Yahoo Web Search

  1. Tom Hanks - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Tom_Hanks

    1 day ago · The film is scheduled to be released on November 5, 2021. In November 2018, it was reported that Hanks was in talks to portray Geppetto in Walt Disney Studios' live-action adaptation of Pinocchio. His involvement in the film, which will be directed by his longtime collaborator Zemeckis, was officially confirmed in December 2020.

  2. Земекис, Роберт — Википедия

    ru.wikipedia.org › wiki › Земекис,_Роберт

    1 day ago · Robert Lee Zemeckis; род. 14 мая 1952, Чикаго, Иллинойс) — американский кинорежиссёр, сценарист и продюсер. Лауреат премий «Оскар» и «Золотой глобус» в категории «Лучший режиссёр».

    • Роберт Ли Земекис
    • 14 мая 1952 (68 лет)
  3. Al Pacino - Wikipedia

    it.wikipedia.org › wiki › Al_Pacino

    1 day ago · Alfredo James "Al" Pacino (New York, 25 aprile 1940) è un attore, regista, produttore cinematografico e direttore artistico statunitense.. Considerato uno dei migliori attori della storia del cinema, Al Pacino ha vinto il Premio Oscar nel 1993 (su 9 nomination totali) per l'interpretazione del tenente colonnello Frank Slade in Scent of a Woman - Profumo di donna.

  4. Forrest Gump - Wikipedia

    it.wikipedia.org › wiki › Forrest_Gump

    1 day ago · Forrest Gump è un film del 1994 diretto da Robert Zemeckis e interpretato da Tom Hanks.Liberamente ispirato all'omonimo romanzo di Winston Groom del 1986, il film narra l'intensa vita di Forrest Gump, un uomo dotato di uno sviluppo cognitivo inferiore alla norma, nato negli Stati Uniti d'America a metà degli anni quaranta e, grazie a una serie di coincidenze favorevoli, diretto testimone di ...

    • 142 min
    • Inglese
  5. Claudia Cardinale - Wikipedia

    it.wikipedia.org › wiki › Claudia_Cardinale

    1 day ago · Claudia Cardinale, all'anagrafe Claude Joséphine Rose Cardinale (Tunisi, 15 aprile 1938), è un'attrice italiana.. Annoverata tra le più celebri interpreti della storia del cinema italiano, durante la sua lunghissima carriera, durata più di sessant'anni, ha recitato in una vasta gamma di generi cinematografici, dai film drammatici a quelli storici, dalle commedie ai western.

  6. Science-fiction — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Science-fiction
    • Définition
    • Terminologie
    • Objectifs
    • Types
    • Caractéristiques
    • Concept
    • Historique
    • Analyse
    • Études
    • Historiographie
    • Critique
    • Origines
    • Introduction
    • Style
    • Contexte historique
    • Influences
    • Évolution
    • Répartition géographique
    • Commentaires
    • Production

    La science-fiction est un genre narratif, principalement littéraire (littérature et bande dessinée), cinématographique et vidéo-ludique. Comme son nom l'indique, elle consiste à raconter des fictions reposant sur des progrès scientifiques et techniques obtenus dans un futur plus ou moins lointain (il s'agit alors également d'anticipation), parfois dans un passé fictif1 ou dans un univers parallèle au nôtre, ou des progrès physiquement impossibles, du moins en l'état actuel de nos connaissances. Elle met ainsi en œuvre les thèmes devenus classiques du voyage dans le temps, du voyage interplanétaire ou interstellaire, de la colonisation de l'espace, de la rencontre avec des extra-terrestres, de la confrontation entre l'espèce humaine et ses créations, notamment les robots et les clones, ou de la catastrophe apocalyptique planétaire. Une représentation répandue que l'on trouve dans les dictionnaires8 dépeint la science-fiction comme un genre narratif qui met en scène des univers où se déroulent des faits impossibles ou non avérés en létat actuel de la civilisation, des techniques ou de la science, et qui correspondent généralement à des découvertes scientifiques et techniques à venir. Cette description générale recouvre de nombreux sous-genres, comme la hard science-fiction, qui propose des conjectures plus ou moins rigoureuses à partir des connaissances scientifiques actuelles, les uchronies, qui narrent ce qui se serait passé si un élément du passé avait été différent, le cyberpunk, branché sur les réseaux, le space opera, la speculative fiction, le planet opera, le policier/science-fiction et bien dautres. Cette diversité de la science-fiction rend sa définition difficile. Mais, bien qu'il n'existe pas de consensus à propos d'une définition de la science-fiction (en) (presque tous les écrivains ont donné leur propre définition), on admet généralement que certains mécanismes narratifs caractéristiques doivent être présents dans une œuvre pour que l'on puisse la classer dans ce genre. Ainsi, The Cambridge Companion to Science Fiction9 propose-t-il une synthèse de ces caractéristiques par la formulation de plusieurs réquisits dont l'absence semblerait interdire de parler de science-fiction. Ils sont : Une définition de la hard science fiction, ou hard SF, fut proposée par l'écrivain américain Allen Steele en 199214 : « La hard SF est une forme de littérature de l'imaginaire qui se construit autour de la science établie ou de son extrapolation prudente ». L'expression fut utilisée pour la première fois en 1957 par P. Schuyler Miller dans un compte-rendu de Islands of Space de John W. Campbell, publié dans la revue Astounding Science Fiction15. Ce genre est représenté par exemple par les œuvres de Arthur C. Clarke, Stephen Baxter et Greg Egan.

