des travaux municipaux de la ville de Lille, propose d'y créer une gare de passage33. Ce projet de la municipalité consiste en un recul de la gare d'environ 500 mètres vers l'extérieur des fortifications41. La Chambre de commerce n'est pas du même avis ; elle propose un projet sur le même site, avec simplement un recul de 80 mètres pour agrandir la place de la Gare et la création d'une « gare centrale unique » avec une façade monumentale, suivant en cela l'avis de ses membres liés au commerce, qui ne veulent pas d'une distance plus importante entre la gare et leurs établissements41.

    Dans la nuit du 1er au 2 avril 1944, la permanence téléphonique de la gare jouera un rôle crucial pour l'arrêt du massacre d'Ascq49.

    En 1995, la conférence ferroviaire Eurailspeed s'est déroulée dans la gare. Ainsi, plusieurs pays et organisations ont exposé sur les voies des rames de chaque pays convié. Ainsi, la gare de Lille Flandres s'est vue accueillir un ICE 1, un TGV Duplex, un S-100, un ETR 460, un ETR 500 et un SJ X2.

    Au début des années 2000, l'ancien centre de tri du courrier, jouxtant la gare et qui fut desservi par son faisceau de voies54, est sauvé de la démolition. Dans le cadre de l'opération « Lille 2004 », il est en effet reconverti sous le nom de Tri Postal en un lieu d'expositions et de concerts55.

    À partir de 2014, les espaces voyageurs de la gare doivent être à leur tour réorganisés, avec la construction d'un centre commercial qui comprendra principalement des boutiques, des bureaux et des services. Les accès seront modifiés, ainsi que les guichets, les écrans et l'accès aux souterrains59. La réouverture du hall est intervenue le 18 décembre 2015. Une partie de ces travaux (dont le coût est de 18 millions d'euros) est terminée en août 201660. À plus long terme, pour l'horizon 2025, une gare souterraine de quatre voies pourrait être créée dans le cadre du projet Réseau Express Grand Lille61. En mars 2014, la gare est la première avec celle d'Avignon TGV à bénéficier gratuitement du Wi-Fi62.

  10. Tournai — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Tournai

    1 day ago · Tournai (en néerlandais : Doornik, en allemand vieilli : Dornick) est une ville francophone de Belgique située en Wallonie picarde et en Flandre romane, chef-lieu d’arrondissement de la province de Hainaut et siège de l'évêché de Tournai.

  11. People also search for