Yahoo Web Search

  1. Klingon language - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Klingon_language

    10 hours ago · The Klingon language (tlhIngan Hol, pronounced [ˈt͡ɬɪ.ŋɑn xol], in pIqaD ) is the constructed language spoken by the fictional Klingons in the Star Trek universe. Described in the 1985 book The Klingon Dictionary by Marc Okrand and deliberately designed to sound "alien", it has a number of typologically uncommon features.

  2. People also ask

    What languages are spoken by Anishinaabe Indians?

    What is the plural of Ojibwe?

  3. Manitoba - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Manitoba

    10 hours ago · Etymology. The name Manitoba is believed to be derived from the Cree, Ojibwe or Assiniboine languages. The name derives from Cree manitou-wapow or Ojibwe manidoobaa, both meaning "straits of Manitou, the Great Spirit", a place referring to what are now called The Narrows in the centre of Lake Manitoba.

  4. Territorial era of Minnesota - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Territorial_era_of_Minnesota

    1 day ago · The Ojibwe were given northern Minnesota and much of Wisconsin. The U.S. government, though, failed to enforce the treaty agreements leading to Little Crow's pronouncement to Indian agent Taliaferro in 1829: "We made peace to please you, but if we are badly off we must blame you for causing us to give up so much of our lands to our enemies."

    • 1803–1858
  5. Coyote - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Coyote

    1 day ago · Body language. Being both a gregarious and solitary animal, the variability of the coyote's visual and vocal repertoire is intermediate between that of the solitary foxes and the highly social wolf. The aggressive behavior of the coyote bears more similarities to that of foxes than it does that of wolves and dogs.

  6. Hypertext Markup Language — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Hypertext_Markup_Language
    • Introduction
    • Contexte historique
    • Évolution
    • Variantes
    • Accessibilité
    • Historique
    • Objectifs
    • Utilisation
    • Terminologie
    • Définition
    • Inconvénients
    • Critiques
    • Fonctionnalités
    • Propriétés
    • Technique
    • Avantages

    LHyperText Markup Language, généralement abrégé HTML, est le langage de balisage conçu pour représenter les pages web. Cest un langage permettant décrire de lhypertexte, doù son nom. HTML permet également de structurer sémantiquement et logiquement et de mettre en forme le contenu des pages, dinclure des ressources multimédias dont des images, des formulaires de saisie et des programmes informatiques. Il permet de créer des documents interopérables avec des équipements très variés de manière conforme aux exigences de laccessibilité du web. Il est souvent utilisé conjointement avec le langage de programmation JavaScript et des feuilles de style en cascade (CSS). HTML est inspiré du Standard Generalized Markup Language (SGML). Il s'agit d'un format ouvert. Avant la généralisation d'Unicode, des entités ont été définies pour représenter certains caractères non ASCII. Cela a commencé avec les caractères d'ISO 8859-1 dans la norme HTML 2.0. Pour les diacritiques, ces entités suivent un principe simple : la lettre suivie de l'abréviation de la diacritique associée. Tel quil a été formalisé par le W3C, HTML est conçu pour optimiser linteropérabilité des documents. Le HTML ne sert pas à décrire le rendu final des pages web. En particulier, contrairement à la publication assistée par ordinateur, HTML nest pas conçu pour spécifier lapparence visuelle des documents. HTML est plutôt conçu pour donner du sens aux différentes parties du texte : titre, liste, passage important, citation, etc. Le langage HTML a été développé avec lintuition que les appareils de toutes sortes seraient utilisés pour consulter le web : les ordinateurs personnels avec des écrans de résolution et de profondeur de couleurs variables, les téléphones portables, les appareils de synthèse et de reconnaissance de la parole, les ordinateurs avec une bande passante faible comme élevée, et ainsi de suite.

    Durant la première moitié des années 1990, avant lapparition des technologies web comme JavaScript, les feuilles de style en cascade et le Document Object Model, lévolution de HTML a dicté lévolution du World Wide Web. Depuis 1997 et HTML 4, lévolution de HTML a fortement ralenti ; 10 ans plus tard, HTML 4 reste utilisé dans les pages web. En 2008, la spécification du HTML5 est à létude2 et devient d'usage courant dans la seconde moitié des années 2010. Le développement de HTML en tant quapplication du Standard Generalized Markup Language (SGML) est officiellement abandonné au profit de XHTML, application de Extensible Markup Language (XML). Cependant, en 2004, des fabricants de navigateurs web11 créent le web Hypertext Application Technology Working Group (WHATWG) dans le but, notamment, de relancer le développement du format HTML et de répondre aux nouveaux besoins sur une base technologique jugée plus aisément implémentable que celle du XHTML 2.0 en cours de conception. Ceci sinscrit dans le contexte dune contestation plus générale du mode de fonctionnement du W3C, réputé trop fermé par une partie des développeurs et designers web12.

