Yahoo Web Search

  1. 6 days ago · 1 LORD, I hear of showers of blessing Thou art scattering, full and free - Showers, the thirsty land refreshing; Let some dropping fall on me. Even me. 2 Pass me not, O God, our Father, Sinful though my heart may be! Thou might'st leave me, but the rather Let thy mercy light on me. Even me. 3...

  2. Pussy Fairy (OTW) - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Pussy_Fairy_(OTW)

    5 days ago · "Pussy Fairy (OTW)" is an R&B ballad written in the key of D major, incorporating an alchemy crystal sound bowl. This instrument is featured throughout Chilombo, often used to produce a single background note.

    • 3:02 (single version), 3:41 (album version)
    • Def Jam
  3. Kit Major explains what happens “When the Drugs Don’t Work ...

    earmilk.com › 2021/04/30 › kit-major-explains-what

    6 days ago · The music video dives into the psychological turmoil at the heart of the track with a hyperstylized touch. It looks like a scene taken right out of Eternal Sunshine of the Spotless Mind with spotlights following Kit around her childhood home in a fever dream state. You don’t want to miss it.

  4. I'm Thinking of Ending Things - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › I&

    6 days ago · I'm Thinking of Ending Things is a 2020 American surrealist psychological thriller film written and directed by Charlie Kaufman.The film is based on the 2016 novel of the same name by Iain Reid and stars Jessie Buckley, Jesse Plemons, Toni Collette and David Thewlis.

  5. Gospel Hymns And Songs — ♫Show A Little Bit Of Love And ...

    www.nairaland.com › 310113 › gospel-hymns-songs-show

    Apr 29, 2021 · There's no time to change your mind The Son has come and you've been left behind There's no time to change your mind The Son has come and you've been left behind Life was filled with guns and war And everyone got trampled on the floor I wish we'd all been ready Children died the days grew cold A piece of bread could buy a bag of gold

  6. Arts & Entertainment – The Aragon Outlook

    aragonoutlook.org › section › artsentertainment

    3 days ago · A gentle breeze wallows across the grassy plain as the dim moonlight illuminates a dark forest scattered with old-timey television sets. The twilight follows me as I explore the landscape of overgrown roots and earth, continuing to shuffle through the underbrush. Nothing pops out besides a lone shoe or sporadic bursts of wind.

  7. Index - Oxford Handbooks

    www.oxfordhandbooks.com › view › 10

    5 days ago · "Index" published on by Oxford University Press.

  8. 6 days ago · “___ Sunshine of the Spotless Mind,” 2004 movie starring Jim Carrey: ETERNAL “This woman’s place is in the House — the House of Representatives!” campaigner, 1970: BELLAABZUG “The Strange Case of Dr. Jekyll and Mr ___,” gothic novella by Robert Louis Stevenson which tells the story of a legal practitioner, Gabriel John Utterson ...

  9. Beck Hansen — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Beck_Hansen
    • Personnalité
    • Style musical
    • Apparitions
    • Enfance
    • Débuts
    • Historique
    • Sortie
    • Critique
    • Développement
    • Récompenses
    • Influences
    • Carrière
    • Médias
    • Vie personnelle

    Beck, alias Beck Hansen, de son vrai nom Bek David Campbell, est un auteur, compositeur, producteur et musicien multi-instrumentiste américain né le 8 juillet 1970.

    Son style musical mélange des styles aussi variés que la pop, le folk, le rock psychédélique, le hip-hop, la country, le blues, le R'n'B, le funk, le rock indépendant, le noise rock, le rock expérimental, le jazz, le lounge ou la musique latine. Né à Los Angeles en 1970, Beck s'est d'abord doté un style hip-hop et folk en commençant à jouer dans des bars et cafés locaux. Il a déménagé à New York en 1989 et est devenu proche du petit mouvement anti-folk de la ville. Il retourne à Los Angeles au début des années 1990. Son premier single est MTV Makes Me Want to Smoke Crack, mais c'est en 1994, avec le titre Loser qu'il connaît son premier succès international. Il sort dans la même année l'album Mellow Gold, qui inclut Loser. Il sort ensuite un album de blues, puis Odelay, en 1996, qui comprend certains de ses plus grands succès comme Devils Haircut ou Where It's At. L'album devient vite un favori des critiques et se mérite plusieurs récompenses. Le psychédélique Mutations sort en 1998, suivi du très funk Midnite Vultures en 1999. Le calme et acoustique Sea Change en 2002 (influencé par Neil Young et Serge Gainsbourg) montre une face beaucoup plus sérieuse de Beck, tandis que Guero (2005) retourne au style d'Odelay avec une production basée sur les échantillons musicaux. En 2006 vient The Information, qui prend ses sources de l'électro-funk, du hip-hop et du psychédélique; en 2008 Modern Guilt, qui s'inspire de la musique des années 60 ; et en 2014 vient l'album folk Morning Phase, récompensé du prix Album de l'année lors de la 57e cérémonie des Grammy Awards le 8 février 2015. Son treizième album studio, Colors, un opus pop, sort en octobre 2017 après un long processus de production. Grâce à un assemblage de styles musicaux, de paroles ironiques et d'arrangements postmodernes incluant des échantillons, des boîtes à rythmes et de l'instrumentation live, Beck est acclamé par la critique et le public dès les débuts de sa carrière. Certains le considèrent même comme étant un des artistes le plus idiosyncratique et créatif du rock alternatif des années 1990 et 2000. Ses deux albums les plus populaires et primés sont Odelay et Sea Change, tous deux classés dans la liste des 500 plus grands albums de tous les temps du magazine Rolling Stone.[réf. nécessaire] Le style musical de Beck est considéré alternatif105 et indie106. Il est multi-instrumentaliste et joue donc plusieurs instruments sur chacun de ses albums107. Beck a également fait des remixes pour plusieurs artistes, notamment David Bowie et Björk. Il est connu pour synthétiser plusieurs éléments musicaux pour en faire un tout, incluant le folk, le psychédélique, l'électro, le country, la musique latine, le hip hop, le funk, le soul, le blues, la musique bruitiste, le jazz et plusieurs styles de rock108.

