Yahoo Web Search

  1. Suède — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Suède

    59° 21′ N 18° 4′ E Géographie Plus grande ville Stockholm Superficie totale 449 965 km 2 (classé 54 e) Superficie en eau 8,67 % Fuseau horaire UTC + 1 (CET) ; heure d'été: UTC + 2 (CEST) Histoire Indépendance De l' Union de Kalmar Date 6 juin 1523 Démographie Gentilé Suédois Population totale (septembre 2019 ) 10 313 447 hab. (classé 89 e) Densité 23 hab./km 2 Économie PIB ...

  2. Parlement français — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Parlement_français

    XV e législature de la V e République Présentation Type Parlement bicaméral Chambres Sénat Assemblée nationale Présidence Président du Sénat Gérard Larcher (LR) Élection 1 er octobre 2014 Président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand (LREM) Élection 12 septembre 2018 Composition actuelle. Données clés Groupes politiques (Sénat) LR (144) SOC (72) UC (51) LREM (23) RDSE (23 ...

  3. Norvège — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Norvège

    2 days ago · 59°55'00'N, 10°43'43'E Géographie Plus grande ville Oslo Superficie totale 385 207 km 2 (classé 60 e) Superficie en eau 5,1 % Fuseau horaire UTC + 1 (CET) ; heure d'été: UTC + 2 (CEST) Histoire Unification 872 Union de Kalmar 17 juin 1397 Danemark-Norvège 6 juin 1523 Suède-Norvège 14 janvier 1814 Indépendance 7 juin 1905 Démographie Gentilé Norvégien Population totale (2020 ) 5 ...

  4. Monarchiens — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Monarchiens
    • Origines
    • Typologie
    • Contexte historique
    • Conséquences

    Les monarchiens sont, au cours de la Révolution française, les partisans à l'Assemblée constituante d'une monarchie constitutionnelle fondée sur le modèle britannique1. Se concentrant autour de figures dominantes comme Jean-Joseph Mounier, Nicolas Bergasse, Pierre-Victor Malouet ou encore Stanislas de Clermont-Tonnerre, ils tentent, dès septembre 1789, de s'opposer à l'accélération révolutionnaire.1

    Ils se distinguent des monarchistes, qui refusent tout changement fondamental aux principes de la royauté, et des patriotes, partisans d'un veto suspensif, avec une assemblée unique.

    Partisans de réformes paisibles et modérés, les monarchiens souhaitent rédiger au plus vite une Constitution associant « le trône à la liberté ». Concrètement, ils veulent accorder au roi un veto absolu sur les lois votées et diviser le pouvoir législatif en deux chambres: la Chambre basse serait élue au suffrage censitaire et la Chambre haute serait composée de propriétaires et de dignitaires nommés à vie par le roi. Cette seconde assemblée serait chargée de modérer les ardeurs de la première.

    Cet équilibre des pouvoirs, assurant néanmoins la prépondérance de l'autorité royale, doit permettre, à leurs yeux, de s'affranchir de l'absolutisme et d'éviter tout despotisme, en premier lieu celui de la « multitude ».

  5. Monaco — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Monaco

    1 day ago · Principauté indépendante, Monaco est une monarchie constitutionnelle depuis 1911, avec un prince à la tête de l'État. Le pouvoir exécutif consiste en un ministre d'État , qui préside un Conseil de gouvernement composé de six membres (lui-même et cinq Conseillers de Gouvernement, l'équivalent de ministres), responsables uniquement ...

  6. Belize — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Belize
    • Politique
    • Toponyme
    • Géographie
    • Climat
    • Démographie
    • Langues
    • Reconnaissance

