Yahoo Web Search

  1. Charles V, Holy Roman Emperor - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Charles_V,_Holy_Roman_Emperor

    5 days ago · Charles V revitalized the medieval concept of the universal monarchy and spent most of his life defending the integrity of the Holy Roman Empire from the Protestant Reformation, the expansion of the Ottoman Empire, and a series of wars with France.

  2. Charles de Gaulle - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Charles_de_Gaulle

    3 days ago · Charles André Joseph Marie de Gaulle was born on 22 November 1890 in Lille in the Nord department, the third of five children. He was raised in a devoutly Catholic and traditional family. His father, Henri de Gaulle, was a professor of history and literature at a Jesuit college and eventually founded his own school.

  3. Louvre Palace - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Louvre_Palace

    2 days ago · King Charles V continued the project in the 1360s, and it was later known as the Wall of Charles V. From its westernmost point at the Tour du Bois, the new wall extended east along the north bank of the Seine to the old wall, enclosing the Louvre and greatly reducing its military value. [24]

  4. People also ask

    What was Charles V known for?

    Were Charles V and Charles I the same person?

    Where did Charles V Live?

    Who is the father of Charles V?

  5. Palace of Versailles - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Palace_of_Versailles

    2 days ago · The Palace of Versailles (/ v ɛər ˈ s aɪ, v ɜːr ˈ s aɪ / vair-SY, vur-SY; French: Château de Versailles [ʃɑto d(ə) vɛʁsɑj] ()) was the principal royal residence of France from 1682, under Louis XIV, until the start of the French Revolution in 1789, under Louis XVI.

    • Palace and Park of Versailles
    • Versailles, France
  6. Louvre - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Louvre

    3 days ago · Website. www.louvre.fr. The Louvre ( English: / ˈluːv ( rə )/ LOOV (-rə) ), or the Louvre Museum ( French: Musée du Louvre [myze dy luvʁ] ( listen) ), is the world's largest art museum and a historic monument in Paris, France, and is best known for being the home of the Mona Lisa. A central landmark of the city, it is located on the Right ...

  7. Franco-Prussian War - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › Franco-Prussian_War
    • Causes
    • Opposing Forces
    • French Army Incursion
    • Prussian Army Advance
    • War of The Government of National Defence
    • War at Sea
    • Aftermath
    • Subsequent Events
    • See Also
    • Further Reading

    The causes of the Franco-Prussian War are strongly rooted in the events surrounding the gradual march toward the unification of the German states under Otto von Bismarck. In the midst of the Austro-Prussian War of 1866, Empress Eugénie, Foreign Minister Drouyn de Lhuys and War Minister Randon, worried that a Prussian victory might jeopardize France's status as the dominant power in Europe gained after the Franco-Austrian War of 1859, unsuccessfully urged Napoleon to implement an armed mediation which would consist in a mobilization and the massing of troops at France's eastern borders while the bulk of the Prussian armies were still engaged in Bohemia, as a warning that no territorial changes could be effected in Germany without France being consulted. As a result of Prussia's annexation of several German states which had sided with Austria during the war and the formation of the North German Confederation under Prussia's aegis, French public opinion stiffened and now demanded more...

    French

    The French Army consisted in peacetime of approximately 426,000 soldiers, some of them regulars, others conscripts who until March 1869 were selected by ballot and served the comparatively long period of seven years with the colours. Some of them were veterans of previous French campaigns in the Crimean War, Algeria, the Franco-Austrian War in Italy, and in the Mexican campaign. However, following the "Seven Weeks War" between Prussia and Austria four years earlier, it had been calculated tha...

    Prussians/Germans

    The German army comprised that of the North German Confederation led by the Kingdom of Prussia, and the South German states drawn in under the secret clause of the preliminary peace of Nikolsburg, 26 July 1866, and formalised in the Treaty of Prague, 23 August 1866. Recruitment and organisation of the various armies were almost identical, and based on the concept of conscripting annual classes of men who then served in the regular regiments for a fixed term before being moved to the reserves....

