Yahoo Web Search

  1. About 46,200,000 search results
  1. D'après le Bureau maritime international, organisme référence pour la lutte contre la piraterie, la région la plus touchée en 2019 est le golfe de Guinée, avec 90% des enlèvements, entre autres. Toutefois, sur l'ensemble du monde, le nombre des faits de piraterie est en régression, s'élevant à 201, contre 162 en 2018 [27].

    • Bezeichnungen
    • Status
    • Piraterie in Der Gegenwart
    • Piraterie in Der Kunst
    • Forschung
    • Literatur
    • Anmerkungen

    Das Wort Pirat ist abgeleitet von lateinisch pirata „Seeräuber“. Dieses ist ein lateinisches Lehnwort zu altgriechisch πειρατής peirātḗs, das sich über πεῖρα peira „Wagnis, Unternehmen, Überfall“ von πειρᾶν peiran „versuchen, unternehmen, auskundschaften“ ableitet. Da πειρατής im Griechischen auch einfach einen Kämpfer zur See bezeichnen konnte, dessen Legitimität man bestritt, gab es daneben den präziseren Ausdruck καταποντιστής katapontistḗs, der tatsächlich ausschließlich einen Seeräuber im engeren Sinne bezeichnete. Die Wörter Flibustier und Bukanier bezeichnen ursprünglich zwei Gruppen von Freibeutern in der Karibik, sie werden jedoch bisweilen auch als Synonyme für die Freibeuterei– also Seeräuberei im Auftrag einer kriegführenden Macht – oder gar die Piraterie im Allgemeinen verwendet.

    Piraterie ist international geächtet. Alle Staaten sind daher unabhängig von der Nationalität der Täter und ihrer Fahrzeuge sowie vom Tatort zu ihrer Bekämpfung und Verfolgung berechtigt und dabei zur Zusammenarbeit verpflichtet. Im Altertum wurden Piraten meist nicht von Kriegführenden unterschieden, ihre Beschäftigung galt häufig als ehrbar. Entsprechend wurden sie nach Gesichtspunkten der Opportunität entweder bekämpft oder in Sold genommen. Etwa seit 1400–1200 v. Chr. existierte im Mittelmeer ein Seevölkerrecht, aber erst um die Zeit des attisch-delischen Seebundes im 5. Jahrhundert v. Chr. änderte sich darin die Auffassung des Piraten vom Feind zum Verbrecher. Im ersten Jahrhundert v. Chr. bezeichnete Cicero die Piraten als Feinde der Menschheit, gegenüber denen kein Versprechen und kein Schwur zu halten sei. Nach einer Periode relativer Bedeutungslosigkeit des Seerechts verfestigte sich diese Ansicht im Hochmittelalter in der pauschalen Friedloserklärungdes vermeintlich außerh...

    Mit der zunehmenden Entwicklung und Durchsetzung des internationalen Seerechts durch die Marinen der Überseehandel treibenden Nationen und mit der Erfindung und Verbreitung der Dampfschifffahrt wurde die klassische Piraterie im Einflussbereich der westlichen Industrienationen im Laufe des 19. und 20. Jahrhunderts immer mehr zurückgedrängt. Dennoch stellt die Piraterie in einigen Regionen heute wieder eine ernsthafte Gefahr dar und nimmt, bedingt durch Globalisierung und politische Umwälzungen, sogar wieder zu.Es muss davon ausgegangen werden, dass die Dunkelziffer recht hoch ist. Häufig geben die Reedereien tatsächlich begangene oder versuchte Übergriffe nicht an, weil sonst die Versicherungsprämien steigen würden oder auch ihr Ansehen Schaden nehmen könnte.