    Le terme français « science-fiction » a pour origine le terme anglais science fiction qui est apparu pour la première fois en 1851 sous la plume de William Wilson dans un essai intitulé A Little Earnest Book Upon A Great Old Subject2. Mais il ne s'agissait alors que d'un usage isolé. En janvier 1927, on trouve dans les colonnes du courrier de Amazing Stories la phrase suivante : « Remember that Jules Verne was a sort of Shakespeare in science fiction »3. Mais c'est en 1929, à la suite de l'éditorial d'Hugo Gernsback dans le premier numéro du pulp magazine intitulé Science Wonder Stories, que le terme commence à s'imposer aux États-Unis, aussi bien dans les milieux professionnels que chez les lecteurs, remplaçant de facto d'autres vocables alors en usage dans la presse spécialisée comme « scientific romance » ou « scientifiction »4. Dans le monde francophone, le terme de science-fiction s'impose à partir des années 19507 avec pour synonyme et concurrent direct le mot anticipation. Précédemment, il s'agissait plutôt de « merveilleux scientifique » ou de voyages « extraordinaires ». Si le mot anglais original s'écrit le plus souvent science fiction, le mot français s'orthographie avec un trait d'union : science-fiction. L'abréviation française S.F., ou SF, est devenue courante à partir des années 19707.

    La science-fiction peut être un matériau pour la prospective, puisqu'elle construit et diffuse des représentations de l'avenir. Elle aide les prospectivistes à imaginer les conséquences et implications des développements techniques. La science-fiction est plus à laise dans lexploration imaginaire et moins sujette à des préventions. La mise en récit ou la mise en images facilite les expressions et alerte sur des tendances jugées inquiétantes12,13.

    Le voyage dans le temps peut être un genre à part entière, ou l'un des thèmes d'une œuvre. Ce genre affronte les problèmes liés aux paradoxes temporels, comme le paradoxe du grand-père, mais peut amener à des réflexions sur certains événements historiques lorsque, par exemple, un personnage crée l'histoire qu'il voulait en fait observer, comme dans Voici l'homme de Michael Moorcock. Le classique du genre est La Machine à explorer le temps de H. G. Wells.

    Lappellation cyberpunk est apparue dans les années 1980. Elle désigne un sous-genre de l'anticipation, elle-même sous-genre de la science-fiction, décrivant un monde futuriste de manière dystopique (négative). Le cyberpunk met souvent en scène un futur proche, avec une société technologiquement avancée (notamment pour les technologies de l'information et la cybernétique). Parmi les principaux écrivains cyberpunk, on peut citer William Gibson, et plus particulièrement son roman Neuromancien (1984), ou Neal Stephenson.

    Les récits de space opera articulent leur intrigue autour de voyages interplanétaires ou interstellaires. Dans ces récits, les théories d'astrophysique croisent les protocoles des récits d'aventures maritimes et en reprennent généralement le lexique (vaisseau, flotte...)16. Une part non négligeable de ces récits relève également de la science-fiction militaire. Ces récits, où la possibilité des déplacements à très longue distance est centrale, permettront le développement du thème d'empire interstellaire ou galactique.

    Le Space opera apparaît en France notamment avec la Roue Fulgurante de Jean de la Hire en 1908 puis dans les années 1920 avec les romans de l'auteur américain Edward Elmer Smith, notamment La Curée des astres (1928), puis à une plus grande échelle dans Triplanétaire (1934) qui ouvrait le Cycle du Fulgur17. Après la Seconde Guerre mondiale, le space opera devient un genre prisé de la télévision, avec des séries comme Star Trek (États-Unis, 1964) de Gene Roddenberry et Cosmos 1999 (Angleterre, 1975) de Gerry Anderson. Le film Stargate, la porte des étoiles est à l'origine, en 1997, de la série Stargate SG-1 et de trois séries dérivées, qui connaissent un grand succès populaire tout au long des années 2000.

    Les récits de planet opera ont pour décor une planète étrangère aux caractéristiques déroutantes et mystérieuses, où les principaux personnages ont pour mission d'explorer et de découvrir sous tous ses aspects (faune, flore, ressources). La trilogie d'Helliconia en est l'exemple canonique.

    La science-fiction est un genre complexe qui se prête mal à l'exégèse historique18. De nombreux aspects, comme les raisons sociales, économiques, culturelles de son développement dans tel pays, n'ont pas fait, ou très peu, l'objet d'études approfondies. Les études de la science-fiction en tant que littérature à part entière sont également peu nombreuses.

    De même que par un débat sans fin on tente de définir la science-fiction, ses historiens ne sont pas toujours d'accord sur les origines du genre, et c'est un poncif de l'histoire de la science-fiction que de rechercher ses origines dans les écrits les plus anciens . Ainsi, pour certains[Qui ?], cela commence très tôt avec les mythes et les religions. D'autres[Qui ?] voient les Histoires vraies, de Lucien de Samosate, comme le premier ouvrage relevant du genre19. Ses voyages extraordinaires auront une très longue postérité. Mais cette archéologie se heurte à une objection :

    D'autres, c'est le cas de Brian Aldiss dans son essai Trillion Year Spree, considèrent que le premier roman de science-fiction n'est autre que le roman Frankenstein de Mary Shelley. C'est du moins le premier ouvrage dans lequel un auteur prétend créer une histoire fantastique qui ne relève pas de la pure fantaisie ou du surnaturel : « The event on which this fiction is founded has been supposed, by Dr. Darwin, and some of the physiological writers of Germany, as not of impossible occurrence. »

