Yahoo Web Search

  1. About 75 search results
  1. Disfruta de millones de revistas, libros, películas, canciones, juegos y aplicaciones de Android recientes y mucho más estés donde estés y en cualquier dispositivo.

  2. Cerca nel più grande indice di testi integrali mai esistito. Biblioteca personale

    • Generalidades
    • Historia
    • Ventajas Y Desventajas de Los Lectores Electrónicos
    • Formatos de Archivos de Libros Electrónicos
    • Los Formatos Más utilizados
    • Seguridad en El Libro Electrónico
    • Similares
    • Libro Electrónico E ISBN
    • Véase también
    • Bibliografía

    Algunos autores proponen que se debe hacer una distinción entre los libros electrónicos y el hipertexto. El hipertexto está destinado a la estructuración de la información a través de enlaces, mientras que un libro electrónico se ha definido como la versión digital de un libro. Aunque esta definición solía referirse a libros editados inicialmente en papel, cada vez es mayor el número de libros electrónicos que no tienen una edición impresa en origen. Un ejemplo de hipertexto sería Wikisource y uno de libro electrónico, cualquier libro en formato digital que pueda encontrarse en Internet o en cualquier dispositivo de almacenamiento de datos. Podemos encontrar los libros de texto fluido y de maquetación fija. Los libros de texto fluido son aquellos que nos permiten modificar la apariencia del texto por medio del lector que usemos, podemos cambiar su tamaño, color, interlineado y márgenes. En cambio en los de maquetación fija, vemos los contenidos fijos de alguna manera, sin hablar de...

    Existen muchos dispositivos que pueden ser utilizados como lector de libros electrónicos: PC, PDA, portátil, y en general cualquier dispositivo que posea pantalla y memoria. Sin embargo, a finales de la primera década del siglo XXI comenzaron a aparecer dispositivos cuya función era servir exclusivamente para la lectura de libros electrónicos. Estos dispositivos se caracterizan por un diseño que permite emular la versatilidad del libro de papel tradicional. Así, se buscó movilidad y autonomía (dispositivos móviles con bajo consumo de energía para permitir lecturas prolongadas sin necesidad de recargas), pantallas con dimensiones suficientes para mostrar documentos tradicionales (un A4 o un A5) y alto nivel de contraste incluso a plena luz del día. En este contexto aparece la tinta electrónica, que tiene un "efecto papel" (debido a la ausencia de iluminación propia y alto contraste obtenido) y su bajo consumo (pues esta tecnología no necesita alimentación más que en los cambios de pa...

    El libro electrónico posee tanto ventajas como desventajas. No obstante, es necesario distinguir entre el lector (un aparato electrónico con una memoria capaz de almacenar cientos de libros electrónicos) y el libro electrónico en sí, que no es más que un archivo de computadora en un formato específico PDF, MOBI, EPUB, etc. Entre las ventajas derivadas del uso de los lectores electrónicos se pueden citar varias:[10]​[11]​ 1. Con ellos se puede leer casi cualquier documento en cualquier lugar. 2. Al utilizar la tecnología de tinta electrónica no tiene retroiluminación, como es el caso de otros dispositivos de mano (tabletas, computadoras o teléfonos móviles). La experiencia es pues similar a leer un libro en papel: sin cansancio alguno para la vista, lo que permite por tanto prolongar la lectura durante horas. 3. La accesibilidad es otro de los puntos fuertes del libro electrónico. Los lectores más avanzados del mercado ofrecen conexión a Internet, con lo que pueden conectarse con los...