    Le Belize ou Bélize6, en anglais Belize, en espagnol Belice, est une monarchie constitutionnelle unitaire ayant un régime parlementaire à tendance ministérielle, dont le territoire est situé en Amérique centrale, au sud du Mexique et à lest du Guatemala. Elle a pour capitale Belmopan. Sa devise est « Sub umbra floreo » (« Je fleuris à l'ombre ») et son drapeau est constitué de trois bandes horizontales respectivement rouge, bleue et rouge, avec au centre les armoiries du Belize. Son hymne est Land of the Free (Pays des hommes libres) et sa monnaie est le dollar bélizien. Le Belize est généralement considéré comme étant un paradis fiscal. Le Belize est une démocratie parlementaire et membre du Commonwealth. Le chef d'État est actuellement la reine Élisabeth II, représentée dans le pays par un gouverneur général, qui doit avoir la nationalité du pays. L'organe exécutif primaire du gouvernement est le conseil des ministres, mené par le Premier ministre qui est chef du gouvernement. Les ministres du conseil sont des membres du parti politique majoritaire au parlement et tiennent habituellement des sièges d'élus en même temps que leurs positions de ministre. Le parlement du Belize est bicaméral, cest l'Assemblée nationale, laquelle se compose d'une chambre des représentants et d'un sénat. Les 29 membres de la Chambre des représentants sont habituellement élus pour cinq ans maximum. Les membres du sénat sont au nombre de huit, cinq sont choisis par le Premier ministre, deux par le chef de l'opposition, et un par le gouverneur général conformément à l'avis du comité consultatif du Belize. Le Sénat est dirigé par un président, qui est un membre abstentionniste désigné par la partie régissant. Le Belize est un membre actif de la Communauté caribéenne (Caricom).

    Le Belize se nommait le Honduras britannique avant son indépendance. La dénomination actuelle provient du nom de lancienne capitale et du fleuve du même nom.

    Le Belize occupe une surface de 22 966 km2, il possède 272 km de frontière avec le Mexique au nord, 266 km avec le Guatemala au sud et à l'ouest et une façade maritime donnant sur la mer des Caraïbes comprenant 386 km de côtes. Le Nord du Belize consiste principalement en des plaines côtières plates et marécageuses, aux lieux fortement forestiers. Au sud se trouve un registre de basse montagne des monts Maya, dont le point le plus élevé au Belize est la crête de Victoria culminant à 1 160 m. Le Belize est situé entre les fleuves Hondo et Sarstoon, avec le fleuve Belize s'écoulant au centre du pays. Tout le long des côtes de la mer des Caraïbes se trouve une barrière de corail formant des cayes.

    Le climat local est tropical et est généralement très chaud et humide. La saison des pluies se déroule de mai à novembre avec des risques habituels mais fréquents comme les ouragans et les inondations.

    Peuplé de 353 858 habitants au 1er juillet 20162, le Belize connaît une croissance économique positive et comporte un indice de développement humain élevé10. La plupart des Béliziens sont d'origine multiraciale : la moitié de la population est d'ascendance amérindienne et européenne (Mestizos), un quart d'ascendance africaine et européenne (Créoles) et environ 6 % d'ascendance africaine et amérindienne (Garifunas). Le reste de la population est composé de Mayas, de Blancs, dont une importante population mennonite, et des personnes d'ascendance asiatique.

    L'anglais est la langue officielle du Belize, ainsi que la langue la plus parlée. Toutefois, selon le recensement de 2010, seulement 63 % des Béliziens sont capables de tenir une conversation en anglais11. 56,6 % des habitants sont par ailleurs capables de tenir une conversation en espagnol11 et 44,6 % peuvent le faire en kriol. L'anglais et le kriol prédominent le long de la côte ainsi que dans le centre et le Sud du pays. Dans l'Ouest et le Nord, l'espagnol est plus répandu. Les divers groupes mayas parlent une langue maya ainsi qu'un dialecte du créole anglais, similaire aux dialectes créoles des îles anglophones des Caraïbes. Des communautés du sud du pays parlent surtout le garifuna.

    Le programme Mémoire du monde (UNESCO, 1992) a inscrit dans son registre international Mémoire du monde (au 17 janvier 2016) :

  7. Géopolitique du Moyen-Orient au XXIe siècle — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Géopolitique_du_Moyen...
    • Définition
    • Généralités
    • Politique
    • Statut
    • Économie
    • Origines
    • Causes
    • Religion
    • Population
    • Conséquences
    • Situation actuelle
    • Contexte historique
    • Environnement
    • Hydrographie
    • Idéologie
    • Évolution
    • Introduction
    • Développement
    • Présentation
    • Histoire