    En 2001, Beck a participé à la bande-son du film Moulin Rouge avec une reprise de Diamond Dogs de David Bowie. Il a aussi chanté sur The Vagabond et Don't Be Light, morceaux présents sur l'album de Air, 10 000 Hz Legend. Il participe quelques années plus tard à la BO du film Eternal Sunshine of the Spotless Mind de Michel Gondry. En 2011, il collabore avec Seu Jorge sur une chanson intitulée Tropicália (Mario C. 2011 Remix) pour le plus récent album charitable de Red Hot Organization, Red Hot+Rio 2, une suite à l'album de 1996 Red Hot + Rio. Les recettes de ventes sont ensuite remises pour la sensibilisation et la lutte au SIDA et au VIH, tout en faisant le lien entre la santé et les problèmes sociaux89. Il contribue également à la chanson Attracted to Us sur l'album Turtleneck & Chain de The Lonely Island. Aussi, en 2011, Beck produit un album solo par Thuston Moore des Sonic Youth nommé Demolished Thoughts. Il produit aussi un autre album pour Stephen Malkmus and the Jicks, Mirror Traffic, qui sort en août de la même année. En 2015, Beck collabore avec l'ancien frontman du groupe Fun., Nate Ruess, sur le single What This World Is Coming To. Il participe aussi à l'élaboration de l'album de The Chemical Brothers, Born in the Echoes en tant que chanteur, ainsi qu'en tant que compositeur pour la chanson Wide Open102. En 2016, il collabore avec le groupe électro français M83, fournissant la voix à la chanson Time Wind de l'album Junk. Il collabore la même année avec Lady Gaga sur la chanson Dancin' in Circles pour son album Joanne103. En 2017, Beck fait une apparition dans le très primé film The American Epic Sessions, réalisé par Bernard MacMahon. Il enregistre 14 Rivers, 14 Floods, appuyé par une chorale gospel, en live dans le premier système d'enregistrement sonore électrique datant des années 1920104.

    Bek David Campbell naît le 8 juillet 1970 à Los Angeles, Californie, de parents artistes2,3,4. Son père, David Campbell, était un chef d'orchestre et arrangeur musical canadien (qui a collaboré plus tard avec son fils). Quand il quitte le nid familial, Beck prend le nom de famille de sa mère Bibbe Hansen, une danseuse du Velvet Underground, proche dAndy Warhol (elle apparaît dans le film Prison) et fondatrice du groupe punk satirique Black Fag. Son grand-père, Al Hansen, est un personnage important du mouvement artistique Fluxus. Lorsque ses parents se séparent, Beck, 10 ans5, reste avec sa mère et son frère Channing à Los Angeles, où il est influencé par la diversité de styles musicaux qui s'y retrouve. Ce sont d'ailleurs ces styles qui se retrouveront plus tard dans ses enregistrements. Il obtient sa première guitare à 16 ans et devient un musicien de rue, jouant souvent des reprises de Lead Belly au Lafayette Park6. Pendant l'adolescence, il découvre la musique de Sonic Youth, Pussy Galore et X, mais reste peu intéressé à la tout ce qui se trouve à l'extérieur de la sphère du folk pendant encore plusieurs années, jusqu'après le début de sa carrière5,7. La premier style musical plus contemporain avec lequel Beck connecte est le hip hop, style qu'il a entendu pour la première fois grâce à des disques de Grandmaster Flash dans le début des années 805. À 17 ans, Beck devient fasciné par un disque de Mississippi John Hurt qu'il écoute chez un ami8 et passe ensuite des heures dans sa chambre à essayer de recopier ses techniques de fingerstyle9. Peu après, il explore le blues et le folk plus en profondeur et découvre Woody Guthrie et Blind Willie Johnson9. Beck quitte lécole secondaire en dixième année et voyage9. Il dit plus tard que bien qu'il considérait l'école comme étant importante, il ne s'y sentait pas en sécurité10. En Allemagne, il passe beaucoup de temps avec son grand-père, Al Hansen. À son retour, il fait une demande pour entrer dans une école d'art, mais sa candidature est rejetée11. Il traîne au Los Angeles City College, consultant des disques, des livres et des vieilles partitions dans la bibliothèque. Il utilise une fausse pièce d'identité pour assister à certains cours et il devient ami avec un professeur de littérature et sa femme poète11.

    Beck débute comme un musicien folk, alternant entre le country blues, le Delta blues et le folk plus traditionnel dans son adolescence5. Ses premières performances musicales se font dans des autobus, où il fait principalement des reprises de Mississippi John Hurt et des titres originaux, en ajoutant parfois des compositions improvisées9. «Je montais dans le bus et je commençais à jouer du Mississippi John Hurt avec des paroles complètement improvisées. Un soûlon s'est mis à me crier dessus en m'appelant Axl Rose. Donc j'ai commencé à chanter à propos d'Axl Rose et de la digue et des passes d'autobus et de la strychnine, en mélangeant le tout», il raconte plus tard9. Il faisait également partie d'un groupe appelé Youthless qui animait des événements inspirées du Dadaïsme dans des cafés5. «Nous avions des micros de Radio Shack et des haut-parleurs fabriqués à la main et nous demandions à certaines personnes dans le public de réciter des comic books ou de faire du beatbox, ou encore on enroulerait tout le public dans du ruban adhésif», se remémore-t-il5. En 1988, il produit une cassette denregistrement maison appelée The Banjo Story. En 1989, Beck prend un bus pour New York avec à peine plus que huit dollars et une guitare9. Il passe l'été à essayer de se trouver un emploi et un logement avec peu de succès9. Il commence éventuellement à fréquenter le Manhattan's Lower East Side et tombe sur les premiers balbutiements du mouvement anti-folk7. Ce mouvement de chansonniers acoustiques, influencé par une esthétique punk, est mené par Roger Manning, Michelle Shocked, John S. Hall et King Missile8,12. «La mission était de détruire tous les clichés et d'en fabriquer des nouveaux», raconte Beck à propos de ses années passées à New York. «Tout le monde se connaissait. On pouvait aller sur scène et dire n'importe quoi et on ne se sentait pas bizarre, on ne sentait pas de pression.»12 Inspiré par cette liberté et par les performeurs locaux, Beck commence à écrire des chansons surréalistes à propos de la pizza, de MTV et de travail au McDonald's, transformant des pensées ordinaires en chansons12. Beck est colocataire avec le musicien Paleface. Il dort sur son sofa et participe à des soirées à micro ouvert avec lui13. Hanté par l'idée de passer un autre hiver à New York sans logement, Beck retourne à Los Angeles dans les premiers mois de 19918,14. «Je n'en pouvais plus d'avoir froid, d'être fatigué et de me faire battre», raconte-t-il. «C'était difficile d'être à New York sans argent, sans logement [...] j'ai en quelque sorte utilisé tous les amis que j'avais. Tout le monde dans le milieu s'est tanné de moi.»9 En 2000, Beck et sa fiancée, la styliste Leigh Limon, mettent un terme à leur relation de neuf ans35. Beck entre alors dans une période de mélancolie et d'introspection pendant laquelle il écrit les chansons sombres et acoustiques qui se retrouveront sur Sea Change36. Beck garde les chansons sans les publier, ne voulant pas parler de sa vie personnelle; il dira plus tard qu'il voulait se concentrer sur la musique et «pas vraiment renverser ses valises partout dans le hall public». Éventuellement, toutefois, il décide que les chansons parlent d'une expérience commune (une rupture amoureuse), et que ce ne serait pas égoïste de les enregistrer37. En 2001, Beck se décide à utiliser les chansons et appelle Nigel Godrich, avec qui il a déjà travaillé pour Midnite Vultures.38

