Yahoo Web Search

  1. About 32,800,000 search results
  1. en.wikipedia.org › wiki › KristianiaOslo - Wikipedia

    The city and municipality used the name Kristiania until 1 January 1925 when the name changed to Oslo. Oslo was the name of an eastern suburb - it had been the site of the city centre, until the devastating 1624 fire. King Christian IV of Denmark ordered a new city built with his own name; Oslo remained a poor suburb outside the city border. In ...

    • Oslo
    • Vote
    • 1048
    • Norway
  2. en.wikipedia.org › wiki › ChristianiaChristiania - Wikipedia

    Christiania or Kristiania, names of Oslo (1624–1924), expression (from 1925) for the part of Oslo that was founded by King Christian IV. Christiania Islands, a group of islands in the Palmer Archipelago. Christiania Township, Minnesota, a township in Jackson County, U.S.

    • Histoire
    • Vie Politique
    • Économie
    • Démographie
    • Culture
    • Annexes

    Naissance de Christiania

    Le projet a été lancé en 1971 par le journaliste provo Jacob Ludvigsen (da) après la destruction par des résidents des clôtures entourant l'ancien quartier militaire de Bådsmandsstræde : dans un article de son journal underground Hovedbladet (da), il annonçait l'ouverture de la « ville libre ». La charte, rédigée conjointement par Ludvigsen et d'autres participants, déclarait : « L'objectif de Christiania est de créer une société autogéréedans laquelle chaque individu se sent responsable du b...

    Une histoire mouvementée

    L'histoire de Christiania est agitée. À côté des nombreux groupes 'politisés' et bien organisés, certains résidents, souvent peu appréciés de ces premiers, y étaient connus pour leur intérêt pour les pratiques orientales, le yoga, et toutes substances capables de produire des états modifiés de conscience. Au cours de la « JunkBlokaden » de 1979, des représentants de Christiania ont expulsé les vendeurs et usagers de drogues dures, l'héroïne principalement, qui menaçaient sa survie (dix morts...

    Christiania est en grande partie influencée par la pensée anarchiste[14] même si aujourd'hui très peu de ses habitants s'en réclament. Il est ponctuellement arrivé que des Christianites soient élus au conseil municipal, voire au Parlement (Tine Schmedes, une députée christianite y donna le sein à son bébé, créant un scandale[15]). L'autorité y est exercée par le « Fællesmøde » (assemblée générale). Le pouvoir réel y est exercé, non sans difficulté, par les assemblées de quartiers, les « Områdemøder », l'assemblée des entreprises (lucratives ou non), « Virksomhedsmøde », et l'assemblée des finances, « Økonomimøde » qui gère les ressources de Christiania (versements de la commune au titre de l'aide sociale, « loyer de Christiania » versé par une large part des habitants, contributions volontaires des collectifs à but lucratif). Dans ces assemblées, les décisions ne sont jamais prises au vote, mais par consensus. Il a existé entre neuf et dix quartiers à Christiania. À Christiania les...

    Les relations économiques ordinaires ont cours à l'intérieur de Christiania, qui n'a jamais réussi à devenir matériellement indépendante du monde extérieur. Plusieurs collectifs d'habitation pratiquent un partage modéré de certaines ressources matérielles, et de nombreux collectifs d'activité travaillent sans but lucratif, voire sans rémunération. Plus d'une cinquantaine de collectifs divers exercent des activités industrielles, artisanales, commerciales, culturelles, sanitaires, théâtrales, etc. Christiania possède son jardin d'enfants, sa boulangerie, son sauna, son unité d'éboueurs/recycleurs, ses bulldozers, sa fabrique de vélos, son imprimerie, sa radio libre, un atelier de restauration de poêles anciens, un autre de restauration de voitures anciennes, son propre cinéma (« Byens Lys », « Les Lumières de la Ville ») et une foule de bars, restaurants et lieux de spectacles. Les égouts de Christiania ont été rénovés et agrandis par les Christianites eux-mêmes.

