Yahoo Web Search

  1. French language - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › French_language

    4 days ago · French français Pronunciation [fʁɑ̃sɛ] Region Originated in France, now worldwide especially France, Canada, Belgium, Switzerland, North Africa and West Africa (distribution maps below) Ethnicity French people Native speakers 76.8 million worldwide An estimated 274 million French speakers (L1 plus L2 ; 2014) Language family Indo-European Italic Romance Western Romance Gallo-Romance Oïl ...

  2. Rennes — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Rennes

    3 days ago · Rennes ( /ʁɛn/ Écouter) est une commune du Nord-Ouest de la France, chef-lieu du département d’ Ille-et-Vilaine et de la région Bretagne. La ville se situe en Haute-Bretagne — partie orientale de la Bretagne — à la confluence de l’ Ille et de la Vilaine. Ses habitants sont appelés les Rennais et les Rennaises.

  3. France 24 — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › France_24
    • Présentation
    • Historique
    • Contexte historique
    • Origines
    • Médias
    • Polémique
    • Évolution
    • Gouvernance
    • Programmation
    • Critiques
    • Généralités
    • Développement
    • Organisation
    • Financement
    • Fonctionnement
    • Épidémiologie

    France 24 est une chaîne de télévision française d'information internationale en continu, créée le 30 novembre 2005 et diffusant depuis le 6 décembre 2006. Elle est, depuis 2012, une chaîne de la société nationale de programme France Médias Monde, qui supervise l'audiovisuel extérieur de la France.

    La chaîne naît de la volonté du président de la République Jacques Chirac en 2002 de donner à la France une voix à l'étranger, face aux concurrentes américaine (CNN International), britannique (BBC World News) et qatarie (Al Jazeera). Après plusieurs années et de nombreux rapports, le projet CFII donne naissance en 2005 à une chaîne détenue à parts égales par le groupe public France Télévisions et celui privé TF1. En 2008, selon la volonté de Nicolas Sarkozy, elle intègre la nouvelle holding Audiovisuel extérieur de la France (future France Médias Monde) aux côtés des radios RFI et MCD. La guerre du Golfe de 1990 à 1991, couverte en direct par CNN International, révèle la puissance de la chaîne américaine, créée dix ans plus tôt. Cette dernière montre qu'une chaîne d'information en continu peut influencer l'opinion publique et politique : c'est le décrié effet CNN (en)4. Des hommes politiques demandent la création d'un « CNN à la française » et le député Philippe Séguin rappelle que la Seconde Guerre mondiale a mené à la création de l'Agence France-Presse (AFP) en 19442. Plusieurs projets voient le jour en parallèle. En 1993, l'Union européenne de radio-télévision (UER) lance sa chaîne d'information européenne multilingue nommée Euronews5,6. L'année suivante, le groupe TF1 lance la première chaîne d'info en continu en France : La Chaîne Info (LCI)7. En janvier 2012, l'Audiovisuel extérieur de la France (AEF) fusionne avec ses filiales RFI, France 24 et MCD. Cette fusion juridique est effective le 13 février 201248,49. Le 12 juillet, Alain de Pouzilhac démissionne, en désaccord avec les orientations stratégiques décidées par le nouveau gouvernement, notamment l'arrêt de la fusion des rédactions de RFI et France 2450. Le 7 octobre, Marie-Christine Saragosse, jusque-là directrice générale de TV5 Monde, est nommée présidente de l'AEF51. En février 2013, RFI et MCD quittent leurs studios de la Maison de la Radio de Paris pour emménager dans les locaux de l'AEF, aux côtés de France 24, à Issy-les-Moulineaux52. Le 27 juin, l'Audiovisuel extérieur de la France (AEF) est rebaptisé France Médias Monde (FMM)53.

    En 1987, le Premier ministre Jacques Chirac confie au député Michel Péricard une mission d'étude sur la politique audiovisuelle de la France. Le rapport conclut à la désorganisation, le manque d'efficacité et la dispersion des acteurs de l'audiovisuel extérieur, qui compte RFI depuis 1975, et TV5 Monde et RFO depuis 1982. Après le changement de majorité intervenu en 1988, le nouveau Premier ministre Michel Rocard commande un nouveau rapport à Alain Decaux qui aboutit à la création de Canal France International (CFI), une banque de programmes en français destinés à l'étranger et en particulier l'Afrique, qui se voit doublée d'une chaîne de télévision pendant quelque temps2,3.