    Entre los formatosempleados en los libros electrónicos se encuentran los siguientes (en orden alfabético):

    De todos los formatos de archivo, los más utilizados y, en consecuencia, los más difundidos son: PDF 1. El formato de documento portátil (PDF, Portable Document Format), de Adobe, se usa para cualquier documento digital y también en los libros electrónicos. ePUB 1. Basado en el estándar libre promovido por el International Digital Publishing Forum (IDPF) y actualizado a partir del antiguo formato Open eBook (.opf), ha sido adoptado por empresas como Google y Apple, aunque es incompatible con Kindle. MOBI 1. Fue creado inicialmente para el lector Mobipocket Reader (.mobi) y fue adquirido por Amazon como base para desarrollar el formato AZW de los lectores electrónicos Kindle. txt 1. El formato más sencillo de texto plano que no admite estilos de texto ni imágenes. HTML 1. El conocido lenguaje de marcado para la construcción de páginas web sirve también para la visualización de libros digitales.

    Para paliar el miedo del mundo editorial frente a la posible pérdida de derechos sobre el contenido de sus obras, Adobe ha creado un complejo sistema de seguridad encuadrado dentro de los sistemas de gestión de derechos digitales (DRM). La seguridad de este sistema, además de proporcionar ingresos extra a Adobe, alienta a editoriales como Pearson o Dykinson la edición de títulos técnicos. Sin embargo otras editoriales como O'Reillyofrecen sus libros sin DRM, respetando los deseos y derechos de sus lectores. Los sistemas DRM incluyen restricciones a la libertad de leer los libros en dispositivos distintos de los que se especificaron o incluso limitaciones por fecha e incluso pueden llevar al borrado de libros ya comprados, como en el caso de Amazon con la novela 1984 de George Orwell, que incluso dio lugar a demandas.[19]​

    En el caso de ser historietas o similares los digitalizados, éstos se denominan e-comics.
    Si los libros están en formato de audio, se les llama audiolibros.
    Si el libro se muestra paginado en un navegador web, se denomina libro virtual.

    La Agencia Internacional del International Standard Book Number (ISBN) a través del Manual de Usuario del ISBNen su actualización del 5 de febrero de 2002, reconoce los libros electrónicos como sujetos de código ISBN en el acápite 6 (página 15).

    Jorge Franganillo. "La industria editorial frente al libro electrónico", El profesional de la información, 17(4), 2008, p. 416-417.
    Entrevista al fundador del buscador de libros electrónicos Neotake.com Archivado el 4 de enero de 2010 en Wayback Machine., ElCorreoWeb.es, 2009.
  3. Total, no es para tanto, yo sólo tengo que sumar uno a lo que lea (en este momento del año) para que encaje con lo que tengo en el pc. Tanto lío para eso, si es que somos de lo que no hay XD. Saludos, Eric - Contact 01:05 12 ene 2008 (UTC) PD: sí, yo voté en contra, pero no me importa que no haya ganado mi opción, realmente no me perjudica.

  4. Sep 11, 2001 · Camp Chapman. In Amenas. The September 11 attacks, also commonly referred to as 9/11, were a series of four coordinated terrorist attacks by the militant Islamist terrorist group al-Qaeda against the United States on the morning of Tuesday, September 11, 2001. Deaths: 2,996, (2,977 victims + 19 al-Qaeda terrorists)

    • Histoire
    • Désignations
    • Types de Livres numériques
    • qualités d'un Livre Numérique
    • Intérêts et Risques Associés
    • Formats
    • Gestion Des Droits
    • Réception Du Public
    • État Des Marchés
    • coûts liés Au Livre Numérique

    Années 1970 et 1980

    En 1971, Michael Hart créait le projet Gutenberg dans le but de numériser une grande quantité de livres et de créer une bibliothèque virtuelle proposant une collection de documents électroniques en libre accès[3]. Par ce projet, Hart souhaitait initier de nouvelles pratiques de diffusion (et, éventuellement, de lecture), différentes du papier. Publiée un 4 juillet, jour de la fête nationale américaine, la Déclaration d'indépendance des États-Unis a été le premier document électronique du proj...

