Yahoo Web Search

  1. カワサキ・Z1000MKII - Wikipedia

    ja.wikipedia.org › wiki › カワサキ・Z1000MKII

    1 day ago · カワサキ・z1000mkii(ゼットせんマークツー〈北米仕様はkz1000mkii〉)とは、川崎重工業が1978年から1980年にかけて製造販売していた総排気量1015 ccのオートバイである。

  2. Christian Estrosi — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Christian_Estrosi
    • Personnalité
    • Carrière politique
    • Débuts
    • Vie personnelle
    • Conséquences
    • Administration
    • Politique
    • Controverse
    • Polémique

    Christian Estrosi, né le 1er juillet 1955 à Nice, est un sportif motocycliste et homme politique français, membre du parti Les Républicains.

    Ancien président du conseil général des Alpes-Maritimes, membre de plusieurs gouvernements, député pour les Alpes-Maritimes, président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, il est président de la métropole Nice Côte d'Azur depuis 2012 et maire de Nice de 2008 à 2016 puis à nouveau depuis 2017. Avec lappui du maire de Nice de l'époque, Jacques Médecin, il se lance dans la politique. Il est élu en 1983 conseiller municipal de Nice. Il devient alors l'adjoint aux sports de Jacques Médecin. En 1989, il est élu à la tête du comité départemental de la fédération RPR des Alpes-Maritimes. En 1988, il est élu député dans la cinquième circonscription des Alpes-Maritimes (NiceMontagne) après avoir battu au second tour Jean-Hugues Colonna (PS). Il est élu en 1993 dans une autre circonscription, la deuxième circonscription des Alpes-Maritimes (Nice centre). Le 16 décembre 1993, le Conseil constitutionnel annule le scrutin, et déclare inéligible Christian Estrosi pour une déclaration des comptes de campagne considérée comme frauduleuse, ce dernier n'ayant pas déclaré des dépenses supportées par l'association « Les Amis de Christian Estrosi » durant la campagne9. Il retrouve son siège de député pour la 5e circonscription en 1997 et est réélu en 2002. Christian Estrosi a été rapporteur en 2002 et 2003 à l'Assemblée nationale des lois sur la sécurité intérieure. À ce titre, il est auteur d'un amendement10 pérennisant les dispositions des articles 29, 30 et 31 de la loi sur la sécurité quotidienne du 15 novembre 2001, adoptée à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Ces dispositions destinées à la lutte anti-terroriste devaient prendre fin initialement le 31 décembre 2003. Il est rapporteur, en 2009, de la loi sur les violences en bande. Le 10 juin 2007, il est réélu député dans la 5e circonscription des Alpes-Maritimes en obtenant 60,08 % des voix dès le premier tour de l'élection législative. À la faveur de la démission de son suppléant, Charles-Ange Ginésy, le 1er avril, il est réélu député, le 25 mai 2008, avec 69,37 % des voix au second tour après une participation insuffisante au premier pour assurer son élection directe11. Il est réélu en 2012. Le 29 mars 2016, il démissionne de l'Assemblée nationale12. Christian Estrosi est élu conseiller général dans le canton de Saint-Étienne-de-Tinée en 2001, avec plus de 80 % des voix dès le premier tour. Dans la foulée, il est élu premier vice-président du conseil général des Alpes-Maritimes. Le 18 septembre 2003, à la suite de la démission de Charles Ginésy, Christian Estrosi est élu président du conseil général des Alpes-Maritimes. Il est réélu à la tête de l'assemblée départementale en mars 2004, à l'issue des élections cantonales. Le 20 mars 2008, il est réélu président du conseil général des Alpes-Maritimes. Il peut cumuler durant un certain temps les fonctions de président du conseil général et de maire de Nice en raison d'un recours en annulation déposé devant le tribunal administratif de Nice contre son élection par le Parti radical de gauche, à l'occasion du premier tour des élections municipales13. Le 2 juin 2005, il est nommé ministre délégué à l'Aménagement du territoire auprès du ministre d'État, ministre de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire, Nicolas Sarkozy, dans le gouvernement Dominique de Villepin. Dès sa nomination, il se saisit des dossiers des pôles de compétitivité, puis des pôles d'excellence rurale. Dans un souci d'équité envers l'ensemble du territoire, Christian Estrosi s'est engagé à ce que 100 % des communes françaises aient accès au haut débit, à la téléphonie mobile, mais aussi à la télévision numérique. Pendant les derniers mois de sa fonction, il prend position en faveur du ferroutage et du transport fluvial. Suivant la promesse faite lors de la campagne de l'élection municipale de Nice, il démissionne de ce portefeuille ministériel le 17 mars 2008 pour se consacrer à plein temps à son poste de maire19. Le 23 juin 2009, Christian Estrosi revient néanmoins au gouvernement Fillon II en qualité de ministre auprès de la ministre de lÉconomie, de lIndustrie et de lEmploi, chargé de lIndustrie20. Le 14 novembre 2010, il est remplacé à ce poste par Éric Besson, à l'occasion de la nomination du gouvernement Fillon III. Le 21 octobre 2007, il annonce être candidat à la mairie de Nice, dont la gestion par le sénateur UMP Jacques Peyrat est contestée21. Durant la campagne, il affirme