    Preparations for the offensive

    On 28 July 1870 Napoleon III left Paris for Metz and assumed command of the newly titled Army of the Rhine, some 202,448 strong and expected to grow as the French mobilization progressed. Marshal MacMahon took command of I Corps (4 infantry divisions) near Wissembourg, Marshal François Canrobert brought VI Corps (4 infantry divisions) to Châlons-sur-Marne in northern France as a reserve and to guard against a Prussian advance through Belgium. A pre-war plan laid down by the late Marshal Niel...

    Occupation of Saarbrücken

    Napoleon III was under substantial domestic pressure to launch an offensive before the full might of Moltke's forces was mobilized and deployed. Reconnaissance by Frossard's forces had identified only the Prussian 16th Infantry Division guarding the border town of Saarbrücken, right before the entire Army of the Rhine. Accordingly, on 31 July the Army marched forward toward the Saar Riverto seize Saarbrücken. General Frossard's II Corps and Marshal Bazaine's III Corps crossed the German borde...

    Battle of Wissembourg

    Upon learning from captured Prussian soldiers and a local area police chief that the Prussian Crown Prince's Third Army was just 30 miles (48 km) north from Saarbrücken near the Rhine river town Wissembourg, General Le Bœuf and Napoleon III decided to retreat to defensive positions. General Frossard, without instructions, hastily withdrew his elements of the Army of the Rhine in Saarbrücken back across the river to Spicherenand Forbach. Marshal MacMahon, now closest to Wissembourg, spread his...

    Battle of Spicheren

    The Battle of Spicheren, on 5 August, was the second of three critical French defeats. Moltke had originally planned to keep Bazaine's army on the Saar River until he could attack it with the 2nd Army in front and the 1st Army on its left flank, while the 3rd Army closed towards the rear. The aging General von Steinmetz made an overzealous, unplanned move, leading the 1st Army south from his position on the Moselle. He moved straight toward the town of Spicheren, cutting off Prince Frederick...

    Battle of Wörth

    The Battle of Wörth began when the two armies clashed again on 6 August near Wörth in the town of Frœschwiller, about 10 miles (16 km) from Wissembourg. The Crown Prince of Prussia's 3rd army had, on the quick reaction of his Chief of Staff General von Blumenthal, drawn reinforcements which brought its strength up to 140,000 troops. The French had been slowly reinforced and their force numbered only 35,000. Although badly outnumbered, the French defended their position just outside Frœschwill...

    Government of National Defence

    When the news arrived at Paris of the surrender at Sedan of Napoleon III and 80,000 men, the Second Empire was overthrown by a popular uprising in Paris, which forced the proclamation of a Provisional Government and a Third Republic by general Trochu, Favre and Gambetta at Paris on 4 September, the new government calling itself the Government of National Defence. After the German victory at Sedan, most of the French standing army was either besieged in Metz or prisoner of the Germans, who hop...

    Siege of Paris

    Prussian forces commenced the siege of Paris on 19 September 1870. Faced with the blockade, the new French government called for the establishment of several large armies in the French provinces. These new bodies of troops were to march towards Paris and attack the Germans there from various directions at the same time. Armed French civilians were to create a guerilla force—the so-called Francs-tireurs—for the purpose of attacking German supply lines. These developments prompted calls from th...

    Loire campaign

    Dispatched from Paris as the republican government emissary, Léon Gambetta flew over the German lines in a balloon inflated with coal gas from the city's gasworks and organized the recruitment of the Armée de la Loire. Rumors about an alleged German "extermination" plan infuriated the French and strengthened their support of the new regime. Within a few weeks, five new armies totalling more than 500,000 troops were recruited. The Germans dispatched some of their troops to the French provinces...

    Blockade

    When the war began, the French government ordered a blockade of the North German coasts, which the small North German Federal Navy with only five ironclads and various minor vessels could do little to oppose. For most of the war, the three largest German ironclads were out of service with engine troubles; only the turret ship SMS Arminius was available to conduct operations. By the time engine repairs had been completed, the French fleet had already departed. The blockade proved only partiall...

    Pacific and Caribbean

    Outside Europe, the French corvette Dupleix blockaded the German corvette SMS Hertha in Nagasaki and the Battle of Havana took place between the Prussian gunboat SMS Meteor and the French aviso Bouvet off Havana, Cuba, in November 1870.

