Yahoo Web Search

  1. La Nuit des temps — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/La_Nuit_des_temps
    • Historique
    • Synopsis
    • Résumé
    • Argument
    • Analyse
    • Contexte historique
    • Production
    • Commentaires
    • Controverse

    La Nuit des temps est un roman de science-fiction de René Barjavel. Publié en 1968 aux Presses de la Cité, il a reçu le Prix des libraires l'année suivante.

    Des expéditions scientifiques françaises en Antarctique révèlent l'émission d'un signal venu de la profondeur des glaces. Une expédition rassemblant de nombreuses nations est organisée afin datteindre le point d'émission du signal. Ses membres communiquent grâce à un ordinateur traduisant instantanément leurs paroles. L'expédition internationale découvre les ruines d'une civilisation disparue sous la glace depuis 900 000 ans et les scientifiques du monde entier affluent vers le site pour aider à explorer et comprendre.

    La planète entière assiste à l'exploration en direct via la télévision satellite à couverture mondiale. Les explorateurs découvrent un objet ovoïde en or de trois mètres de diamètre dans laquelle se trouvent en état de biostase les corps nus dun homme et dune femme dont les têtes sont recouvertes de casques dor qui masquent leurs visages. Simon, médecin faisant partie de lexpédition scientifique, décide avec ses collègues de procéder au réveil des corps, mais en commençant par celui de la femme, car les scientifiques tâtonnent sur la méthode de réveil, et le corps de l'homme montre des traces de brûlures sur le torse. Grâce à une machine apposée sur son front, Eléa transmet les éléments de sa mémoire, lesquels sont retransmis par les canaux de la télévision mondiale. Les souvenirs d'Eléa relatent l'histoire de son monde, mais aussi la sienne et celle de son compagnon Païkan, et la guerre qui a détruit sa civilisation. Son monde semble similaire au nôtre, mais pas à la même époque. Elle vivait il y a 900 000 ans, dans une civilisation bien plus avancée, appelée Gondawa, à laube dune guerre qui dévasta la Terre entière. Eléa et son compagnon Païkan sont destinés lun à lautre depuis leur enfance et saiment dun amour infini. Les merveilles que font espérer la découverte du site de Coban rendent les nations hystériques : on augmente le niveau de protection de l'expédition car des menaces de sabotage sont transmises au monde entier. Le récit fait constamment le parallèle entre le monde contemporain et celui d'Eléa. Alors que la fin du monde d'Eléa était proche, afin de donner un avenir à cette civilisation, quelques scientifiques éclairés d'alors, incarnés par le meilleur d'entre eux, Coban, avaient décidé de mettre en état dhibernation un homme et une femme possédant les critères intellectuels et physiques optimum. Coban avait été choisi, ainsi qu'Eléa, mais contre son gré, car elle ne pouvait supporter d'être séparée de Païkan. Elle s'était alors enfuie avec Païkan mais, après de multiples péripéties, celui-ci avait décidé de la sauver malgré elle. Il lavait assommée et ramenée à Coban, préférant la savoir en vie sans lui que morte avec lui. Après avoir écouté le récit d'Eléa, Simon et ses collègues scientifiques décident de réveiller lhomme, qui a besoin d'une transfusion sanguine en raison de ses blessures. Eléa lui donne de son sang. Après réflexion, et durant la transfusion, elle choisit de refuser la possibilité que lui offre Simon de refaire sa vie avec lui : secrètement elle sempoisonne, et par là-même, empoisonne lhomme quelle croit être Coban et qu'elle juge responsable de son malheur. Mais en réalité, ce n'est pas Coban qu'elle tue avec elle mais Païkan. Ne pouvant se résigner à vivre sans elle, il avait en effet tué Coban et pris sa place dans la sphère d'hibernation. Leurs cœurs cessent de battre en même temps. Simon s'en rend compte trop tard : ne sachant s'il existe un antidote au poison et si on pourra l'administrer à temps, il choisit de ne pas prévenir Eléa de sa méprise.

    La femme est tirée de son sommeil : elle dit s'appeler Eléa et Simon tombe éperdument amoureux d'elle. Dans le même temps, les savants sont trahis par l'un d'entre eux et la base, sabotée, doit être évacuée. Simon, le cœur brisé, rentre chez lui, indifférent aux bruits de guerre qui montent partout sur la planète.