    La science-fiction moderne compte notamment deux pères fondateurs : Jules Verne (1828-1905) avec De la Terre à la Lune en 1865 ou Vingt mille lieues sous les mers en 1870, et H. G. Wells (1866-1946) avec notamment La Machine à explorer le temps (1895), L'Homme invisible (1897) ou La Guerre des mondes (1898). Ils appartiennent cependant à une époque qui voit fleurir de nombreux romans d'anticipation scientifique. Cette floraison est favorisée par de nombreux progrès scientifiques réels, par l'alphabétisation de la fin du XIXe siècle et par le développement d'une littérature populaire diffusée par des revues. Si la science-fiction a vu le jour en Europe et sest bien développée en France, au Royaume-Uni et en Allemagne, ce sont les États-Unis, entre 1920 et 1955, qui donneront au genre son « âge d'or ». Ce déplacement de l'Europe aux États-Unis peut s'expliquer par plusieurs facteurs : d'une part, la presse populaire en Europe est plus exposée à la censure liée aux publications pour la jeunesse ; d'autre part, la littérature, en France particulièrement, est fortement hiérarchisée entre une littérature distinguée et une littérature de masse23. Un autre facteur est l'industrialisation de la presse, qui permet des publications bon marché et à gros tirage. Cest à ce moment que se multiplient les revues spécialisées de science-fiction qui suivent la tradition des pulps (revues populaires de faible qualité et très peu chères). Citons parmi les premières du genre Weird Tales, née en 1923 ; Amazing Stories, née en 1926 ; Wonder Stories, née en 1929 ; Astounding Stories, née en 1930. Aux États-Unis, plus de 30 revues existeront simultanément. Lédition sous forme de livres des textes de science-fiction est plus tardive, et se manifestera plus particulièrement après la Seconde Guerre Mondiale, avec le livre de poche, et dans des pays dont l'industrie favorise ce type de format au détriment de la revue, comme la France. Elle précède de peu la disparition de nombreuses revues.

    Le support de parution périodique (revue, pulp) a fortement marqué le genre. Le format et la périodicité ont fait que beaucoup de nouvelles et de courts romans (novellas) ont été écrits. Les œuvres longues nétaient que le fait des auteurs les plus célèbres et paraissaient par épisodes, ce qui nétait pas sans conséquences sur le texte puisque les auteurs devaient sy adapter. De ces premiers magazines spécialisés ont émergé la plupart des principaux écrivains classiques de science-fiction : Howard Phillips Lovecraft, Isaac Asimov, Frank Herbert, Ray Bradbury, Arthur C. Clarke, Frederik Pohl, Robert A. Heinlein, Alfred Bester, A. E. van Vogt, Clifford Donald Simak, Theodore Sturgeon, etc. Si cette période voit apparaître les auteurs de référence, les productions habituelles n'en sont pas moins médiocres :

    Elle est aussi marquée par son temps, en particulier dans les années 1930-1940 où à travers les poncifs du genre transparaissent des thèmes nationaux et populistes :

    La science-fiction n'échappe pas non plus à l'influence du nazisme (voir Science-fiction et nazisme). Cette période fut aussi marquée par l'émergence du cinéma, né en 1895. Celui-ci se tournera très tôt vers la science-fiction et le fantastique, avec Le Voyage dans la Lune de Georges Méliès (1902) et les films de lexpressionnisme allemand, comme le Nosferatu (Nosferatu, eine Symphonie des Grauens) de F.W. Murnau (1922) et Metropolis de Fritz Lang (1927). Parmi les films majeurs de cette période, on peut citer Frankenstein (James Whale, 1931), King Kong (Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, 1933), qui étonna par ses effets spéciaux, Le Jour où la Terre s'arrêta (The Day the Earth Stood Still, Robert Wise, 1951  qui réalisera plus tard le premier Star Trek, le film) et Planète interdite (Forbidden Planet, Fred M. Wilcox, 1956). Mais il ne faut pas oublier une production plus populaire mais aussi emblématique, caractérisée (avant lère de la télévision) par les serials, films découpés en épisodes, dont les héros sappelaient Flash Gordon (1936, 13 épisodes) ou Buck Rogers (1939, 12 épisodes).

    La science-fiction a également exploré d'autres voies à travers l'expérimentation stylistique. Au Royaume-Uni, la new wave est née autour de Michael Moorcock et sa revue New Worlds. Brian Aldiss et J. G. Ballard, dont le roman Crash est un bon exemple des recherches formelles poursuivies par cette école. Judith Merril a popularisé le genre aux États-Unis, sans toutefois employer le terme New Wave27. En 1966, l'américain Robert Heinlein décrit dans Révolte sur la Lune, une société libertaire innovante28. En France, Michel Jeury s'est inspiré du Nouveau Roman dans Les Singes du temps et Le Temps incertain. Il y eut ensuite Barbarella (1962) de Jean-Claude Forest, Les Naufragés du temps (1964) de Paul Gillon et Jean-Claude Forest, Lone Sloane (1966) de Philippe Druillet, Luc Orient (1967) d'Eddy Paape et Michel Greg et enfin et surtout Valérian, agent spatio-temporel devenu plus tard Valérian et Laureline de Jean-Claude Mézières, Pierre Christin et Évelyne Tranlé (de 1967 à aujourd'hui) qui popularisa le genre science-fiction en bande dessinée. Christin et Mézières souhaitaient que les aventures de Valérian et Laureline soient aussi des histoires de politique-fiction (écologie, relation de classes ou de travail, féminisme, syndicalisme, etc.) plutôt situées à gauche30 mais non directement ou ouvertement politique comme il peut y en avoir dans Charlie Hebdo31. Mézières fut largement pillé par les décorateurs et les costumiers de George Lucas, qui possédait, entre autres, nombre des albums de Valérian dans sa bibliothèque, pour Star Wars (1977)32,33.

    Les sous-genres, évoqués au début du texte, se sont aussi multipliés et de nouveaux continuent dapparaître.