    Années 1990

    Pendant la dernière décennie du XXesiècle, de nouvelles initiatives prennent forme dans l'univers du livre numérique : 1. En 1990, Eastgate Systems publie l'un des premiers exemples de littérature hypertextuelle, Afternoon, a story de l'écrivain Michael Joyce[6] 2. En 1993, John Mark Ockerbloom crée Online Books Page. Contrairement au projet Gutenberg, ce projet cherche à répertorier et réunir différents textes numériques anglophones déjàpubliés, au sein d'un point d'accès unique. 3. En 1994,...

    Début des années 2000

    1. En 2000, le logiciel de lecture Mobipocket est créé. Ce logiciel « se spécialise d’emblée dans la lecture et la distribution sécurisée de livres pour assistant personnel[5] ». Le Gemstar ebook devient alors la première tablette de lecture numérique officielle après avoir acheté les deux concurrents : Nuvomedia et Soft Book Press[9]. 2. En 2001, Adobe Flash Player lance son premier logiciel gratuit qui permet la lecture de fichiers numériques. La même année débute le concept francophone du...

    L’expression « livre numérique » et ses synonymes « livre électronique » et « livrel » ont été proposés par l’Office québécois de la langue française[2] (OQLF) comme traductions françaises des termes anglais « e-book », « electronic book » ou « digital book » (voir le Grand dictionnaire terminologique). Selon l’OQLF, la forme hybride « e-livre » (calque de l’anglais « e-book ») est à éviter[2]. En France, l'appellation « livre numérique » a été officiellement recommandée dans le JORF du 4 avril 2012[1]. Dans l'usage courant[Où ?], les termes « livre électronique » et « livrel » désignent aussi bien le contenu (le texte lui-même) que, par métonymie, le contenant (le support permettant de visualiser le contenu). Ces deux expressions sont donc aussi synonymes de « liseuse »[2]. Cet usage est toutefois fautif puisque, comme sa définition l'indique, le livre numérique est un fichier numérique et non l'appareilélectronique qui permet de le consulter. Si le contenu et le contenant sont sou...

    Fabrice Marcoux relève trois principaux types de livres numériques : homothétique, enrichi et « originairement numérique »[13]. 1. Homothétique. C'est la « transposition à l’identique d’un livre papier en version numérique[14]». Le livre numérique homothétique respecte les limitations physiques du livre malgré l'absence de ces limitations dans un environnement numérique. Il s'agit de la forme la plus répandue et de la première à être apparue. 2. Enrichi. Ce type de livre vient compléter la version imprimée grâce aux avantages que permet le format numérique, tant sur le plan de la forme que du contenu. On pense notamment aux hyperliens et à l'insertion d'autres médias (images, vidéos, sons). Ainsi, par les possibilités d'enrichissement quasi infinies de l'œuvre qu'il admet, le type enrichi est de plus en plus exploité. Allant dans le même sens, Nolwenn Tréhondart définit ce type de livres numériques comme adoptant des formes intermédiales qui « miment celles du livre imprimé, en y aj...

    Marin Dacos et Pierre Mounier ont identifié trois qualités d'un livre numérique: sa lisibilité, sa maniabilité et sa citabilité[17]. 1. Sa lisibilité. Le livre numérique doit être lisible. Cela suppose : 1.1. qu’il soit décrit par un format ouvert(par opposition aux formats propriétaires) ; 1.2. qu’il soit fluide et recomposable (reflowable) ; 1.3. qu’il soit pérenne. 2. Sa maniabilité. Le livre numérique doit être manipulable. Pour cela, il faut que l'on puisse indexer son contenu et effectuer des recherches. Plus on crée de livres applications, plus il est difficile de les indexer et de créer des outils d’indexation. Le texte doit également être copiable et collable, afin d’être rapidement inséré dans un autre contexte (procédure du copier-coller). Enfin, le texte doit aussi être inscriptible (annotations, remarques, jalons, etc.) dans des dispositifs ouverts. 3. Sa citabilité. Le livre doit être citable et ce, de façon simple. Le numérique conduit vers des solutions reposant sur...

