Yahoo Web Search

  1. Mary - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Mary

    Mary, mother of Zechariah and sister of Moses and Aaron; mostly known by the Hebrew name: Miriam Mary the Jewess one of the reputed founders of alchemy, referred to by Zosimus. Mary 2.0 , Roman Catholic women's movement

  2. Marie (given name) - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Marie_(given_name)

    Marie (given name) From Wikipedia, the free encyclopedia Marie is the French form of Mary, directly derived from Latin Maria. It is also the standard form of the name in Czech, and is also used, either as a variant of Mary or Maria or a borrowing from French, in Danish, English, German, Norwegian, and Swedish.

  3. People also ask

    Is Marie a French name?

    What is the origin of the name Maria?

    What does the name Marie mean?

    What is the origin of the name Anna?

  4. Mary, mother of Jesus - Simple English Wikipedia, the free ...

    simple.wikipedia.org/wiki/Mary_(mother_of_Jesus)

    Mary is also given honor by Muslim(s) because the Qur'an says that she was a virgin when she gave birth to Jesus. Muslims honor Jesus as a great prophet. Mary is often called "the Blessed Virgin Mary" by Roman Catholics. There are many feast days which honor the Virgin Mary.

  5. Marie - Wiktionary

    en.wiktionary.org/wiki/Marie
    • English
    • Cebuano
    • Czech
    • Danish
    • Dutch
    • French
    • German
    • Latin
    • Mirandese
    • Norman

    Etymology

    The French equivalent of Mary; also an obsolete Middle and Early New English spelling of Mary.

    Pronunciation

    1. IPA(key): /məˈɹiː/ 2. Rhymes: -iː

    Proper noun

    Marie 1. A female given name from Hebrew. 1.1. 1380s, Wycliffe version of the Bible, Matthew 1:18: 1.1.1. Whanne Marie, the modir of Jhesu, was spousid to Joseph, bifore thei camen togidere, she was foundun hauynge of the Hooli Goost in the wombe. 1.2. 1993, Barbara Vine (Ruth Rendell). Asta's Book →ISBN, page 105: 1.2.1. We are going to call her Marie. For once we are in agreement about something, if for different reasons. I just happen to like the name, it's my second favourite girl's name...

    Etymology

    From English Mary, from French Marie.

    Proper noun

    Marie 1. a female given namefrom Hebrew

    Proper noun

    Marie f 1. A female given name, equivalent to English Mary. 2. Mary (biblical figure)

    Etymology

    Medieval vernacular form of the Latin Maria.

    Proper noun

    Marie c 1. A female given name, equivalent to English Mary.

    References

    1. Danskernes Navne, based on CPR data: 259 943 females with the given name Marie have been registered in Denmark between about 1890 (=the population alive in 1967) and January 2005, with the frequency peak in the 19th century - the most common female given name in Denmark. Accessed on 19 May 2011.

    Pronunciation

    1. IPA(key): /maːˈri/

    Proper noun

    Marie f 1. A female given name, equivalent to English Mary.

    Etymology

    From Old French Marie.

    Pronunciation

    1. IPA(key): /ma.ʁi/

    Proper noun

    Marie f 1. Mary (Biblical figure) 2. A female given name, equivalent to English Mary. Also a very common part in hyphenated female given names such as Anne-Marie or Marie-Pierre. 3. Used as the latter part of hyphenated male given names such as Jean-Marie or Pierre-Marie.

    Pronunciation

    1. IPA(key): /maˈʀiː/

    Proper noun

    Marie f 1. A female given name, a German variant of Maria, or borrowed from French.

    Noun

    Marie f (genitive Marie, no plural) 1. (slang, Austria) money 1.1. Synonym: Zaster

    Noun

    Marie 1. vocative singular of Marius

    Proper noun

    Marie f 1. A female given name, equivalent to English Mary.

    Proper noun

    Marie f 1. Mary (biblical character) 2. A female given name from Hebrew.

  6. Mari (given name) - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Mari_(given_name)

    It is also a devotional given name in Tamil. It can be seen as a cognate of Mary in Danish, Finnish, Norwegian or Swedish. In the country of Georgia and Armenia, Mari is a shortened version of the name Mariam. In Armenia, Mari (Մարի) was the 2nd most common female given name of 2013.