    La géopolitique du Moyen-Orient au XXIe siècle s'attache à la description et à l'analyse des relations des États de cette région entre eux et avec le reste du monde depuis le début de ce siècle. Cette description prend en considération les facteurs politiques, géographiques, économiques, démographiques et culturels qui les influencent. Le terme de géostratégie est aussi employé dans un sens voisin de celui de géopolitiquenote 1. L'usage a consacré les notions de Proche-Orient et de Moyen-Orient, sans qu'il existe une définition unique de leur périmètre géographique. Le plus souvent, le Moyen-Orient désigne la région située entre la rive orientale de la Méditerranée, de l'Égypte à la Turquie, et l'Iran en Asie méridionale et dont le cœur est la péninsule arabique. Cette définition est parfois étendue vers l'Est à l'Afghanistan et au Pakistan, et vers l'Ouest aux pays du Maghreb qui sont fortement liés au Moyen-Orient du point de vue de la géopolitique3. La notion d'Orient, étymologiquement ce qui se situe à l'est, est née d'une vision européanocentrée du monde. Le Proche-Orient est une appellation forgée par la diplomatie française qui correspond à l'ancien Levant et englobe les pays sur lesquels la France a historiquement exercé une forte influence. Le Moyen-Orient (Middle East) est une expression d'origine britannique qui englobe le Proche-Orient mais est centrée sur le golfe arabe-persique où le Royaume-Uni, rejoint par les États-Unis, ont de forts intérêts stratégiques3. L'espace moyen-oriental est une représentation davantage géopolitique que géographique, dont les contours variables traduisent les conceptions géopolitiques de la France et du Royaume-Uni puis celles des États-unis à partir de la deuxième moitié du XXe siècle. Carrefour entre l'Europe et l'Asie depuis l'antiquité, le Moyen-Orient ne peut être défini par un seul peuplement, une seule religion ou culture, même si le monde arabe et la religion musulmane y sont fortement présents. Le modèle économique le plus répandu au Moyen-orient est caractérisé par l'existence d'une rente, le plus souvent pétrolière mais aussi minière ou touristique, qui profite à une minorité, par un secteur public hyper-développé, par un secteur privé dominé par la corruption et la connivence avec la classe politique. Malgré une croissance de l'ordre de 2 à 3 % par an du PIB par habitant durant la décennie 2000, ce modèle économique est source de trop de pauvreté et d'inégalités pour ne pas être instable et ne favorise ni les investissements étrangers ni l'émergence d'un secteur économique privé fort, capables d'améliorer structurellement le contexte socio-économique. La croissance par an du PIB par habitant dans les années 2010 est faible, souvent inférieure à celle de la décennie précédente, dans un contexte de durcissement de la répression politique dans des pays majeurs de la région comme l'Égypte, l'Arabie saoudite ou les Émirats arabes unis24.

    Le Moyen-Orient occupe une position charnière entre l'Europe, l'Asie et l'Afrique. La péninsule arabique est son centre géographique aux limites bien définies, mais aussi le berceau du peuple arabe et de l'islam qui marquent profondément de leur empreinte l'histoire, la culture et la géopolitique de la région et du monde. Le Moyen-Orient est depuis l'Antiquité traversé de voies terrestres et maritimes par lesquelles transite le commerce entre l'Europe et l'Asie ; de nos jours, cette situation stratégique est encore plus affirmée par la montée des échanges maritimes qui résulte de la globalisation de l'économie. Son extraordinaire richesse en hydrocarbures a aussi fait du Moyen-Orient depuis le milieu du XXe siècle un enjeu stratégique vital pour toutes les grandes puissances économiques du monde.

