Yahoo Web Search

  1. May 08, 2021 ·

  2. Joaquin Phoenix - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Joaquin_Phoenix

    13 hours ago · Phoenix's performance received rave reviews from critics and it inspired film critic Roger Ebert to write, "Knowing Johnny Cash's albums more or less by heart, I closed my eyes to focus on the soundtrack and decided that, yes, that was the voice of Johnny Cash I was listening to.

  3. 小勞勃·道尼作品列表 - 维基百科,自由的百科全书

    zh.wikipedia.org › wiki › 小勞勃·道尼作品列表

    13 hours ago · 小勞勃·道尼是一位美國演員,曾主演過許多電影、電視劇、視頻和遊戲配音。他五歲那年在父親 老小勞勃·道尼 ( 英语 : Robert Downey Sr. ) 的電影《 龐德 》中首次亮相。

  4. Chris Evans (actor) - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Chris_Evans_(actor)

    13 hours ago · Christopher Robert Evans (born June 13, 1981) is an American actor, best known for his role as Captain America in the Marvel Cinematic Universe (MCU) series of films. Evans began his career with roles in television series, such as in Opposite Sex in 2000.

  5. Roger Ebert was in love with Jan De Bont | IMDB v2.1

    imdb2.freeforums.net › thread › 269958

    Today · I think Siskel and Ebert were bribed for their "Two Thumbs Up" review for Speed 2. If just Roger Ebert rated it Thumbs Up I wouldn't think it was suspicious, but it was very out of character for Siskel. I actually didn't mind Speed 2 when I watched it on original release when I was 14, but I re-watched it a couple years ago and didn't even ...

  6. Dark City – Wikipedia

    de.wikipedia.org › wiki › Dark_City
    • Handlung
    • Stil
    • Einflüsse
    • Überlieferung
    • Kritik
    • Hintergrund

    John Murdoch wacht ohne Erinnerung in einer Badewanne in einem Hotelzimmer auf. Er wird von dem Arzt Dr. Daniel Schreber angerufen, der ihn auffordert, sofort das Hotel zu verlassen, da eine Gruppe  im Film die Fremden genannt  Jagd auf ihn mache. Murdoch entkommt ihnen und erfährt, dass er eine Frau namens Emma habe und dass er ein gesuchter Serienmörder sei. Er erinnert sich an keinen der Morde und hat auch kein Bedürfnis, einen weiteren zu begehen. Er bemerkt merkwürdige Dinge, die in der Stadt vor sich gehen und die offenbar mit den Fremden in Verbindung stehen. Zu einer bestimmten Zeit fallen alle Stadtbewohner in einen tiefen Schlaf, die Zeit bleibt stehen, es ist immer Nacht in der Stadt, und es erscheint unmöglich, sie zu verlassen. Fast jeder Bewohner erinnert sich an ein Feriendorf namens Shell Beach, das er in der Vergangenheit besucht hat. Auf gezielte Nachfrage hin erinnert sich jedoch niemand an den Weg dorthin. Das Merkwürdigste jedoch scheinen die telekinetischen Kräfte zu sein, über die sowohl Murdoch als auch die Fremden verfügen. Währenddessen untersucht Inspektor Frank Bumstead die Morde, derer Murdoch verdächtigt wird. Bumsteads Kollege Walenski, der den Fall vor ihm untersuchte, wurde offenbar durch eine Entdeckung in den Wahnsinn getrieben. Bumstead vermutet schnell, dass Murdoch nicht der Mörder, sondern Opfer einer Verschwörung ist. Murdoch wird außerdem von Mr. Hand, einem der Fremden, gejagt, der dessen Erinnerungen erhalten hat, um ihm auf die Spur zu kommen. Murdoch und Bumstead zwingen Dr. Schreber dazu, ihnen die Geschichte der Fremden zu offenbaren. Die Stadt ist ein großes Labor, in dem die Fremden die Menschen beobachten. Die Fremden suchen etwas, das die Menschen haben und das sie benötigen, um zu überleben, da ihre Rasse zu Grunde geht. Dabei handelt es sich offenbar um die menschliche Seele, die Individualität. Die Fremden schläfern die gesamte Stadt ein und manipulieren (tunen) die Materie der Gebäude (morphing) und die Erinnerungen der Bewohner, um festzustellen, welche menschlichen Eigenschaften und Verhaltensweisen angeboren sind und welche auf Erfahrungen basieren. Einige Bewohner wachen während der Manipulation jedoch auf und bleiben ohne jegliche Erinnerungen zurück. Dies geschah sowohl mit Murdoch als auch mit Walenski. Murdoch, Bumstead und Schreber stoßen zu einem Plakat vor, das Shell Beach zeigt. Murdoch und Bumstead schlagen die Wand hinter dem Plakat ein, um der Stadt entkommen zu können. Im Loch in der Wand erscheint der leere Weltraum. Die Fremden greifen die Gruppe an. Bumstead schießt einige Fremde nieder, die ihn daraufhin töten, indem er hinaus in das Weltall fliegt. Die Stadt ist lediglich eine große Raumstation, welche der Sonne abgewandt ist. Die Fremden fangen Murdoch und zwingen Dr. Schreber, seine Erinnerungen zu überschreiben. Schreber benutzt jedoch andere Erinnerungen, die er vorab extra erzeugt hat. In diesen Erinnerungen erklärt er Murdoch alles, was er über die Fremden weiß und trainiert ihn auch im Tunen. Murdoch ist nun in der Lage, gegen die Fremden zu kämpfen und besiegt diese schließlich. Mit seinen Fähigkeiten dreht er die Raumstation der Sonne zu bzw. erschafft diese für die Stadt. Vor den Toren der Stadt erschafft er außerdem Shell Beach. Er trifft auch seine Frau wieder. Diese hat allerdings inzwischen neue Erinnerungen erhalten, heißt nun Anna und erinnert sich nicht an Murdoch. Dennoch scheint sie sofort Sympathie für Murdoch zu empfinden, und eine neue gemeinsame Zukunft wird angedeutet.