    Lors de sa création, Christiania bénéficie de la crise aiguë du logement régnant alors à Copenhague, ainsi en quelques années la population dépassa plusieurs centaines de personnes pour se stabiliser l'hiver aux alentours du millier. Au moins une cinquantaine d'enfants sont nés à Christiania et y ont été élevés. Curieusement, au moins jusqu'en 2006, la proportion approximative d'un tiers de femmes pour deux tiers d'hommes n'a jamais changé. La plus forte proportion d'étrangers est bien sûr composée de Scandinaves ; il faut noter la présence de quelques dizaines d'Inuits, qui s'explique par le fait que le Groenlandest un territoire danois. Quoique la population ait eu un caractère marqué d'instabilité, la moyenne d'âge est à présent élevée, apportant la preuve de la persistance d'un noyau dur de résidents de très longue durée.

    La contribution de Christiania à la vie culturelle de Copenhague est hors de toute proportion avec le nombre des Christianites ; les Danois de plus de 40 ans se souviennent de l'armée des Pères Noël créée par le théâtre de rue « Solvognen » (Chariot du soleil) qui, le jour de Noël 1973, envahit le célèbre « Magasin du Nord » et se mit à distribuer gratuitement des livres aux clients présents. Les affiches de Christiania ont été préservées dans le livre Plakater compilé par Fabbrikken[19], l'un des collectifs d'habitation de Christiania. Un grand nombre d'entre elles sont dues à Silketrykkeriet, l'atelier d'imprimerie sur soie implanté dans le bâtiment de Fabbrikken. Un livre de photographies sur Christiania, intitulé Christiania, a été publié par Mark Edwards aux éditions « Information ». La télévision danoise possède des centaines d'heures de documentaires et d'émissions sur la communauté, et la presse danoise a publié des milliers d'articles sur ce lieu unique. Une collection comp...

    Bibliographie

    1. Franck Renevier, Michel Breuzard, Svend Erik Thomsen, Christiania : Auto-gestion et auto-construction dans la commune libre de Copenhague, Paris, L'Affranchi, 1977, 88 p. 2. CATPOH (trad. du danois), Christiania : 1000 personnes, 300 chiens, une commune libre..., Paris, Éditions Alternative et parallèles, 1978, 203 p. (ISBN 2-86227-005-9) 3. Jean-Manuel Traimond, Récits de Christiania, Lyon, Atelier de création libertaire, 1994, 142 p. (ISBN 2-905691-28-X) 4. (en) John Ryan, Micronations,...

    Vidéographie

    1. Black bloc, Tracks, Arte, 10 février 2005, voir en ligne[archive].

    Articles connexes

    1. Communauté libertaire 2. Liste de communautés anarchistes 3. Liste de micronations 4. Micronation

  3. en.wikipedia.org › wiki › Christiania Cached Christiania Avertissements-Blad, a former Norwegian newspaper, issued in Oslo, 1861–1971 Places [ edit ] Christiania or Kristiania, names of Oslo (1624–1924), expression (from 1925) for the part of Oslo that was founded by King Christian IV

  4. nl.wikipedia.org › wiki › Kristiania Cached Kristiania was van 1878 tot 1924 de naam van de Noorse hoofdstad Oslo.Voordien, en meer bepaald sinds 1624, heette de stad Christiania, naar de koning Christiaan IV van Denemarken, die de oude stad Oslo na de stadsbrand van 1624 weer liet opbouwen op een plaats dichter bij Akershus.

  5. Il peut être copié et réutilisé sous la même licence, sous réserve d'en respecter les conditions. Wikipédia fournit tous ses contenus gratuitement, sans publicité, et sans recourir à l'exploitation des données personnelles de ses utilisateurs. Les rédacteurs des articles de Wikipédia sont bénévoles.

  6. nl.wikipedia.org › wiki › Kristiania Lagret i buffer Kristiania was van 1878 tot 1924 de naam van de Noorse hoofdstad Oslo.Voordien, en meer bepaald sinds 1624, heette de stad Christiania, naar de koning Christiaan IV van Denemarken, die de oude stad Oslo na de stadsbrand van 1624 weer liet opbouwen op een plaats dichter bij Akershus.

  1. People also search for