Yahoo Web Search

  1. Moloch - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Moloch

    1 day ago · In Fritz Lang's 1927 silent film Metropolis, the industrial machinery of the factory is envisioned as a sacrificial temple to Moloch. In Karel Čapek 's War with the Newts (1936), the Newts counter Christian attempts at conversion by turning to a god of their own creation named Moloch:

  2. M le maudit — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/M_le_maudit
    • Commentaire
    • Synopsis
    • Résumé
    • Critique
    • Analyse

    M le maudit (M Eine Stadt sucht einen Mörder), sorti en 1931, est le premier film parlant réalisé par Fritz Lang. Inspiré de l'affaire Peter Kürten et quelques autres fait divers semblables, il montre les habitants d'une grande ville allemande jetés dans la terreur et l'hystérie par un meurtrier d'enfants, si bien que la police et la pègre se mettent l'une et l'autre à sa poursuite. Plaidoyer nuancé contre la peine de mort, ce chef d'œuvre du cinéma allemand, innovant profondément par rapport à l'expressionnisme, est, en pleine montée du nazisme, une interrogation dérangeante sur l'aspect criminel de la société, l'irresponsabilité des fous, l'identité de l'assassin et de la victime qui habite l'homme. Le commissaire Lohmann arrive sur les lieux à la dernière minute et empêche le « tribunal » de lyncher le meurtrier. La sentence finalement prononcée par le tribunal légal n'est pas dite, Schränker ayant déjà évoqué le scénario le plus probable. Le film se termine sur un plan filmant la mère de l'enfant assassinée, qui dit que tout ceci ne lui ramènera pas sa fille, et qu'il faut faire plus attention à ses enfants. Il s'agit du premier film parlant de Fritz Lang, qui avait jusqu'alors dirigé plus d'une douzaine de films muets, y compris Metropolis. Avec le temps, M le maudit est devenu un classique reconnu, rivalisant avec les autres œuvres de Lang pour le titre d'œuvre maîtresse (opus magnum). Pendant des années après la sortie du film, Peter Lorre est resté catalogué comme un méchant pour y avoir été un meurtrier d'enfants (et, c'est sous-entendu, un pédophile). M le maudit a été aussi un pionnier dans l'utilisation du leitmotiv (musique sifflée évoquant Dans l'antre du roi de la montagne, extrait de Peer Gynt d'Edvard Grieg) afin de donner plus d'intensité à l'accompagnement musical. La ville où se déroule l'action n'est pas nommée, et on pourrait croire qu'il s'agit de Düsseldorf, d'après les titres en italien et espagnol (M, le monstre de Düsseldorf). Pourtant, Fritz Lang décide de faire se dérouler le film à Berlin. Plusieurs indices dans le film permettent au spectateur de comprendre qu'ils sont à Berlin : une publicité pour un journal berlinois, la carte de Berlin dans le bureau du commissaire, le fait que le commissaire parle d'une ville de 4 millions d'habitants (ce qui ne pouvait, à l'époque, correspondre qu'à Berlin), le nom « Alex » (qui fait référence à l'Alexanderplatz) cité plusieurs fois.

    L'histoire de déroule dans une grande ville allemande, en grande partie dans des quartiers ouvriers. Un tueur en série, qui y sévit en attaquant de jeunes enfants, est activement recherché par la police. En raison de leur enquête minutieuse qui contraint les policiers à surveiller les quartiers populaires, celle-ci finit par inquiéter les criminels de la ville. Les principaux membres de la pègre locale vont alors se mettre à rechercher le tueur, à leur tour et le démasquer1. Le film commence avec des enfants qui jouent dans une cour d'immeubles en récitant une comptine évoquant un assassin. Dans une cité ouvrière, une mère attend impatiemment le retour de sa fille de l'école, mais un inconnu, dont seule l'ombre apparaît à l'écran, réussit à l'attirer avec des sucreries. Après avoir découvert le cadavre de la petite, la police intensifie ses efforts de recherche, en vain. Des avis de recherche sont lancés et une récompense est promise. Les habitants en viennent à se soupçonner les uns les autres. Les dénonciations anonymes font croître la tension et les policiers sont à bout de forces.

