Yahoo Web Search

  1. George VI - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › George_VI

    1 day ago · The delayed tour was re-organised, with Elizabeth and her husband, Philip, Duke of Edinburgh, taking the place of the King and Queen. The King was well enough to open the Festival of Britain in May 1951, but on 23 September 1951, he underwent a surgical operation where his entire left lung was removed by Clement Price Thomas after a malignant ...

    • 11 December 1936 – 6 February 1952
    • Mary of Teck
  2. People also ask

    Who was the king of the United Kingdom in 1936?

    Who was the third monarch of the House of Windsor?

    Who was the heir presumptive to the throne?

  3. Philip Mountbatten — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Philip_Mountbatten
    • Famille
    • Enfance
    • Descendance
    • Carrière militaire
    • Honneurs
    • Vie personnelle
    • Mariage et descendance
    • Carrière
    • Fonction
    • Mort
    • Sport
    • Culture populaire

    Le prince Philip, duc d'Édimbourg, né prince Philippe de Grèce et de Danemark le 10 juin 1921 à Corfou, en Grèce, est le cinquième enfant (seul encore en vie depuis le décès de Sophie de Grèce en 2001) et seul fils du prince André de Grèce et de la princesse Alice de Battenberg. Il est donc le petit-fils du roi Georges Ier de Grèce et un cousin germain des rois Georges II et Paul Ier de Grèce. Il est également un petit-neveu de la dernière tsarine Alexandra Fiodorovna Romanova et de la princesse Henri de Prusse, belle-soeur du Kaiser Guillaume II

    Membre de la maison dano-allemande du Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksburg, le prince Philip est né dans la famille royale de Grèce, mais sa famille sest exilée quand il était plus jeune. Après des études en Allemagne, en Angleterre et en Écosse, il a rejoint la Royal Navy britannique à lâge de 18 ans en 1939. En juillet 1939, il commence à correspondre avec la princesse Élisabeth, la fille aînée et héritière présomptive du roi George VI. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il sert dans les flottes de Méditerranée et du Pacifique. Né en Grèce peu avant la proclamation de la Deuxième République hellénique, il passe son enfance en France où ses parents s'installent aux côtés de la princesse Marie Bonaparte et de son époux, Georges de Grèce. Philip commence son éducation dans une école américaine à Paris dirigée par Donald MacJannet, qui décrit Philip comme un « garçon robuste, bruyant mais toujours remarquablement poli »1. En 1928, il est envoyé au Royaume-Uni à la Cheam School, vivant avec sa grand-mère maternelle et son oncle, George Mountbatten, au palais de Kensington ou au Lynden Manor de Bray, dans le Berkshire2. Dans les trois années qui suivent, ses quatre sœurs épousent des princes allemands et s'installent en Allemagne, alors que sa mère est placée dans un asile après avoir été diagnostiquée schizophrène3,4 et que son père s'installe dans un petit appartement à Monte-Carlo. Philip aura peu de contacts avec sa mère pendant le reste de son enfance5. En 1933, il est envoyé à la Schule Schloss Salem en Allemagne, ce qui a « l'avantage d'économiser les frais de scolarité » car l'école est la propriété de la famille de son beau-frère, Berthold de Bade6. Avec la montée du nazisme en Allemagne, le fondateur juif de Salem Kurt Hahn fuit la persécution et fonde la Gordonstoun School en Écosse. Après deux trimestres à Salem, Philip s'installe à Gordonstoun7,8. En 1937, sa sœur Cécile, son mari (Georg Donatus, grand-duc héritier de Hesse), ses deux jeunes fils et sa belle-mère périssent dans un accident aérien à Ostende ; Philip, qui n'a alors que seize ans, assiste aux funérailles à Darmstadt. L'année suivante, son oncle et tuteur Lord Milford Haven meurt d'un cancer des os.