    La science-fiction a aussi étendu son essor géographiquement, bien au-delà des États-Unis. On a vu, par exemple, une « nouvelle vague » de science-fiction française dans les années 1970 (avec, entre autres, Pierre Pelot (alias Pierre Suragne), Jean-Pierre Andrevon, Gérard Klein (également responsable de la collection Ailleurs et Demain des éditions Robert Laffont, qui a beaucoup fait pour donner à cette littérature ses lettres de noblesse), Michel Jeury, Philippe Goy, Dominique Douay, Pierre Bordage et Ayerdhal ou encore Philippe Ébly (pour les enfants et adolescents des années 1970 et 1980). Et aussi René Barjavel qui excelle dans ce domaine. On compte aussi de nombreux auteurs de talent dans les pays de lEst (rarement traduits en français) avec à leur tête le Polonais Stanislas Lem (Stanisław Lem) et les frères russes Arcadi et Boris Strougatski.

    On trouve également François Bourgeon avec Le Cycle de Cyann, une série qui invente une civilisation avec des mœurs, une faune et une flore parfaitement structurés. En 1950, Frank Hampson créa pour le magazine britannique Eagle, Dan Dare, Pilot of the Future.

    Aux États-Unis, on peut citer Alex Raymond, Richard Corben, Frank Miller, et les Britanniques Simon Bisley, Pat Mills (scénariste) et Alan Moore (scénariste).

  7. Desperado (film) — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Desperado_(film)

    15 hours ago · Série El Mariachi El Mariachi (1992) Il était une fois au Mexique... Desperado 2 (2003) Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution Desperado est un film américano - mexicain écrit et réalisé par Robert Rodriguez , sorti en 1995 . Suite d' El Mariachi (1992), Desperado sera suivi par Il était une fois au Mexique... Desperado 2 (2003), qui clôturera la trilogie El Mariachi .

  8. Captain Marvel (film) — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Captain_Marvel_(film)
    • Commentaires
    • Contexte historique
    • Résumé
    • Synopsis
    • Production
    • Sortie
    • Développement
    • Critique

    Avec plus d'un milliard de dollars de recettes mondiales, il est le premier film mettant en vedette un super-héros féminin à dépasser cette barre. Brie Larson et Samuel L. Jackson se retrouvent à nouveau après Kong: Skull Island et Unicorn Store en 2017. Jude Law et Djimon Hounsou se retrouvent 2 ans après Le Roi Arthur : La Légende d'Excalibur en 2017. Samuel L. Jackson et Djimon Hounsou se retrouvent 3 ans après Tarzan en 2016. Le 5 février 2019, Disney Studios annonce que Captain Marvel dont les recettes attendues sont estimées à 150 millions sera le premier des studios Disney à être diffusé sur le service Disney+ et non Netflix11,12,13 On peut par ailleurs entendre dans le film plusieurs chansons non originales15. Une playlist officielle est mise en ligne sur Apple Music16. Le film contient plusieurs allusions à l'univers Marvel, mais également à d'autres œuvres populaires.

    Dans les années 1990, Carol Danvers devient l'une des héroïnes les plus puissantes qui aient jamais existé, lorsque la Terre est atteinte par un conflit galactique entre deux races extraterrestres, les Kree et les Skrulls.

