Yahoo Web Search

  1. Paris - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Paris

    Apr 30, 2021 · Paris (French pronunciation: ()) is the capital and most populous city of France, with an estimated population of 2,175,601 residents as of 2018, in an area of more than 105 square kilometres (41 square miles).

    • Paris
    • France
    • 28–131 m (92–430 ft), (avg. 78 m or 256 ft)
    • Île-de-France
  2. Lyon - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Lyon

    2 days ago · The Romans recognised that Lugdunum's strategic location at the convergence of two navigable rivers made it a natural communications hub. The city became the starting point of main Roman roads in the area, and it quickly became the capital of the province, Gallia Lugdunensis.

    • 47.87 km² (18.48 sq mi)
    • France
  3. Seine-et-Marne - Wikidata

    www.wikidata.org › wiki › Q12753

    Apr 08, 2021 · French department

  4. Jean de Brunhoff — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Jean_de_Brunhoff

    Apr 27, 2021 · modifier - modifier le code - modifier Wikidata « Mariage et couronnement du roi Babar et de la reine Céleste », aquarelle extraite d' Histoire de Babar, le petit éléphant (1931). Jean de Brunhoff , né le 9 décembre 1899 à Paris et mort le 16 octobre 1937 (à 37 ans) à Montana (Suisse), est un auteur- illustrateur français, créateur de Babar . Sommaire 1 Biographie 2 Généalogie 2 ...

  5. Fontainebleau — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Fontainebleau
    • Toponyme
    • Géologie
    • Hydrographie
    • Infrastructures
    • Situation et accès
    • Urbanisme
    • Évolution
    • Tourisme
    • Transports
    • Événements
    • Contexte historique
    • Religion
    • Réalisations
    • Conséquences
    • Histoire
    • Généralités
    • Enseignement
    • Administration
    • Politique

    Fontainebleau (prononcé [fɔ.tɛn.blo]) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France, à 57 kilomètresNote 1 au sud-est de Paris. Ses habitants sont appelés les Bellifontains. Fontainebleau est attesté sous les formes latinisées Fons Bleaudi, Fons Bliaudi, Fons Blaadi du XIIe et XIIIe siècles, Fontem blahaud en 1137, Fontaine belle eau au XVIe (étymologie populaire)10, Fontainebleau ou autrement Fontaine belle eau en 163010, puis sous la latinisation fantaisiste Fons Bellaqueus au XVIIe siècle, à l'origine du gentilé Bellifontain. Il s'agit d'un composé médiéval en Fontaine- « source, ruisseau », terme issu du gallo-roman FONTANA, suivi du nom de personne germanique Blitwald11. Au cours de la Révolution française, la commune porte les noms de Fontaine-la-Montagne et de Fontaine-le-Vallon12.

    L'agglomération melunaise se situe à la limite nord de la forêt, et au nord-ouest se trouve Barbizon, village célèbre pour les nombreux peintres pré-impressionnistes qui y ont vécu. Divers endroits de la forêt sont recouverts de silice (quartz) à l'état brut. Les nombreuses plantations de résineux effectuées par l'Office national des forêts sont critiquées par certains qui estiment que cela a mis à mal la cohérence de son écosystème, à l'origine plutôt à base de feuillus.

    Le système hydrographique de la commune se compose de quatre cours d'eau : La SeineNote 2, fleuve long de 776,6 km7.

    Par ailleurs, son territoire est également traversé par les aqueducs de la Vanne et du Loing5 et laqueduc de la Voulzie.

    Les rues de Fontainebleau sont larges et bien percées. La principale artère, dénommée rue Grande s'étire sur 2 600 m de long. L'artère transversale, qui passe devant l'église et la mairie, s'étend sur 1 200 m.

    Quelques places aèrent la ville : la place Solférino, la place Denecourt, où s'ouvre la grille du Jardin de Diane, la place d'Armes ou place François-Ier, la place de l'Hôtel-de-Ville, la place de l'Étape-aux-Vins et la place de la République.

    Depuis septembre 2010, la vitesse a été limitée à 30 km/h dans toutes les rues de la ville, sauf sur certains grands axes, dans un souci de sécurité routière et de promotion des modes actifs de déplacement (marche, vélo)8.

    Le territoire de la commune est traversé par le sentier de grande randonnée GR 1, entre Bois-le-Roi au nord-est et vers Noisy-sur-École à l'ouest. La ville  ainsi qu'Avon  tira bien vite parti des visites répétées de la Cour et des rois, accueillant rapidement restaurants et auberges dont les chambres sont louées à prix d'or. Aujourd'hui, la ville et son château sont visités toute l'année par des touristes venus du monde entier

    De 1896 à 1953, Fontainebleau et son agglomération ont été desservies par le tramway de Fontainebleau. Par ailleurs, Fontainebleau et les communes d'Avon, d'Héricy, de Samois-sur-Seine, de Samoreau et de Vulaines-sur-Seine sont sillonnées par le réseau de bus Aérial9. La ville est également desservie par la ligne 34 du réseau de bus Seine-et-Marne Express (Château-Landon / Égreville - Melun). Au XXe siècle, la commune est desservie par trois gares (Fontainebleau-Avon située à Avon et les gares de Fontainebleau-Forêt et Thomery situées en pleine forêt) sur la ligne R du Transilien).