    Après la guerre, Philip obtient la permission de George VI dépouser Élisabeth. Avant lannonce officielle des fiançailles, il renonce à ses titres et prédicats royaux grecs et danois, se convertit de la religion orthodoxe grecque à langlicanisme, et devient sujet naturalisé britannique, adoptant le nom de famille Mountbatten de ses grands-parents maternels britanniques. Après cinq mois de fiançailles, devenu le lieutenant Philip Mountbatten, il épouse Élisabeth le 20 novembre 1947. Le jour de son mariage, il reçoit de son beau-père le prédicat daltesse royale et le titre de duc d'Édimbourg. Philip quitte le service actif, ayant atteint le grade de capitaine de frégate, quand Élisabeth devient reine en 1952. Sa femme le fait prince du Royaume-Uni en 1957 et Lord Grand Amiral en 2011. Philip a eu quatre enfants avec Élisabeth : Charles, Anne, Andrew et Edward. Grâce à un décret en conseil datant de 1960, les descendants de Philip et Élisabeth ne portant pas de titres royaux peuvent utiliser le nom de famille Mountbatten-Windsor. Sportif passionné, Philip a aidé au développement de lattelage équestre. Il est le président de plus de 800 organisations et le président du Duke of Edinburgs Award pour les personnes âgées de 14 à 24 ans.

    Après avoir quitté Gordonstoun en 1939, le prince Philip rejoint la Royal Navy, où il se distingue l'année suivante au Britannia Royal Naval College de Dartmouth comme le meilleur cadet de sa promotion9. Il est nommé aspirant en janvier 1940. Philip passe quatre mois sur le cuirassé HMS Ramillies qui assure la protection des convois de la Force expéditionnaire australienne dans l'océan Indien, suivi par de plus courts passages sur les navires Kent, Shropshire et à Ceylan (aujourd'hui Sri Lanka). Après l'invasion de la Grèce par l'Italie en octobre 1940, il est transféré de l'océan Indien sur le cuirassé HMS Valiant de la flotte de Méditerranée10. Parmi d'autres missions, il participe à la bataille de Crète, et est cité pour son comportement pendant la bataille du cap Matapan où il est chargé du contrôle des projecteurs du cuirassé. Philip est promu enseigne de vaisseau après une série de cours à Portsmouth où il termine premier dans quatre des cinq catégories12,13. En juin 1942, il est affecté sur le destroyer des anciennes classes V et W reclassé escorteur antiaérien, le HMS Wallace, et qui est chargé d'escorter des convois sur la côte est de l'Angleterre, ainsi que pour l'invasion alliée de la Sicile14. Il est promu au grade de lieutenant de vaisseau le 16 juillet 1942. En octobre de la même année, à tout juste 21 ans, il est nommé \\"First lieutenant\\" (officier en second) du destroyer HMS Wallace devenant ainsi l'un des plus jeunes officiers en second de la Royal Navy. Lors de l'invasion de la Sicile, en juillet 1943, alors qu'il est toujours officier en second du HMS Wallace, il réussit à faire lancer un radeau avec des fumigènes qui distrait suffisamment les bombardiers pour permettre au navire de s'échapper en passant inaperçu14. En 1944, il est à nouveau affecté sur un destroyer, mais plus récent, le HMS Whelp de la classe W, qui fait partie de la flotte britannique du Pacifique au sein de la 27e flottille de destroyers. Il est présent dans la baie de Tokyo pour la signature des actes de capitulation du Japon. En janvier 1946, Philip retourne au Royaume-Uni sur le HMS Whelp et est affecté comme instructeur à l'école des officiers mariniers, l'établissement à terre (Stone frigate) HMS Royal Arthur, installé à Corsham, dans le Wiltshire15. Il est colonel en chef honoraire de six unités canadiennes : les Cameron Highlanders of Ottawa, les Queens Own Cameron Highlanders of Canada, The Royal Canadian Army Cadets, le Royal Canadian Regiment, le Royal Hamilton Light Infantry (Wentworth Regiment) et les Seaforth Highlanders of Canada. Il est président dhonneur de lAssociation des Officiers de la Marine du Canada et de la Royal Canadian Regiment Association, et commodore dhonneur de la Royal Canadian Naval Sailing Association. Philip a tenu à poursuivre sa carrière dans la marine, bien conscient que le futur rôle de son épouse en tant que reine finirait par éclipser ses ambitions. Néanmoins, Philip retourne dans la marine après son voyage de noces, d'abord dans un emploi de bureau à l'amirauté et, plus tard, dans la direction du Old Royal Naval College à Greenwich9. En 1949, il est en poste à Malte, après avoir été nommé premier lieutenant du destroyer HMS Chequers, le navire amiral de la 1re flottille de destroyers de la flotte méditerranéenne23. En juillet 1950, il est promu au grade de lieutenant commandant et commande la frégate HMS Magpie24. Il est promu commandant en 1952 du HMS Chequers mais sa carrière active navale s'était terminée en juillet 195125,26. Lors de l'accession de son épouse au trône, le 6 février 1952, il devient prince du Royaume-Uni et n'a plus de nom de famille. À partir de ce moment, il est considéré comme prince consort et cela bien qu'il n'ait jamais reçu le titre. Il renonce à sa carrière militaire pour devenir conseiller personnel de la reine. Il est nommé en 1953, à titre honorifique, amiral de la Royal Navy, Marshal of the Royal Air Force et maréchal britannique. Il est fait prince du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord par sa femme le 22 février 1957. Le couple a quatre enfants :