    Die klassische Piraterie wurde in der Kunst vielseitig verarbeitet, oft realistisch dargestellt, doch auch häufig verklärt und romantisiert. Es haben sich zahlreiche Klischees entwickelt, die heute mit diesem Begriff verbunden werden. Dazu zählt beispielsweise die Augenklappe. Laut Wissenschaftsjournalist Christoph Drösser war die Augenklappe unter Piraten nicht weit verbreitet. Es gäbe keine zeitgenössischen Darstellungen von Piraten mit Augenklappen aus dem Goldenen Zeitalter der Piraterie, das um 1730 endete. Erst 100 Jahre später entstand das Stereotyp, richtig populär wurde es durch die Cartoons des 20. Jahrhunderts. Auch Holzbein, metallene hakenförmige Armprothese (Enterhaken), Pistole, Krummsäbel, Papagei auf der Schulter, Dreispitz-Hut oder Kopftuch, abgerissene Kleidung, eingekerbte Hieb- und Stichwaffen, Schatzkiste, eine gewaltlüsterne Erscheinung oder eine eigensinnige Standesmoral gehören hierzu. Obwohl Seeräuber zu allen Zeiten im Rahmen ihrer verfügbaren Möglichkeite...

    Piraterie und Organisation

    Eine ganze Reihe von teils prominenten Organisationen und Business-Modellen sind unlängst seitens Forschern der HEC Parisals Formen der Piraterie beobachtet worden.

    Piraterie und Unternehmertum

    Aktuelle Forschung fokussiert zunehmend auch augenscheinliche Ähnlichkeiten zwischen Unternehmertum und Piraterie. In diesem Kontext wird Piraterie als strategische Inspirationsquelle für die Entrepreneurship-Ausbildung sowie für Forschung zu Entrepreneurship und zu Business Model Innovation diskutiert. In eine ähnliche Richtung geht der Begriff des Guerilla-Marketing, bei dem mit geringen Ressourcen und unkonventionellen Methoden Überraschungseffekte erzielt werden.

    Wissenschaftliche Literatur und Sachbücher

    1. Frank Bardelle: Freibeuter in der Karibischen See. Zur Entstehung und gesellschaftlichen Transformation einer historischen „Randbewegung“. Westfälisches Dampfboot, Münster 1986, ISBN 3-924550-20-4(Ein wissenschaftliches Werk mit umfangreicher Bibliographie, zugleich Münster (Westfalen), Universität, Dissertation, 1986). 2. Arne Bialuschewski: Piratenleben. Die abenteuerlichen Fahrten des Seeräubers Richard Sievers. Campus, Frankfurt am Main 1997, ISBN 3-593-35819-0. 3. Arne Bialuschewski:...

    Belletristik

    1. Gavin Black (d. i. Oswald Morris Wynd): Piraten in Malaysia. München 1973. (Originalausgabe: A time for pirates, New York 1971) 2. Johann Ernst Daniel Bornschein: Antonia della Roccini, die Seeräuber-Königin.Braunschweig 1801. 3. Johann Ernst Daniel Bornschein: Der Seeräuber-König.Regensburg 1803. 4. Carmen Boullosa: Sie sind Kühe, wir sind Schweine. Suhrkamp, Frankfurt am Main 1993. (st 3074, Frankfurt am Main 2000, ISBN 3-518-39574-2) 5. Daniel Defoe: Die Abenteuer des Kapitän Singleton....

    ↑ S. Roth: The eye-patch of the beholder. In: International Journal of Entrepreneurship and Small Business. Vol. 22 (2014), No. 4, S. 399–407. Abgerufen 26. August 2014 unter https://steffenroth.fi...
    ↑ Helke Kammerer-Grothaus: Von Argonauten und Piraten in der Antike. In: Hartmut Roder (Hrsg.): Piraten – Die Herren der Sieben Meere. Edition Temmen, Bremen 2000, ISBN 3-86108-536-4.
    ↑ Über die mittelalterlichen Piraten in Nord- und Ostsee, den Mythos Klaus Störtebeker und Rezeption der Likedeeler in der Gegenwart vgl. Karin Lubowski: Held oder Halunke. In: Hamburger Abendblatt...
  2. People also ask

    Quelle est la pratique de la piraterie?