    Philippe VI y scelle un traité avec Jean Ier de Bohême : ce dernier, honorant le contrat, combat les Anglais à la bataille de Crécy, et y perd la vie.

    Lorsque la Cour n'est pas à Fontainebleau, la ville continue de vivre grâce à des travaux constants d'embellissement, du château et de la cité : ouvriers et artistes y vivent toute l'année. Après François Ier, un autre de ses grands bienfaiteurs fut Henri IV : à partir de 1594 il y séjourna chaque année, faisant embellir et agrandir le château, creuser le grand canal, tracer des routes et des sentiers dans la forêt pour faciliter les déplacements, surtout lors des journées de chasses... Le futur François II naît à Fontainebleau en 1544, le futur Henri III en 1551, le futur Louis XIII en 1601, ainsi que plusieurs princesses et hauts personnages, dont Louis Victoire Lux de Montmorin-Saint-Hérem, qui finira assassiné à Paris lors des massacres de septembre en 1792. Le 29 octobre 1807, Manuel Godoy, chancelier du roi d'Espagne Charles IV, et Napoléon signent le traité de Fontainebleau, qui autorise le passage des troupes françaises par le territoire espagnol afin d'envahir le Portugal.

    En 1661, un cheval emballé renversa et traîna sur plusieurs dizaines de mètres et à vive allure son cavalier, un de ses pieds pris dans un étrier. Le sieur Dauberon invoqua Notre-Dame, son cheval s'arrêta net. En 1690 une première chapelle est bâtie sur le lieu du miracle  nommée « Notre-Dame de Bon Secours », un pèlerinage annuel y est instauré , rasée en 1793 par des révolutionnaires, rebâtie en 1821 à l'initiative de Marie-Thérèse de France. Le pèlerinage existe toujours16,17.

    Il fit aussi réaliser un ensemble exceptionnel de bassins et jets d'eau, dont il ne reste que de vagues traces, dans la « grande prairie » qui longe en partie le « grand canal »18.

    L'Empire va réveiller cette ville assoupie : Napoléon Ier s'installe au château et le fait rénover. De vieux hôtels particuliers sont restaurés aussi, et certains sont transformés en hôtels de tourisme, comme « l'Aigle Noir ». Des casernes sont bâties pour abriter les régiments de hussards de la Garde impériale, et est également créée une école militaire, qui sera ensuite délocalisée à Saint-Cyr-l'École puis à Coëtquidant (Guer).

    Après la chute du Premier Empire, le château fut encore habité en pointillés par Napoléon III, de 1856 à 1869 : les 15 et 16 décembre 1856 il y accueil le prince royal de Prusse, futur Guillaume Ier. En 1845 est bâtie en ville une prison, qui fermera en janvier 1990.

    Au total, 34 souverains, de Louis VI le Gros à Napoléon III, ont séjourné à Fontainebleau au cours de sept siècles. Du XVIe au XVIIIe siècle, tous les rois, de François Ier à Louis XV, y ont effectué des travaux importants (démolition reconstruction agrandissement embellissement) d'où le caractère un peu « hétérogène », mais néanmoins harmonieux, de l'architecture du château.

    La ville accueille actuellement une grande école daffaires qui lui donne une renommée internationale : lINSEAD, ainsi qu'une annexe de l'École des mines de Paris.

    La commune est une sous-préfecture depuis 1879 et un chef-lieu de canton de l'arrondissement de Melun.

    La ville est très largement ancrée à droite, cette orientation se manifestant tant au niveau national et européen qu'au niveau local et régional. Par ailleurs, l'abstention y est régulièrement inférieure à la moyenne nationale. À lélection présidentielle de 2002, les Bellifontains ont placé Jacques Chirac en tête au premier tour avec 27,82 % des suffrages exprimés suivi de Jean-Marie Le Pen qui obtient un score de 15,39 %, Lionel Jospin arrivant en troisième position avec 12,07 % des voix. Au second tour, les électeurs se sont portés à 83,51 % pour Jacques Chirac contre 16,49 % pour Jean-Marie Le Pen20. Lors de l'élection présidentielle de 2012, les électeurs ont voté au second tour à 61,41 % pour Nicolas Sarkozy contre 38,59 % pour François Hollande, soit plus de dix points de plus pour le candidat de l'UMP que la moyenne nationale qui lui donnait 48,36 % des suffrages21.

  6. People also search for
  1. Ads
    related to: chessy seine-et-marne wikipedia encyclopedia britannica metallum