souhaiter que la gestion de la ville devienne « plus honnête et plus transparente »22, reprenant en cela un discours partagé par la plupart des candidats23. Au second tour du scrutin municipal, le 16 mars 2008, il arrive en tête avec 41,33 % des suffrages, dans une triangulaire face au candidat de gauche Patrick Allemand (PS, 33,17 %), et au maire sortant, Jacques Peyrat (DVD, 25,50 %)24. Il est officiellement élu maire de Nice par le nouveau conseil municipal le 21 mars 2008. Candidat à un nouveau mandat de maire de Nice, sa liste arrive en tête au second tour des élections municipales, le 30 mars 2014, à l'issue d'une quadrangulaire, devançant celle de la candidate du FN et celle du candidat de la gauche et candidat DVD. Christian Estrosi est réélu maire de Nice par le nouveau conseil municipal le 4 avril 2014. Afin de respecter la nouvelle loi sur le cumul des mandats, il démissionne de celui de maire de Nice, et échange son poste avec son premier adjoint Philippe Pradal28,29. Christian Estrosi occupe de multiples fonctions au sein de l'UMP dès la fondation de celle-ci : conseiller politique de l'UMP de 2002 à 2005, secrétaire national de l'UMP chargé des Fédérations de 2004 à 2005, secrétaire général adjoint de l'UMP du 30 juin 2008 au 24 janvier 2009, président départemental de la fédération UMP des Alpes-Maritimes depuis 2002, conseiller politique de l'UMP depuis 2009. À l'occasion du congrès de novembre 2012, il soutient la candidature de François Fillon. En janvier 2013, dans le cadre de la direction « partagée » entre Jean-François Copé et François Fillon, il devient vice-président de lUMP avec cinq autres personnalités du parti, en plus du vice-président délégué Luc Chatel, en poste depuis novembre 2012. Le 4 décembre 2014, Christian Estrosi est nommé, par le nouveau président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, président de la Commission nationale d'investitures30. Il est remplacé en novembre 2016 par Jean-François Lamour. Il soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016, après avoir critiqué sa stratégie à l'égard du FN lors des élections régionales de 201531. Le 29 août, il est nommé porte-parole sur les questions économiques. Il soutient timidement François Fillon lors du second tour32. Par la suite, son attitude ambivalente à l'égard de Fillon (il critique notamment la place du mouvement Sens commun au sein de LR33) lui vaut les huées des militants34. En avril 2017, Le Parisien indique que Christian Estrosi a rencontré « discrètement » le chef des investitures dEn Marche en vue des élections législatives35. De 1992 à 2002, il est conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur. En mars 1998, après avoir été six ans premier vice-président du conseil régional, il tente d'empêcher l'élection d'un président de région socialiste par un accord avec le Front national local. Jean-Marie Le Chevallier, alors maire FN de Toulon, explique qu'il devait, aux termes de cet accord, prendre la présidence du conseil régional avec Christian Estrosi comme vice-président36. Mais les pressions des dirigeants nationaux du RPR et la volonté de Jean-Marie Le Pen de se présenter conduisent finalement à l'élection du socialiste Michel Vauzelle37. Christian Estrosi démissionne de son mandat de conseiller régional en 2002 pour cause de cumul des mandats. Interrogé en 2013 alors qu'il exerce dix fonctions électives et politiques, il se déclare favorable au cumul des mandats38. En vue des élections régionales de décembre 2015, il est désigné pour conduire la liste Les Républicains-UDI dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Au premier tour, il se place en deuxième position avec 26,5 % des voix, derrière la liste FN de Marion Maréchal, qui obtient 40,6 % des voix39,40. Il déclare alors que celle-ci « représente un danger immense pour notre vivre-ensemble » et que la PACA « ne doit pas être le laboratoire de lextrême-droite, du sectarisme, de la violence, la négation du droit des femmes et des valeurs de la République »41. Le candidat socialiste Christophe Castaner se retire pour favoriser sa victoire41, tandis que le Premier ministre Manuel Valls appelle à voter pour lui42. Il remporte le second tour le 13 décembre avec 54,78 % des voix, la liste conduite par Marion Maréchal réalisant le meilleur score jamais obtenu par le FN dans une région (45,22 %)43. Le 8 mai 2017, il annonce qu'il démissionne de la présidence du conseil régional, afin de redevenir maire de Nice en remplacement de Philippe Pradal, démissionnaire45. Il redevient maire de Nice à compter du 15 mai 2017. Christian Estrosi, qui voit Renaud Muselier lui succéder à la région, conserve cependant une place de choix au sein de l'exécutif régional en tant que président délégué et premier vice-président, délégué à la Coordination des politiques régionales, aux grands événements et à la culture de la région46. Début octobre 2017, il lance un mouvement d'élus locaux qu'il baptise « France audacieuse »47. En août 2019, il apporte son soutien à Christian Jacob pour le congrès des Républicains50.