    Der Film nimmt deutlich Bezug zu Filmen des deutschen Expressionismus. Insbesondere Robert Wienes Das Cabinet des Dr. Caligari und Fritz Langs Metropolis, aber auch Friedrich Wilhelm Murnaus Nosferatu liefern Vorlagen für Dark City. Darüber hinaus wurden auch starke Anleihen beim Film noir, dem stilistischen Nachfolger des expressionistischen Films, gemacht. Schließlich wird die Machart von Dark City oft mit den Filmen Terry Gilliams verglichen, hierbei vor allem mit der dystopischen Satire Brazil (1985)[2][3][4][5][6][7][8], die seit ihrer Veröffentlichung extrem stilbildend für die düstere und anachronistische Vermischung von expressionistischen und Noir-Elementen in modernen Filmen wurde.

    Die willkürlichen Änderungen der Erinnerungen und auch der sozialen Umstände der Stadtbewohner erinnert an Jorge Luis Borges Kurzgeschichte Lotterie in Babylon. Die Fremden erinnern stark an die grauen Herren aus Momo.

    Im Film sind außerdem zahlreiche Referenzen auf Denkwürdigkeiten eines Nervenkranken von Daniel Paul Schreber vorhanden, nach dem die Rolle des Dr. Daniel Poe Schreber benannt wurde. Die Rolle des John Murdoch weist biblische Anspielungen auf. Eine davon ist die Nummer des Zimmers, in dem Murdoch aufwacht: Der Raum hat die Nummer 614. In der Bibel weist Kapitel Johannes 6:14 auf das Erscheinen Jesu hin.

    Der Filmkritiker Roger Ebert war ein bekannter Fan des Films und sprach den Audiokommentar der DVD ein.

    Am 29. Juli 2008, genau zehn Jahre nach der Veröffentlichung der Kinofassung auf DVD, ist der Film in den USA als Directors Cut sowohl auf DVD als auch auf Blu-ray neu veröffentlicht worden. Die neue Filmfassung enthält neben neuentwickelten Spezialeffekten und einem Making-of längere Filmmusik und längere Bildschnitte.

  7. Godzilla (film, 1998) — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Godzilla_(film,_1998)
    • Adaptation
    • Synopsis
    • Résumé
    • Commentaires
    • Production

    Godzilla est un film américano-japonais réalisé par Roland Emmerich, sorti en 1998. C'est un nouveau remake de Godzilla, film réalisé en 1954 par Ishirō Honda, le premier coproduit par un studio américain.