    Intérêts

    1. Maniabilité physique et technique 1.1. Physique : L'œuvre écrite « complète » de Victor Hugo éditée chez Jean-Jacques Pauvert représente 40 millions de caractères. La Bible, telle qu'on peut la télécharger sur Internet, comporte moins de 10 millions d'octets, quelle que soit la langue considérée[18] (environ 9,5 Mo). Une simple carte SDHC de 32 Gopermet donc d'emporter partout avec soi environ 2 000 collections de textes de cette taille. 1.2. Technique : Un passage donné d'un ouvrage, lors...

    Risques

    Richard Stallman, un militant du logiciel libre américain, a identifié un certain nombre de dangers associés au livre numérique, notamment : 1. puisqu’on doit s’identifier pour payer en ligne ou télécharger un livre sur un site commercial ou une bibliothèque numérique, les « autorités » peuvent avoir accès à votre liste de lecture ; 2. qu'il y a plusieurs précédents d’effacement à distance d’ouvrages par au moins un distributeur (Amazon.com) sur les appareils d'individus les ayant achetés[22]...

    Lors de la publication d’un livre numérique, l'éditeur est amené à choisir parmi plusieurs types de formats, qui peuvent être ouverts ou fermés, libres (fichier texte, HyperText Markup Language, EPUB, Extensible Markup Language, TeX, ODT, FictionBook, etc.) ou propriétaires (Portable Document Format, DOCX, RIch Text Format, PostScript, AZW, etc.). Selon Viviane Boulétreau et Benoit Habert, ce choix n'est pas neutre[23] : « Le choix d'un format a des implications profondes: les informations que l'on peut transmettre changent, ainsi que leur lisibilité, leur universalité, leur agencement, leur transportabilité, leur transformabilité, etc. »[24].

    Gestion des droits d'auteur

    Au moment où le livre numérique commence à se populariser, certains s'y opposent en raison de conflits de droits d'auteur. Ainsi, les premières tentatives de Google autour de la publication numérique de livres imprimés ont connu des échecs en grande partie à cause de ce type de conflit[5]. En réponse à ces enjeux apparaît en 2001 la licence Creative Commons, imaginée par Lawrence Lessig, qui permet la publication numérique protégeant le droit d'auteur[5]. En France, certaines associations agi...

    Gestion des droits numériques

    Comme dans les domaines de la musique et des films, certains éditeurs et distributeurs utilisent des systèmes de gestion des droits numériques (DRM) pour tenter de protéger les œuvres. La plupart de ces systèmes sont relativement inefficaces et pénalisent davantage les lecteurs légitimes que les utilisateurs de contrefaçons[27], où les DRM ont été enlevées ou au moins désactivées. Certains livres numériques ne contiennent pas de système de gestion des droits numériques, mais plutôt des tatoua...

    Alors que paraissaient les premiers livres numériques, nombreux sont les lecteurs qui ont eu un mouvement de recul par rapport aux possibilités offertes par cette nouvelle technologie[réf. souhaitée]. Même le pionnier Michael Hart aurait éprouvé des doutes quant à l'aboutissement du projet Gutenberg. « Nous considérons le texte électronique comme un nouveau médium, sans véritable relation avec le papier. Le seul point commun est que nous diffusons les mêmes œuvres, mais je ne vois pas comment le papier peut concurrencer le texte électronique une fois que les gens y sont habitués, particulièrement dans les établissements d’enseignement » »[33]. La question de l'habitude apparaît donc primordiale au moment de l'apparition sur le marché des premiers livres numériques; les lecteurs ne sont pas encore conditionnés à ce nouveau format de lecture. Bien que le contenu reste le même, cela « ne signifie pas pour autant qu’il faut banaliser le livre numérique; en effet, ce dernier se distingue...

