Yahoo Web Search

  1. Wikipédia, l'encyclopédie libre

    fr.wikipedia.org › wiki › Wikipédia:Accueil_principal

    Wikipédia est un projet d’encyclopédie collective en ligne, universelle, multilingue et fonctionnant sur le principe du wiki. Ce projet vise à offrir un contenu librement réutilisable, objectif et vérifiable, que chacun peut modifier et améliorer. Wikipédia est définie par des principes fondateurs.

  2. Encyclopédie - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Encyclopédie

    This article is about the 18th-century French encyclopedia. For a definition of the word "encyclopédie", see the Wiktionary entry encyclopédie. Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers The title page of the Encyclopédie AuthorNumerous contributors, edited by Denis Diderot and Jean le Rond d'Alembert CountryFrance LanguageFrench SubjectGeneral GenreReference encyclopedia PublisherAndré le Breton, Michel-Antoine David, Laurent Durand and Antoine ...

    • France
    • General
  3. People also ask

    Quelle est la version officielle de Wikipédia en français ?

    Quels étaient les éditeurs de l'Encyclopédie ?

    Comment consulter l'encyclopédie wiki ?

    Quelle page d'accueil de Wikipédia en français ?

  4. Wikipédia en français — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Wikipédia_en_français

    Wikipédia en français est l'édition de Wikipédia en langue française.Elle est fondée le 23 mars 2001, deux mois après la création officielle de Wikipédia.Elle atteint un million d'articles le 23 septembre 2010, deux millions le 8 juillet 2018 et compte 2 349 215 articles le 2 août 2021.

    • En activité
    • Français
  5. Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts ...

    fr.wikipedia.org › wiki › Encyclopédie_ou
    • contexte
    • L’Aventure éditoriale
    • L’Esprit Encyclopédique
    • Les Renvois
    • Réception de L’Encyclopédie
    • Principaux Contributeurs
    • Controverse Entre Diderot et Rousseau Au sujet de l'article « Droit Naturel »
    • L’Encyclopédie en Chiffres
    • Détail de La Publication
    • Réédition Interactive et Numérique, en Libre Accès

    La genèse et la publication de l'Encyclopédie se situent dans un contexte de renouvellement complet des connaissances. La représentation du monde communément admise au Moyen Âge était progressivement remise en cause par l'émergence au XVIe siècle du modèle héliocentrique de Nicolas Copernic défendu au XVIIe siècle par Galilée à la suite de ses expérimentations avec sa fameuse lunette astronomique (1609). À la fin du XVIIe siècle, la théorie de la gravitation universelle de Newton fournit un formalisme mathématique en mesure d'expliquer le mouvement de la Terre et des planètes autour du Soleil (Principia, 1687). La preuve optique du mouvement de la Terre fut définitivement apportée en 1728 par les travaux de James Bradley sur l'aberration de la lumière. Les théories de Newton furent diffusées dans les années 1720–1730 par Maupertuis hors d'Angleterre, puis par Voltaireen France. La nouvelle science astronomique nécessitait, pour expliquer le mouvement de la Terre, des expérimentation...

    Un projet de traduction

    À l’origine, l’Encyclopédie ne devait être que la traduction en français de la Cyclopædia d’Ephraïm Chambers, dont la première édition date de 1728. La France ne possédait alors aucun ouvrage de ce genre, les métiers et les arts mécaniquesétant tenus pour mineurs. En janvier 1745[3], Gottfried Sellius, savant renommé et membre de la Royal Society — et peut-être franc-maçon, tout comme André Le Breton —, propose à l’éditeur parisien André Le Breton de traduire la Cyclopaedia. Jusqu'à sa mort p...

    1746-1750 : un projet de plus grande ampleur

    Le 18 octobre 1745, Le Breton décide de s'associer à trois autres éditeurs, Antoine-Claude Briasson, Michel-Antoine David et Laurent Durand, pour pouvoir faire face à l'augmentation des coûts d'édition. Le 21 janvier 1746, les quatre associés se voient renouveler le privilège d'édition pour vingt ans. Diderot n'est pas inconnu des trois nouveaux associés de Le Breton : il était en train de cotraduire pour eux le Dictionnaire universel de médecine de Robert Jamesdont le premier volume sort en...

    1751 : parution du premier volume

    Pour mener à bien leur projet, Diderot et d’Alembert, s’entourent d’une société de gens de lettres, visitent les ateliers, s’occupent de l’édition et d’une partie de la commercialisation. Le premier volume paraît en 1751 et contient le Discours préliminaire rédigé par d’Alembert.