    Le leitmotiv du roman, indiquant l'amour d'Eléa pour Païkan est « Eléa : je suis à Païkan, Païkan : je suis à Eléa. »

    Enisoraï était une nation contemporaine et rivale de Gondawa. Peuplée par les ancêtres des natifs américains, elle occupait ce qui deviendra les Amériques, dont la géographie a été bouleversée par le cataclysme. C'était une nation militariste et impérialiste, qui niait l'individu. Sa supériorité démographique incita les Gondas à utiliser l'arme solaire, ce qui détruisit le monde. Les Enisors apparaissent peu dans le roman, mais deux d'entre eux jouent un rôle crucial dans le destin d'Eléa et de Païkan ; il s'agit de Kutiyu, chef du gouvernement d'Enisoraï et responsable de la guerre, et d'un soldat énisor dont on ignore le nom, qui attaque Païkan avant qu'il n'ait eu le temps de refermer l'abri. Païkan est grièvement brûlé dans l'affrontement et, en raison de ces brûlures, aucun des scientifiques chargés de le réveiller ne le reconnaît, ce qui aurait pu éviter sa fin tragique. Pour ce qui est du contexte, La Nuit des temps est ancrée dans les mentalités et la situation politique de l'époque. La guerre ancienne, qui oppose deux nations dominantes le rationnel Gondawa et lexpansionniste Enisoraï est selon certains une transposition à peine déguisée du conflit Est-Ouest5,6 ; et si Barjavel fait savoir que son livre a été conçu avant les événements de mai 68, les révoltes d'étudiants contre la guerre en Gondawa évoquent celles qui secouaient déjà San Francisco contre la guerre du Viêt Nam en 1965. Enfin, les descriptions des vêtements, des meubles, etc., évoquent le design et la mode des années 1960.

    La Nuit des temps était à l'origine un scénario destiné à un film d'André Cayatte, envisagé comme une superproduction à l'américaine, avec les moyens nécessaires pour donner vie à un scénario qui relevait de la science-fiction avec effets spéciaux (dont des maquettes). Malheureusement, en 1965, la production française, pourtant coutumière des coproductions coûteuses, se refusait à toute forme de projet de science-fiction. Le producteur se désista et Cayatte jeta l'éponge1. Barjavel resta donc avec ce scénario sur les bras. Il ne pouvait, faute de financement, être pour Cayatte ce qu'avait été, par exemple, Arthur C. Clarke pour Stanley Kubrick et 2001 : l'Odyssée de lespace. Il décida d'adapter le scénario abandonné en un roman, renouant ainsi avec la littérature après des années de découragement : en effet, à l'époque, Barjavel connaissait une traversée du désert.

    On peut y voir l'écho inversé d'un roman comme Le Lendemain de la machine (Tomorrow sometimes comes), de Francis George Rayer, qui présente quelques analogies avec La Nuit des Temps, sauf que le survivant endormi après la guerre atomique se réveille, lui, dans un lointain futur où, comme dans La Nuit des temps, règne un immense ordinateur sur une société prétendument parfaite. Une histoire un peu similaire se retrouve dans Pygmalion 2113 (Edmund Cooper, 1958), où un homme congelé se réveille, après une guerre nucléaire, dans un monde dominé par des robots. Plus ancien, le roman épique Dix mille ans dans un bloc de glace (1890), de Louis-Henri Boussenard, abordait déjà, à la manière d'un Jules Verne, le thème de la congélation et du réveil. La Nuit des temps est un roman pacifiste et assez anarchisant. Russes et Américains, renvoyés dos à dos, travaillent malgré tout ensemble, à l'image de l'effort de dépassement des oppositions nationales, assez répandu dans le milieu des sciences. Les savants court-circuitent les décisions des gouvernants. Notre civilisation paraît barbare face au raffinement et à la sagesse des savants des temps anciens, leur savoir immense risquant d'être perdu par la bêtise humaine.