    Christian Estrosi, fils dun immigrant italien, débute d'abord comme pilote de grand prix motocycliste1 (quatre fois champion de France entre 1974 et 1979, et vainqueur de deux épreuves mondiales 750 cm3 au Circuit de Dijon-Prenois, en 1976 et 1977), carrière pour laquelle il abandonne le lycée : il n'a donc pas le baccalauréat, ce qui lui vaudra plus tard le surnom de « motodidacte », donné par ses adversaires2.

    Il est divorcé de Dominique Sassone, fille de Jean Sassone (1931-2006, adjoint au maire de Nice de 1977 à 1995) et sénatrice depuis 2014. Il est en couple depuis début 2016 avec Laura Tenoudji, chroniqueuse dans l'émission Télématin sur France 23 qu'il a épousée le 12 novembre 2016 à Nice4. De son premier mariage, il a deux filles, Laetitia et Laura, nées en 1985 et 19885. L'annonce de la grossesse de sa deuxième épouse, Laura Tenoudji paraît dans les médias le 9 mai 20176. Le 5 août 2017, elle donne naissance à une fille, prénommée Bianca7. Après une carrière sportive, il devient concessionnaire de la marque japonaise Kawasaki dans son magasin de la rue Caïs-de-Pierlas à Nice[réf. nécessaire].

    Christian Estrosi démissionne finalement de la présidence du conseil général des Alpes-Maritimes le 14 décembre 2008, après cinq années passées à la tête de l'exécutif départemental14. Éric Ciotti, lui succède le 18 décembre 200815. Frappé par les règles sur la limitation du cumul des mandats, après la validation définitive des résultats des élections municipales de Nice par le Conseil d'État, Christian Estrosi démissionne de son mandat de conseiller général des Alpes-Maritimes le 11 juin 200916,17.