    Quelle est la philosophie de la piraterie maritime?

    Quels sont les pirates les plus connus?

    Comment existe la piraterie dans l'Antiquité?

    • Origine
    • Activités
    • Voir aussi

    Au cours de sa 13e session en 2005, les membres du Comité intergouvernemental de la Convention universelle sur le droit d’auteuront estimé que l’UNESCO pourrait contribuer efficacement à la lutte contre la piraterie en créant une plateforme dédiée à la sensibilisation et à l’échange d’information. L'Observatoire mondial de lutte contre la piraterie, lancé pour une période expérimentale de 12 mois, est une plateforme en ligne offrant les informations et les meilleures pratiques relatives aux nombreux moyens, législatifs et non législatifs, de lutte contre la piraterie. L'Observatoire a bénéficié de la collaboration précieuse de plus de 100 États membres de l’UNESCO qui ont répondu au questionnaire envoyé par le Secrétariat en décembre 2008et fourni des informations détaillées sur leurs politiques et mesures nationales de lutte contre la piraterie, leurs meilleures pratiques et leurs outils de sensibilisation et de renforcement des capacités. L'Observatoire mondial de lutte contre la...

    L'Observatoire est structuré sur la base de fiches pays, décrivant les mesures et politiques nationales de lutte contre la piraterie dans les États membres. 100 fiches pays sont actuellement accessibles librement et téléchargeables gratuitement. L'Observatoire fournit également: 1. un recueil de textes législatifs relatifs au droit d’auteur et à la lutte contre la piraterie ; 2. actualités et événements relatifs à la lutte contre la piraterie dans le monde ; 3. des informations sur les meilleures pratiques en matière de lutte contre la piraterie ; 4. des outils de sensibilisation et de renforcement des capacités librement accessibles et à télécharger gratuitement. L'Observatoire mondial de lutte contre la piraterie est un outil précieux pour les autorités nationales soucieuses d’améliorer les politiques et dispositifs législatifs de leur pays. C'est également un outil de référence utile pour les auteurs, créateurs et autres titulaires de droits qui souhaitent faire respecter leurs d...

    Liens externes

    1. Site officiel de l'Observatoire mondial de lutte contre la piraterie[archive] 2. Site officiel de l'UNESCO[archive] 3. Site du secteur de la Culture de l'UNESCO[archive] 4. Recueil des lois nationales sur le droit d'auteur[archive]: base de données de l’UNESCO permettant l’accès aux lois nationales sur le droit d’auteur des États membres de l’UNESCO. 1. Portail de la piraterie 2. Portail des relations internationales

    • Organisation
    • Pavillons de Pirates
    • différentes Catégories de Pirates
    • Piraterie Moderne

    Les pirates sont censés tous être égaux, sauf le commandant et les professions de bord (chirurgien, cuisinier).Le commandant peut en effet ordonner d'exécuter, de punir ou d'abandonner le pirate qu'il veut ; bien qu'il dirige, il n'a pas une vraie influence sur le groupe. En effet si les marins le jugent mauvais, ils peuvent se révolter contre lui (on parle alors de mutinerie).Les votes s'effectuent à la manière démocratique (sauf pour les mousses et les marins pas encore bien intégrés au groupe) et chaque membre de l'équipage peut prendre la parole. Cependant, ces pratiques égalitaires et démocratiques ne se limitaient qu'à très peu des aspects de la vie quotidienne des pirates, et n'atténuaient pas réellement la rudesse de leur mœurs des pirates (bagarres, alcool, mutinerie ou combats etc...).

    Il existe plusieurs pavillons de pirates dont le plus connu est celui orné d'une tête de mortet de deux sabres (ou épées) ou également des tibias entrelacés. Aussi quand le pavillon est en rouge, cela signifie qu'il n'aura pas de pitié et que tous les membres de l'équipage seront massacrés sans aucune exception et condition.