    Le Moyen-Orient n'est pas dominé par une seule grande puissance régionale, ni même régi politiquement par un duopole. Quatre États ont des ambitions de domination régionale, deux sont arabes l'Arabie saoudite et l'Égypte, mais deux sont issus de l'empire perse, l'Iran, ou de l'empire ottoman, la Turquie. Un cinquième État, Israël, de par sa spécificité religieuse au milieu du monde musulman, de par ses alliances, sa puissance militaire et économique est aussi un acteur incontournable de la géopolitique régionale. Au XXIe siècle, l'appellation MENA (Middle east / North Africa) apparaît en relation avec la diplomatie de l'administration américaine sous la présidence de George W. Bush et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) qui regroupe l'ensemble nord-africain et moyen-oriental en un seul et même espace. Dans la vision politique de Washington, la région MENA est vue comme celle du monde arabe-musulman, devenu le creuset des nouvelles menaces internationales depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis4. L'organisation politique du Moyen-Orient telle qu'elle existe au début du XXIe siècle est récente, la plupart des États le composant ayant seulement quelques dizaines d'années d'existence dans leurs frontières actuelles4. Très anciennement peuplée, espace de développement de grands empires au fil des siècles de l'histoire ancienne, la région est largement dominée au XIXe siècle et XXe siècle par des puissances étrangères, le Royaume-Uni, la France et la Turquie qui en façonnent le découpage à la suite de l'effondrement de l'empire Ottoman et du processus de décolonisation. Le Moyen-Orient est la seule région au monde où la vague démocratique d'après la guerre froide n'a pas déferlé. Sur les dix-sept États considérés, seuls trois possèdent des institutions de nature démocratique à l'aube du XXIe siècle : Israël, le Liban et la Turquie. Toutefois, le président Erdogan a engagé la Turquie depuis le début des années 2010 sur la voie d'un régime présidentiel fort et surtout depuis le coup d'état manqué de 2016 il a fortement restreint les libertés. En revanche, la nouvelle constitution de l'Irak de nature démocratique adoptée en 2005 et mise en œuvre malgré les violences et les attentats lui permet d'être classée parmi les démocraties depuis 2010 par le Center for Systemic Peace14. L'Arabie saoudite est une théocratie dirigée par la dynastie des Saoud qui exerce un pouvoir absolu de droit divin. Inscrite dans le mouvement plus vaste du « printemps arabe », la révolution égyptienne de 2011 aboutit à une démocratisation éphémère du régime. Les élections législatives de 2011-2012 sont remportées par le Parti de la Liberté et de la Justice des Frères musulmans. Mohamed Morsi, son dirigeant, est élu président de la République en juin 2012. Il est renversé en juillet 2013 par un coup d'État organisé par l'armée, à la suite d'un vaste mouvement de protestations populaires. La parenthèse démocratique aura donc été de très courte durée, l'armée soutenue par une fraction importante de la population ne pouvait accepter que se mette peu à peu en place un régime de nature islamiste. En Afghanistan et en Irak, les occidentaux rencontrent de grandes difficultés pour installer des régimes plus démocratiques. Les monarchies de la péninsule arabique vivent dans la crainte que les idées démocratiques puissent se répandre chez elles. C'est la raison de la politique antagoniste menée par l'Arabie saoudite à l'encontre du Yemen dans les années 1990. Elles maintiennent de façon générale des lignes de politique intérieure conservatrices, même si elles distribuent une partie des revenus du pétrole à leur population. Elles sont aussi fragilisées par les luttes de pouvoir et les difficultés de succession15. Les trois principales organisations politiques de l'espace moyen-oriental sont la Ligue des États arabes fondée en 1945, l'Organisation de la coopération islamique et le Conseil de coopération du Golfe. La fragmentation politique du Moyen-Orient se retrouve dans l'absence d'organisation de coopération militaire forte régionale ou sub-régionale. En revanche les relations bilatérales dans le domaine de la sécurité entre les États-Unis et respectivement Israël et l'Arabie saoudite constituent des axes stratégiques forts.

    Avec le soutien de la Ligue arabe, l'Autorité palestinienne initie en 2011 une campagne diplomatique en vue de la reconnaissance d'un État palestinien souverain par la communauté internationale. En septembre 2011, la candidature d'adhésion d'un État de Palestine aux Nations unies est officiellement formulée par le président palestinien Mahmoud Abbas6,7. Faute de pouvoir obtenir un vote favorable du Conseil de sécurité, indispensable pour une adhésion de plein-droit, les Palestiniens doivent finalement se contenter du statut d'État non membre observateur de l'ONU que l'Assemblée générale vote en novembre 20128,9,10,11. Avec ce statut non formellement défini, l'État de Palestine entretient une « mission permanente » à l'ONU, participe en qualité d'observateur aux sessions et aux travaux de l'Assemblée générale (sans avoir le droit de voter, de proposer des résolutions et de postuler à des offices onusiens), peut signer des conventions de l'ONU en matière de droits sociaux ou politiques, ainsi qu'adhérer à des traités ouverts aux États ; la Palestine a aussi un pouvoir de saisine de plusieurs institutions internationales comme la Cour internationale de justice (CIJ) mais surtout la Cour pénale internationale (CPI)12. Un symbole fort de son rôle est son accession à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine pour l'année 201913.

    Les niveaux de développement économique et social sont très contrastés, entre les pays moyen-orientaux et en leur sein. Les déséquilibres qui en résultent sont source d'instabilité dans la région ainsi que les révoltes du Printemps arabe de 2010-2012 l'ont démontré. La présence ou non d'hydrocarbures dans le sous-sol est un facteur important de disparité entre les États : ainsi en 2017 le PIB à parité de pouvoir d'achat (PPA) par habitant de l'Arabie saoudite est 4,6 fois supérieur à celui de l'Égypte et 2,0 fois supérieur à celui de la Turquie16. L'Arabie saoudite et la Turquie dont le PIB les place respectivement au premier et au deuxième rang au Moyen-Orient, sont les deux seuls États de la région membres du G2080.