    Le 18 avril 2008, il est élu président de la communauté d'agglomération Nice-Côte d'Azur (CANCA), devenue, fin 2008, communauté urbaine Nice Côte d'Azur (NCA). Le 9 janvier 2012, Christian Estrosi est élu président de la métropole Nice Côte d'Azur, structure résultant de la fusion de la NCA avec trois communautés de communes des Alpes-Maritimes25.

    Christian Estrosi est élu président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur le 18 décembre 2015 grâce au retrait du PS en sa faveur pour contrer le FN. Il déclare alors : « Nicolas Sarkozy est un ami mais, contrairement à lui, je ne pense pas que nous devions tenir un discours toujours à droite. Plus on va à droite, plus on fait monter le FN ». Ce retournement provoque « un malaise dans son camp » note Le Figaro, Christian Estrosi étant considéré jusque-là comme un tenant d'une ligne droitière au sein de son parti, « d'une droite autoritaire » sur la sécurité et l'immigration notamment44. Nice est la ville du jihadiste Omar Diaby, l'un des plus importants recruteurs de djihadistes pour la Syrie, où sont partis plus d'une centaine de Niçois, ce qui en fait une des villes les plus touchées de France81.

    Christian Estrosi et sa femme Dominique sont mis en cause pour le détournement, en 1989, d'une subvention du conseil général des Alpes-Maritimes de 750 000 francs destinée à l'association « le Golf de Nice », promouvant le lieu51,52, mais perçue par une SARL du même nom, exploitant le golf, et dont Dominique Estrosi était la gérante quelques mois avant les faits. En septembre 2015, à la suite d'une plainte du Syndicat national de l'environnement, il est condamné pour diffamation à payer 10 000 euros damende au pénal et 2 000 euros au civil et à publier cette décision dans la presse pour avoir affirmé que des fonctionnaires de lÉtat et des gardes du Parc national du Mercantour avaient volontairement introduit des loups gris en France, et que ceux-ci n'étaient donc pas arrivés d'Italie sans intervention humaine56. Le jugement a été confirmé en mai 2016 par la cour d'appel d'Aix-en-Provence57. Le 26 mars 2013, le tribunal administratif de Nice annule la décision du 20 octobre 2011 de Christian Estrosi, qui avait signé une convention d'occupation avec une association musulmane pour sa salle de prière, rue de Suisse. Cette convention accordait à cette association un loyer très préférentiel (décote de 50 %)62,63. Par la suite, la ville de Nice indique avoir conclu une nouvelle convention avec l'association des musulmans en corrigeant le montant du loyer62.

    Jean-Noël Falcou, un militant d'Europe Écologie Les Verts, membre de l'association anticorruption Anticor, dépose, en février 2013, une plainte contre X pour « détournement de fonds publics », après avoir constaté l'envoi massif de courriers contenant un bulletin de soutien de l'Association des amis de Nicolas Sarkozy (dont Christian Estrosi est alors le secrétaire général), affranchis aux frais de l'Assemblée nationale, dans la 5e circonscription des Alpes-Maritimes58,59,60. Dans un premier temps, Christian Estrosi déclare dans un communiqué que « ces courriers, qui entrent dans le cadre fixé par l'Assemblée nationale pour chaque député, avaient pour but de remercier mes électeurs tout en faisant le bilan du mandat que j'ai en partage avec Nicolas Sarkozy »60. Il reconnaît une « erreur » trois semaines plus tard58. La plainte est classée sans suite61. Le 22 août 2013, le maire de Nice dépose plainte, reprochant à la porte-parole dAnticor, Séverine Tessier, davoir publiquement exprimé ses inquiétudes sur la gestion des emprunts toxiques par la ville et sur le financement du partenariat public-privé du grand stade64. Le tribunal correctionnel de Nice relaxe Séverine Tessier, le 25 janvier 2016, du délit de diffamation dont laccusait Christian Estrosi65. Au lendemain de l'attentat du 14 juillet 2016 à Nice, Christian Estrosi accuse le gouvernement78, alors qu'il avait formulé après l'attentat contre le journal Charlie Hebdo une critique accusatrice à l'égard de la municipalité socialiste de Paris en ces termes : « si Paris avait été équipée du même réseau [de caméras] que le nôtre, les frères Kouachi nauraient pas passé trois carrefours sans être neutralisés et interpellés »79. Toutefois, Mediapart révèle que le camion utilisé pour l'attentat est filmé à onze reprises en trois jours sur la promenade des Anglais sans susciter d'intervention de la police municipale80.