    En France

    Le premier revendeur de livres numériques en France en date est Mobipocket.com (filiale d’Amazon depuis avril 2005[37]). Toutefois, il existe d'autres plateformes où il est possible d'obtenir des livres numériques, notamment Vivlio, Numilog.com (filiale d’Hachette Livre depuis le printemps 2008[38]), ePagine (prestataire de solutions pour les librairies), immatériel.fr (distributeur et revendeur), Relay.com (également filiale de Hachette, mais côté presses), Eden Livres, E-Plateforme, YouScri...

    Aux États-Unis

    Pour le dernier trimestre 2010, Amazon.com a officiellement annoncé avoir vendu pour la première fois plus de livres numériques que de livres imprimés[46]. Les genres les plus populaires sont alors les romances et les romances érotiques[47],[48]. Au premier trimestre 2012, les ventes de livres numériques dépassent en valeur les ventes de livres papier dans le pays[49]. Selon le Pew Internet & American Life project, 28 % des Américains ont lu au moins un livre numérique en 2013[50]. Selon le m...

    Au Royaume-Uni

    En 2009, au Royaume-Uni, le livre numérique représente 2 % de parts de marchés, puis progresse pour atteindre 6 à 11 %. En 2010, l’éditeur Bloomsbury annonce que la vente des livres numériques correspond à 10 % de ses ventes, au Royaume-Uni. En ce qui concerne l’éditeur Penguin, le livre numérique représente 8 % de ses ventes, en 2011[52]. En 2016, au Royaume-Uni, le livre numérique constitue 35 % du chiffre d’affaires total des membres éditeurs du Publishers Association, avec 1,7 milliard £[...

    Si le coût du PDF imprimeur (représentation homothétique de l’œuvre imprimée) est absorbé par les coûts usuels de production papier, il n’en est toutefois pas de même pour le reste[58]. Deux types de coûts sont à prévoir : 1. les coûts de production. Lors d'une numérisation (scan), les différents coûts impliquent les frais de scan, de recomposition (enrichissement typographique), de relecture et de correction, les frais de structuration d'un format Epub (il est essentiel d'intégrer les métadonnées, soit la couverture, le titre, le ISBN, le sommaire, etc.). Pour un roman « habituel » (grand format, 256 pages), une étude du MOTif (l'observatoire pour le livre et l'écrit en l'île-de-France) évaluait, en 2010, les coûts à environ 1 199 €[58]. S'il s'agit d'une publication sans numérisation (scan), les dépenses sont moins importantes : on épargne alors les frais liés à la numérisation, et on limite les frais de relecture (moins de risque d'erreur associé). Pour le même type de roman, les...

  5. it.wikipedia.org › wiki › LibroLibro - Wikipedia

    • Etimologia Del Termine
    • Storia Del Libro
    • Formati Dei Libri
    • Valore Del Libro
    • Bibliografia
    • Altri Progetti
    • Collegamenti Esterni

    La parola italiana libro deriva dal latino liber. Il vocabolo originariamente significava anche "corteccia", ma visto che era un materiale usato per scrivere testi (in libro scribuntur litterae, Plauto), in seguito per estensione la parola ha assunto il significato di "opera letteraria". Un'evoluzione identica ha subìto la parola greca βιβλίον (biblìon): si veda l'etimologia del termine biblioteca. In inglese, la parola "book" proviene dall'antico inglese "bōc" che a sua volta si origina dalla radice germanica "*bōk-", parola imparentata con "beech" (faggio). Similmente, nelle lingue slave (per es., russo, bulgaro) "буква" (bukva—"lettera") è imparentata con "beech". In russo ed in serbo, altra lingua slava, le parole "букварь" (bukvar') e "буквар" (bukvar), si riferiscono rispettivamente ai libri di testo scolastici che assistono gli alunni di scuola elementare nell'apprendimento delle tecniche di lettura e scrittura. Se ne deduce che le prime scritture delle lingue indoeuropee pos...