    Linégalité entre les hommes et les femmes résulte de pratiques anciennes, politiques et sociales, présentes dans toute la région. Ainsi, quatre pays du Moyen-Orient, la Syrie, l'Iran, la Jordanie et l'Arabie saoudite font partie des quinze pays interdisant encore aux femmes de travailler sans laccord de leur tuteur légal (le wali)18,19,20.

    Les inégalités sociales et économiques sont anciennes et se sont encore accrues avec la crise financière de 2008, notamment en Égypte où le chômage massif des jeunes combiné au doublement du prix du pain (résultant d'une hausse brutale des cours mondiaux du blé) sont largement à l'origine de la révolte de 2011, durant laquelle les manifestants scandaient « Du pain ! De la liberté ! »18,21.

    Au centre du Moyen-Orient, la péninsule arabique est le cœur du monde arabe et de l'islam. Au carrefour de trois continents, la péninsule est le berceau d'une culture forte basée sur le nomadisme et d'une civilisation majeure reposant sur l'islam, religion dont les adeptes sont les musulmans25,26.

    Dès l'origine, l'ambition de la communauté musulmane qui se forme autour de Mahomet n'est pas seulement religieuse mais aussi politique. L'expansion territoriale par la guerre sainte, le djihad, vise à diffuser l'islam tout en bâtissant la maison de l'islam, Dar al islam. L'empire arabo-musulman qui se met en place en un siècle répand l'islam des Pyrénées à la Perse et à l'Inde de façon durable26. De nos jours, le monde arabe demeure le cœur de l'islam en raison de l'histoire, de la présence des trois Lieux Saints et de la langue arabe, langue de la révélation coranique. Le Moyen-orient est la région du monde qui compte le plus de musulmans en proportion de sa population, mais elle est en nombre de croyants dépassée par l'Asie. Selon une étude publiée en 2015 par le Pew Research Center sur l'évolution des religions dans le monde, la région MENA, qui réunit le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, comptera en 2020 sur une population totale de 409 millions d'habitants, environ 93 % de musulmans, 3,5 % de chrétiens et 1,5 % de juifs27.

    Mais derrière cette unité apparente, le schisme chiite et la diversité de communautés d'écoles juridiques28,29 est une cause de tensions entre les États où l'islam sunnite demeure la référence et ceux, moins nombreux, où le chiisme est majoritaire ou bien dont la minorité est suffisamment importante pour s'imposer26,30,31. La fracture qui scinde l'islam en deux branches principales, le sunnisme et le chiisme, intervient moins de trente ans après la mort du prophète Mahomet. À la même époque, une troisième branche d'orientation rigoriste apparaît, les khâridjites, dont les descendants, les Ibadites, vivent principalement à Oman. L'islam sunnite rassemble de nos jours environ 85 % des musulmans, tandis que les chiites en représentent moins de 15 % et les Ibadites moins de 1 %30. Le hadj, pèlerinage annuel à La Mecque où se rendent 2 à 3 millions de pèlerins, illustre ces tensions. l'Arabie saoudite qui l'organise en tire un prestige important sur lequel elle s'appuie pour s'affirmer comme le leader de l'islam sunnite aux dépens de l'Égypte et surtout des mollahs au pouvoir en Iran pour qui elle est le principal obstacle à leur ambition de se poser en guides de l'islam mondial et de faire de la République islamique d'Iran le modèle du véritable État islamique32. Les quatre groupes terroristes qui font le plus de victimes sont l'État islamique (Daech), Al-Qaïda, le mouvement taliban afghan et Boko Haram. Les trois premiers ont leur racine au Moyen-Orient, tandis que le quatrième est né en Afrique au Nigeria, mais tous quatre appartiennent au courant islamique radical dont sont issus également de nombreuses autres organisations terroristes42. Depuis 2001, le Conseil de sécurité des Nations-Unies a adopté de nombreuses résolutions pour lutter contre le terrorisme international, qui visent en priorité Al-Qaïda et l'État islamique, mais pas seulement43. Le département d'État américain gère une liste des organisations considérées comme terroristes par les États-Unis44, et le Conseil de l'Union européenne tient à jour également une telle liste45.