  3. 森川由加里 - Wikipedia

    ja.wikipedia.org › wiki › 森川由加里

    1 day ago · 1990年8月、club citta kawasakiライブ アコースティックlive“with your love”“my dream”発表。1990年、tbsラジオの放送開始・終了時に「きいたら、ききたい」の歌が放送される(1990年 - 2000年)。 1991年2月、シングル“夢 元気!?”、“本当は泣きたいのに”発売。1991年 ...

  4. クリストファー・ニコースキー - Wikipedia

    ja.wikipedia.org › wiki › クリストファー

    1 day ago · 2000年は野茂英雄とチームメイトだった。 2001年は、これまで谷間先発もしてきたが、完全にリリーフ一本化して56試合に登板した。 メッツ時代. 2001年 9月2日、カイル・ケッセルとのトレードでニューヨーク・メッツへ移籍。5試合に登板し、無失点に抑えた。

  5. Giacomo Agostini - Wikipedia

    it.wikipedia.org › wiki › Giacomo_Agostini

    1 day ago · Gli sforzi tecnici di molti costruttori come Aermacchi, Benelli, Bultaco, Husqvarna, Kawasaki, LinTo, Matchless, Norton, Triumph, Suzuki e Yamaha, non riuscirono minimamente a scalfire il binomio Ago-MV che conquistò 82 dei 102 gran premi disputati nelle classi "350" e "500" in quel lustro, dividendo il pubblico tra i sostenitori del ...

    • 1963 in classe 250
    • 1963 - 1977
    • 15
    • Italia
  6. hide - Wikipedia

    ja.wikipedia.org › wiki › Hide

    1 day ago · 2019年5月2日CLUB CITTA'KAWASAKIにて『hide Memorial Day 2109~春に会いましょう~』献花式が開催された。 2019年12月8日CLUB CITTA'KAWASAKIにてhide Birthday Partyが開催された。 2020年8月30日裏原宿のLEMONedショップが新型コロナウイルスの影響で閉店。

  7. 京阪3000系電車 (2代) - Wikipedia

    ja.wikipedia.org › wiki › 京阪3000系電車_(2代)

    1 day ago · 第40回(2000年) 広島電鉄5000形電車・新幹線700系電車・jr東日本209系950番台電車(jr東日本e231系900番台電車) 第41回(2001年) 名鉄モ800形電車(2代)・近鉄3220系・5820系・9020系電車(シリーズ21) 第42回(2002年) jr西日本キハ187系気動車

  8. Ichiro Suzuki - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Ichiro_Suzuki

    1 day ago · Ichiro Suzuki / ˈ iː tʃ ɪ r oʊ s uː ˈ z uː k i / (鈴木 一朗, Suzuki Ichirō, born 22 October 1973), often referred to as just Ichiro (イチロー, Ichirō), is a Japanese former professional baseball outfielder who played 28 seasons combined in top-level professional leagues.

  9. Gran Premio de Francia de Motociclismo - Wikipedia, la ...

    es.wikipedia.org › wiki › Gran_Premio_de_Francia_de

    1 day ago · Gran Premio de Francia de Motociclismo es una carrera de motociclismo de velocidad disputada en Francia desde el año 1920. Formó parte del Campeonato Mundial de Motociclismo cinco veces en la década de 1950, y de manera casi ininterrumpida desde 1960.

  10. People also search for