    Les Boucaniers, ne sont pas des pirates à part entière car ils élevaient des bœufs et chassaient des cochons sauvages pour la faire sécher sur le boucan (viande séchée et fumée).
    Les Flibustierssont des pirates mais qui ne restent pas tout le temps dans la piraterie.

    Aujourd'hui les pirates d'autrefois ne sont plus ce qui sont maintenant, ils ont des petits bateaux (plus rapides grâce à la technologie), équipées d'armes plus précises et moins coûteuses. Malgré le progrès de la paix dans le monde, environ 439 navires se sont faits attaqués par des pirates (principalement au large du golfe d'Adenet autour de la Somalie et de l'Océan Indien). Ces pirates attaquent principalement des porte-conteneurs, et sont poursuivis et traqués par l'armée de l'Union Européenne et l'ONU.

  3. Un pirate est un bandit des mers. Les pirates volent l'or et les marchandises des autres navires pour avoir de plus en plus d'argent. Il ne faut pas confondre pirates et corsaires . Les pirates les plus connus sont les pirates ayant dévié dans les Caraïbes. Ils sont présent dans la série de films Pirates des Caraïbes .

    • Historique de La Piraterie Maritime
    • Terminologie
    • Corsaire Ou Pirate ?
    • Organisation Sociale
    • Les Pirates Dans L’Imaginaire Collectif
    • Stéréotypes Sur Les Pirates
    • Les Utopies Pirates
    • La Piraterie et Le Droit International
    • Convention Des Nations Unies Sur Le Droit de La Mer

    La piraterie est un corollaire du commerce maritime et existait déjà dans l’Antiquité. Toutes les civilisations anciennes ayant possédé une marine l’ont pratiquée, les Phéniciens comme les Mycéniens. Jules César eut lui-même à pâtir de l’activité des pirates. Lors d’un voyage vers l’Orient entre les années 75 av. J.-C. et 74 av. J.-C., il fut capturé par ceux-ci, à hauteur de l’île de Pharmacuse, à proximité de la ville de Milet en Asie Mineure. Dès sa libération contre rançon, il entreprit de se venger. Après avoir réuni en toute hâte une flottille, il surprit et captura les pirates qu’il fit exécuter par la suite. Pompée se rendit célèbre en nettoyant la Méditerranée des pirates ciliciens.

    Il provient du mot grec peiratès, pirata en latin, ce qui donne enfin pirate en français. Les pirates qui sévissaient dans la mer des Caraïbes étaient parfois appelés abusivement boucaniers. En fait, les boucaniers vivent sans chef, et s’occupent surtout du ravitaillement en viande des pirates et flibustiers. Ils chassent essentiellement le bœuf et le cochon qu’ils déposent en quartiers sur des claies de branche (le boucan). Ils allument alors en-dessous un feu de bois vert et fument la viande. Leurs terrains de chasse préférés se trouvent au nord-ouest de Saint-Domingue et dans la baie de Campeche. À l’occasion, il leur arrive de se mêler à une expédition, mais ce n’est pas leur activité principale. La plupart des boucaniers sont à l’origine soit des aventuriers, soit des déserteurs des différentes nations européennes. Les pirates néerlandais étaient appelés « vrij buiters » (vrij signifiant libre et buit signifiant à la fois acquisition, proie et gibier, cette expression signifie...

    Il existe une énorme différence entre pirates et corsaires. Si les seconds employaient des méthodes vaguement similaires à celles des premiers, ils étaient munis d’une lettre de marque et de représailles ou Lettre de course remise par un roi ou un gouvernement, qui les autorisaient à attaquer les navires d’une nation ennemie. Les redoutables Barbaresques, en Méditerranée étaient des corsaires, de même que certains marins maltais, qui étaient autorisés par l’Ordre de Malte. La lettre de marque était reconnue par convention et évitait au corsaire d’être accusé de piraterie, passible de la peine de mort, mais cela ne suffisait pas toujours à lui sauver la vie. Le corsaire britannique le plus célèbre fut Sir Francis Drake à une époque où l’Angleterre commençait seulement son aventure maritime (fin XVIe siècle) et où elle avait intérêt à encourager la course. Deux siècles plus tard, alors que la Royal Navy régnait sur toutes les mers du monde, la Grande-Bretagne n’avait que faire de cors...