    Les chiites sont majoritaires en Iran, en Irak et à Bahreïn. Ils sont aussi une part importante de la population musulmane au Liban et au Yémen. L'expression « croissant chiite » désigne l'alliance politique née au début de ce siècle et de plus en plus forte qui rassemble l'Iran, l'Irak et le Liban, États à majorité ou à forte minorité chiite, et qui apporte son soutien à des minorités chiites en Afghanistan, en Syrie, au Yémen à l'occasion des conflits qui ravagent ces trois États33. Bahreïn, fortement arrimé à l'Arabie saoudite, fait exception mais les émeutes de 2011 montrent que le pouvoir de la monarchie constitutionnelle en place est fragile. Le schisme entre sunnites et chiites est de nature politique et religieuse. A lépoque moderne, en Arabie saoudite, à Bahreïn et, surtout, en Irak, le conflit sunnites-chiites manifeste lopposition séculaire entre nomades sunnites et groupes sédentaires chiites. En réaction à la présence occidentale sur leurs terres, les élites sunnites le plus souvent pactisent notamment en Irak et au Liban avec les puissances mandataires pour conserver le monopole ou le bénéfice du pouvoir, tandis que les autorités politiques et religieuses chiites saffirment contre le colonialisme européen. La révolution islamique en Iran, en 1979, sonne le réveil de lensemble des communautés chiites du monde arabe dont l'influence ne cesse de s'étendre depuis au point de s'imposer en Irak et au Liban aux dépens des sunnites35,36. La domination saoudienne sur la péninsule arabique se heurte principalement à la volonté du Qatar de mener une politique étrangère indépendante et ambitieuse qu'il a les moyens de financer grâce à la découverte en 1971 du gisement gazier de North Field, le plus grand au monde, qu'il exploite conjointement avec l'Iran. Le réseau d'information qatari Al Jazeera est la voix des opposants aux régimes autoritaires de la région, notamment des Frères musulmans. Bien qu'il abrite deux grandes bases militaires des États-unis, principaux alliés des Saoudiens, ceux-ci ouvrent en juin 2017 la plus grave crise qu'a connu le CCG : conjointement avec les EAU et Bahreïn, rejoints par l'Égypte et le Yémen, ils rompent leurs relations diplomatiques avec le Qatar et décrètent un embargo à son encontre, l'accusant de déstabiliser la région et de soutenir des groupes terroristes, y compris Al-Qaïda, lorganisation État islamique et la confrérie des Frères musulmans. LArabie saoudite et Bahreïn suspendent toutes les liaisons terrestres, aériennes et maritimes avec lémirat, ce qui bloque les importations de biens par voie terrestre du Qatar à travers lArabie saoudite, seul pays frontalier. Le Qatar réussit à réorganiser ses approvisionnements avec le soutien en particulier de l'Iran, de la Turquie et de l'Inde et à conserver sa place dans le concert diplomatique grâce aux réassurances de ses alliés occidentaux et aux déboires des Saoudiens en difficulté au Yémen et dont l'image est ternie fin 2018 par l'affaire Khashoggi5,71,72,73.

    Le Moyen-Orient est la région du monde où le terrorisme fait le plus de victimes. Selon le Global Terrorism Index37, sur les dix États les plus touchés par le terrorisme entre 2000 et 2017, quatre d'entre eux sont au Moyen-Orient, par ordre décroissant du nombre de victimes l'Irak, l'Afghanistan, la Syrie et le Yémen, trois sont en Afrique et trois en Asie. Depuis le début du siècle, le terrorisme a fait dans le monde plus de 270 000 morts dont 150 000 au Moyen-Orient38,39. Les attentats du 11 septembre 2001 perpétrés aux États-Unis par Al-Qaïda marquent le début d'une vague de terrorisme islamiste qui culmine en Afghanistan et surtout avec la guerre confessionnelle en Irak jusqu'en 2007, où une baisse spectaculaire du nombre de victimes est toutefois enregistrée entre 2007 et 2011. En 2007, près de 13 000 personnes meurent dans le monde victimes d'un acte terroriste, dont 6 700 en Irak et 1 200 en Afghanistan. En 2010 et 2011, le nombre de victimes en Irak est ramené à moins de 2 000 par an.