    En 1993, Beck vit dans un hangar infesté de rats à Los Angeles avec très peu d'argent9. Loser, produit dans la cuisine du producteur Carl Stevenson, sort comme un single en mars 1993 en vinyle 12'' en seulement 500 copies18. Le morceau combine boîte à rythmes, funk, rap et une guitare bluesy ainsi quun extrait de la reprise de I Walk on Guilded Splinters de Dr. John par Johnny Edward Jenkins. Le titre est d'abord joué sur la radio alternative universitaire de Santa Monica, mais devient rapidement un succès national et international8. À la suite de plusieurs offres de maisons de disques différentes, Beck choisit Geffen Records, qui lui offre moins d'argent mais la possibilité de produire et de distribuer des albums sur des labels indépendants. En 1992, Beck part à Olympia, Washington, pour enregistrer un album pour la maison de disques de Calvin Johnson, K Records. Au début de lannée 1993, le single MTV Makes Me Want to Smoke Crack paraît chez Flipside et Golden Feelings sur Sonic Enemy sous forme de cassette. En 1994, la parution officielle de Mellow Gold avec Geffen est un succès. Un autre disque indépendant, A Western Harvest Field By Moonlight, sort en janvier chez Fingerpaint. En même temps, Beck sort Stereopathic Soulmanure (lo-fi, noise rock) avec laide de Flipside Records et One Foot In The Grave (folk acoustique), résultat de son voyage à Olympia, avec K Records19. Il commence alors à faire des tournées, notamment avec le festival Lollapalooza. Malgré ses trois albums complets et quelques EP, les critiques et le public continuent à le réduire à son seul grand succès : Loser9. Comme s'il devait constamment essayer de se prouver à lui-même[réf. nécessaire]20, Beck souffre d'une remise en question, les sceptiques le dénonçant comme un nombriliste et une simple opportunité de marketing21. Durant l'été 1994, Beck lutte contre lui-même et plusieurs de ses compagnons musiciens pensent qu'il ne sait plus du tout où il s'en va5. Avec la popularité du vidéoclip de Loser et de sa première tournée mondiale, Beck réagit en pensant que l'attention sur lui ne durera pas, qu'il va gagner le statut de \\"one-hit-wonder\\". À d'autres concerts, les foules se voient donné vingt minutes de versions reggae, Miles Davis ou jazz-punk de Loser11. Lors de petits festivals en Californie, il s'entoure d'un combo de musiciens particuliers : le percussionniste incendie ses cymbales ; le guitariste joue avec les cordes face à son corps; et Beck change les mots de Loser pour s'assurer que personne dans la foule ne pourrait chanter en même temps que lui5. Je ne peux pas vous dire combien de fois je regardais les visages qui me fixaient avec une confusion totale - ou juste pointant du doigt et secouant leurs têtes en riant - pendant que je jouais à cette période[réf. nécessaire], relate-t-il22. Malgré cela, Beck gagne le respect de ses pairs, comme Tom Petty et Johnny Cash, et créé une vague complète de groupes cherchant à recapturer l'essence et le son de son album Mellow Gold23. Sentant que ses précédents albums étaient juste des collections de démos enregistrés pendant des années, Beck désire entrer dans le studio et enregistrer un album d'une manière plus continue et linéaire. Cet album devient Odelay.22 Beck mélange le country, le blues, le rap, le jazz et le rock sur Odelay, le résultat d'un an et demi de fébriles «coupage, collage, superposition, doublage et, évidemment, échantillonnage»6. Chaque jour, les musiciens recommencent à zéro24, travaillant souvent sur des chansons pendant 16 heures d'affilée6. La conception d'Odelay a comme pierre angulaire un album studio non complété que Beck avait débuté à la suite du succès de Loser. Cette ébauche d'album détaillait les moments difficiles qu'il a vécu: «Il y avait un cycle, tout le monde mourrait autour de moi», se rappelle-t-il plus tard23. Il estconstamment en train d'enregistrer et, éventuellement, il met ensemble les morceaux permettant la création d'un album sombre, orchestré de sons folk. Un album qui, peut-être, «pourrait avoir été un grand succès commercial aux côtés de travaux aux thèmes similaires par The Smashing Pumpkins, Nine Inch Nails et Nirvana»23. Au lieu de quoi, Beck n'utilise qu'une seule chanson de cette ébauche - la dernière chanson d'Odelay, intitulée Ramshackle - et s'est débarrassé du reste (Brother et Feather In Your Cap furent cependant dévoilés comme B-Sides)5,23. Pour Odelay, Beck collabore avec The Dust Brothers, producteurs de lalbum Paul's Boutiquedes Beastie Boys. N'ayant pas été dans un vrai studio depuis l'enregistrement de Deadweight, Beck est anxieux «d'y aller et de faire les choses vraiment vite», et compile plusieurs chansons qu'il avait en banque depuis des années26. Beck et ses musiciens produisent alors quatorze titres en quatorze jours, bien que seulement douze se soient rendus sur l'album26. Odelay est en effet suivi en 1998 de Mutations, produit par Nigel Godrich, producteur régulier des albums de Radiohead, entre autres OK Computer l'année précédente. Godrich devait quitter rapidement les États-Unis pour l'Angleterre, ce explique en partie l'horaire de production rapide de l'album26. L'objectif de Mutations est de capturer la performance live des musiciens, une tournure non-caractéristique à l'esthétique éclectique d'Odelay. L'album est rempli dinfluences de folk et de blues, entre autres. Bien que l'album devait à la base être publié par Bong Load Records, Geffen est intervenu et l'a issu contre le gré de Beck27,28. L'artiste a donc cherché à annuler ses contrats avec les deux labels discographiques, qui en retour l'ont poursuivi pour bris de contrat. Le litige a duré plusieurs années et même à ce jour, il n'est pas tout à fait clair s'il a été totalement résolu29. Mutations a également été honoré du Grammy pour la Meilleure performance de musique alternative à la 42e cérémonie des Grammy Awards30. À la suite de la sortie de Sea Change, Beck sent que ses plus récentes compositions représentent des esquisses pour quelque chose de plus évolué. Il écrit quasiment 35 nouvelles chansons dans les mois qui suivent, gardant des démos en cassette dans une valise22. Pendant sa tournée en solo, la valise fut laissée en coulisses lors d'un arrêt à Washington, D.C. et Beck ne les récupérera jamais. Ce fut décourageant pour le musicien, qui senti que ces deux années d'écriture représentaient quelque chose de bien plus complexe techniquement. Le résultat est que Beck prend une pause et n'écrit plus de composition originale en 200322. Sentant qu'il pourrait avoir besoin d'un bon moment avant de «revenir dans ce territoire [de la composition]», il entre dans le studio avec les Dust Brothers pour compléter un projet qui date d'Odelay.22 Guero, le huitième album studio de Beck, est enregistré sur une période de neuf mois pendant laquelle plusieurs événements marquants de la vie de l'artiste se produisirent: sa copine Marissa Ribisi tombe enceinte; ils se marient en avril; leur fils Cosimo naît; et ils déménagent de Silver Lake32,44. Beck collabore à nouveau avec les Dust Brothers, cette fois-ci pour trouver un son lo-fi grâce à plusieurs mesures de haute technologie32. Par exemple, après avoir enregistré une version «soniquement parfaite» d'une chanson dans un des plus beaux studios d'Hollywood, les Dust Brothers l'ont fait passer dans un Echoplex pour créer un son brut et lourd de réverbérations: «Nous avons fait cet enregistrement high-tech avant de le passer dans une radio transistor. Ça sonnait trop bien, c'était ça le problème»32. Il collabore aussi avec Jack White des White Stripes. Initialement supposé sortir en octobre 2004, l'album paraît en mars 2005, bien que quelques copies non masterisées des titres fassent surface en ligne en janvier45. 2004 est aussi lannée de parution de 10 Years Of Mellow Gold, un court métrage sur son album Mellow Gold. Guero débute au deuxième rang du Billboard 200, vendant 162 000 copies la première semaine, un nombre de vente jamais égalé46. Le premier single, E-Pro, atteint le sommet des chartes de Modern Rock radio et devient son premier numéro un depuis Loser47. Inspiré par le Nintendocore et sentant une connexion avec ses méthodes lo-fi et d'enregistrement maison, Beck collabore avec les artistes 8-Bit et Paza pour Hell Yes, un EP qui paraît en février 200544. En décembre de la même année, Geffen sort également Guerolito, une version totalement retravaillée de Guero qui inclut des remixes par Ad-Rock des Beastie Boys, par John King des Dust Brothers et par le duo écossais Boards of Canada44. Guerolito combine des remixes déjà entendus comme B-Sides et certaines nouvelles versions de chansons paraissant sur l'album44. La compilation A Brief Overview, un album promotionnel de douze titres de Beck, récents ou plus anciens, sort également en 2005. The Information, neuvième album studio de Beck, commence sa production à la même époque que Guero, en 2003. Cest la troisième collaboration de Beck avec Nigel Godrich. Beck construit un studio dans son jardin, où les deux hommes composent la majorité des chansons de l'album48. «L'idée était de mettre plusieurs personnes ensemble dans une pièce pour enregistrer en live, en jouant des mauvaises notes et en criant», raconte Beck, en ajoutant que l'album est mieux décrit en tant que «hip hop introspectif»49. Il met trois ans à concevoir cet album. Beck décrit le processus d'enregistrement comme «douloureux», notant qu'il éditait constamment chaque chanson et qu'il a dû enregistrer l'album trois fois, finalement50. Pour la parution de l'album, le 3 octobre 2006, Beck reçut l'autorisation pour la première fois de réaliser un de ses souhaits pour un lancement non conventionnel: il fait un vidéoclip à petit budget pour accompagner chaque chanson, inclut des autocollants dans le boîtier pour laisser le consommateur fabriquer sa propre pochette de disque et il fait lui-même fuiter certaines chansons et vidéos sur son site internet48,51. Les téléchargements de The Information s'accompagnaient automatiquement du téléchargement des vidéoclips et les copies physiques se vendaient avec un DVD contenant les 15 vidéos48. Le premier single, Nausea, passe à la radio américaine pour la première fois le 5 septembre 2006. En Angleterre, le premier single est Cellphone's Dead avec un vidéoclip réalisé par Michel Gondry. À cause des autocollants, inclus gratuitement, l'album est interdit de classement par The Official Chart Company[réf. souhaitée]. Il est toutefois classé au septième rang du Billboard 100 aux États-Unis. En 2007, Beck sort le single Timebomb, nominé pour un Grammy pour Best Solo Rock Vocal Performance52. Pour son dixième album studio, Beck s'appuie sur Danger Mouse comme producteur, les deux s'étant rencontré pour la première fois en décembre 2007 pour enregistrer. Le duo réalise deux chansons en deux jours, mais l'idée que l'album serait terminé rapidement s'est vite évaporée52. Beck connaissait bien Danger Mouse, comme plusieurs de ses musiciens ont travaillé avec lui sur son projet secondaire, Gnarls Barkley. Malgré tout, les musiciens ont été surpris d'à quel point ils s'entendaient bien53. En raison de l'horaire éreintant d'enregistrement, Beck était épuisé, en l'appelant « le travail le plus intense que j'ai jamais fait sur quoi que ce soit », indiquant qu'il a «travaillé au moins 10 semaines sans repos, jusqu'à quatre ou cinq heures du matin chaque nuit.»53 La version originale de Beck était un court disque de 10 titres de deux minutes chacun, mais les chansons ont graduellement pris de l'ampleur lorsqu'il a «fait entré deux ans de composition en deux mois et demi.»53 Modern Guilt est la dernière sortie d'album dans le contrat de Beck avec Geffen Records. Beck, 38 ans, a donc gardé ce contrat depuis ses débuts dans la vingtaine52,53. Libre de ce contrat et maintenant indépendant, Beck commence à travailler plus sérieusement sur son propre label, qui est déjà passé par une variété de noms depuis ses sept ans d'existence11. Son attention mise sur des projets plus chimériques et de moindre envergure, Beck travaille au noir comme producteur avec des artistes comme Charlotte Gainsbourg, Thurston Moore et Stephen Malkmus22. Il travaille cinq ou six jours par semaine dans un petit studio situé sur sa propriété à Malibu et fonde Record Club, un projet dans lequel un album classique - par The Velvet Underground, Leonard Cohen, INXS, Yanni - serait chanté par un autre artiste dans l'espace d'une seule journée11. Beck fournit également quatre chansons pour le film Scott Pilgrim vs the World (2010), chacune attribuée au groupe fictif de Scott Pilgrim, Sex Bob-Omb54. Beck collabore également avec Philip Glass55, Jack White56, Tobacco des Black Moth Super Rainbow57, Jamie Lidell58, Seu Jorge59, Childish Gambino60 et The Lonely Island61. Le 20 juin 2009, Beck annonce qu'il se lance dans une expérimentation appelée Record Club, dans laquelle lui-même et d'autres musiciens vont effectuer des reprises d'albums complets en un jour seulement. Le premier album repris par Record Club est The Velvet Underground & Nico. Commençant le 18 juin, le club commence à publier des reprises de chansons de l'album les jeudis soirs, chacune avec son propre vidéo81. Le 4 septembre 2009, Beck annonce que le deuxième album du Record Club sera Songs of Leonard Cohen. Les contributeurs incluent MGMT, Devendra Banhart, Andrew Stockdale de Wolfmother et Binki Shapiro de Little Joy82. Dans le troisième disque de Record Club, Wilco, Feist, Jamie Lidell et James Gadson rejoignent Beck pour une reprise de l'album Oar par Skip Spence. La première chanson, Little Hands, est publiée sur le site internet de Beck le 12 novembre 200983. Depuis, le Record Club a aussi repris des albums de INXS et de Yanni.