    Il est par ailleurs possible en tout cas, la question fait débat que Barjavel se soit fortement inspiré d'un roman prépublié en 1919 et paru en 1925, La Sphère d'or4 (Out of the Silence), de l'Australien Erle Cox. On a parfois prononcé le mot de plagiat, et les ressemblances entre les deux œuvres sont frappantes : dans les deux cas, on réveille une femme d'une merveilleuse beauté (Earani Hiéranie en français à la place d'Eléa) dont le corps est retrouvé sous un continent désert ; les deux femmes sont issues d'une civilisation très ancienne, d'une intelligence supérieure et flanquées d'un savant qu'elles n'aiment pas, jugé dangereux et qui restera endormi ; dans les deux romans, le protagoniste tombe amoureux de la femme ; les deux civilisations anciennes se nourrissent exclusivement de pilules qui couvrent l'ensemble de leurs besoins quotidiens ; toutes deux sont le théâtre de guerres d'extermination ; les deux femmes meurent à la fin en emportant leurs secrets et, enfin, les deux tombeaux sont une sphère d'or. Cela fait beaucoup de coïncidences que des commentateurs ont relevées. Sur ce point, il est à noter que le rapprochement entre les deux romans ne se fera qu'après le décès de Barjavel en 1985.

  2. Antoine Laurent de Jussieu - Wikipedia

    en.wikipedia.org/wiki/Antoine-Laurent_de_Jussieu

    Antoine Laurent de Jussieu ( French pronunciation: [ɑ̃twan loʁɑ̃ də ʒysjø]; 12 April 1748 17 September 1836) was a French botanist, notable as the first to publish a natural classification of flowering plants; much of his system remains in use today.

  3. Antoine-Laurent de Jussieu — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Antoine-Laurent_de_Jussieu

    Antoine-Laurent de Jussieu, à Lyon le 12 avril 1748 et mort à Paris le 17 septembre 1836, est un botaniste français.

  4. Antoine-Laurent de Jussieu - Wikipedia, la enciclopedia libre

    es.wikipedia.org/wiki/Antoine_Laurent_de_Jussieu

    La famille médicale des de Jussieu et les thèses d’Antoine Laurent. Champion, Paris 1910; Adolphe Brongniart. Notice historique sur Antoine-Laurent de Jussieu. In Annales des sciences naturelles. Botanique. 2º episodio, vol. 7, 1837, pp. 5–24 ; Marie-Jean-Pierre Flourens. Éloge historique d’Antoine-Laurent de Jussieu.

  5. Antoine-Laurent de Jussieu - Wikipedia

    it.wikipedia.org/wiki/Antoine_Laurent_de_Jussieu

    Antoine-Laurent de Jussieu. Antoine-Laurent de Jussieu ( Lione, 12 aprile 1748 – La Plata, 17 settembre 1836) è stato un botanico francese . Famoso per essere stato il primo a proporre una naturale classificazione delle Magnoliophyta o "piante fiorite".

  6. Antoine Laurent de Jussieu - Wikipedia, ti nawaya nga ...

    ilo.wikipedia.org/wiki/Antoine_Laurent_de_Jussieu

    Jussieu, Antoine Laurent de (1789). Genera plantarum : secundum ordines naturales disposita, juxta methodum in Horto regio parisiensi exaratam, anno M.DCC.LXXIV. Paris. OCLC 5161409; Jussieu, Antoine Laurent de. Opuscules de botanique; Principes de la méthode naturelle des végétaux. París, 1824.

  7. Antoine Laurent de Jussieu - Wikispecies

    species.wikimedia.org/wiki/Antoine_Laurent_de...

    Oct 11, 2020 · Antoine Laurent de Jussieu (1748-04-12 – 1836-09-17), French botanist. Father of Adrien Henri Laurent de Jussieu and nephew of Bernard de Jussieu. IPNI standard form: Juss. Taxon names authored (List may be incomplete) 97 taxon names authored by Antoine Laurent de Jussieu; Publications (List may be incomplete) Jussieu, A.L. de 1789.

  8. Antoine Laurent de Jussieu (Lyon, 12 de abril de 1748 – París, 17 de septiembre de 1836) fue un médico y botánico francés.

  9. Antoine-Laurent de Jussieu - Wikipedia

    ro.wikipedia.org/wiki/Antoine_Laurent_de_Jussieu

    Antoine-Laurent de Jussieu (n. 12 aprilie 1748, Lyon - d. 17 septembrie 1836, Paris) a fost un botanist, medic, profesor universitar și mason francez. Antoine, Bernard și Joseph de Jussieu au fost unchii săi. Abrevierea numelui său în cărți științifice este Juss.

  10. Antoine Laurent de Jussieu ( 12 d'abril de 1748 – 17 de setembre de 1836) va ser un botànic francès, notable per haver estat el primer a proposar una classificació natural de les plantes amb flors; actualment encara perdura una bona part d'aquest sistema.

  11. People also search for