    L'eau est une ressource indispensable mais rare dans de nombreux pays du Moyen-Orient. Autant un problème de quantité que de répartition, la question de leau est depuis longtemps un facteur de tensions intrarégionales d'autant que les grands chantiers d'aménagement hydraulique menés depuis les années 1950 sur le cours amont des fleuves perturbent les équilibres naturels. Le réchauffement climatique, la pollution des eaux et l'accroissement rapide de la population dans la région sont des facteurs d'aggravation de la situation. Le désert couvre une part importante de l'espace moyen-oriental, mais la région est riche de trois grands bassins fluviaux autour desquels la population s'est concentrée depuis l'Antiquité, le Nil, le Tigre et l'Euphrate, et le Jourdain. Les deux premiers assurent un large approvisionnement aux populations des pays qu'ils traversent comme la Turquie, l'Irak ou l'Égypte. En revanche, la Jordanie, les territoires palestiniens et Israël sont en situation de pénurie d'eau dès lors que le Jourdain est devenu un levier politique aux mains de ceux qui contrôlent la répartition et l'use de l'eau qu'il apporte46. Au début des années 2010, le partage de l'eau au Moyen-Orient est plus que jamais un enjeu de pouvoir47.

    Les pays aval sont dans une situation de dépendance vis-à-vis des pays amont qui peuvent par des aménagements hydrauliques diminuer les volumes d'eau qui arrivent jusqu'à eux. Ainsi, l'Égypte dépend du Soudan et de l'Éthiopie, qui construit depuis 2013 le barrage de la Renaissance sur le Nil bleu au sujet duquel d'âpres discussions ont lieu entre ces pays48. La Turquie entreprend depuis 1972 en Anatolie un vaste programme d'équipement hydraulique du Tigre et de l'Euphrate qui réduit fortement le débit des deux fleuves à leur entrée en Syrie puis en Irak. Des accords de répartition des eaux sont signés par ces trois États, mais la Turquie est en position de force et d'importantes réduction des récoltes sont constatées en Syrie et en Irak49. Leau fait partie intégrante du conflit israélo-palestinien : les conquêtes territoriales réalisées par Israël durant la guerre des Six jours de 1967 lui donnent le contrôle du Jourdain et d'importantes nappes phréatiques dans le Golan, avec pour conséquence d'importantes restrictions de la consommation d'eau en Jordanie et Cisjordanie malgré les accords partiels trouvés entre les parties. La bande de Gaza ne possède que très peu de ressources hydriques50. Aucun cours d'eau permanent ne coule dans la péninsule arabique où prédomine un climat désertique. Les revenus tirés du pétrole et du gaz et les espaces maritimes qui la bordent lui permettent de s'adapter aux contraintes climatiques et d'accéder facilement aux ressources qui lui manquent. Des investissements importants sont consentis dans la déstalinisation de l'eau de mer51.

    Durant les cinquante premières années de son existence, la Ligue arabe n'a pas pu adopter une ligne politique unifiée vis-à-vis des grandes puissances dans le contexte de la guerre froide, et a été divisée par la prévalence des intérêts étatiques résultant notamment des rivalités entre les monarchies traditionnelles et les républiques révolutionnaires d'Égypte ou de Libye. Dans le conflit entre Israël et les États arabes, elle adopte une position maximaliste, refusant de reconnaître l'existence de l'État hébreu56,57.

    La Ligue connaît des évolutions notables depuis le début du nouveau siècle. En 2002, elle propose un plan de paix à Israël qui traduit une reconnaissance de son droit à exister, mais dont les termes sont trop éloignés des positions israéliennes pour être acceptables. En 2003, face aux menaces américaines d'intervenir en Irak, la Ligue arabe définit une position commune a minima en réaffirmant lors de son sommet annuel « le refus absolu de toute attaque contre l'Irak et de toute menace dirigée contre la sécurité et l'intégrité de tout Etat arabe », alors que peu de dirigeants arabes soutiennent Saddam Hussein, et qu'en 1990 plusieurs d'entre eux avaient participé à la coalition internationale formée à la suite de l'invasion du Koweit par l'Irak58. Les divergences sont en réalité profondes entre ceux pour qui le nationalisme arabe doit prévaloir et ceux dont la sécurité et l'économie sont très liées aux États-Unis, mais qui doivent aussi tenir compte d'une opinion publique largement anti-américaine et socialement remuante59. La Ligue apporte son soutien à plusieurs révolutions du Printemps arabe. En Libye, la Ligue appuie en mars 2011 la rébellion contre le régime du colonel Kadhafi dont elle estime qu'il a perdu sa légitimité en raison des violences commises et se prononce en faveur de la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne pour empêcher l'aviation pro-gouvernementale de bombarder les forces rebelles ; cette décision ouvre la voie au vote d'une résolution de l'ONU qui permettra à l'OTAN d'intervenir militairement60. Constatant l'ampleur du soulèvement contre le pouvoir syrien, l'ampleur de la répression et que le plan de paix négocié avec le régime de Bachar el-Assad n'est pas appliqué, la Ligue exclut la Syrie de l'organisation en novembre 2011 et appelle tous les courants de l'opposition syrienne à se mettre d'accord sur un projet unique pour la gestion de la transition prochaine61.