    L'album sort le 18 juin 1996 et est automatiquement un succès commercial et critique. Plusieurs hits s'y retrouvent, comme le single Where Its At, qui reçoit un énorme succès à la radio, passant souvent sur MTV, ainsi que Devils Haircut, Jack-Ass, et The New Pollution25. Odelay reçoit des notes parfaites de la part de Rolling Stone et Spin Magazine, il entre dans de nombreux Top 10 et obtient le statut de double platine. L'album est en nomination pour le Grammy de l'Album de l'année et remporte deux statuettes dans la même soirée, soit celles de Meilleur album de musique alternative et celui de Meilleure performance vocale de rock (masculin) pour Where It's At. Pendant une semaine chargée en janvier 1997, il reçoit ses nominations pour les Grammys, fait une apparence à Saturday Night Live ainsi qu'au Howard Stern Show, et fait une apparition de dernière minute au Rosie O'Donnell Show. Tout ce buzz donne une nouvelle paire d'ailes à Odelay, ce qui résulte en l'expansion de la fanbase de Beck ainsi qu'à davantage de couverture médiatique16. Beck l'apprécie mais, comme plusieurs exécutifs à Geffen, il reste abasourdi par le succès d'Odelay. Il va souvent être reconnu en public, ce qui le fait se sentir étrange. «C'est juste bizarre. Ça ne semble pas correct. Ce n'est vraiment pas naturel pour moi», dit-il plus tard à Pitchfork22. Deux millions dexemplaires de l'album sont vendus et quatre de ses chansons sont des hits internationaux. Les critiques qui traitaient Beck de «one-hit-wonder» cessent.