    Sous la direction de Yon-Rogg, Vers rejoint une unité de combat Kree (Minn-Erva, Att-Lass, Bron-Char et Korath) en mission sur Torfan, une planète frontalière Kree infiltrée par les Skrulls, extraterrestres métamorphes et ennemis de longue date des Kree, pour exfiltrer un espion qui a été démasqué et éviter que les informations qu'il détient ne soit récupérées par les Skrulls. Ils échouent à cause d'un guet-apens tendu par les Skrulls et Vers est capturée par un général skrull, Talos. Les Skrulls fouillent dans la mémoire confuse de Vers qui a alors des visions dans lesquelles elle vit sur Terre, sert dans l'armée et est pilote d'essai, dans une équipe dirigée par le Dr Wendy Lawson, dont l'apparence est celle prise par l'Intelligence Suprême. Vers parvient à s'échapper du vaisseau en orbite terrestre, poursuivie par plusieurs Skrulls. C'est l'année 1995 et Vers s'écrase dans un vidéo-club de la banlieue de Los Angeles. Elle cherche à prendre contact avec Yon-Rogg, qui lui demande d'attendre qu'il vienne la chercher, mais des agents du SHIELD arrivent sous la responsabilité de Nick Fury. Vers part à la poursuite d'un Skrull qui a essayé de l'abattre, suivie en voiture par Fury et un jeune agent, Phil Coulson. La course-poursuite continue dans le métro d'abord en extérieur puis en sous-sol tandis que Fury découvre qu'un Skrull a pris l'apparence de Coulson. Le Skrull que poursuivait Vers s'enfuit en se cachant dans la foule sortant du métro et celui dans la voiture avec Fury meurt dans un accident. Vers part à la recherche de la base militaire cachant le projet Pegasus sur lequel travaillait Lawson et Fury accepte de l'aider, ayant compris les risques d'un conflit contre des ennemis qui peuvent aisément infiltrer les rangs adverses mais ignorant que Talos a pris la place de son supérieur, le directeur Keller. En fouillant les dossiers de Lawson, Vers comprend peu à peu qu'elle est d'origine terrienne et que tout le monde la croit morte dans un accident d'avion avec Wendy Lawson six ans auparavant. Entretemps, Talos, sous les traits du directeur Keller, arrive à la base avec plusieurs agents, dont Coulson, pour arrêter Vers. Mais il commet deux erreurs : il appelle Fury par son prénom (ce que personne ne fait jamais), et il est persuadé que Coulson obéira aveuglément aux ordres (alors qu'il suivra son instinct et laissera Nick et Vers s'enfuir). Vers retrouve Maria Rambeau, son ancienne partenaire et amie. Celle-ci lui révèle son vrai nom : Carol Danvers. Alors que Carol essaie de reconstituer son passé, Talos et un autre Skrull arrivent dans la maison de Rambeau et parviennent à convaincre Carol qu'ils ne lui veulent pas de mal ; ils cherchent à retrouver dans sa mémoire le lieu où se trouve la source d'énergie qu'avait découverte Wendy Lawson, qui est en réalité une Kree du nom de Mar-Vell. Cette énergie permettrait de concevoir un moteur supra-luminique et de mettre le peuple Skrull à l'abri des persécutions des Kree. Talos, sous l'aspect du directeur du SHIELD, a réussi à récupérer dans la base secrète un disque avec l'enregistrement audio de la boite noire de son avion avant le crash. En écoutant les voix enregistrées dans le cockpit, Carol retrouve la mémoire : elle a pris les commandes du vol d'essai de Pegasus avec Lawson et l'accident a été causé par Yon-Rogg, mais en cherchant à détruire le moteur selon le souhait de Mar-Vell, elle a absorbé une partie de son énergie sans savoir utiliser toute cette puissance. D'après les coordonnées révélées par Mar-Vell, Carol découvre que la source d'énergie est toujours en orbite autour de la Terre. Yon-Rogg arrive sur Terre et rejoint Carol, mais démasque l'acolyte de Talos qui avait pris son apparence pour faire diversion. Il comprend qu'elle a retrouvé ses souvenirs et demande à Ronan l'Accusateur de venir bombarder la Terre qui serait infiltrée par les Skrulls. Pendant ce temps, l'équipe de Carol se rend dans l'espace avec un avion modifié et découvre une station spatiale dans laquelle Talos retrouve sa famille, cachée là depuis six ans. Ils sont accompagnés du chat Goose, qui est en fait un être extra-terrestre de l'espèce des Flerken. Carol trouve la source d'énergie, qui s'avère être le Tesseract, mais Yon-Rogg, son équipe et des soldats Kree arrivent dans la base orbitale et arrêtent Danvers en menaçant les réfugiés Skrulls. Capturée et devant affronter mentalement l'Intelligence Suprême, Carol prend conscience de l'étendue de ses pouvoirs et arrache la greffe sur sa nuque, qui en réalité servait à confiner ses pouvoirs et ses souvenirs. Elle s'empare de nouveau du Tesseract et le confie à Fury, mais avant que celui-ci ait pu trouver où le cacher, Goose fait sortir des tentacules de sa bouche au grand étonnement des humains et avale le Tesseract. Nick Fury et Maria Rambeau, aidés par Goose, parviennent à protéger les Skrulls exilés des soldats Kree pendant le retour sur Terre, tandis que Carol se bat contre son ancienne équipe. Puis les vaisseaux des accusateurs arrivent aux abords de la Terre et lancent une salve de missiles. Carol parvient à les empêcher d'atteindre la planète et détruit à elle seule une escadrille de vaisseaux envoyés par Ronan, qui préfère la retraite devant la puissance libérée par Danvers. Toutefois, elle laisse Yon-Rogg repartir en lui disant de transmettre un message à l'Intelligence Suprême : la guerre contre les Skrulls est finie et elle va venir mettre de l'ordre. Elle quitte alors les humains en laissant à Fury un beeper amélioré qui permettra à celui-ci de la contacter en cas d'urgence. Fury, rendu borgne par un coup de griffe de Goose, prend conscience que désormais la Terre peut subir des attaques venant du reste de l'univers et décide de lancer un projet de protection de la planète. Il le nomme d'après le surnom de Carol Danvers dans son unité d'aviation : Projet Initiative des Avengers.

    En 2018, au QG des Avengers, quelques jours après le claquement de doigt de Thanos, Steve Rogers, Natasha Romanoff, James Rhodes et Bruce Banner cherchent à comprendre le fonctionnement du beeper que Fury avait activé avant d'être désintégréN 1. Natasha leur exprime son souhait d'être avertie quand ils auront du nouveau, car elle veut savoir qui est à l'autre bout de la ligne. C'est alors que Captain Marvel surgit derrière Natasha et demande où est Fury. Sur le bureau vide de Nick Fury, Goose vomit le Tesseract.

    Le film est officiellement annoncé par Marvel Studios en octobre 2014. La date de sortie est alors fixée au 6 juillet 2018. En avril 2015, les scénaristes Nicole Perlman et Meg LeFauve qui ont travaillé respectivement sur Les Gardiens de la Galaxie et Vice-versa sont engagées pour écrire le film. Avant qu'Anna Boden et Ryan Fleck ne soient confirmés à la réalisation en avril 2017, de nombreux noms ont circulé : Niki Caro, Lesli Linka Glatter, Lorene Scafaria ou encore Rebecca Thomas. En juin 2015, l'actrice Bryce Dallas Howard fait part de son envie d'incarner Captain Marvel à l'écran. D'autres actrices comme Rebecca Ferguson sont pressenties pour le rôle. En juillet 2016, l'actrice Brie Larson, alors récemment oscarisée pour Room, est confirmée dans le rôle de Carol Danvers. Début 2017, des rumeurs courent sur la possible participation de Samuel L. Jackson de retour dans le rôle de Nick Fury, rumeurs qui seront confirmées en juillet de la même année. En mars 2018, Clark Gregg, Lee Pace et Djimon Hounsou sont confirmés pour revenir dans leurs rôles respectifs de l'univers cinématographique Marvel : Phil Coulson, Ronan l'Accusateur et Korath7. Ce film marque donc le retour du personnage de l'agent Coulson, absent au cinéma depuis Avengers, sorti en 2012. En mai 2018, Annette Bening est annoncée au casting, dans un rôle de scientifique non précisé8. La production débute en mars 20189. Le 10 mai 2018, un journal local annonce que le tournage de Captain Marvel est en cours à Shaver Lake près de Fresno pour les montagnes de la forêt nationale de Sierra10. Le tournage prend fin le 6 juillet 2018, jour de sortie dans les salles américaines du vingtième film de l'univers cinématographique Marvel, Ant-Man et la Guêpe. Le 14 février 2019, selon les premières estimations le film pourrait générer 100 millions d'USD de recettes lors de son weekend de sortie24. Le 9 mars 2019, Disney revoit son estimation des recettes de Captain Marvel entre 145 et 155 millions d'USD durant son weekend de sortie25. Le 11 mars 2019, les chiffres tombent pour les recettes de Captain Marvel avec 302 millions d'USD à l'international et 456 millions au total26