    • Female
    • Japanese
  7. Anna (given name) - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Anna_(given_name)

    Anna is a Latin form of the Greek: Ἄννα and the Hebrew name Hannah (Hebrew: חַנָּה Ḥannāh‎), meaning "favor" or "grace" or "beautiful". Anna is in wide use in countries across the world as are its variants Anne, originally a French version of the name, though in use in English speaking countries for hundreds of years, and Ann, which was originally the English spelling.

  8. Doris - Wiktionary

    en.wiktionary.org/wiki/Doris
    • Translingual
    • English
    • Cebuano
    • Danish
    • Faroese
    • German
    • Latin
    • Swedish

    Etymology

    From Ancient Greek Δωρίς (Dōrís, “a nymph, one of the daughters of Oceanus”)

    Proper noun

    Doris f 1. A taxonomic genus within the family Dorididae – sea slugs, specifically, dorid nudibranchs.

    References

    1. Doris (genus) on Wikipedia.Wikipedia 2. Doris on Wikispecies.Wikispecies 3. Doris (Nudibranchia) on Wikimedia Commons.Wikimedia Commons

    Etymology 1

    The feminine form of Doric.

    Etymology 2

    From the name of famous film star Doris Day; (Cockney rhyming slang).

    Anagrams

    1. 'roids, DOSRI, Sidor, dorsi-, roids, rosid

    Etymology

    From English Doris.

    Proper noun

    Doris 1. a female given namefrom Ancient Greek 2. (Greek mythology) the nereid Doris 3. a region of Asia Minor inhabited by the ancient Dorians 4. (astronomy) the asteroid 48 Doris

    Quotations

    For quotations of use of this term, see Citations:Doris.

    Proper noun

    Doris 1. A female given nameborrowed from English usage, popular in the 1920s and the 1930s.

    Proper noun

    Doris f 1. A female given name

    Proper noun

    Doris 1. A female given nameborrowed from English usage, popular in the mid-twentieth century.

    Etymology

    Borrowed from Ancient Greek Δωρίς (Dōrís).

    Pronunciation

    1. (Classical) IPA(key): /ˈdoː.ris/, [ˈd̪oː.rɪs] 2. (Ecclesiastical) IPA(key): /ˈdo.ris/, [ˈd̪ɔː.ris]

    Proper noun

    Dōris f sg (genitive Dōridis); third declension 1. (geography) A small region of ancient Greece

    Proper noun

    Doris c (genitive Doris) 1. A female given nameborrowed from English usage, popular in the 1920s and the 1930s.

    Anagrams

    1. sidor

  9. JPR Williams — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/JPR_Williams
    • Sport
    • Vie personnelle
    • Débuts
    • Études
    • Carrière
    • Résultats

    John Peter Rhys Williams plus connu sous le nom de JPR Williams, né le 2 mars 1949 à Bridgend, est un joueur de rugby à XV gallois qui a évolué au poste d'arrière avec l'équipe du pays de Galles.

    JPR Williams naît à Bridgend un 2 mars, le lendemain de la St David, le saint protecteur du peuple gallois1. Sa mère, Margaret, une Anglaise originaire de Rochdale, est médecin généraliste, tout comme son père, Peter. Ils se sont rencontrés pendant la Seconde Guerre mondiale alors qu'ils effectuaient leur service dans l'armée comme médecin et chirurgien2. JPR Williams est l'aîné d'une fratrie de quatre garçons : ses jeunes frères se prénomment Phil, Chris et Mike2. Encouragés et coachés par leur père, les quatre garçons passent le plus clair de leur temps libre à jouer au rugby à XV dans le jardin ou au tennis sur le court familial3. Ces deux sports occupent une place privilégiée dans la famille Williams, à tel point que, par la suite, tous les quatre deviennent champions gallois junior de tennis et jouent dans l'équipe des moins de 15 ans du club de rugby de la ville, le Bridgend RFC4. Mis à part Phil, victime d'un traumatisme crânien à l'âge de 16 ans qui l'empêche de pratiquer le rugby plus avant, les autres frères connaissent ensuite une carrière sénior dans le club5. De tous, c'est JPR Williams qui connaît la plus belle carrière sportive que ce soit au tennis ou au rugby.