    Analysis

    The quick German victory over the French stunned neutral observers, many of whom had expected a French victory and most of whom had expected a long war. The strategic advantages which the Germans had were not appreciated outside Germany until after hostilities had ceased. Other countries quickly discerned the advantages given to the Germans by their military system, and adopted many of their innovations, particularly the General Staff, universal conscription, and highly detailed mobilization...

    Effects on military thought

    The events of the Franco-Prussian War had great influence on military thinking over the next forty years. Lessons drawn from the war included the need for a general staff system, the scale and duration of future wars and the tactical use of artillery and cavalry. The bold use of artillery by the Prussians, to silence French guns at long range and then to directly support infantry attacks at close range, proved to be superior to the defensive doctrine employed by French gunners. Likewise, the...

    Casualties

    The Germans deployed a total of 33,101 officers and 1,113,254 men into France, of which they lost 1,046 officers and 16,539 enlisted men killed in action. Another 671 officers and 10,050 men died of their wounds, for total battle deaths of 28,306. Disease killed 207 officers and 11,940 men, with typhoidaccounting for 6,965. 4,009 were missing and presumed dead; 290 died in accidents and 29 committed suicide. Among the missing and captured were 103 officers and 10,026 men. The wounded amounted...

    Prussian reaction and withdrawal

    The Prussian Army, under the terms of the armistice, held a brief victory parade in Paris on 17 February; the city was silent and draped with black and the Germans quickly withdrew. Bismarck honoured the armistice, by allowing train loads of food into Paris and withdrawing Prussian forces to the east of the city, prior to a full withdrawal once France agreed to pay a five billion franc war indemnity. The indemnity was proportioned, according to population, to be the exact equivalent to the in...

    Paris Commune

    During the war, the Paris National Guard, particularly in the working-class neighbourhoods of Paris, had become highly politicised and units elected officers; many refused to wear uniforms or obey commands from the national government. National guard units tried to seize power in Paris on 31 October 1870 and 22 January 1871. On 18 March 1871, when the regular army tried to remove cannons from an artillery park on Montmartre, National Guard units resisted and killed two army generals. The nati...

    German unification and power

    The creation of a unified German Empire (aside from Austria) greatly disturbed the balance of power that had been created with the Congress of Vienna after the end of the Napoleonic Wars. Germany had established itself as a major power in continental Europe, boasting the most powerful and professional army in the world. Although Britain remained the dominant world power overall, British involvement in European affairs during the late 19th century was limited, owing to its focus on colonial em...

    Caricatures and editorial cartoons

    1. Pullen, Henry William (1871). The Fight at Dame Europa's School (Pamphlet). Illustrated by Thomas Nast. New York: Francis B. Felt. OCLC 504021110 – via Wikisource. 2. Daniels, Morna (2005). "Caricatures from the Franco-Prussian War of 1870 and the Paris Commune" (PDF). British Library. Retrieved 28 November 2018. 3. Vernon, Teresa (23 June 2014). "Napoleon III meets his nemesis: caricatures from the Franco-Prussian War". British Library. Retrieved 16 October 2018. 4. Fabry-Tehranchi, Irene...

  8. List of knights and ladies of the Garter - Wikipedia

    en.wikipedia.org › wiki › List_of_knights_and_ladies

    6 days ago · The Most Noble Order of the Garter was founded by Edward III of England in 1348. Dates shown are of nomination or installation; coloured rows indicate princes of Wales, royal knights and ladies and stranger knights and ladies, none of whom counts toward the 24-member limit.

  9. Thouars — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Thouars
    • Toponyme
    • Géographie
    • Transports
    • Étymologie
    • Histoire
    • Contexte historique
    • Réalisations
    • Architecture
    • Conséquences
    • Évolution
    • Enfance
    • Personnalité
    • Urbanisme
    • Mort
    • Introduction
    • Historique
    • Accidents
    • Situation actuelle
    • Environnement
    • Démographie

    Thouars est une commune du Centre-Ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine. Ses habitants sont appelés les Thouarsais. Attesté sous les formes latinisées Toareca (pièce mérovingienne), Toarcis en 762. Nom dérivé de celui de la rivière selon un processus fréquent en toponymie : le Thouet (Toare VIIe siècle, Toarum vers 866) avec le suffixe d'origine celtique -ica (< *-ika)2,3. La commune s'est autrefois appelée Thouars-sur-le-Thouet[réf. nécessaire].