    Cependant, les rafles et les contrôles incessants dérangent les bandes criminelles dans leurs « affaires ». Aussi la pègre locale décide-t-elle, sous la direction de Schränker, de chercher elle-même le meurtrier et utilise dans ce but le réseau des mendiants. Alors que la police a identifié le meurtrier, celui-ci est reconnu par un vendeur de ballons aveugle (grâce à la chanson que le tueur siffle : Dans l'antre du roi de la montagne). Un de ses « collègues » marque alors un « M » à la craie sur l'arrière du manteau du meurtrier, au niveau de son épaule, après que le vendeur de ballons aveugle lui a indiqué où il se trouvait ; le meurtrier s'enfuit dans un bâtiment de bureaux que les bandes cernent. En se servant de leur attirail de cambriolage, ils fouillent la maison, attrapent le meurtrier d'enfants et l'emmènent dans une distillerie abandonnée. Là, toute la pègre rassemblée lui fait un procès macabre. Alors, il exprime d'une façon désespérée son aliénation et son dédoublement intérieur :

    Dans Les Films clés du cinéma, Claude Beylie décrit M le maudit comme « [] un magistral exercice de style, un modèle absolu de mise en scène, considérée comme une mise en équation de tous les éléments constitutifs du film. Le moindre détail est chargé de sens, les plans s'imbriquent selon un ordre infaillible »4.

    Pour son film, Fritz Lang s'est inspiré des Heimatklänge, Hand in Hand et des Deutsche Kraft, des clubs qui, sous couvert de promotion du sport, vivaient en partie de revenus provenant du chantage ou de la prostitution. À la fin des années 1920, ils comptaient environ 1 000 membres. Ces clubs avaient un code d'honneur très strict5. Pour l'historien Marc Ferro, cette œuvre de Fritz Lang est représentative de la montée du nazisme en Allemagne.

    • M – Eine Stadt sucht einen Mörder
    • Fritz Lang
  3. Cinéma postmoderniste — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Cinéma_postmoderniste

    2 days ago · Metropolis de Fritz Lang (version colorisée produite et bande son écrite par Giorgio Moroder en 1984) Soudain le vide ( Enter the Void ) de Gaspar Noé ( 2010 ) La grande bellezza ( The Great Beauty ) de Paolo Sorrentino ( 2012 )

  4. Cinema di fantascienza - Wikipedia

    it.wikipedia.org/wiki/Cinema_di_fantascienza

    1 day ago · L'archetipo dello scienziato pazzo venne introdotto nel cinema con il film del 1927 Metropolis, diretto dal regista espressionista austriaco Fritz Lang, con il personaggio di Rotwang, il genio maligno le cui macchine danno vita alla città distopica che dà il titolo alla pellicola.

  5. Thea von Harbou - Wikipedia

    nl.wikipedia.org/wiki/Thea_von_Harbou

    1 day ago · Von Harbou schreef niet alleen scenario's voor Fritz Lang Maar ook voor films van Friedrich Wilhelm Murnau, Carl Theodor Dreyer en Arthur von Gerlach. In 1927 maakte zij samen met haar man de beroemde film Metropolis. De film ging in januari 1927 in première in Berlijn, maar was commercieel gezien geen groot succes. Desondanks was het publiek ...

  6. História do cinema – Wikipédia, a enciclopédia livre

    pt.wikipedia.org/wiki/História_do_cinema

    1 day ago · Único frame (quadro) colorido sobrevivente de Le Voyage dans la Lune (1902), de Georges Méliès . Tipo História da mídia (d) , aspecto da história (d) editar - editar código-fonte - editar Wikidata Uma das primeiras câmeras usadas pelos irmãos Auguste e Louis Lumière , pioneiros do cinema. Embora não seja claro onde realmente começou a história do cinema , a primeira exibição de ...

  7. Robot - Wikipedia

    it.wikipedia.org/wiki/Robot

    1 day ago · Il primo film in cui a "recitare" è un robot è Metropolis, un film muto diretto dal regista Fritz Lang. Due robot tra i più famosi in ambito cinematografico sono: C-3PO ed R2-D2. I due, amici inseparabili, compaiono nella celebre saga Guerre stellari ideata dal regista George Lucas. Blade Runner è un film del 1982 diretto da Ridley Scott ...

  8. Infinite Jest - Wikipedia

    it.wikipedia.org/wiki/Infinite_Jest

    1 day ago · Infinite Jest è un romanzo di David Foster Wallace.. L'opera, lunga oltre le mille pagine, si segnala per un'intricata ed inusuale struttura narrativa, caratterizzata dalla presenza a dir poco labirintica di molteplici narratori e da una cronologia interna fortemente frastagliata e non lineare, sorretta da un'imponente mole di note a piè di pagina (se ne contano 388, molte delle quali note ...

  9. The Works Tour — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/The_Works_Tour

    1 day ago · Tournées par Queen Hot Space Tour (1982) The Magic Tour (1986) Le Works Tour était l'avant-dernière tournée du groupe anglais Queen avec leur chanteur Freddie Mercury , et se tint sur deux années, entre 1984 et 1985, pour 48 concerts donnés au total . Il s'agit d'une des plus grandes tournées du groupe, qui vit Queen se produire durant le fameux festival Rock In Rio en 1985, mais ...