    En 1997, après 24 rapports en dix ans, le président de RFI, Jean-Paul Cluzel, et le journaliste Michel Meyer rendent un nouveau rapport au Premier ministre Alain Juppé. Ils proposent la mise en place d'une holding, baptisée Téléfi, regroupant les acteurs de l'audiovisuel extérieur (TV5 Monde, RFI et CFI), ainsi que la création d'une chaîne française d'information internationale. Mais, avec le retour de la gauche au pouvoir à la suite des élections législatives de 1997, le projet est abandonné. Le nouveau ministre des Affaires étrangères, Hubert Védrine, préfère développer les instruments existants, notamment TV5 Monde2,8. En 2003, plusieurs missions travaillent sur la création d'une chaîne d'information3. Tout d'abord, Philippe Baudillon, ancien président de CFI, remet au ministre des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, un rapport « technique » qui préconise de s'appuyer sur TV5 Monde pour créer un canal info avec l'aide d'autres opérateurs publics. Mais le rapport se voit rapidement enterré. Dans le même temps, le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin constitue une commission de travail dirigée par Dominique Ambiel regroupant des représentants des ministères et des professionnels de l'audiovisuel tels que Norbert Balit et Patrice Duhamel. Elle aboutit à ce que la direction du développement des médias lance un appel d'offres du 19 mars au 22 avril 2003, auquel quatre candidats répondent : France Télévisions et RFI, qui défendent un projet commun public ; le groupe TF1, qui propose une version internationale de LCI ; et le groupe Canal+, qui propose de même pour sa chaîne I-Télé avec l'appui de son bouquet satellite2,11.

    En parallèle, l'Assemblée nationale se saisit du sujet sans y avoir été invité, et une mission d'information est confiée à François Rochebloine. La commission parlementaire voyage pour étudier l'allemande Deutsche Welle, la britannique BBC World News et l'américaine CNN International, et auditionne des professionnels du secteur. Le rapport conseille la création d'un groupement d'intérêt public (GIP) rassemblant les opérateurs publics (France Télévisions, RFI, RFO, Arte, AFP), des structures internationales (TV5 Monde, Euronews) et des entreprises privées (TF1, Canal+)2,12.

    Mais l'Élysée n'est pas satisfait des conclusions des rapports. Matignon charge alors le député-maire de Cannes, Bernard Brochand, de faire « des propositions de schéma opérationnel de mise en œuvre de la future chaîne d'informations internationale »2,12. Deux mois plus tard, il conclut officieusement que la chaîne doit être 100 % privée, avec une coopération entre TF1 et Canal+. En mai 2003, les patrons des deux groupes, Patrick Le Lay et Bertrand Meheut, se rencontrent, mais les relations se dégradent jusqu'à la rupture8. Bernard Brochand doit trouver une nouvelle solution et en septembre, il propose un partenariat à 50/50 entre le groupe privé TF1 et le groupe public France Télévisions. La future chaîne française d'information internationale est provisoirement intitulée CII, C2I, CFII ou CF2I2,8,13. Le 9 janvier 2004, lors de ses vœux à la presse, Jacques Chirac, impatient, émet le souhait d'un lancement avant la fin de l'année8. Mais le projet n'avance pas car il y a beaucoup de mécontentement, surtout du côté des acteurs public. RFI est vexée de ne pas être associée au projet, tout comme les députés dont le rapport a été écarté. Les conventions collectives du secteur public, jugées trop contraignantes, ne seront pas appliquées aux 250 employés de la chaîne. De plus, cette dernière ne sera pas diffusée en France pour ne pas faire de concurrence à LCI du groupe TF1. Enfin, une partie de la presse ironise sur le budget de la chaîne : 70 millions d'euros par an, à comparer aux 200 millions d'euros de Deutsche Welle et aux 600 millions d'euros de BBC World2,12,13. Le 22 février 2010, le Conseil national de la communication audiovisuelle (CNCA) de Côte d'Ivoire, alors en pleine crise politico-militaire, suspend la diffusion de France 24 pour « traitement non professionnel de l'information ». Les autorités reprochent à la chaîne d'avoir annoncé de nombreux morts à l'occasion d'une manifestation durant laquelle cinq personnes ont été tuées39,40. Le 2 décembre, le Conseil constitutionnel annule les résultats de l'élection présidentielle ivoirienne de 2010 annoncés par la Commission électorale indépendante. Les autorités décident de suspendre dans tout le pays la diffusion des médias étrangers, notamment français. Ces derniers sont accusés par des médias proches du pouvoir d'avoir pris parti pour le parti d'opposition d'Alassane Ouattara contre la majorité présidentielle de Laurent Gbagbo41,42. En 2010, les relations entre les deux dirigeants de l'AEF, Alain de Pouzilhac et Christine Ockrent, se dégradent et un grave conflit éclate sur fond de crise à France 24. En juillet, Ockrent est brusquement rétrogradée et perd son poste à la tête de la chaîne d'information en continu, à la suite d'un conseil d'administration extraordinaire convoqué par Pouzilhac. Ce dernier lui reproche une dérive budgétaire menant tout droit à un déficit prévisionnel de 7 millions d'euros pour 2011, ainsi que des erreurs de gestion et de stratégie de distribution43. Fin décembre, une collaboratrice d'Ockrent est accusée d'espionnage interne sur les ordinateurs des dirigeants d'AEF44. Christine Ockrent est alors massivement désavouée par l'équipe de direction45 puis par le personnel de France 2446. Finalement, en mai 2011, elle décide de quitter son poste après avoir porté plainte pour harcèlement moral47.