    La commune de Thouars se situe au nord du département des Deux-Sèvres sur un plateau qui domine la rivière nommée le Thouet, un affluent de la Loire. Elle est la capitale du Thouarsais une région naturelle constituée par la plus grande partie de la plaine de Thouars et la partie moncontouroise du Loudunais. Les villes les plus proches1 sont Bressuire, Parthenay, Saumur et Loudun. Thouars est arrosée par le Thouet, affluent de rive gauche de la Loire.

    Thouars est située à 50 minutes par la route de grandes agglomérations de l'Ouest : Niort, Poitiers, Angers. L'accès à Niort (passant par Parthenay) est réalisé via une route à trois voies. Thouars est desservie via sa gare SNCF (trains et cars TER). La ville possède un aérodrome. La commune est aussi desservie par le réseau de cars RDS (Réseau des Deux-Sèvres) du conseil général des Deux-Sèvres.

    L'élément *tobar ou *toar qui entre en composition dans certains noms de rivières (Cf. le Thoré affluent de l'Agout à Castres) de sens inconnu est sans doute préceltique3.

    Les premières communautés vinrent s'installer à Thouars il y a plus de 5 000 ans, leurs lieux d'habitation se situaient au bord du Thouet entre le château actuel et la vieille ville. Ces hommes ensevelissaient leurs morts au dolmen du coteau de Fleury, occupaient la grotte de Montsavard et invoquaient leurs divinités sur le tumulus de la Motte des Justices. Ce tumulus est aujourd'hui à peine visible, situé en pleine zone industrielle. Ses dimensions (174 m de long et 15 m de large) en faisaient le plus long sanctuaire répertorié en France et l'un des plus importants d'Europe. Les traces d'une voie romaine découvertes dans la vieille ville semblent confirmer l'hypothèse d'une présence dans l'Antiquité. Mais c'est surtout grâce à la découverte d'une pièce mérovingienne sur laquelle figure la mention Toareca que l'on a confirmation de l'existence de la ville dans l'Antiquité et de son nom[réf. nécessaire]. La lignée des Thouars disparue, la ville va passer à la famille d'Amboise mais pour très peu de temps, puisque après une série d'intrigues, le vicomte Louis d'Amboise va être dépossédé de ses terres par Louis XI. Thouars va connaitre au XVIIIe siècle une série de catastrophes naturelles : en 1708 une terrible sécheresse suivie d'un hiver glacial entraine mauvaises récoltes, famine et épidémies. On dénombrera 180 victimes, rien que dans la paroisse Saint-Médard. Un tremblement de terre et deux mois d'orages et de tempêtes éprouvent durement la ville. Créée en 1793, la commune de Thouars a absorbé en 1885 la commune « Les Hameaux ».