    Années 1960. Une série d'essais nucléaires français, aux alentours de l'archipel des Tuamotu, entraine la mutation d'un lézard. Trente ans plus tard, la créature monstrueuse attaque un cargo japonais croisant dans le Pacifique Sud. Le seul rescapé est transporté à Papeete, où il est interrogé par des agents de la DGSE. Il murmure le nom de « Gojira », d'après une ancienne légende japonaise. Au même moment, Nick Tatopoulos, un jeune scientifique américain travaillant pour la Commission de réglementation nucléaire des États-Unis, est prié d'abandonner ses recherches à Tchernobyl pour se rendre avec un groupe de militaires à Panama. Il découvre les gigantesque empreintes du monstre, qui a traversé le golfe et piétiné un village pour se rendre dans l'océan Atlantique.

    La créature ne tarde pas à refaire parler d'elle, en engloutissant plusieurs navires. Les militaires, sous les ordres du colonel Hicks, essayent de découvrir le lieu vers lequel la chose semble se diriger. Il s'agit de New York, sur la côte Est. Tatopoulos émet l'hypothèse d'un représentant d'une nouvelle espèce biologique, ayant muté sous l'effet de radiations. New York est rapidement placé en état de siège par l'armée, qui échoue, malgré son important déploiement, à stopper le monstre reptilien. Tatopoulos découvre que la bête est sur le point de pondre une centaine d'œufs dans les sous-sols de la ville. Ses informations sont volées par son ex-fiancée, la journaliste Audrey Timmonds, qui en fait un reportage. Viré de l'armée américaine, le scientifique est bientôt récupéré par l'agent Philippe Roaché, des services secrets français, qui veut trouver le nid de « Godzilla » pour l'anéantir. L'armée, tente de son côté, de tuer une nouvelle fois le monstre. Suite à un combat contre des sous-marins, la créature est finalement \\"vaincue\\" par l'armée. Alors que Tatopoulos et Roaché pénètrent dans le repaire du monstre, ils sont suivis par Audrey et son associé, Victor « Animal » Palotti, qui veulent faire un reportage sur le nid de « Godzilla ». Juste à ce moment-là, les œufs du monstre éclosent les uns après les autres, donnant naissance à une armée de mini-godzilla affamés. Avec les moyens du bord, les quatre compagnons diffusent en direct, les images du nid et informent Hicks de son emplacement. Ce dernier envoie les avions F-18 bombarder le nid, en laissant le temps au protagonistes de s'échapper. Alors que le nid est détruit et que les héros vont pour partir, le parent « Godzilla » émerge du sol, se révélant avoir survécu. En voyant sa progéniture anéantie, la créature entre dans une colère noire et poursuit les héros. Après une course-poursuite en taxi (au cours de laquelle « Godzilla » ravage la moitié de Park Avenue), ils parviennent à prendre au piège le monstre qui, par sa taille, s'empêtre dans les câbles du pont de Brooklyn. Les F-18 bombardent le géant qui s'écroule dans une longue et tragique agonie. Nick se rapproche de la créature, qui le dévisage, agonisante. C'est ainsi que « Godzilla » s'éteint... Encore que, un œuf demeure survivant du chaos...