    Les détaillants ont initialement prédit que l'album ne recevrait pas beaucoup de support radiophonique, mais ils croient aussi que la réputation non-conformiste de Beck ainsi que son acclamation par la critique, en plus de la possibilité de multiples nominations aux Grammys, devraient compenser le style non commercial de Sea Change37. Malgré tout, l'album, issu en septembre 2002 par Geffen, fut un succès commercial et un chouchou des critiques39, avec Rolling Stone le considérant comme «le meilleur album que Beck ait jamais fait, [...] un album impeccable de vérité et de lumière provenant d'une rupture. C'est son Blood on the Tracks.»40 L'album a plus tard été listé par le magazine comme l'un des meilleurs de la décennie et de tous les temps, tout en le plaçant en deuxième place du sondage des critiques Pazz & Jop de l'année. Sea Change amène une tournée minimaliste très acoustique, en plus d'une tournée plus imposante avec The Flaming Lips en tant que première partie et musiciens41,42. Beck y est enjoué et énergique, se lançant parfois dans des reprises des Rolling Stones, de Big Star, de The Zombies et de The Velvet Underground40,43. Pitchfork Media applaudie Midnite Vultures, disant que «Beck mélange merveilleusement Prince, Talking Heads, Paul's Boutique, 'Shake Your Bon-Bon' et Mathlete sur Midnite Vultures, son album le plus joyeux et consistant jusqu'à présent». L'article continue à commenter le travail de Beck en ajoutant que le mélange de sa piété loufoque et de son intention équivoque ont grandement aidé l'album.