    C'est seulement au VIIIe siècle que la ville entre dans l'histoire. Dans les années 760, Thouars se trouve en Aquitaine. C'est la forteresse la plus solide de toute la région selon les chroniqueurs de l'époque. Époque guerrière puisque le duc Waïfre se bat pour l'indépendance de l'Aquitaine contre le roi des Francs Pépin le Bref qui compte bien s'en emparer. En 762, accompagné de son fils le futur Charlemagne, Pépin le Bref arrive devant Thouars, il détruit la cité d'origine gallo-romaine et incendie le château. Lors de son accession à la vicomté de Thouars en 1151, Geoffroy IV de Thouars est un fidèle allié du comte d'Anjou et du Maine Henri Plantagenêt. Mais en 1154, lorsque ce dernier devient roi d'Angleterre sous le nom d'Henri II, il décide de s'allier au roi de France Louis VII. À cette époque, Thouars était coincée entre l'Anjou qui appartenait au roi Henri II et l'Aquitaine qui à la suite du divorce du roi de France Louis VII et d'Aliénor d'Aquitaine était redevenue indépendante. Or en 1152, Aliénor épouse Henri Plantagenêt. Par ce mariage, l'Aquitaine lie son destin au royaume d'Angleterre (sans toutefois en faire jamais partie) ; la vicomté de Thouars se retrouve donc enclavée au milieu de ce qu'on appellera plus tard « Empire Plantagenêt », ensemble de territoires liés d'une façon ou d'une autre à la couronne d'Angleterre. Considérant cet état de fait comme une rébellion, le 18 août 1158, Henri II prend la ville d'assaut après trois jours de siège. L'église Saint-Médard est incendiée et le château de nouveau rasé. Au milieu du XIVe siècle, l'Angleterre contrôle une grande partie de la France dont la ville de Thouars, du fait de la rétrocession du Poitou par le traité de Brétigny. Le roi Charles V nomme alors Bertrand Du Guesclin connétable de France, et il le met à la tête d'une armée de 30 000 hommes pour entreprendre la reconquête des territoires perdus. En mai 1470, Louis XI octroya à Anne de France, fille aînée, la vicomté de Thouars en tant que dot5, pour le mariage prévu avec Nicolas de Lorraine, jusqu'à la mort de ce dernier le 27 juillet 14735. Directement administrée par le roi Louis XI dès 14766, la ville entame une période de renouveau et de prospérité. De plus, le 29 décembre 1478, le roi ordonne l'établissement d'un siège royal à Thouars7. Les enceintes du château médiéval sont restaurées et l'église Saint-Laon se dote d'une imposante flèche de style gothique. En 1563, la vicomté de Thouars est érigée en duché-pairie en faveur des La Trémoille par le roi Charles IX. Mais cela ne change pas le quotidien des Thouarsais, car la ville qui est une citadelle du parti protestant, est durement éprouvée par les guerres de religion. Ce n'est qu'au début du XVIIe siècle que Thouars retrouve calme et prospérité. Le sud de la ville se transforme en vaste chantier puisque c'est ici que débute en 1635 la construction d'un nouveau château voulu par l'épouse du duc Henri III de La Trémoille : Marie de La Tour d'Auvergne. À cette époque, les ducs de la Trémoïlle se désintéressent de la ville, les fastes de la Cour les retiennent à Versailles. Ils ne reviendront que très rarement à Thouars, ne se préoccupant du sort des Thouarsais qu'au moment de la récolte des impôts. En ville, la rancœur est grande et la colère gronde. Les idées révolutionnaires de 1789 vont ainsi trouver un écho favorable dans toute la région. Au lendemain de la prise de la Bastille, les Thouarsais plantent un arbre de la liberté devant l'église Saint-Médard. Le consensus est grand parmi la population, et une partie du clergé va même embrasser les idéaux républicains. En 1791 le couvent des Jacobins devenu  bien national  est vendu, transformé en poudrière, pour être finalement en partie démoli. L'église Saint-Laon est interdite au culte catholique, et un hôtel de la patrie y est dressé dans le chœur. Le bâtiment sert également de salle de bals et de mariages.

    On construit également les premiers édifices religieux : Saint-Pierre du Châtelet (aujourd'hui disparu) et Saint-Laon (abbaye fondée pour abriter les reliques de saint Lô). Pour faire face à l'arrivée de nombreux pèlerins, on construit le pont Saint-André au sud (aujourd'hui disparu) et le pont Saint-Jacques à l'ouest (détruit en 1944). Enfin devant l'augmentation de la population, on érige une nouvelle église en dehors des remparts : Saint-Médard-des-Champs.

    Les successeurs de Geoffroy IV seront aussi opportunistes que lui, se rangeant tantôt derrière le roi de France, tantôt aux côtés du roi d'Angleterre. Au XIIIe siècle, pour faire face aux différents conflits entre Capétiens et Plantagenêt, la ville modifie son architecture. Une enceinte de neuf mètres de haut est construite, sa longueur avoisinant les 4,5 km. Elle est renforcée de 37 tours et de trois grandes portes permettant la surveillance et assurant les accès au nord et à l'est de la cité médiévale. De nos jours, seules la tour du Prince de Galles et la tour Porte au Prévôt subsistent. La porte de Paris (qui se trouvait à l'entrée de la rue piétonne) a été détruite au XIXe siècle.