    Fin 2015, le film est repoussé à octobre 2018 pour laisser sa date de sortie initiale à Ant-Man et la Guêpe, avant de voir finalement sa sortie définitive fixée au mois de mars 2019. Le 18 septembre 2018, Marvel Entertainment diffuse sur Youtube une première bande annonce officielle du film4. Le 3 décembre 2018, Marvel Entertainment diffuse sur Youtube une seconde bande annonce officielle du film5.

    Marvel annonce en juin 2018 que la musique du film sera composée par la musicienne américano-turque Pinar Toprak, qui avait notamment composé la musique de la première saison de la série télévisée Krypton, et des musiques additionnelles sur Justice League. Elle devient ainsi la première femme à signer la musique d'un film de super-héros14.

    Aux États-Unis, Captain Marvel reçoit principalement des critiques positives. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il obtient 78% d'opinions favorables pour 432 critiques et une note moyenne de 6,791017. Sur Metacritic, il enregistre une moyenne de 64100, pour 55 critiques18. Sur la musique, Radio Times souligne la qualité des morceaux choisis mais regrette qu'ils ne soient pas aussi bien intégrés au film que ce qu'a fait James Gunn dans Les Gardiens de la Galaxie19. En France, le film reçoit globalement de bonnes critiques, avec une note moyenne de 3,25 sur Allociné, qui recense 25 titres de presse20. Télérama est plutôt conquis : « même les spectateurs les moins familiers de ce monde pourront apprécier laventure bien ficelée, servie avec toutes les attractions habituelles »21. CinéSéries et Les Inrockuptibles sont un petit peu plus sévères : « on aurait aimé voir Marvel faire preuve d'un peu plus d'audace »22, « réalisation parfois paresseuse »23.

  9. Albert Camus — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Albert_Camus
    • Personnalités
    • Parcours
    • Critiques
    • Philosophie
    • Enfance
    • Études
    • Vie personnelle
    • Commentaires
    • Polémiques
    • Reconnaissance
    • Idéologie
    • Activités
    • Citation
    • Analyse
    • Famille
    • Conséquences
    • Hommages
    • Controverse
    • Argument
    • Résumé

    Albert Camus, né le 7 novembre 1913 à Mondovi (aujourdhui Dréan), près de Bône (aujourdhui Annaba), en Algérie, et mort accidentellement le 4 janvier 1960 à Villeblevin, dans l'Yonne en France1, est un écrivain, philosophe, romancier, dramaturge, journaliste, essayiste et nouvelliste français. Il est aussi journaliste militant engagé dans la Résistance française et, proche des courants libertaires2,3,4, dans les combats moraux de l'après-guerre. Camus est d'abord témoin de son temps, intransigeant, refusant toute compromission ; il est ainsi amené à s'opposer à Sartre et à se brouiller avec d'anciens amis. D'après Herbert R. Lottman, Camus n'appartient à aucune famille politique déterminée, bien qu'il ait été adhérent au Parti communiste algérien pendant deux ans. Il ne se dérobe cependant devant aucun combat : il proteste successivement contre les inégalités qui frappent les musulmans d'Afrique du Nord, puis contre la caricature du pied-noir exploiteur. Il va au secours des Espagnols exilés antifascistes, des victimes du stalinisme, des objecteurs de conscience7.

    Son œuvre comprend des pièces de théâtre, des romans, des nouvelles, des films, des poèmes et des essais dans lesquels il développe un humanisme fondé sur la prise de conscience de l'absurde de la condition humaine mais aussi sur la révolte comme réponse à l'absurde, révolte qui conduit à l'action et donne un sens au monde et à l'existence, et « alors naît la joie étrange qui aide à vivre et mourir »5. Il reçoit le prix Nobel de littérature en 1957.

    Dans le journal Combat, ses prises de position sont audacieuses, aussi bien sur la question de l'indépendance de l'Algérie que sur ses rapports avec le Parti communiste français, qu'il quitte après un court passage de deux ans6. L'écrivain René Étiemble, ami de Camus, déclara : « J'ai longtemps enquêté et j'avais les preuves que cette Facel Vega était un cercueil. J'ai cherché en vain un journal qui veuille publier mon article60 »

    En marge des courants philosophiques, Camus est d'abord témoin de son temps, refusant toute compromission. Il n'a cessé de lutter contre toutes les idéologies et les abstractions qui détournent de l'humain. Il est ainsi amené à s'opposer à l'existentialisme et au marxisme, sa critique du totalitarisme soviétique lui vaut les anathèmes de communistes et sa rupture avec Jean-Paul Sartre8.