    Il effectue ses premiers matchs de rugby à l'âge de 7 ans alors qu'il est à la Trelales Primary School de Laleston. Initialement positionné à l'ouverture, son instituteur, Billy Morgan, également joueur du Bridgend RFC, le convainc de jouer à l'arrière6. À l'âge de 10 ans, ses parents l'envoie à la Bryntirion Preparatory School, une école privée qui lui permet de préparer dans les meilleures conditions son examen d'entrée à l'Epsom College, un lycée réputé pour la réussite de ses élèves se destinant à une carrière médicale7. Mais, au bout de quelques mois, le jeune Williams réalise que cet établissement où très peu de place est laissée au sport n'est pas fait pour lui. Avec l'accord de ses parents, il le quitte donc pour rejoindre la Pontypridd Grammar School, une école publique locale7. C'est à cette époque qu'il commence à jouer pour l'équipe des moins de 11 ans du Bridgend RFC, sous la direction de Illyd Williams, un joueur de rugby à XIII retraité8. En 1961, alors âgé de 12 ans, il dispute son premier tournoi de tennis en double avec son père, le County of Carmathen Championships à Llanelli9. L'année suivante, il remporte son premier tournoi en simple à Langland Bay près de Swansea10 et intègre à tout juste 13 ans l'équipe des moins de 15 ans du Bridgend RFC11. En 1963, il devient champion gallois junior de tennis et obtient une place pour disputer le championnat britannique junior - British Junior Championships - organisé par la Lawn Tennis Association sur le site de Wimbledon10. L'année suivante, il dispute régulièrement des tournois de tennis en dehors du pays de Galles10 et il est retenu dans l'équipe du pays de Galles de rugby à XV des moins de 15 ans11. Il dispute son premier match sous le maillot gallois au stade de Twickenham contre l'équipe anglaise, rencontre qui se termine par la victoire des siens sur le score de 11 à 312. À l'été, il dispute son deuxième British Junior Championships et atteint les demi-finales où il est battu par David Lloyd13. C'est contre ce dernier qu'il remporte ce même tournoi en 1966, le dominant en deux sets 6-4, 6-414. Il obtient également cette année-là, ses premières sélections en équipe du pays de Galles de rugby à XV des moins de 19 ans15.

    En septembre, pour sa dernière année de lycée, il obtient une bourse pour étudier à la Millfield School dans le Somerset, un établissement réputé pour avoir formé de nombreux sportifs de haut niveau, notamment au rugby à XV, tel l'international gallois Gareth Edwards quelques années plus tôt15,16. C'est à cette période qu'il prend la décision de ne pas faire une carrière de joueur de tennis professionnelNote 1 mais de s'orienter vers des études de médecine au St Mary's Hospital à Londres tout en continuant sa carrière de joueur de rugby à XV, un sport amateur qui lui laissera le temps nécessaire pour un véritable travail14,17. Il doit pour cela obtenir de bonnes notes à son A-levelNote 2 mais il passe l'été 1967 à jouer au tennis plutôt qu'à préparer l'examen, ce qui se traduit par des résultats très moyens à l'épreuve. Il intègre néanmoins l'université londonienne grâce à son curriculum vitæ de joueur de rugby18. Dans les derniers mois précédant son départ pour Londres, il fait ses débuts avec l'équipe sénior de Bridgend et dispute quelques matchs mais sans réel avenir en raison de son départ programmé et de la présence de David Griffiths, le vice-capitaine du club, comme titulaire au poste d'arrière19.