    Song Reader, un projet que Beck publie en décembre 2012, consiste en 20 chansons présentées uniquement comme partitions, dans l'espoir que des musiciens entreprenants en enregistrent leurs propres versions62. L'idée de Song Reader vient d'environ quinze années auparavant, peu après la sortie d'Odelay11. Quand Beck reçoit un livret de partitions pour cet album, il décide de les jouer et devient intéressé par le monde de la musique - avant qu'un son soit enregistré. Il vise garder les arrangements le plus ouverts possible, pour recréer la simplicités des standards, et se préoccupe alors de créer uniquement des pièces qui pourraient se retrouver dans le Great American Songbook11. En 2013, Beck commence à faire des concerts spéciaux de Song Reader avec plusieurs artistes invités et annonce qu'il travaille sur un album comprenant du matériel de Song Reader avec d'autres musiciens, ainsi qu'une possible compilation de versions de ses fans63. Jack White, Jarvis Cocker, les Sparks, Jack Black, Jeff Tweedy, Laura Marling, Eleanor Friedberger, Fun, Norah Jones, Juanes ou encore Loudon Wainwright III64 participent à ce disque. Dans l'été 2013, les rumeurs courent que Beck travaille sur deux nouveaux albums studio: l'un plus réservé et acoustique dans le style de One Foot in the Grave, l'autre décrit comme une « suite à proprement dit » de Modern Guilt65. Beck s'attend à faire paraître les deux albums indépendamment. Il sort en attendant deux singles autonomes pendant l'été: la balade électro Defriended et I Won't Be Long65,66. Un troisième single, Gimme, paraît le 17 septembre67. Peu après la sortie de Morning Phase et son succès général chez les critiques, Beck mentionne qu'il travaillait aussi sur un autre album au même moment, mais que ce dernier serait davantage un disque pop. Peu après les victoires de Morning Phase aux Grammys, le 15 juin 2015, Beck sort le premier single, Dreams, de son treizième album studio. «J'essayais vraiment de faire quelque chose qu'il serait amusant de jouer live», dit-il peu de temps après sa sortie74. Cependant, pas un mot n'est dit relativement à la sortie de l'album. Le 2 juin 2016, presque un an après Dreams, un nouveau single paraît, intitulé Wow, avec un lyrics video et une annonce que l'album paraîtrait le 21 octobre 201675. En septembre 2016, la sortie de l'album est retardée sans qu'une nouvelle date ne soit annoncée et, le 24 septembre, Beck dit qu'il ne sait pas «quand il sortira. Ce sera probablement dans quelques mois»76. Le 11 août 2017, Beck annonce que son treizième album s'intitulera Colors et qu'il paraîtra le 13 octobre77. Il confirme également que plusieurs chansons déjà en ondes se retrouvent sur l'album, comme Dreams, Wow et Up All Night, un titre qui a été inclus dans la bande sonore du jeu vidéo FIFA 1778. Le 8 septembre 2017, un nouveau single, Dear Life, sort, rapidement suivi par la parution officielle de Up All Night le 18 septembre78,79. Colors est dévoilé le 13 octobre 2017. L'album a été enregistré au studio du co-producteur exécutif Greg Kurstin à Los Angeles, où Beck et Kurstin jouent de quasiment tous les instruments eux-mêmes77. Le disque, expérimental et infusé de pop, reçoit des analyses généralement positives de la critique80. En octobre 2011, il est déjà très rapporté que Beck et le producteur Hector Castillo collaboreraient avec le compositeur américain Philip Glass pour produire un album remixé des succès de ce dernier en l'honneur de son 75e anniversaire90,91. L'album acclamé par les critiques, Rework Philip Glass Remixed, paraît le 23 octobre 2012 et inclut Beck en tant que conservateur et interprète92,93. En particulier, Pitchfork décrit la contribution de 22 minutes de Beck à l'album, NYC: 73-78, comme «une fantaisie [...] l'oeuvre musicale la plus originale et saisissante portant le nom de Beck depuis un moment, et sa première nouveauté à conserver son esprit musical aussi longtemps.»94 Réfléchissant sur l'apport de Beck à l'album, Philip Glass fait la remarque qu'il est «impressionné par la nouveauté et la fraîcheur de plusieurs des idées»95. En plus de son travail d'interprète, Beck rassemble une grande diversité d'artistes dont la carrière a été influencée par Glass - comme Amon Tobin, Tyondai Braxton, Nosaj Thing et Memory Tapes - pour travailler sur l'album96,97. En décembre 2012, une application pour iPhone nommée \\"Rework_\\" est mise en ligne en tant que complément à l'album98,99.

    Le 8 février 2015, lors de la 57e cérémonie des Grammy Awards, Morning Phase reçoit 3 Grammys: Meilleur album Engineered, Non-Classique; Meilleur album rock; et Album de l'année. En recevant le prix d'Album de l'année, Beck bat G I R L de Pharrell Williams, l'album éponyme de Beyoncé, In the Lonely Hour de Sam Smith et x d'Ed Sheeran 73.

    En 1999, Beck contribue à un album en hommage à Bruce Haack et Esther Nelson et leur label discographique Dimension 5 Records. L'album, Dimension Mix, sorti en 2005, est réalisé pour les bénéfices de Cure Autism Now et est produit par Ross Harris, un collaborateur de longue date qui a conçu la pochette pour Mellow Gold. En 2001, Beck enregistre une reprise de la chanson de David Bowie, Diamond Dogs, avec le producteur Timbaland, et contribue aussi à lalbum 10,000 Hz Legend du groupe électro français, Air.

    Le 19 juin 2009, Beck annonce Planned Obsolescence, un DJ set interprété par lui-même ou par des DJs invités. Peu après, le 7 juillet, il annonce que son site internet allait présenter «des conversations étendues et informelles avec des musiciens, des artistes, des cinéastes, et d'autres personnes variées» dans une section appelée Sujets Non Pertinents. Puis, le 12 juillet, il ajoute une section appelée Vidéothèque qui contiendrait, selon ses dires, «des clips promotionnels pour chaque album, en plus de clips live, des apparitions dans des émissions de télévision et d'autres raretés». Toujours en 2009, Beck collabore avec Charlotte Gainsbourg sur son album IRM, qui paraît en janvier 2010. Beck a composé la musique, co-écrit les paroles, ainsi que produit et mixé l'album. Le premier single, Heaven Can Wait, est un duo de Beck et Gainsbourg84.