    Lucien Auguste Camus, père d'Albert, est né le 28 novembre 1885 à Ouled-Fayet dans le département d'Alger, en Algérie. Il descend des premiers arrivants français dans cette colonie annexée à la France en 1834, et départementalisée en 1848. Un arrière-grand-père, Claude Camus, né en 1809, venait du bordelais, un autre arrière-grand-père, Mathieu Just Cormery, d'Ardèche et sa femme de Veymerange en Lorraine, mais la famille se croit d'origine alsacienne9. Lucien Camus travaille comme caviste dans un domaine viticole dans le hameau de Saint-Paul (aujourd'hui Chebaïta Mokhtar), nommé « le Chapeau du gendarme ». Celui-ci se trouve à 8 km de Mondovi, en langue arabe Dréan, à quelques kilomètres de Bône (Annaba) dans le département de Constantine. Les caves appartiennent à un négociant de vin d'Alger. Lucien épouse le 13 novembre 1909 à Alger (acte de mariage no 932) Catherine Hélène Sintès, née à Birkhadem le 5 novembre 1882, dont la famille est originaire de Minorque en Espagne. En 1910, naît à Alger leur fils aîné Lucien Jean Étienne et, en novembre 1913, leur second fils, Albert. Lucien Auguste Camus est mobilisé comme 2e classe dans le 1er régiment de zouaves10 en septembre 1914. Atteint à la tête par un éclat d'obus qui l'a rendu aveugle, il est évacué sur l'école du Sacré-Cœur, de Saint-Brieuc, transformée en hôpital auxiliaire, et il meurt, moins d'une semaine après, le 11 octobre 191411. Orphelins de père pour fait de guerre, les deux frères sont faits pupilles de la Nation12. De son père, Camus ne connaîtra que quelques photographies et une anecdote significative : son dégoût devant le spectacle d'une exécution capitale. Sa mère, en partie sourde, ne sait ni lire ni écrire : elle ne comprend un interlocuteur qu'en lisant sur ses lèvres13. Avant même le départ de son mari à l'armée elle s'était installée avec ses enfants chez sa mère et ses deux frères, Étienne, sourd-muet, qui travaille comme tonnelier, et Joseph, rue de Lyon à Belcourt, un quartier populaire d'Alger14. Elle y connaît une brève liaison à laquelle s'oppose son frère Étienne15. Albert Camus est influencé par son oncle, Gustave Acault, chez qui il effectue de longs séjours. Anarchiste, Acault est aussi voltairien. De plus, il fréquente les loges des francs-maçons. Boucher de métier, c'est un homme cultivé. Il aide son neveu à subvenir à ses besoins et lui fournit une bibliothèque riche et éclectique17.

    Albert Camus fait ses études à Alger. À l'école communale, il est remarqué, en 1923, par son instituteur, Louis Germain, qui lui donne des leçons gratuites et l'inscrit en 1924 sur la liste des candidats aux bourses18, malgré la défiance de sa grand-mère qui souhaitait qu'il gagnât sa vie au plus tôt. Ancien combattant de la Première Guerre mondiale, où est mort le père du futur écrivain, Louis Germain lit à ses élèves Les Croix de bois de Roland Dorgelès, dont les extraits émeuvent beaucoup le petit Albert, qui y découvre l'horreur de la guerre19. Camus gardera une grande reconnaissance à Louis Germain et lui dédiera son discours de prix Nobel20. Reçu au lycée Bugeaud (désormais lycée Émir Abdelkader), Albert Camus y est demi-pensionnaire. « J'avais honte de ma pauvreté et de ma famille [] Auparavant, tout le monde était comme moi et la pauvreté me paraissait l'air même de ce monde. Au lycée, je connus la comparaison », se souviendra-t-il21.

    En juin 1934, il épouse Simone Hié (1914-1970), starlette algéroise enlevée à son ami Max-Pol Fouchet24 :

    En 1947, c'est le succès littéraire avec le roman La Peste, suivi deux ans plus tard, en 1949, par la pièce de théâtre Les Justes. Souvent déformée en « Entre la justice et ma mère, je choisis ma mère », cette réponse lui sera reprochée. Elle s'insère pourtant de façon cohérente dans l'œuvre de Camus, qui a toujours rejeté l'idée machiavélienne selon laquelle « tous les moyens sont bons » : cest tout le sujet développé, par exemple, dans Les Justes.

    Ces positions provoquent de violentes polémiques et Camus est attaqué par ses amis. La rupture avec Jean-Paul Sartre a lieu en 1952, après la publication dans Les Temps modernes de l'article de Francis Jeanson qui reproche à la révolte de Camus d'être « délibérément statique ». En outre, il proteste contre la répression sanglante des révoltes de Berlin-Est (juin 1953) et contre l'intervention soviétique à Budapest (octobre-novembre 1956). Le 19 novembre 2009, le quotidien Le Monde affirme que le président Nicolas Sarkozy envisage de faire transférer les restes d'Albert Camus au Panthéon64. Dès le lendemain, son fils, Jean Camus, s'oppose à ce transfert, jugeant celui-ci en contradiction avec la pensée de son père65. Sa fille, Catherine Camus, s'y montre tout d'abord extrêmement favorable après un premier entretien avec Nicolas Sarkozy, puis se réfugie dans le silence après la polémique suscitée par cette affaire66.

    La même année, il lance à Alger L'Appel pour une Trêve Civile, tandis qu'au dehors sont proférées à son encontre des menaces de mort. Son plaidoyer pacifique pour une solution équitable du conflit est alors très mal compris, ce qui lui vaudra de rester méconnu de son vivant par ses compatriotes pieds-noirs en Algérie puis, après l'indépendance, par les Algériens qui lui ont reproché de ne pas avoir milité pour cette indépendance. Haï par les défenseurs du colonialisme français, il sera forcé de partir d'Alger sous protection40. Il démissionne de l'Unesco pour protester contre l'admission de l'Espagne franquiste. C'est un an plus tard, le 16 octobre 195741, que le prix Nobel de littérature lui est décerné42. Interrogé à Stockholm, par un étudiant originaire d'Algérie, sur le caractère juste de la lutte pour l'indépendance menée par le FLN en dépit des attentats frappant les civils, il répond, selon Dominique Birman, journaliste du Monde qui assiste à la scène :

    Préférant une formule d'association, Albert Camus a été contre l'indépendance de l'Algérie et a écrit en 1958, dans la dernière de ses Chroniques Algériennes que « l'indépendance nationale [de l'Algérie] est une formule purement passionnelle ». Il dénonce tout autant l'injustice faite aux musulmans que la caricature du « pied-noir exploiteur ». Camus souhaite ainsi la fin du système colonial mais avec une Algérie toujours française, proposition qui a pu paraître contradictoire45.