    Avec lapparition de Netscape Navigator 0.9 le 13 octobre 1994, le support de nombreux éléments de présentation est ajouté : attributs de texte, clignotement, centrage, etc. Le développement de HTML prend alors deux voies divergentes. Dune part, les développeurs de navigateurs sattachent à maximiser limpact visuel des pages web en réponse aux demandes des utilisateurs7. Dautre part, les concepteurs du web proposent détendre les capacités de description sémantique (logos, notes de bas de page, etc.) et les domaines dapplications (formules mathématiques, tables) de HTML. En ceci, ils suivent les principes de SGML consistant à laisser la présentation à un langage de style. En loccurrence, les feuilles de style en cascade (CSS) sont prévues pour HTML. Seul le support des tables est rapidement intégré aux navigateurs, notamment parce quil permet une très nette amélioration de la présentation. Outre la multiplication des éléments de présentation, les logiciels dalors produisant et consommant du HTML conçoivent souvent les documents comme une suite de commandes de formatage plutôt que comme un marquage représentant la structure en arbre aujourdhui appelée Document Object Model (DOM). Le manque de structure du HTML alors mis en œuvre est parfois dénoncé comme étant de la « soupe de balises », en anglais : tag soup.

    Ces variantes perdurent par la suite sans modifications notables en HTML 4.01 et dans le format de transition XHTML 1.0 issu de HTML. La dernière spécification de HTML est la 4.01 datant du 24 décembre 1999. Elle napporte que des corrections mineures à la version 4.0. Certains attributs sont enfin de type booléen. Ce sont les seuls attributs dont la syntaxe peut être validement implicite en HTML : lattribut selected dun contrôle de formulaire peut ainsi être raccourci sous la forme selected remplaçant la forme complète selected=\\"selected\\". Cette forme particulière est un des points différenciant HTML de la syntaxe des documents « bien formés » au sens XML.

    Une Accessibility Task Force est créée par le W3C en novembre 2009 afin de résoudre les problèmes de compatibilité du nouveau format avec les normes d'accessibilité18, liés notamment à l'implémentation d'ARIA, aux alternatives textuelles et aux nouveaux éléments canvas et video19.

    Le développement de XHTML 2.0 est initialement poursuivi en parallèle, en réponse aux besoins dautres secteurs du web, tels que les périphériques mobiles, les applications dentreprise et les applications serveurs20. Puis, en juillet 2009, le W3C décide la non-reconduction du XHTML 2 Working Group à la fin 200921.

    Le HTML Living Standard a pour but d'inclure le HTML5, et de le développer en permanence24. En particulier, dans la version du 22 août 2012, le document de référence24 explique que le HTML5 du W3C, publié le 22 juin 2012, est basé sur une version du HTML Living Standard, mais que le HTML Living Standard ne s'arrête pas à cette version, et continue à évoluer. Il développe en particulier les différences entre la version W3C (le HTML5) et la version HTML Living Standard (par exemple, les nouveaux bugs ne sont pas pris en compte dans le HTML5, des différences syntaxiques sont répertoriées, et de nouvelles balises créées par le HTML Living Standard ne sont pas incluses dans le HTML5).

    Jusquà sa version 4.01 comprise, HTML est formellement décrit comme une application du Standard Generalized Markup Language (SGML). Cependant, les spécifications successives admettent, par différents biais, que les agents utilisateurs ne sont pas, en pratique, des analyseurs SGML conformes25. Les navigateurs Web nont jamais été capables de déchiffrer lensemble des variations de syntaxe permises par SGML26 ; en revanche ils sont généralement capables de rattraper automatiquement de nombreuses erreurs de syntaxe, suivant la première partie de la « loi de Postel » : « Soyez libéral dans ce que vous acceptez, et conservateur dans ce que vous envoyez » (RFC 79127). De fait, les développeurs de pages Web et de navigateurs Web ont toujours pris beaucoup de liberté avec les règles syntaxiques de SGML. Enfin, la document type definition (DTD) de HTML, soit la description technique formelle de HTML, na été écrite par Dan Connolly que quelques années après lintroduction de HTML4.