    Les pirates des siècles passés sont imaginés menant une vie romantique de rebelles intelligents et rusés, agissant en groupe en dehors de la vie régie par les lois et les obligations, telle que nous la connaissons aujourd’hui. En réalité, peu de pirates mangeaient à leur faim ou devenaient riches, la plupart sont morts jeunes, car les provisions emportées étaient infestée de rats et d’autres petites bêtes. Toutefois, certains aspects de l’organisation des pirates sont surprenants. Contrairement aux sociétés occidentales de l’époque, de nombreux clans de pirates fonctionnaient comme des démocraties limitées : on élisait et remplaçait les dirigeants, par exemple. Le capitaine d’un bateau pirate était souvent un combattant féroce en qui l’équipage avait confiance, plutôt qu’un chef autoritaire issu d’une élite aristocratique. C’était souvent le maître de timonerie, surnommé « le second » ou « le bosco », qui était responsable de l’équipage et qui était chargé de faire régner l’ordre jo...

    La piraterie a inspiré de nombreux auteurs et continue de fasciner le public par-delà les siècles, en véhiculant un certain nombre de stéréotypes.

    * Le pirate est souvent dépeint avec une balafre au visage, borgne avec un cache sur l’œil, et amputé d’une main, remplacée par un crochet. Il a aussi souvent perdu une jambe à cause de la gangrène ou d’un boulet, et s’appuie alors sur une jambe de bois. * Tout au début, chaque bateau de pirates avait son propre drapeau, et les victimes ne savaient pas ce que cela voulait dire. Peu à peu, les drapeaux sont devenus généraux et ils avaient chacun une signification différente. * Les pirates utilisent un drapeau noir représentant des ossements humains (comme le Jolly Roger et ses dérivés), car ils sont réputés pour ne pas faire de prisonniers. * Les pirates cachent leur trésor sur une île et ils marquent son emplacement sur une carte au trésor. * Les pirates sont souvent accompagnés d’un perroquet.

    C’est Hakim Bey, figure anarchiste, et spécialiste de la « cause pirate » qui introduit des notions d’idéologie et d’utopie pirate à travers son livre TAZ. Pour lui, le principe de base de la définition du pirate est son autonomie.

    Dans le domaine du droit international la piraterie est généralement considérée comme le plus ancien exemple d’utilisation du principe de juridiction universelle. Piller les navires en haute mer, bloquer les routes commerciales ou mettre en danger les communications maritimes était considéré par les états souverains comme étant hosti humanis generis (crimes contre l’humanité). Puisque la piraterie, par définition, est pratiquée en dehors des juridictions nationales, les poursuites engagées par des états souverains contre des pirates constituent une situation juridique exceptionnelle.

    * Article 100 : Obligation de coopérer à la répression de la piraterie Tous les États coopèrent dans toute la mesure du possible à la répression de la piraterie en haute mer ou en tout autre lieu ne relevant de la juridiction d’aucun État. * Article 101 : Définition de la piraterie On entend par piraterie l’un quelconque des actes suivants : * tout acte illicite de violence ou de détention ou toute déprédation commis par l’équipage ou des passagers d’un navire ou d’un aéronef privé, agissant à des fins privées, et dirigé : o contre un autre navire ou aéronef, ou contre des personnes ou des biens à leur bord, en haute mer, o contre un navire ou aéronef, des personnes ou des biens, dans un lieu ne relevant de la juridiction d’aucun État ; * tout acte de participation volontaire à l’utilisation d’un navire ou d’un aéronef, lorsque son auteur a connaissance de faits dont il découle que ce navire ou aéronef est un navire ou aéronef pirate ; * tout acte ayant pour but d’inciter à commettr...

  1. People also search for