    Beck contribue également à trois nouvelles chansons - Cities, Touch the People et Spiral Staircase - pour le jeu vidéo Sound Shapes sur PlayStation 3, PlayStation 4 et PlayStation Vita100. Il collabore aussi sur deux chansons pour le mixtape Royalty de Childish Gambino en 201260. Il travaille également avec Sia pour la chanson Moonquake Lake, qui fait partie de la bande sonore du film de 2014 Annie101.

    Pendant l'année 1998, les collaborations artistiques de Beck et de son grand-père Al Hansen font partie d'une exposition intitulée \\"Beck & Al Hansen: Playing With Matches\\". L'exposition contient des collages, des assemblages, des dessins et de la poésie109. L'exposition part en tournée du Santa Monica Museum of Art à des galeries de New York et de Winnipeg dans la province du Manitoba, au Canada. Un catalogue de l'exposition a été publié par Plug in Editions/Smart Art Press110. La séparation de Beck avec sa fiancée Leigh Limon après neuf ans de vie commune a inspiré son album de 2002, Sea Change35. Il a écrit la majorité des chansons pour l'album en une semaine après la rupture36. En avril 2004, peu après la naissance de leur fils Cosmo Henri, Beck se marie avec l'actrice Marissa Ribisi, sœur jumelle de l'acteur Giovanni Ribisi111,112. Leur fille, Tuesday, naît en 200752.

  10. The L Word — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › The_L_Word
    • Commentaire
    • Utilisation
    • Origine
    • Développement
    • Résumé
    • Synopsis
    • Généralités
    • Production
    • Citation
    • Critiques

    Une suite, The L Word: Generation Q, est en cours de réalisation par Marja-Lewis Ryan, et est prévue pour l'automne 20191,2,3,4. Peu après la fin de la sixième saison, Showtime a diffusé sept courtes vidéos dans lesquelles chaque personnage révéle des secrets passés au silence durant les six saisons de la série. Chaque vidéo montre l'interrogatoire d'un des personnages principaux (Bette, Tina, Alice, Max, Helena, Niki & Shane) par le sergent Marybeth Duffy l'inspecteur Sean Holden, enquêtant sur la mort de Jenny Schecter. La chaîne a également diffusé une interview de la productrice de la série, Ilene Chaiken, qui s'est exprimée sur la mort de Jenny. Elle y affirme qu'Alice est accusée puis emprisonnée, bien qu'elle clame haut et fort son innocence8. La Charte (en anglais The Chart) est un graphe étiqueté non-orienté, dans lequel les nœuds représentent des personnes et les lignes des liaisons ou des plans cul, qui constitue un élément scénaristique récurrent dans la série9. À l'origine, la série devait tourner autour d'une Kit Porter lesbienne, et la Charte devait être tatouée sur son dos. Quand elle a été transformée en personnage hétérosexuel, la Charte a été transformée en un objet physique, créé et maintenu par Alice Pieszecki7. Durant la saison 4, Alice lance The Chart en tant que site de réseautage social, qui est doublé par la création d'un site web réel, OurChart.com10. Ce site, qui permet aux membres enregistrés de créer leur profil et héberge plusieurs blogs sur la série, existe de la saison 4 à la fin de la saison 6, après quoi il est transformé en redirection vers le site officiel de Showtime11, puis le domaine finit par être cybersquatté. La créatrice de la série, Ilene Chaiken, a écrit et produit un pilote intitulé The Farm pour un possible spin-off centré autour du personnage d'Alice Pieszecki (Leisha Hailey), mais le projet n'a pas été retenu par les distributeurs américains de Showtime. Le projet porté par Ilene Chaiken ferait ainsi partie des deux pilotes recalés par la chaîne câblée sur les quatre qui lui ont été présentés.

    Dans la langue familière en anglais (surtout aux États-Unis), certains mots plus ou moins tabous sont mentionnés par leur première lettre. Par exemple, on parle du « F word » (« le mot en F ») pour dire « fuck », entre autres. Quant au « L word », c'est une manière de dire « love » ou « lesbian ». Dans le cas présent, « The L Word » représente ces deux idées : amour et homosexualité féminine.[réf. nécessaire]

    L'utilisation contemporaine de la formule « the L word » pour « lesbian » remonte au moins à la pièce de 1981 My Blue Heaven par Jane Chambers, dans laquelle un personnage bégaie « You're really...? The L-word? Lord God, I never met one before. »5 Plus anciennement, « the L word » comme langage codé peut être trouvée dans une lettre de Daphne du Maurier à Ellen Doubleday: « By God and by Christ, if anyone should call that love by that unattractive word that begins with 'L', I'd tear their guts out. »6

    Le nom de code original pour le projet de la série était \\"Earthlings\\", un terme d'argot rarement utilisé pour les lesbiennes7. Le Planet, le nom de l'endroit favori du groupe, pourrait être un jeu de mots sur le titre original.[réf. nécessaire]

    Fraîchement diplômée de l'université de Chicago, Jenny Schecter s'installe chez son petit ami Tim Haspel, à West Hollywood où elle espère réussir dans l'écriture. Rapidement, elle fait la connaissance de ses voisines Bette Porter et Tina Kennard, un couple de lesbiennes dans leur septième année de relation qui essaie d'avoir des enfants. Une rencontre inattendue qui lui ouvre la porte vers un monde qui lui était jusqu'alors inconnu : celui de la communauté lesbienne. Elle rencontre ainsi Marina Ferrer, propriétaire du café local The Planet, Shane McCutcheon, une coiffeuse androgyne avec une vie sexuelle intense, Alice Pieszecki, une journaliste bisexuelle qui maintient La Charte, Dana Fairbanks, une joueuse de tennis professionnelle dans le placard et Kit Porter, la demi-sœur hétérosexuelle de Bette.