  10. Androïde — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Androïde
    • Étymologie
    • Définition
    • Origines
    • Contexte historique
    • Philosophie
    • Culture
    • Commentaires
    • Terminologie
    • Recherche
    • Objectifs
    • Programmation
    • Biologie
    • Utilisation
    • Concept
    • Construction
    • Introduction
    • Caractéristiques

    L'adjectif androïde désigne ce qui est de forme humaine, étymologiquement ce « qui ressemble à un Homme ».

    Un androïde est un robot construit à l'image d'un être humain (stricto sensu, andr désigne l'homme au sens masculin, mais même si humanoïde est parfois utilisé en alternance avec androïde, on n'hésite pas à parler de gynoïde pour un robot à l'image d'une femme Le terme anthropoïde étant préférable, car neutre. Mais seul « androïde » évoque spontanément l'image d'une machine alors que les autres termes ne font pas clairement la distinction par rapport à tout être anthropomorphe). Le mot droïde dérive de ce terme. Les androïdes doivent être distingués des cyborgs, qui sont des organismes dont on a (re)construit l'organisation en fonction des logiques du vivant, généralement représenté par une créature qui mêle des parties vivantes et mécaniques. L'androïde diffère des homoncules, ou des Golems, en ceci qu'il ne doit son existence (hypothétique) qu'à l'exercice de la raison : aucune intervention magique, ou divine, ne préside à sa création. Il est en outre exclusivement non biologique, au contraire par exemple d'une créature de Frankenstein. Un capteur est un dispositif permettant d'effectuer une mesure physique. C'est une des trois bases de la robotique (avec la planification et l'action), jouant un rôle important dans tout système robotique.

    Les premières manifestations d'anthropomorphisme remontent à l'Antiquité. Dans le panthéon égyptien, certains dieux prennent l'apparence d'êtres humains possédant une tête d'animal. Horus a une tête de faucon, Anubis une tête de chacal ou Bastet une tête de chat. D'autres au contraire possèdent un corps d'animal et une tête d'être humain tel le Sphinx bien connu. Plus tard, les Grecs donnaient des formes humaines ou animales à leurs dieux. Ils avaient de plus la faculté de prendre l'apparence qui leur convenait afin de communiquer avec les humains. Dans la mythologie, les dieux s'accouplent avec les humains donnant naissance à des demi-dieux. C'est là que prend naissance le mythe du lycanthrope, c'est-à-dire du loup-garou. La première mention de lycanthropie est faite par Hérodote entre 484 et 425 avant Jésus-Christ. Concrètement, l'androïde est à l'origine de la grande mode des automates, qui dura jusqu'à la fin du XIXe siècle ; dans la fiction, après Les Contes d'Hoffmann ou L'Ève future d'Auguste de Villiers de L'Isle-Adam, sans doute servit-il d'inspiration à l'écrivain tchèque Karel Čapek, dont la pièce RUR (Robots Universels de Rossum), en 1921, est à l'origine de l'invention du mot robot (du tchèque robota, « travail forcé », ou du russe robot qui signifie « ouvrier »). Précisons que cette pièce dépeint l'existence d'androïdes, et non de « robots » dans l'acception contemporaine du terme.

    L'an mille donne naissance à la première révolution industrielle avec l'utilisation de la mécanique. Il faut attendre le XVIe siècle pour voir apparaître les premières machines à formes humaines. Le XVIIIe siècle était très friand d'automates.

    De tous les termes désignant des machines d'apparence humaine, (XVIe siècle) ; l'androïde est un concept, qui découle des thèses mécanistes de Descartes, ou des alchimistes du Moyen Âge.

    Jusqu'à présent, les androïdes relèvent principalement du domaine de la science-fiction, même s'ils ont existé antérieurement à l'édification du genre. La science-fiction a tardé à s'emparer des androïdes, car le statut de ces derniers a toujours été flou. On lui a préféré le robot, l'extraterrestre d'apparence humaine, ou la femme-objet. C'est grâce à la littérature américaine de science-fiction des années 1950-1960, principalement à Philip K. Dick (et son approche existentialiste de l'androïde), ou Isaac Asimov (ses trois lois de la robotique, évoquées dans Robocop ou encore I, Robot), que le cinéma de science-fiction a pu s'emparer du thème, en s'adressant à un public plus familier des notions véhiculées par l'androïde. On peut également lire utilement Time and Again (Dans le Torrent des Siècles) de Clifford D. Simak, dans lequel le héros, Asher Sutton, se bat pour la reconnaissance de l'humanité de l'androïde.