    Philip reçoit une citation à l'ordre de la Royal Navy le 3 février 1942 ainsi que la croix de guerre française 1939-45 avec palme. Il reçoit également la croix de guerre grecque de la vaillance9. Il occupe des fonctions moins prestigieuses comme celle de chef de la chaufferie sur le navire de transport RMS Empress of Russia11. À loccasion de son 90e anniversaire, en 2011, il est nommé « Lord-grand-amiral » de la Marine royale, amiral dhonneur du Commandement maritime (aujourdhui la Marine royale canadienne), général du Commandement de la Force terrestre (aujourdhui lArmée canadienne) et du Commandement aérien (aujourdhui lAviation royale canadienne). Entre 1960 et 1977, le prince Philip préside la Société zoologique de Londres qui le distingue comme membre honoraire en 197727.

    En 1939, le roi George VI et la reine Elizabeth visitent le Britannia Royal Naval College à Dartmouth. Pendant cette visite, la princesse et le comte Mountbatten demandent à Philip d'accompagner les deux filles du roi, Elizabeth et Margaret, ses cousines au 8e degré par la reine Victoria, et au 7e par le roi Christian IX16. Elizabeth tombe amoureuse de son cousin et ils commencent une correspondance17. Finalement, au cours de l'été 1946, Philip demande au roi la main de sa fille. Le roi accepte sa demande mais ne veut fournir aucun engagement formel jusqu'au vingt-et-unième anniversaire d'Élisabeth, au mois d'avril suivant18. Dans l'intervalle, Philip renonce à ses titres royaux grec et danois ainsi qu'à son allégeance à la couronne grecque, se convertit de l'orthodoxie grecque à l'anglicanisme et devient sujet britannique par naturalisation19, tout ceci étant achevé le 18 mars 1947. Philip Mountbatten prend le nom de famille de sa mère. Les fiançailles sont annoncées au public le 10 juillet 194720. La veille de son mariage, le roi George VI décerne à Philip le prédicat d'altesse royale et le matin du mariage, le 20 novembre 1947, il est fait duc d'Édimbourg, comte de Merioneth et baron de Greenwich 21. En 1981, le prince Philip intercède auprès de son fils Charles pour quil se fiance ou rompe avec Lady Diana Spencer. Face aux injonctions de son père, Charles fait publier les bans puis se marie six mois plus tard avec Diana. En 1992, les déboires conjugaux de Charles et Diana contraignent la reine et le duc dÉdimbourg à tenter de les réconcilier, sans succès. Philip écrit son étonnement à Diana concernant laventure extra-conjugale de Charles avec Camilla Parker Bowles. Le couple divorce malgré les efforts du couple royal.

    Philip et Élisabeth se marient à l'abbaye de Westminster. La cérémonie est enregistrée et diffusée par la BBC à 200 millions de personnes du monde entier22. Cependant, dans l'Angleterre d'après-guerre, il n'est pas acceptable que des relations allemandes du duc d'Édimbourg soient invitées au mariage, y compris ses trois sœurs survivantes, qui ont toutes épousé des princes allemands, certains d'entre eux avec des connexions nazies. Après leur mariage, le duc et la duchesse dÉdimbourg élisent domicile à Clarence House. Leurs deux premiers enfants y naissant : le prince Charles en 1948 et la princesse Anne en 1950.