    Le 3 décembre 2004, le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin réunit à Matignon les ministres des Affaires étrangères Michel Barnier, de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres, du Budget Jean-François Copé ainsi que différents conseillers, pour trancher définitivement du sort de la chaîne d'info internationale. Il retient le projet de Brochand d'associer TF1 et France Télévisions, la place sous la tutelle de Matignon et la dote d'un budget de 30 millions d'euros pour un lancement en 20058,14.

    En septembre 2005, le nouveau président de France Télévisions, Patrick de Carolis, défend un projet 100 % public et mène une campagne de lobbying auprès des pouvoirs publics. Mais, en octobre, il se heurte à l'intransigeance du Gouvernement et de Jacques Chirac8. Il entame alors une autre bataille sur la gouvernance de la chaîne. Estimant que France Télévisions doit jouer un « rôle moteur », il demande à obtenir la présidence du conseil de surveillance, tandis que TF1 veut une gouvernance tournante. Un autre point de conflit entre le groupe public et celui privé concerne la diffusion de la chaîne en France. TF1 accepte qu'elle soit diffusée sur le câble et le satellite mais pas sur la TNT, et se voit soutenu par Alain Weill qui doit lancer la chaîne d'info BFM TV16. Le 30 novembre 2005, TF1 et France Télévisions signent la constitution de la société17,18. Alain de Pouzilhac, ancien président-directeur général d'Havas, est désigné comme président du directoire. Il est secondé par Ulysse Gosset de France Télévisions, nommé directeur général chargé de l'information et des programmes, et de Jean-Pierre Paoli de TF1, nommé directeur général chargé de la gestion, de la technique et des contrats de distribution. Le conseil de surveillance est présidé par Patrick de Carolis, vice-présidé par Étienne Mougeotte, et compte comme autres membres Patrice Duhamel, Thierry Bert et Patrick Le Lay19,20. De sa création en 2006 à 2008, France 24 est dirigée par un directoire et un conseil de surveillance. Le président du directoire est Alain de Pouzilhac, secondé par deux directeurs généraux. Le conseil de surveillance est présidé par Patrick de Carolis et vice-présidé par Étienne Mougeotte, et compte comme autres membres Patrice Duhamel, Thierry Bert et Patrick Le Lay19,20. Depuis 2008, France 24 étant une filiale de France Médias Monde (anciennement Audiovisuel extérieur de la France), son président-directeur général est celui de sa maison mère.