    Malgré les libertés prises avec la norme, la terminologie propre à SGML est utilisée : document, élément, attribut, valeur, balise, entité, validité, application, etc. Grâce à la DTD, il est possible de vérifier automatiquement la validité dun document HTML à laide dun parseur SGML28.

    Un document HTML valide est un document qui respecte la syntaxe SGML, nutilise que des éléments et attributs standardisés, et respecte limbrication des éléments décrite par le standard. Il ne manque quune déclaration de type de document à lexemple précédent pour quil soit un document HTML 2.0 valide29.

    Un document valide nest cependant pas suffisant pour être conforme à la spécification HTML visée. En effet, outre lexigence de validité, un document conforme est soumis à dautres contraintes qui ne sont pas exprimées par la définition de type de document (DTD), mais qui le sont par la spécification elle-même. Cest notamment le cas du type de contenu de certains attributs, comme celui de lattribut datetime : pour être conforme à HTML 4.01, celui-ci doit être lui-même conforme à un sous-ensemble de la norme ISO 860130. Un parseur strictement SGML tel que le validateur HTML du W3C ne peut donc pas garantir la conformité dun document HTML.

    Avec lintroduction des Cascading Style Sheets et du Document Object Model, il a fallu considérer que les documents HTML ont une véritable structure en arbre, avec un élément racine contenant tous les autres éléments32. Les balises ouvrantes et fermantes de ces éléments restent dailleurs optionnelles. Cependant, aujourdhui, on a tendance à baliser chaque élément33 et à indiquer la DTD. À l'exception de l'élément à la racine, chaque élément a exactement un élément parent direct ; cet « arbre du document » est notamment utilisé par la structure de formatage qui en est dérivée pour lapplication des feuilles de style en cascade où chaque élément peut avoir un fond, un bord et une marge propres. Chaque version de HTML a essayé de refléter le plus grand consensus entre les acteurs de lindustrie, de sorte que les investissements consentis par les fournisseurs de contenus ne soient pas gaspillés et que leurs documents ne deviennent en peu de temps illisibles. La séparation du fond et de la forme na pas toujours été respectée au cours du développement du langage, comme en témoigne par exemple le balisage de style de texte, qui permet dindiquer notamment la police de caractères souhaitée pour laffichage, sa taille, ou sa couleur.

    La version 4 de HTML décrit 91 éléments. En suivant la spécification de HTML 4, les fonctionnalités implémentées par HTML peuvent être réparties ainsi :

    Les attributs permettent de préciser les propriétés des éléments HTML. Il y a 188 attributs dans la version 4 de HTML47. Certains attributs sappliquent à presque tous les éléments : Dautres attributs sont propres à un élément unique, ou des éléments similaires. Par exemple :

    Comme HTML ne sattache pas au rendu final du document, un même document HTML peut être consulté à laide de matériels et logiciels très divers. Au niveau matériel, un document peut notamment être affiché sur un écran d'ordinateur en mode graphique ou un terminal informatique en mode texte, il peut être imprimé, ou il peut être prononcé par synthèse vocale. Au niveau logiciel, HTML ne fait pas non plus de supposition, et plusieurs types de logiciels lisent le HTML : navigateur web, robot d'indexation, scripts divers (en Perl, PHP) de traitement automatique.

    Un haut degré dinteropérabilité permet de baisser les coûts des fournisseurs de contenus car une seule version de chaque document sert des besoins très variés. Pour lutilisateur du web, linteropérabilité permet lexistence de nombreux navigateurs concurrents, tous capables de consulter lensemble du web.

    • text/html
    • 1992
  7. Winnipeg - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Winnipeg

    10 hours ago · More than a hundred languages are spoken in Winnipeg, of which the most common is English: 99 percent of Winnipeggers are fluent English speakers, 88 percent speak only English, and 0.1 percent speak only French (Canada's other official language). 10 percent speak both English and French, while 1.3 percent speak neither.

  8. Intelligence artificielle — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Intelligence_artificielle

    1 day ago · Historiquement, l'idée d'intelligence artificielle semble émerger dans les années 1950 quand Alan Turing se demande si une machine peut « penser ». Dans l'article « Computing Machinery and Intelligence » (Mind, octobre 1950) [9], Turing explore ce problème et propose une expérience (maintenant dite test de Turing) visant à trouver à partir de quand une machine deviendrait ...

  9. TortoiseGitJp: TortoiseGit日本語言語ファイル作成. [TortoiseGitJp] / common / Spell / en_GB.dic @ master; ファイル情報. Rev. ...

  10. People also search for