    L’Encyclopédie est représentative d'un nouveau rapport au savoir. Elle « marque la fin d'une culture basée sur l'érudition, telle qu'elle était conçue au siècle précédent, au profit d'une culture dynamique tournée vers l'activité des hommes et leurs entreprises »[16]Elle permet à un plus grand nombre de personnes d'accéder au savoir.

    Pour échapper aux limitations du classement alphabétique, Diderot innove en utilisant quatre types de renvois : 1. des renvois classiques dits de mots, pour une définition qui se trouve dans un autre article ; 2. des renvois dits de choses, pour confirmer ou réfuter une idée contenue dans un article par un autre article[e]; 3. des renvois dits de génie, qui peuvent conduire à l’invention de nouveaux arts, ou à de nouvelles vérités[f]. 4. un quatrième type de renvois dits satiriques ou épigrammatiques, est une technique développée par les concepteurs pour contrer la censure. Ainsi, la critique des Cordeliers ne se trouve pas à l'article Cordeliers[archive] où les censeurs seraient susceptibles de la trouver, mais à l'article Capuchon[archive] auquel il renvoie[g]. L'existence et la portée de ces renvois satiriques, en dépit des mots de Diderot, est remise en question[21]. La réflexion de Diderot sur les renvois et l'usage qu'il en a fait pour lier entre eux près de 72 000 articles, l...

    Enthousiasme du public

    La publication de l'Encyclopédie a suscité dans le public un enthousiasme extraordinaire, qui s'est manifesté jusque dans les milieux des courtisans proches de Louis XV, comme en atteste une anecdote racontée par Voltaire en 1774 dans son pamphlet De l'Encyclopédie: 1. « Un domestique de Louis XV me contait qu’un jour, le roi, son maître, soupant à Trianon en petite compagnie, la conversation roula d’abord sur la chasse, et ensuite sur la poudre à tirer. Quelqu’un dit que la meilleure poudre...

    Opposants notoires et polémiques

    1. Les Jésuites, qui sont la cible des attaques des encyclopédistes, auxquels ils répondent par le Journal de Trévoux, jusqu'à ce que leur ordre soit banni de France en 1763[28]. 2. Christophe de Beaumont, archevêque de Paris 3. Omer Joly de Fleury, président à mortier du Parlement de Paris 4. Jean-Jacques Lefranc de Pompignan, poète en guerre avec Voltaire 5. Élie Fréron, journaliste qui s'attaqua aussi à Voltaire 6. Jacob-Nicolas Moreau, historien et écrivain, farouche partisan de l'Ancien...

    Les éditions subséquentes

    Le succès de cette publication suscite très vite projets concurrents, copies pirates et réimpressions diverses : 1. Encyclopédiein-folio de Lucques (1758), sous la direction d'Ottaviano Diodati, tirée à 1 500 exemplaires. 2. Encyclopédie in-folio de Livourne(1771-1775), sous la direction de Giuseppe Aubert, tirée à 1 500 exemplaires. 3. Encyclopédie in-folio de Genève (1771-1773), sous la direction de Panckoucke, tirée à 4 000 exemplaires. 4. Encyclopédie in-quarto de Genève et de Neuchâtel,...

    Diderot signe des articles sur une grande variété de sujets, principalement de littérature et d'esthétique, mais aussi en archéologie, médecine, chirurgie, herboristerie, cuisine, théorie des couleurs, mythologie, mode, etc. « Il manifeste un goût certain pour les religions éloignées du christianisme, les hérésies obscures, les secrets et les mystères, les croyances populaires et le merveilleux[34]». Il a donné aussi des centaines d'articles sur la géographie. Jean Le Rond d'Alembert a fourni les grands textes d'introduction (Discours préliminaire, Avertissement) et quelque 1 600 articles. Le contributeur le plus prolifique est Louis de Jaucourt, aussi appelé chevalier de Jaucourt, qui a fourni un total de 17 395 articles, soit 28 % du volume de texte[35]. Le baron d'Holbacha produit 425 articles signés et un grand nombre d'articles non signés sur la politique et la religion. À ces noms s'ajoutent les contributions de quelque 160 collaborateurs provenant de milieux divers. Leur qual...