    Il est le fondateur du WWF-Royaume-Uni et premier président de 1961 à 1982, puis président du Fonds mondial pour la nature (WWF) international de 1981 à 199628. De 1964 à 1986, il est président de la Fédération équestre internationale.

    En tant que prince consort, Philip assiste son épouse dans ses devoirs de souveraine en laccompagnant à de nombreux dîners et cérémonies comme celle de louverture du Parlement.

    Atteint dune infection de la vessie, il est hospitalisé, le 4 juin 2012, pendant les festivités du Jubilé de diamant d'Élisabeth II, puis le 16 août 2012, à la suite dune rechute. Le 4 mai 2017, Buckingham Palace annonce par communiqué que « Son Altesse Royale le duc dÉdimbourg a décidé de ne plus honorer dengagements publics à partir de lautomne » et de se retirer de la vie publique29. Il assure son dernier engagement public le 2 août 201730, même s'il a fait une exception en assistant au mariage du prince Harry et de Meghan Markle le 19 mai 2018, et à celui de sa petite fille la princesse Eugenie d'York et de son époux Jack Brooksbank le 12 octobre 2018. Le 17 janvier 2019, alors quil conduit une Range Rover près du domaine de Sandringham, il rentre en collision avec une Kia. Il sen sort miraculeusement indemne.

    Grand amateur de polo, il crée le 25 janvier 1955 le Household Brigade Polo Club devenu en 1969 le Guards Polo Club.

    Dans la série télévisée The Crown (2016), son rôle est interprété par Matt Smith à l'âge adulte et par Finn Elliot durant son enfance, pendant les deux premières saisons. C'est Tobias Menzies qui endosse le rôle pour la troisième et quatrième saison. Dans le film de Stephen Frears, The Queen (2006), le prince est interprété par l'acteur américain James Cromwell.

  4. Ivanhoe (1952 film) - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Ivanhoe_(1952_film)

    1 day ago · Ivanhoe is a 1952 British-American historical adventure epic film directed by Richard Thorpe and produced by Pandro S. Berman for Metro-Goldwyn-Mayer.The film was shot in Technicolor, with a cast featuring Robert Taylor, Elizabeth Taylor, Joan Fontaine, George Sanders, Emlyn Williams, Finlay Currie, and Felix Aylmer.

  5. フィリップ (エディンバラ公) - Wikipedia

    ja.wikipedia.org › wiki › フィリップ

    1 day ago · 1957年にエリザベス2世からPrince of the United Kingdomの称号を与えられ 、それ以降は、His Royal Highness The Prince Philip, Duke of Edinburgh(エディンバラ公フィリップ王配殿下 )が正式な呼称となっている。

  6. Arthur I, Duke of Brittany - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Arthur_I,_Duke_of_Brittany

    1 day ago · A marriage plan, originally aiming to establish an alliance between King Richard and King Philip II of France to marry Arthur's elder sister Eleanor to Philip's son Louis also failed. In 1196, Constance had the young Arthur proclaimed Duke of Brittany and her co-ruler as a child of nine years.

  7. El Escorial - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › El_Escorial

    1 day ago · El Escorial is situated at the foot of Mount Abantos in the Sierra de Guadarrama.This austere location, hardly an obvious choice for the site of a royal palace, was chosen by King Philip II of Spain, and it was he who ordained the building of a grand edifice here to commemorate the 1557 Spanish victory at the Battle of St. Quentin in Picardy against Henry II, king of France.

  8. Kings de Los Angeles — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Kings_de_Los_Angeles

    2 days ago · Les débuts. Profitant du désir de la Ligue nationale de hockey d'augmenter son nombre d'équipe, l'entrepreneur canadien Jack Kent Cooke, alors propriétaire des Lakers de Los Angeles, club de Basket-ball évoluant dans la National Basketball Association (NBA), obtient la possibilité d'instaurer une franchise professionnelle sur la côte-ouest des États-Unis.