    Les intrigues principales de la première saison incluent la tentative de Bette et Tina d'avoir un enfant, qui se termine par une fausse couche et la fin de leur relation à cause de l'infidélité de Bette ; Jenny explorant sa sexualité et rompant avec Tim pour être avec Marina, qui elle-même met fin à cette nouvelle liaison quand une femme avec qui elle a une relation à distance, revient à Los Angeles ; la liaison de Shane avec la riche mondaine Cherie Jaffe ; et la relation de Dana avec la sous-chef Lara Perkins. La seconde saison introduit Carmen de la Pica Morales, une DJ qui devient part d'un triangle amoureux avec Shane et Jenny, Helena Peabody, une riche patronne des arts qui devient rivale de Bette et intérêt amoureux de Tina et Mark Wayland, un réalisateur de documentaires qui emménage avec Shane et Jenny. Les intrigues principale de cette saison incluent la grossesse de Tina après une nouvelle insémination, qui culmine avec la réconciliation de Bette et Tina à la fin de la saison ; l'acquisition du Planet par Kit après le départ de Marina de Los Angeles, Shane et Jenny qui deviennent sans le savoir sujet du documentaire de Mark après qu'il ait caché des caméras dans leur maison , le développement d'une relation entre Alice et Dana ; et un aperçu du passé de Jenny en tant qu'enfant maltraité. La troisième saison introduit Moira Sweeney, une butch issue de la classe ouvrière et Angus Partridge, un baby sitter qui devient l'amant de Kit. Cette saison se passe six mois après la naissance d'Angelica, la fille de Tina et Bette. Moira prend le nom de Max après son coming out en tant qu'homme trans. Dana est diagnostiquée d'un cancer du sein dont elle meurt. Shane et Carmen se fiancent, mais Shane abandonne Carmen devant l'autel pendant la cérémonie du mariage. Helena devient amie du groupe de personnages principaux et acquiert un studio de cinéma, où elle se retrouve engluée dans une poursuite pour harcèlement sexuelle, qui pousse sa mère à lui couper ses revenus. Lez Girls, un article écrit par Jenny pour The New Yorker, est adapté en film. Bette devient doyenne du California Art College. Tasha lutte pour réconcilier son service dans l'armée avec son orientation sexuelle sous la politique du Don't ask, don't tell. Cette saison introduit Adele Channing, la nouvelle assistante personnelle de Jenny, Niki Stevens, une actrice lesbienne dans le placard qui joue le rôle principal dans Lez Girls et Dawn Denbo, qui ouvre un bar rival du Planet avec son amante. Dans cette saison, Bette et Tina se remettent ensemble, Jenny est éjectée de la production de son film et Tasha est exclue de l'armée pour cause d'indignité.

    Cette saison introduit Jodi Lerner, intérêt amoureux de Bette, Phyllis Kroll, qui est une lesbienne dans le placard et la nouvelle supérieure de Bette au California Art College, Tasha Williams, ancienne capitaine dans l'Army National Guard et intérêt amoureux d'Alice, et Papi, qui d'après La Charte a couché avec plus de femmes que Shane. Marina fait également son retour pour deux épisodes. La saison six introduit Kelly Wentworth, la colocataire de Bette à l'université qui essaie d'ouvrir une galerie d'art avec elle, Jamie Chen, une travailleuse sociale qui entre dans un triangle amoureux avec Alice et Tasha, et Marybeth Duffy et Sean Holden, detectives au LAPD. Cette saison est centrée sur le meurtre de Jenny. Les événements de la saison sont montrées comme un flashback amenant à la nuit du crime, chaque épisode tournant autour du mobile qui aurait pu mener chaque personnage à tuer Jenny. La série se conclut sans révéler l'identité du meurtrier de Jenny. La série a été diffusée aux États-Unis à partir du 18 janvier 2004 sur Showtime. Au Canada, la série a été diffusée sur Showcase. En France, la série a connu des diffusions sur plusieurs chaînes : les trois premières saisons sont passées sur Canal+ à partir du 19 juin 2005, Pink TV a rediffusé les deux premières saisons à partir du 4 juin 2006. En 2009, les trois premières saisons repassent sur Téva, ainsi que sur June. À partir du 20 janvier 2010, la saison 1 est rediffusée sur Virgin 17. En Suisse depuis le 8 janvier 2006 sur TSR1, et au Québec depuis le 19 août 2005 sur ARTV.

    La série a été co-créée par Ilene Chaiken (Barb Wire, Le Prince de Bel-Air), Michele Abbot et Kathy Greenberg. Chaiken a été à la fois la créatrice principale, productrice exécutive, scénariste et réalisatrice de la série12. Les autres producteurs exécutifs sont Steve Golin (Dans la peau de John Malkovich, Eternal Sunshine of the Spotless Mind) et Larry Kennar (Barbershop). Parmi les scénaristes de la série figurent, outre la créatrice Ilene Chaiken, Guinevere Turner (Go Fish, American Psycho), A. M. Homes, Rose Troche (Go Fish, Six Feet Under) et Lisa Cholodenko (High Art). The L Word est tourné à Vancouver (Colombie-Britannique, Canada) dans les studios Coast Mountain Films Studios, anciennement Dufferin Gate Studios Vancouver et détenus à l'origine par Dufferin Gate Productions, une compagnie partenaire des Temple Street Productions, le producteur canadien de Queer as Folk. L'épisode pilote a été diffusé pour la première fois le 18 janvier 2004 et six saisons ont suivi, la sixième et dernière saison a été diffusée en 2009 sur la télévision américaine et canadienne13.

    « Je veux faire bouger les gens à un niveau profond. Mais je n'endosserai pas le manteau de la responsabilité sociale. Ce n'est pas compatible avec le divertissement. Je rejette l'idée que la télévision populaire est un medium politique. Je suis politique dans ma vie. Mais je fais une série mélodramatique. Je ne suis pas une missionnaire culturelle. »

    Contrairement à Queer as Folk, une série précédente du même réseau acclamée par la critique pour son contenu à la fois innovant, bien écrit et bien interprété, certains critiques ont reproché à The L Word son mélodrame et ses personnages édulcorés et glamour à un niveau irréaliste. Certains commentateurs ont aussi reproché à la série sa musique de générique (introduite en saison 2) et les dialogues « lourds et sans grâce »16.

  11. People also search for