    JPR Williams commence ses premiers cours de médecine à St Mary's début octobre 1967 tout en continuant une pratique sportive régulière20. Bien qu'ayant opté pour le rugby plutôt que le tennis, il dispute encore quelques derniers tournois lors de sa première année universitaire. Il participe notamment au premier tournoi professionnel de tennis tenu sur le sol britannique à Bournemouth en avril 1968. Il est éliminé dès le premier tour par l'Australien Bob Howe21. En parallèle, il intègre très rapidement l'équipe première de rugby de l'université mais le niveau de jeu produit ne lui paraît pas suffisant pour être sélectionné en équipe nationale. Il décide donc de revenir jouer pour le Bridgend RFC : il se retrouve donc à faire des aller-retour hebdomadaires en train entre Londres et Bridgend pour disputer les matchs du mercredi après-midi avec le club gallois19. Sa stratégie consistant à jouer pour les deux clubs porte ses fruits puisqu'il est retenu à seulement 19 ans pour participer au mois de septembre 1968 à la tournée de l'équipe du pays de Galles en Argentine22. Elle s'inscrit juste après la tournée des Lions britanniques et irlandaisNote 3 effectuée de mai à juillet en Afrique du Sud. La fédération galloise ayant décidé de reposer les cadres de son équipe nationale qui ont participé à cette tournée sud-africaine, les matchs internationaux disputés en Argentine ne sont pas comptabilisés comme des sélections23. JPR Williams dispute les deux rencontres contre l'équipe d'Argentine qui se soldent par une défaite 5 à 924 et un match nul 9 partout25. Lors de la tournée, il fait la connaissance de John Dawes, capitaine de l'équipe, qui lui prodigue de nombreux conseils pour améliorer son jeu22. Dawes joue en club avec les London Welsh les Gallois de LondresNote 4 et un vendredi soir d'automne il fait appel à JPR Williams pour un remplacement de dernière minute pour pallier la blessure de Gareth James, leur arrière titulaire. Le jeune arrière gallois accepte la proposition et dispute son premier match avec les London Welsh le lendemain contre les rivaux locaux du Richmond FC22. Il cesse dès lors de jouer pour St Mary's et pour Bridgend. Lors de son second match, l'équipe londonienne reçoit le club gallois du Llanelli RFC et JPR Wiliams marque ses premiers points sous le maillot des Exiles : il passe une pénalité près de la ligne médiane en fin de match, obtenant ainsi le match nul pour son équipe26. Le temps consacré au rugby n'empêche pas l'étudiant gallois de réussir correctement sa première année universitaire avec l'obtention de son premier Bachelors of Medicine (MB)27. En seconde année, l'enseignement est principalement dispensé en salle de dissection ; c'est à cette période qu'il fait la connaissance de sa future femme, Scilla28. Tout en continuant à jouer avec les London Welsh, JPR Williams s'attend à obtenir rapidement sa première cape avec l'équipe galloise29. Celle-ci ne met pas longtemps à venir : il est retenu le 1er février 1969 dans l'équipe qui dispute le premier match du Tournoi des Cinq Nations contre l'Écosse29. La rencontre est dominée par les Gallois qui l'emportent sur le score de 17 à 3 à Murrayfield30. Le natif de Bridgend est reconduit pour le reste du Tournoi et dispute intégralement les trois matchs suivants : deux victoires à domicile contre l'Irlande31 et l'Angleterre32 et un match nul concédé contre les Français au Parc des Princes33. S'il rate le Grand Chelem, JPR Williams remporte là son premier Tournoi et sa première triple couronneNote 5. Fort de sa victoire dans le Tournoi, l'équipe galloise part en tournée dans l'hémisphère sud au mois de mai avec en point d'orgue deux test matchs contre l'équipe de Nouvelle-ZélandeNote 6. JPR Williams est du voyage34. Les All Blacks infligent deux lourdes défaites au XV du poireau qui encaisse 52 points contre seulement 12 marqués sur l'ensemble des deux matchs35,36. Les joueurs gallois se rachètent de cette déconvenue en battant l'Australie 19 à 1637 puis les Fidji 31 à 1138 sur leur trajet de retour en Europe27. L'arrière des London Welsh dispute les deux rencontres et marque un drop contre les Fidjiens, mais ce second match n'est pas comptabilisé comme un test