  9. Liste des monarques de France — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Liste_des_monarques_de_France
    • Contexte historique
    • Introduction
    • Décès
    • Sources
    • Évolution
    • Formation
    • Origine

    La date de commencement de la France en tant que royaume et entité politique constituée est sujette à controverse. La date la plus reculée admise est celle de l'avènement de Clovis en 481, qui correspond globalement à l'émergence et la consolidation du Regnum Francorum. Son mariage et sa conversion au christianisme nicéen lui ont permis de réunir le royaume païen des Francs avec le royaume chrétien arien des Wisigoths et le royaume chrétien arien des Burgondes, le royaume de Soissons et les restes du pouvoir impérial exercés par les évêques dans les différentes cités gallo-romaines. Le territoire continue sur plusieurs siècles à s'appeler la Gaule, mais on possède depuis cette date des actes de la chancellerie de France qui attestent de l'existence et de la continuité d'un État franc, puis français.

    Sous la royauté, diverses listes de souverains français ont existé et toutes n'étaient pas cohérentes ; ainsi la liste des rois représentés dans la grand-salle du Parlement de Paris ne coïncide pas avec celle du Registre de Guérin réalisé par le clerc Étienne de Gallardon sur ordre de l'évêque de Senlis1,2. Ces diverses listes avaient pour particularité d'intégrer les prédécesseurs païens de Clovis Ier, à commencer par FaramondNote 1, de suivre la suite des rois de Neustrie en excluant ceux d'Austrasie3. Les différences portaient sur la prise en compte ou non de Charles Martel, représenté comme roi à la basilique Saint-Denis ou sur le reliquaire de Saint Louis de la Sainte-Chapelle4, de Charles de Basse-Lotharingie intégré dans le registre de Guérin1, de roi élu mais n'ayant pas régné comme Philippe frère aîné de Louis VII représenté à la grand-salle5,3. Du haut Moyen Âge jusqu'à la Renaissance, la légende de l'origine troyenne des Francs et des Gaulois, permit également aux Francs puis aux Français, de faire de leurs souverains les héritiers des rois de Troie et des Gaules ; ainsi, Jean Lemaire de Belges raconta l'histoire des rois des Gaules ancêtres des rois de Troie et de France6. Les listes produites par les serviteurs directs de la monarchie française s'en tenaient cependant aux seuls rois des Francs et de France. La liste de l'Almanach royal, paraissant sous l'Ancien Régime et la Restauration, ne donnait que les rois et les reines depuis Hugues Capet2.

    Depuis, plusieurs listes ont été établies par les historiens et pour une chronologie précise, notamment des règnes du haut Moyen Âge, on peut consulter :

    Hervé Pinoteau donne par exemple quatre-vingt-cinq souverains de Clovis Ier à Charles X en incluant les rois dAustrasie, les empereurs Lothaire et Charles III le GrosNote 2, les rois associés sous les premiers Capétiens directs7.

    Le titre officiel des souverains français a évolué au cours des âges : roi des Francs, roi de France, roi des Français, empereur des Français. Ces quatre titres ont pu être complétés de titres complémentaires correspondants aux souverainetés étrangères acquises par le monarque.

    Au-delà du titre officiel, les rois de France bénéficiaient de deux qualifications accordées par les papes :

    Dès la fin du Moyen Âge, on commença à numéroter les rois depuis les Mérovingiens, à partir des ancêtres mythiques de la « Première race de France ». Cette numérotation débute avec le mythique Faramond, premier roi franc païen, et omet plusieurs rois, car elle ne retient que le seul souverain de Paris ou de la Neustrie durant les périodes de partages successoraux du royaume des Francs. Ainsi, dans la grand-salle du palais de la Cité, la numérotation des rois Thierry et Dagobert ne tenait pas compte des rois des Francs d'Austrasie. Sous l'Ancien Régime, les rois de France tiennent les seuls rois de Neustrie pour leurs prédécesseurs et Charles VII est donné comme étant le « 57e roi de France », suivant la numérotation émise par Jean du Tillet22. On trouve ainsi les mentions de « Louis XIV, 68e roi de France » du vivant du roi23, et Louis XVI était connu comme le « 70e roi de France »24.

  10. King — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › King

    1 day ago · Philip Gidley King (1758–1808), officier de marine britannique et administrateur colonial ; Philip Parker King (1793-1856), un des premiers explorateur des côtes ...

  11. People also search for