    Fondé en 1981, le Conseil de coopération des États arabes du Golfe (CCG) a pour membres les six monarchies de la péninsule arabique qui sont naturellement proches de par leur unité géographique, historique et culturelle. De nos jours, leur richesse en hydrocarbures est le principal facteur structurant de leur économie, de leur société mais aussi de leur environnement géopolitique Dans un Moyen-Orient traversé de crises et de facteurs d'instabilité, les monarchies du Golfe cherchent avant tout à préserver leur stabilité face aux menaces intérieures et extérieures et à garantir leur indépendance en assurant l'approvisionnement régulier en pétrole et en gaz des États occidentaux et asiatiques pour lesquels il fait partie de leurs intérêts nationaux vitaux. Elle se met en place dans les années 1979-1981 marquées précisément par un contexte sécuritaire bouleversé par la chute du Chah et l'avènement d'une république islamique en Iran, la guerre entre l'Iran et l'Irak, l'invasion soviétique en Afghanistan et l'arrivée de communistes au pouvoir en Éthiopie. l'Arabie saoudite, de loin le plus puissant des six États membres y joue dès l'origine un rôle clé66,67,68,69,70.

    Sur le plan économique, le CCG instaure une zone de libre échange entre ses membres. La dimension sécuritaire du GCC est toujours au cœur de cette alliance : en 2011, les troupes saoudiennes et émiraties du Bouclier de la Péninsule, branche militaire du CCG, interviennent pour réprimer le soulèvement à Bahreïn de la population, majoritairement chiite. En mars 2015, une coalition d'États sunnites emmenée par l'Arabie saoudite intervient dans la guerre civile yéménite pour contrer la rébellion houthie.

    Fondée en 1969, l'organisation de la coopération islamique (OCI)74 compte 57 membres parmi lesquels tous les États du Moyen-Orient, sauf Israël. LOCI « entretient des relations de concertation et de coopération avec lONU et dautres organisations intergouvernementales, pour protéger les intérêts vitaux des musulmans et œuvrer pour le règlement des conflits dans lesquels des Etats membres se trouvent impliqués »75. Organisation religieuse par essence, elle agit selon les termes de sa charte dans les domaines politiques, économiques, sociaux et culturels76. L'un de ses objectifs est de « soutenir le peuple palestinien et lui donner les moyens dexercer son droit à lautodétermination et à créer son État souverain »76. Ainsi, ce soutien se manifeste par la convocation d'un sommet extraordinaire de l'OCI en décembre 2017 à la suite de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale dIsraël par Washington pour réaffirmer que Jérusalem-Est est et demeure la capitale de lEtat de Palestine77,78. De même, à la suite des manifestations palestiniennes à la frontière entre Israël et la bande de Gaza de mai 2018, l'OCI réclame la formation d'une force de protection internationale pour les Palestiniens. Toutefois, l'Arabie saoudite et ses alliés ne souhaitent pas que des actions concrètes soient menées contre israël afin de ne pas heurter Washington dont ils espèrent le soutien pour contrer l'Iran79.

    Un premier accord d'assistance et de défense mutuelle est signé entre les États-Unis et l'Arabie saoudite en 1951, qui autorise des ventes d'armes américaines aux Saoudiens et prévoit l'assistance des États-Unis à la formation de leurs forces armées. Les ventes et les coopérations n'ont pas cessé depuis. Dans les années 2010, d'importants contrats d'armements sont conclus84,85.

  8. Belgique — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Royaume_de_Belgique

    50° 51′ N, 4° 21′ E Géographie Plus grande ville Bruxelles Superficie totale 30 688 km 2 (classé 139 e) Superficie en eau 0,82 % Fuseau horaire UTC + 1 (heure d'été + 2) Histoire Indépendance Du royaume uni des Pays-Bas Déclarée Reconnue 4 octobre 1830 19 avril 1839 Démographie Gentilé Belge Population totale (1 er janvier 2020 ) 11 476 279 hab. (classé 82 e) Densité 374 hab ...