    Parallèlement, il s'engage dans la défense du droit à l'objection de conscience, entre autres, en parrainant le comité créé par Louis Lecoin, aux côtés d'André Breton, Jean Cocteau, Jean Giono et l'abbé Pierre. Ce comité obtient un statut, restreint, en décembre 1963, pour les objecteurs. En revanche, il refuse de s'associer à l'appel de plusieurs écrivains (Jean-Paul Sartre, François Mauriac, André Malraux, Roger Martin du Gard) demandant la levée de l'interdiction du livre La Question consacré à l'usage de la torture en Algérie47.

    Sur l'Algérie, il a déclaré : « Je ne crois pas en Dieu, disait-il, c'est vrai. Mais je ne suis pas athée pour autant. Je serais même d'accord avec Benjamin Constant pour trouver à l'irréligion quelque chose de vulgaire et de... oui, d'usé » (Albert Camus, Le Monde, 1956)67. Dans un échange rapporté par Jean Daniel, fondateur du Nouvel Observateur, après avoir écouté Albert Camus sans l'interrompre, François Varillon, prêtre et théologien jésuite, lui dit : « Vous n'avez pas la foi, vous n'avez pas le baptême, mais permettez-moi de vous dire que vous n'avez besoin ni de l'une ni de l'autre, puisque vous avez la grâce. »68. Une manière de donner du sens serait d'accepter les religions et les dieux. Or ces derniers n'ont pas d'emprise sur l'homme absurde. L'homme absurde se sent innocent, il ne veut faire que ce qu'il comprend et « pour un esprit absurde, la raison est vaine et il n'y a rien au-delà de la raison »69. Une autre manière de trouver du sens serait d'en injecter : faire des projets, établir des buts, et par là même croire que la vie peut se diriger. Mais à nouveau « tout cela se trouve démenti d'une façon vertigineuse par l'absurdité d'une mort possible »69. En effet, pour l'homme absurde il n'y a pas de futur, seul compte l'ici et le maintenant.

    Camus n'en reste pas moins prêt à se remettre en question : la récompense du Nobel lui sert aussi à financer son ambitieuse adaptation théâtrale des Possédés de Fiodor Dostoïevski, dont il est également le metteur en scène. Représentée, à partir de janvier 1959, au théâtre Antoine, la pièce est un succès critique et un tour de force artistique et technique : trente-trois acteurs, quatre heures de spectacle, sept décors, vingt-quatre tableaux. Les murs se déplacent pour changer la taille de chaque lieu et une énorme plaque centrale tournante permet de rapides changements à vue des décors. C'est au peintre et décorateur de cinéma Mayo, qui a déjà illustré plusieurs de ses ouvrages (L'Étranger - éd. de 1948), que Camus confie la création de ces multiples et complexes décors50.

    Il épouse en premier mariage Simone Hié en 1934 puis, en 1940, en secondes noces51, Francine Faure (1914-1979), mère de ses jumeaux. Selon sa fille, Catherine Camus52 : Il a plusieurs liaisons amoureuses, notamment avec Maria Casarès (1922-1996)51, « l'unique », rencontrée en 1944, interprète de ses pièces de théâtre Le Malentendu et Les Justes54, liaison qui, du fait de son caractère public, aggrava la dépression de Francine55 ; avec une jeune étudiante américaine, Patricia Blake (1925-2010), rencontrée à New York en 1946 ; avec la comédienne Catherine Sellers (1926-2014), choisie pour interpréter une religieuse dans sa pièce Requiem pour une nonne56 ; avec Mi (Mette Ivers née en 1933), une jeune Danoise, artiste peintre, rencontrée en 1957 à la terrasse du Flore alors qu'il se trouvait en compagnie d'Albert Cossery et de Pierre Bénichou57.

    Albert Camus meurt sur le coup. Michel Gallimard, très gravement blessé, mourra six jours plus tard. Les deux femmes s'en sortent indemnes58.

    Camus est enterré à Lourmarin dans cette région que lui avait fait découvrir son ami, le poète René Char.

    En 2011, l'universitaire italien Giovanni Catelli avance l'hypothèse61, dans le Corriere della Sera, qu'il aurait été assassiné par le KGB62 sur ordre du ministre soviétique des affaires étrangères Dmitri Chepilov, Camus ayant reproché à cet homme, dans un article publié dans le journal Franc-Tireurs en mars 1957, la répression de l'insurrection de Budapest63. Cette hypothèse peu réaliste est aujourd'hui rejetée.

    « L'absurde naît de cette confrontation entre l'appel humain et le silence déraisonnable du monde »69. Dans cette phrase est concentrée la puissance d'un conflit, d'une confrontation qui sous-tend et emporte l'œuvre de Camus. Deux forces s'opposent : l'appel humain à connaître sa raison d'être et l'absence de réponse du milieu où il se trouve, l'homme vivant dans un monde dont il ne comprend pas le sens, dont il ignore tout, jusqu'à sa raison d'être.

    L'homme absurde ne pourrait échapper à son état qu'en niant l'une des forces contradictoires qui le fait naître : trouver un sens à ce qui est ou faire taire l'appel humain.

  10. People also search for
  1. Ads
    related to: robert zemeckis wikipedia shqip filma