    Pour les rares films mettant en scène des androïdes avant le tout début des années 1980 (avant Alien, Blade Runner, Terminator et à l'exception du précurseur Mondwest en 1972), les personnages d'androïdes masculins étaient quasi inexistants, le thème se réduisant à celui de la simple femme-objet (Metropolis). Le cyborg n'est, thématiquement, guère plus qu'un androïde remis au goût du jour, le mélange mécanique-organique étant perçu comme une simple variante de la question du degré d'humanité, réelle ou perçue, de la « machine vivante ».

    On parle également désormais d'« Artilect », mot-valise, contraction de artificial intellect, soit « intellect artificiel » en anglais. Terme inventé par Hugo de Garis pour désigner les (éventuelles futures) intelligences artificielles ayant dépassé leurs créateurs. Parmi les romans récents mettant en scène ce nouveau concept, voir Le protocole de Landerman de Remy Benechet.

    Les robots humanoïdes sont utilisés dans plusieurs domaines de la recherche scientifique. Si l'objectif initial de la recherche en robotique humanoïde était de construire de meilleures orthèses et prothèses pour les êtres humains, les deux disciplines se sont mutuellement soutenues. On peut citer comme exemples des prothèses de jambes pour des victimes de maladies neuromusculaires, des orthèses cheville/pied, ou prothèses de jambes et d'avant-bras réalistes. En plus de la recherche, des robots humanoïdes sont développés pour effectuer des tâches humaines telles que de l'assistance à la personne, ou des métiers dangereux. De tels robots seraient utiles pour de futures missions dangereuses d'exploration spatiale sans retour sur Terre.

    D'un côté les chercheurs utilisent leur connaissance du corps humain et de son fonctionnement (biomécanique) pour étudier et construire des robots humanoïdes, et de l'autre les tentatives de simulation et de copie du corps humain permettent aussi de mieux le comprendre.

    Ils deviennent aussi de plus en plus populaires dans des activités de divertissement. Par exemple, certains robots peuvent chanter, jouer de la musique, danser et parler au public, comme Ursula, un robot des studios Universal. Plusieurs attractions des parcs Disney utilisent aussi des robots humanoïdes. Ceux-ci sont très réalistes et peuvent passer pour des humains lorsque observés de loin, même s'ils n'ont ni fonction cognitive ni autonomie.

    Ils sont dits proprioceptifs s'ils concernent leurs propres organes (position, orientation et vitesse des membres par exemple). Chez l'être humain, l'oreille interne permet de maintenir l'équilibre et l'orientation. Dans un robot, des accéléromètres sont utilisés pour mesurer l'accélération et la vitesse, des capteurs de force placés dans les mains et les pieds permettent de mesurer les forces de contact avec l'environnement.

    Les capteurs extéroceptifs permettent quant à eux de percevoir le monde extérieur, ce sont les sens de la vue, de l'ouïe, etc. Dans un robot, ce rôle est joué par des capteurs de lumière, caméras CCD et microphones par exemple.

    Les actionneurs sont les moteurs ou systèmes de commande permettant l'exécution d'un travail ou d'un mouvement par le robot.

    Les robots humanoïdes étant construits de façons à reproduire le corps humain, ils utilisent des actionneurs pour simuler les muscles et articulations, même si leur structure est nécessairement différente. Ces actionneurs peuvent être pneumatiques, hydrauliques, piézoélectriques ou ultrasoniques.

    La principale différence entre les robots humanoïdes et les robots industriels est de reproduire le plus fidèlement possible les mouvements humains, en particulier la bipédie. La planification et le contrôle des mouvements durant la marche doivent donc être optimisés et consommer peu d'énergie, comme c'est le cas dans le corps humain. C'est pour cette raison que les recherches en dynamique et en systèmes régulés sur ces structures prennent de plus en plus d'importance. Pour maintenir l'équilibre dynamique durant la marche, un robot a besoin d'informations sur les forces de contact et ses mouvements actuels et futurs. La solution à ce problème repose sur le concept central de Zero Moment Point (ZMP).

    Une autre caractéristique typique des robots humanoïdes est qu'ils se déplacent, récoltent des informations en utilisant leurs capteurs et interagissent avec le monde réel. Ils ne sont pas immobiles comme des robots industriels. Pour se déplacer dans des environnements complexes, la planification et le contrôle de l'action doivent être focalisés sur la détection des collisions, la planification des trajectoires et l'évitement d'obstacles. Les humanoïdes sont encore exempt d'un certain nombre de caractéristiques du corps humain. En particulier, ils manquent encore d'une structure à flexibilité variable, apportant une protection au robot et aux personnes, ainsi qu'une plus grande liberté de mouvements et donc une capacité d'action plus variée. Même si ces capacités sont souhaitées, elles apporteraient beaucoup trop de complexité et de nouveaux problèmes de planification et de contrôle.

  11. People also search for