    Le film a droit à une « suite » avec la série animée Godzilla The Series dans laquelle le dernier œuf éclot et donne naissance à un « nouveau » Godzilla, au comportement très différent de son parent, que Tatopoulos dompte afin de lutter contre l'arrivée de nouveaux mutants (qui ont vu le jour de la même manière que Godzilla, par des radiations). La musique du film est composée par David Arnold. Cependant, la plupart des titres présents sur l'album commercialisé par Epic sont des chansons d'artistes rap-rock. Le titre Come with Me, qui reprend un sample de Kashmir de Led Zeppelin, connaitra un énorme succès en single[réf. nécessaire]. Deeper Underground sera aussi un bon succès dans le monde. Le film ne s'inspire que très vaguement du film Godzilla réalisé en 1954 par Ishirō Honda. À la suite des mauvaises critiques accueillant le film, la créature de ce dernier fut surnommée G.I.N.O. (Godzilla In Name Only) 15 et Zilla au Japon. La trilogie finalement prévue par Sony Pictures Entertainment fut annulée après la sortie de ce film. Une série animée, Godzilla, la série, a vu le jour de 1998 à 1999, faisant office de suite au film d'Emmerich. Elle reçut d'ailleurs de meilleurs critiques que le film, et son protagoniste (le seul descendant de la créature du film) a été beaucoup plus apprécié des fans, car plus proche du Godzilla originel. Le personnage du maire Ebert et de son assistant Gene, respectivement incarnés par Michael Lerner et Lorry Goldman furent choisit en raison de leurs ressemblances physiques avec les célèbres critiques de cinéma Roger Ebert et Gene Siskel qui éreintèrent les précédentes réalisations d'Emmerich, Stargate et Independance Day. Il s'agit d'une vengeance, les références envers les critiques sont évidentes notamment le fameux thumb up, les personnages sont calculateurs et prennent de mauvaises décisions10,11,12.

    Dans les années 1980, le réalisateur américain Steve Miner reçoit une « permission spéciale » de la Tōhō pour produire un film américain mettant en scène Godzilla. Avec l'illustrateur William Stout (en) et le scénariste Fred Dekker, il tente de mettre sur pied le projet. Malheureusement, aucun studio américain ne veut investir2,3. En 1992, TriStar acquiert les droits de Godzilla auprès de la Tōhō en vue de produire une trilogie4. Les scénaristes Ted Elliott et Terry Rossio sont alors engagés. Ils livrent leur script final en 19945. Quelques mois plus tard, Jan de Bont est choisi comme réalisateur et débute la préproduction du film, prévu pour sortir à l'été 19966. Le réalisateur quitte finalement le projet après le refus de TriStar de lui allouer un budget de 100 à 120 millions de dollars7. Peu de temps avant la sortie en salles de Independence Day, le réalisateur Roland Emmerich et le producteur Dean Devlin signent pour reprendre le projet, à condition qu'ils puissent y apporter leurs propres idées8. Ils réécrivent presque en intégralité le script initial de Ted Elliott et Terry Rossio. Écologiste et antinucléaire convaincu, Roland Emmerich décide d'y inclure des éléments liés aux essais nucléaires français (relancés par Jacques Chirac à Moruroa, en Polynésie française, après son élection en 1995)9. En plus d'inclure des allusions aux essais nucléaires français, Roland Emmerich a l'idée d'engager l'acteur français Jean Reno qui refuse alors le rôle de l'Agent Smith dans le film Matrix. Quant au rôle principal à savoir celui du Dr. Niko Tatopoulos, Roland Emmerich a directement pensé à l'acteur Matthew Broderick. Matthew Broderick et Jean Reno avaient autrefois tous deux prêté leurs voix pour le film Le Roi lion : Matthew Broderick y doublait Simba adulte en version originale tandis que Jean Reno doublait Mufasa en version française. Le tournage débute en mai 1997 à New York13. Alors que le tournage se déroule à Jersey City, une puissante tornade arrive sur la ville. Cependant, l'équipe décide d'en tirer parti et filme certaines images après le passage de la tornade, qui seront très utiles en postproduction9.

  8. May 08, 2021 ·

  9. Movie Minis for the week of May 6 | Arts & Entertainment ...

    gazette.com › arts-entertainment › movie-minis-for

    May 06, 2021 · “Here Today” — (Comedy, PG-13, 107 minutes). Billy Crystal plays a veteran comedy writer who forms an unlikely and humorous relationship with a younger New York street singer. “Percy vs ...

  10. Spike Lee - Wikipedia, la enciclopedia libre

    es.wikipedia.org › wiki › Spike_Lee

    1 day ago · Roger Ebert, quien hasta ese momento había elogiado el trabajo del director en sus proyectos previos, [99] calificó a la película con dos estrellas y criticó a Lee por ser incapaz de darle una mayor veracidad a su protagonista Theresa Randle como una operadora de sexo telefónico: «Spike Lee es un gran director, pero su punto fuerte no es ...

  11. People also search for
  1. Ads
    related to: movie reviews ebert