    France 24 commence à émettre le 5 décembre 2006 à 20 h 29, uniquement en streaming sur Internet, puis dès le 6 décembre à la même heure sur le câble, le satellite et l'ADSL. Elle diffuse en français et en anglais, en Europe, en Afrique, au Proche et Moyen-Orient, et dans les villes de New York et Washington, touchant ainsi près de 75 millions de foyers dans plus de 90 pays23,24,25. Le 12 novembre 2008, France 24 se voit récompensée du prix du meilleur média international lors de la cérémonie des AIB Media Excellence Awards, organisée par l'Association for International Broadcasting (en)35,36. Le 27 avril 2009, France 24 passe de quatre à dix heures de diffusion quotidienne en langue arabe, de 14 h à minuit37. Le 12 octobre 2010, la chaîne passe à une diffusion 24h/2438. En décembre 2013, pour fêter ses 7 ans d'existence, la chaîne lance une nouvelle grille des programmes, se dote de nouvelles régies, d'un nouveau site, d'un nouveau logo et d'un nouvel habillage, avec la signature « Liberté, Égalité, Actualité »54. France 24 est dotée d'une nouvelle grille des programmes depuis décembre 2013. Sur ses trois canaux (français, anglais et arabe), la chaîne propose un point complet sur l'actualité internationale toutes les heures (rediffusion à demie de l'heure) avec un journal en direct de 10 ou 15 minutes précédé d'une météo mondiale. Trois tranches d'information appelées Paris Direct sont diffusées chaque jour du lundi au vendredi, de 6 h à 10 h (fr+en), de 13 h à 15 h (fr+ar+en), et de 18 h à minuit (ar+en+fr). Elles traitent de l'actualité en continu avec un rappel des titres tous les quarts d'heure, des revues de presse française et internationale, et des chroniques culturelles, économiques et sportives69. Entre les journaux, la chaîne diffuse des reportages, des magazines, des débats, des interviews et des émissions sur la culture, l'économie, les médias, le web et le sport69,71,72. France 24 utilise plusieurs moyens pour transmettre ses programmes dans le monde : la TNT, le satellite, le câble, le streaming sur PC et mobile, la télévision IP et l'OTT. De plus, la chaîne est diffusée dans les hôtels, et est partiellement reprise par des chaînes de télévision étrangères. Elle émet en trois langues : le français, l'anglais et l'arabe73,74. La chaîne émet en français et en anglais depuis le 5 décembre 2006 à 20 h 29 uniquement en streaming sur Internet, puis dès le 6 décembre à la même heure sur le câble, le satellite et l'ADSL23,24,25. Le 2 avril 2007, elle lance son canal en langue arabe avec quatre heures quotidiennes27, puis dix heures à partir du 27 avril 200937, et enfin passe à 24h/24 le 12 octobre 201038. Depuis le 9 janvier 2011, elle est entièrement diffusée au format 16/9, contre le format 4/3 auparavant76,77. En septembre 2014, la chaîne inaugure ses nouveaux studios et régies en haute définition69. Elle lance un nouveau canal en espagnol à destination principalement de l'Amérique latine en septembre 201757.

    En un mois d'existence, le site web de la chaîne attire 2,5 millions de visiteurs uniques, et devient ainsi le troisième site le plus visité derrière ceux de CNN et BBC News, mais devant Al Jazeera, TV5 Monde, RFI et Euronews. De plus, un sondage de TNS Sofres montre que 75 % des Français interrogés jugent utile l'idée que la France ait sa propre chaîne d'information internationale. Le président de la chaîne Alain de Pouzilhac fustige l'idée d'une commission des Affaires étrangères de fusionner France 24 et RFI pour constituer un pôle français d'information internationale : « Fusionner une radio et une chaîne de télévision, la BBC l'a fait en 1957. Moi, je crois à la complémentarité de la télévision et d'Internet »26.

    Depuis le 23 septembre 2014, France 24 est diffusée sur la TNT en France, sur le canal 33, mais uniquement dans la région Île-de-France. Ce changement fait suite à la volonté de la direction et de parlementaires de permettre aux Français de pouvoir regarder une chaîne financée par leurs impôts et dont la ligne éditoriale est l'international, au contraire des autres chaînes d'information55.

    Le 8 mars 2016, la chaîne lance, en partenariat avec le site d'actualité américain Mashable, une version française, MashableFR, visant la génération connectée, entre 18 et 35 ans58,59.

    À son lancement en 2006, le capital de France 24 est détenu à parts égales par France Télévisions et le groupe TF1. Ce dernier n'investit que 18 500 euros66. Le siège de France 24 est situé au 80, rue Camille Desmoulins, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Depuis 2008, c'est également le siège de sa maison mère, France Médias Monde67. À son lancement en 2006, France 24 emploie 170 journalistes de 30 nationalités différentes25. En 2007, la chaîne recourt aux services de 420 salariés, dont 200 journalistes68. En 2014, la rédaction de la chaîne compte 430 journalistes à Paris, de 35 nationalités différentes, et s'appuie sur un réseau de 142 bureaux de correspondants69. Elle emploie 466 équivalents temps plein, sur les 1 714 qu'emploie France Médias Monde70.

    France 24 dispose de deux sources principales de financement : la redevance audiovisuelle, payée par chaque foyer équipé d'un téléviseur, et la subvention de l'État. Depuis 2009, c'est France Médias Monde (anciennement Audiovisuel extérieur de la France) qui est doté d'un budget. La société répartit ensuite l'argent entre ses filiales : France 24, Radio France internationale (RFI) et Monte Carlo Doualiya (MCD).