    La storia del libro segue una serie di innovazioni tecnologiche che hanno migliorato la qualità di conservazione del testo e l'accesso alle informazioni, la portabilità e il costo di produzione. Essa è strettamente legata alle contingenze economiche e politiche nella storia delle idee e delle religioni. Dall'invenzione nel 1455 della stampa a caratteri mobili di Gutenberg, per più di quattro secoli l'unico vero medium di massaè stata la «parola stampata». La scrittura è la condizione per l'esistenza del testo e del libro. La scrittura, un sistema di segni durevoli che permette di trasmettere e conservare le informazioni, ha cominciato a svilupparsi tra il VII e il IV millennio a.C. in forma di simboli mnemonici diventati poi un sistema di ideogrammi o pittogrammi attraverso la semplificazione. Le più antiche forme di scrittura conosciute erano quindi principalmente logografiche. In seguito è emersa la scrittura sillabica e alfabetica (o segmentale).

    I libri a stampa sono prodotti stampando ciascuna imposizione tipografica su un foglio di carta. Le dimensioni del foglio hanno subìto variazioni nel tempo, in base alle capacità delle presse (dei torchi). Il foglio stampato viene poi opportunamente piegato per ottenere un fascicolo o segnatura di più pagine progressive. Le varie segnature vengono rilegate per ottenere il volume. L'apertura delle pagine, specialmente nelle edizioni in brossura, era di solito lasciata al lettore fino agli anni sessanta del XX secolo, mentre ora le segnature vengono rifilate direttamente dalla tipografia. Nei libri antichi il formato dipende dal numero di piegature che il foglio subisce e, quindi, dal numero di carte e pagine stampate sul foglio. Nei libri moderni il formato è dato dall'altezza in centimetri, misurata al frontespizio, entro un minimo e un massimo convenzionalmente stabilito.

    Il valore di un libro non è dato dal solo costo di produzione, c’è innanzitutto da considerare che il libro è un’opera dell’ingegno. In quanto bene creativo, il libro riflette un valore identitario di natura sociale e collettiva, segnando una collettività; si può perciò considerare un prodotto simbolico[non chiaro]. 1. Il valore economicoche è dato dal prezzo a cui viene venduto sul mercato e cioè dalla attribuzione di utilità, importanza, valore da parte degli individui o mercati. 2. Il valore relazionale è il legame che il libro è in grado di creare tra editore, autore e lettore ma anche tra titoli di una stessa collana. 3. Il valore identitario permette al lettore di immedesimarsi e sentirsi parte della storia fino a riconoscersi nell'opera stessa. 4. Il valore culturale di cui il libro si fa carico permette che la cultura assuma diversi punti di vista. 5. Il valore di status può riguardare sia l’autore che il lettore dell’opera, aver letto o non aver letto un determinato libro p...

    Lorenzo Baldacchini. Il libro antico. Carocci, 2001. ISBN 88-430-0340-2.
    Lionel Casson, Biblioteche del mondo antico, Milano, Bonnard (2003). ISBN 978-88-86842-56-3.
    Amedeo Benedetti, Il libro. Storia, tecnica, strutture. Arma di Taggia, Atene, 2006. ISBN 88-88330-29-1.
    Enrico Mistretta, L'editoria - un'industria dell'artigianato. Bologna, Il Mulino, 2008. ISBN 978-88-15-11301-6.
    Wikiquote contiene citazioni sul libro
    Wikizionario contiene il lemma di dizionario «libro»
    Wikimedia Commons contiene immagini o altri file sul libro
    Libro / Libro (altra versione), in Dizionario di storia, Istituto dell'Enciclopedia Italiana, 2010.
    Libro, su sapere.it, De Agostini.
    (IT, DE, FR) Libro, su hls-dhs-dss.ch, Dizionario storico della Svizzera.
    (EN) Libro, su Enciclopedia Britannica, Encyclopædia Britannica, Inc.
  1. People also search for