match38. En raison de cette tournée, JPR Williams manque quasiment deux mois de cours, et, en dépit de ses efforts pour rattraper le retard pendant tout l'été, il obtient de mauvais résultats aux examens d'automne39. Néanmoins, cela ne l'empêche pas d'obtenir son second MB au printemps 1970 et il peut poursuivre ses études avec la formation pratique dans les différents services de l'hôpital St Mary's39. JPR Williams retrouve l'équipe nationale dès le mois de janvier 1970 à l'occasion d'un test match contre les SpringboksNote 7 qui sont en tournée en Europe. La rencontre se solde par un match nul 6 partout40. Deux semaines après, les Gallois défendent leur titre dans le Tournoi des Cinq Nations. Ils remportent facilement le premier match face à l'Écosse sur le score de 18 à 941. Puis, ils se déplacent à Twickenham pour y défier les Anglais. JPR Williams est alors désigné tireur de l'équipe en remplacement de Keith Jarrett qui n'est plus dans les plans du sélectionneur Clive Rowlands42. Tout comme Gareth Edwards qui le seconde au tir, il n'est pas en réussite puisqu'ils ratent à eux deux six coups de pied, permettant au XV de la rose de mener confortablement au score à la mi-temps. Mais, l'entrée de Ray Hopkins à la 62e en remplacement d'Edwards blessé change la donne : il offre à Williams son premier essai sous le maillot gallois avant d'en inscrire un lui-même, que Williams transforme42. Les Gallois s'imposent finalement 17 à 13 avec un dernier drop de Barry John42,43. Ils sont ensuite battus à Lansdowne Road 14 à 0 par les Irlandais et terminent par une victoire 11 à 6 contre la France grâce notamment à la botte du natif de Bridgend qui marque deux pénalités et une transformation44. Finalement, JPR et les siens conservent leur titre mais sans Grand Chelem ni triple couronne. JPR Williams remporte huit Tournois des Cinq Nations en 1969, 1970, 1971, 1973, 1975, 1976, 1978 et 1979, réalisant trois fois le Grand chelem en 1971, 1976 et 1978Note 8. Il remporte les deux séries de test matchs qu'il dispute avec l'équipe des Lions britanniques et irlandais contre la Nouvelle-Zélande en 1971 et contre l'Afrique du Sud en 1974. La série remportée contre les All Blacks est la seule obtenue de l'histoire, les Lions ayant perdu toutes les autres. Durant sa courte carrière de joueur de tennis, JPR Williams remporte plusieurs tournois junior dont les principaux sont le Welsh Junior Championships en 196310, le British Junior Championships disputé à Wimbledon en 1966Note 10,14 ainsi que le Canadian Centennial Junior Open à Ottawa la même année18. La plupart des statistiques de JPR Williams en club ne sont pas connues. Il est toutefois le cinquième réalisateur de l'histoire des London Welsh avec 649 points marqués lors de son passage avec le club de 1968 à 197646 et il dispute onze rencontres avec les Barbarians de 1969 à 1977 au cours desquelles il marque 50 points47. En treize années, JPR Williams dispute 55 matchs avec l'équipe du pays de Galles au cours desquels il marque six essais, deux transformations, et trois pénalités (36 points)48. Il participe notamment à douze Tournois des Cinq nations. Il est le capitaine du XV du poireau à cinq reprises en 1978 et 197948. JPR Williams participe à deux tournées avec l'équipe des Lions britanniques et irlandais, en 1971 et 1974 durant lesquelles il dispute 28 rencontres et marque cinq essais, deux transformations, une pénalité et un drop (30 points)49. En particulier, il joue huit test matchs quatre contre la Nouvelle-Zélande en 1971 et quatre contre l'Afrique du Sud en 1974 et il marque trois points avec un drop réussi contre les All Blacks.

    Pendant sa carrière de rugbyman, JPR Williams se construit un très beau palmarès avec l'équipe nationale galloise.

  10. Llanfairpwllgwyngyll - Simple English Wikipedia, the free ...

    simple.wikipedia.org/wiki/Llanfairpwllgwyngyllgo...

    The village's official name contains 58 characters and 19 syllables. It translates into English as St Mary's Church in the hollow of the white hazel near to the rapid whirlpool of Llantysilio of the Red Cave. The village was given this long name as a publicity stunt to bring people to the village.

  11. People also search for