    En 2007, pour sa première année de fonctionnement, la chaîne dispose d'un budget de 87 millions d'euros25. En 2008, le budget s'élève à 88 millions d'euros66.

    En 2013, elle est accessible auprès de 256,56 millions de foyers, contre 90 millions en 2008, à travers 178 pays sur les cinq continents. Ils se répartissent en 149,14 millions de foyers en Europe, 43,63 millions en Asie-Pacifique, 38,02 millions en Afrique du Nord et Moyen-Orient (ANMO), 13,10 millions en Amérique du Nord, 10,96 millions en Afrique subsaharienne, et 1,70 million en Amérique latine et aux Caraïbes69,74. Elle se place donc derrière CNN International, accessible dans 375 millions de foyers, et BBC World News, visible dans 350 millions de foyers75.

    • « Liberté, Égalité, Actualité », « L'actualité internationale 24 h/24 »
    • 30 novembre 2005, (constitution de la société), 6 décembre 2006, (diffusion officielle)
    • 15 novembre 20036 décembre 2006 (lancement)
    • 16/9, 576i (SD), 1080i (HD)
  4. French colonial empire - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › French_colonial_empire

    6 days ago · The French Colonial Empire (French: Empire colonial français) comprised the overseas colonies, protectorates and mandate territories that came under French rule from the 16th century onward. A distinction is generally made between the "First French Colonial Empire," that existed until 1814, by which time most of it had been lost or sold, and the "Second French Colonial Empire", which began with the conquest of Algiers in 1830.

    • Colonial empire
    • French franc and various other currencies
  5. List of French monarchs - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › List_of_kings_of_france

    Jul 16, 2021 · The monarchs of the Kingdom of France ruled from the establishment of the Kingdom of the West Franks in 843 until the fall of the Second French Empire in 1870, with several interruptions. Between the period from King Charles the Bald in 843 to King Louis XVI in 1792, France had 45 kings.

    Name
    King from
    King until
    Relationship with predecessor (s)
    3 July 987
    24 October 996
    • Grandson of Robert I
    Robert II the Pious, the Wise
    24 October 996
    20 July 1031
    • Son of Hugh Capet
    20 July 1031
    4 August 1060
    • Son of Robert II
    Philip I the Amorous (Philippe)
    4 August 1060
    29 July 1108
    • Son of Henry I
  6. Quebec French - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Quebec_French

    4 days ago · The origins of Quebec French lie in the 17th- and 18th-century regional varieties (dialects) of early modern French, also known as Classical French, and of other langues d'oïl (especially Poitevin dialect, Saintongeais dialect and Norman) that French colonists brought to New France.

  7. People also ask

    What do you call someone who speaks Quebec French?

    Where does the origin of Quebec French come from?

    What was the name of the French Empire in the Americas?

    Which is the largest French speaking country in the world?

  8. Louis IX — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Louis_IX_de_France

    Jul 12, 2021 · Saint Louis Vous lisez un « article de qualité ». Pour les articles homonymes, voir Louis IX (homonymie) et Louis de France . « Saint Louis » redirige ici. Pour les autres significations, voir Saint-Louis et Liste des saints Louis . Louis IX Saint catholique Sceau de majesté du roi Louis IX . Titre Roi de France 8 novembre 1226 – 25 août 1270 (43 ans, 9 mois et 17 jours) Couronnement ...

  9. Le Mont-Saint-Michel — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Le_Mont-Saint-Michel

    4 days ago · Le Mont-Saint-Michel Le Mont-Saint-Michel vu du ciel. Blason Administration Pays France Région Normandie Département Manche Arrondissement Avranches Intercommunalité Communauté d'agglomération Mont-Saint-Michel-Normandie Maire Mandat Jacques Bono 2020 -2026 Code postal 50170 Code commune 50353 Démographie Gentilé Montois Population municipale 30 hab. (2018) Densité 7,5 hab./km 2 ...

  10. Accueil - data.gouv.fr

    www.data.gouv.fr › fr

    Jul 07, 2021 · Comme nous vous l'annoncions hier, le printemps de data.gouv.fr se clôture sur la publication de premiers éléments de refonte graphique. Dans une démarche itérative, elle s'améliorera en continu tout au long de l'été grâce aux retours de la communauté.

  11. People also search for