    Diderot a publié en 1755 l'article « Droit naturel » de l’Encyclopédie. À partir de 1757, les relations entre Diderot et Rousseau se détériorent, entre autres sur la question de la valeur de l'homme dans la société. Diderot en effet comprend mal le principe de solitude exprimé par Rousseau et écrit dans Le Fils naturel, que « l'homme de bien est dans la société, et qu'il n'y a que le méchant qui soit seul ». Rousseau, qui attribue à Diderot les indiscrétions sur sa liaison avec Louise d'Épinay, se sent attaqué[36]. Dans la version de 1760 du Contrat social, dite « Manuscrit de Genève », il introduit un chapitre intitulé « La Société générale du genre humain », dans laquelle on trouve une réfutation de l'article « Droit naturel » écrit par Diderot. Voulant éviter toute polémique, Rousseau supprime le chapitre dans la version définitive du Contrat social publiée en 1762[37]. Jean-Pierre Marcos a effectué une analyse de cette controverse[38].

    Imprimé à 4 255 exemplaires, l'ouvrage de base compte dix-sept volumes de texte, onze volumes de planches et 71 818 articles. Sa rédaction s'est étalée sur quinze ans et sa publication sur vingt-et-un ans. Le Supplément(1776-1777) compte quatre volumes d’articles et un volume de planches. L'ensemble totalise 74 000 articles, 18 000 pages de texte et 21 700 000 mots[39]. Le pasteur genevois Pierre Mouchon[40] a produit une Table analytique et raisonnée des matières contenues dans les XXXIII volumes in-folio du Dictionnaire des sciences, des arts et des métiers[41] en deux volumes (944 p., Paris et Amsterdam, 1780[42]). Cette Tabledite « de Mouchon » compte 75 000 entrées, 44 000 articles principaux, 28 000 articles secondaires et 2 500 illustrations.

    Légende : 1. T = volume de texte 2. P = volume de planches 3. S = volume du supplément 4. B = volume de tables Les liens internes conduisent vers la version numérisée sur Wikisource, les liens externes conduisent vers la version numérisée dans Gallica.

    La première réédition en ligne de l’Encyclopédie date de 1982. Elle est le résultat d'un programme de recherche monumental mené en commun par le CNRS avec les chercheurs de l'ATIFL dirigé par Bernard Quémada et les professeurs et informaticiens de l'Université de Chicago du groupe ARTFL[archive]. D'abord réservée au milieu universitaire, elle est en libre accès depuis 2008. Sa version (1re édition de Paris-Sorbonne) qui comporte le renvoi à chaque page originale de l'Encyclopédie- ce qui permet une vérification essentielle -, est sans cesse corrigée par les lecteurs pour l'orthographe. Enfin elle contient des possibilités nouvelles de recherches grâce aux programmes informatiques mis en parallèle. Accès à l'encyclopédie : sur le site de ATIFL[archive], sur le site de l'ARTFL[archive]. Le 19 octobre 2017, l'Académie des sciences (via son comité D'Alembert) et l'équipe ENCCRE (Édition Numérique Collaborative et CRitique de l'Encyclopédie), en lien avec la Bibliothèque Mazarine annonce...

  6. Encyclopédie française - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Encyclopedie_francaise

    Encyclopédie française. The Encyclopédie française was a French encyclopedia designed by Anatole de Monzie and Lucien Febvre. It appeared between 1935 and 1966.

  7. Wikipedia

    www.wikipedia.org

    Wikipedia is a free online encyclopedia, created and edited by volunteers around the world and hosted by the Wikimedia Foundation.

  8. Découvrir plus d'actualités. juin 21, 2021. Découvrez Wikipédia en classe – le site de ressources en ligne pour le monde de l’éducation. juin 20, 2021. Wikimédia France rejoint la coalition Tracking-Free Ads contre les publicités ciblées en ligne. juin 22, 2021.

  9. Wikipedia: l’encyclopédie libre

    www.clibre.eu › wikipedia-l-encyclopedie-libre

    Le wiki est hébergé sur Internet grâce aux serveurs financés par la Wikimedia Foundation, organisation à but non lucratif américaine et dépositaire de la marque Wikipédia. N’importe qui pouvant accéder au site peut modifier la quasi-totalité de ses articles.

  10. Nice — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Nice

    Nice: De haut en bas, et de gauche à droite : l'Allianz Riviera, les studios de la Victorine, l'hôtel Negresco, la tour de l'Horloge dans le Vieux-Nice, vue panoramique d'une partie de la ville depuis la colline du château, la gare du Sud, la cathédrale Saint-Nicolas de Nice, la ligne 2 du tramway, la promenade des Anglais.

  11. People also search for