    La ville de Thouars est assiégée en juin 1372 et c'est seulement cinq mois plus tard et après de lourdes pertes que le vicomte consort de Thouars Amaury IV de Craon capitule. Il ouvre la Porte au Prévost et remet les clés de la ville aux armées de Du Guesclin. La ville de Thouars fut ainsi définitivement rattachée à la France par Bertrand Du Guesclin le 30 novembre 1372.

    Annexée à la couronne de France, la vicomté perd peu à peu de son autorité et de son autonomie. Puis en 1397, sa puissance va à nouveau décliner avec la mort de sa vicomtesse Péronnelle de Thouars, dernière descendante de la famille. La branche ainée des Thouars s'éteint donc après six siècles d'existence.

    Louis XI passa son enfance en Touraine4, mais après 1472, il prit l'habitude de venir chasser dans les forêts autour de Thouars en compagnie de son ami Philippe de Commynes, seigneur dArgenton. Une fois sur le trône de France, Louis XI réside souvent à Plessis-lez-Tours et il aime venir à Thouars où il séjourne régulièrement, préférant l'« hôtel des trois rois » au château seigneurial.

    Louis XI ne supportait pas le comportement du vicomte Louis d'Amboise. Il lui reprochait son train de vie luxueux et sa débauche légendaire. Le vicomte de Thouars se conduisit brutalement vis-à-vis de sa première femme Louise-Marie de Rieux, qu'il fit enfermer au château de Talmont ; puis sa seconde épouse Nicole de Chambes fut rapidement empoisonnée (elle inspira d'ailleurs à Alexandre Dumas son roman : la Dame de Monsoreau).

    En ville, les grandes voies de communications s'améliorent. Le Pont-Neuf (l'actuel pont des Chouans), est fortifié et protège efficacement l'accès sud-est de la ville.

    Avant de mourir, le roi Louis XI décide de restituer la terre de Thouars à ses propriétaires légitimes et c'est ainsi Louis II de La Trémoille, petit-fils de Louis d'Amboise, qui récupère la vicomté.

    Louis de La Trémoille est un homme de caractère qui met souvent son épée au service de la couronne. Pendant qu'il guerroie au côté de François Ier, sa femme, Gabrielle de Bourbon entreprend de grands travaux dans la ville. Elle fait démolir près du château médiéval l'église Notre-Dame pour la rebâtir dans un style plus conforme au goût de l'époque. La collégiale Sainte-Chapelle Notre-Dame est unique en France.

    Une série de dessins exécutée en 1699, montre les aménagements du site de la ville basse à la fin du XVIIe siècle. L'orangerie comptait 182 pieds d'arbres selon l'inventaire de l'époque. Au début du XVIIe siècle, Charles Belgique Hollande de La Trémoille, le petit-fils de Marie de La Tour d'Auvergne, fait redessiner les jardins du château, ce qui entraine la destruction des écuries et de la remise aux carrosses. La construction de nouvelles écuries plus proches du château est alors confiée à l'architecte du roi Robert de Cotte. Jamais terminées, ces écuries seront successivement transformées au XIXe siècle en ateliers, école de jeunes filles et même en caserne. Aujourd'hui, elles abritent l'école municipale d'arts plastiques, le centre régional « Résistance et liberté » et le centre dinterprétation géologique du Thouarsais.

    Le 10 décembre 1711, la flèche gothique de l'église Saint-Laon s'effondre à l'heure de la Grand Messe. Le bâtiment restera ainsi pendant plus d'un siècle.

    De nos jours, la cité souffre d'un vieillissement et d'une baisse de sa population depuis le milieu des années 1970. Ceci conduit les divers responsables locaux à déployer leur énergie dans la recherche et l'accueil de nouvelles entreprises à l'échelon intercommunal et plus largement sur le Pays thouarsais, et par là même, d'une nouvelle population qui permettrait le maintien des écoles de la ville et un renouveau économique espéré.

    Depuis avril 2013, Thouars possède une unité de production d'énergie par méthanisation, TIPER (technique innovante pour la production dénergies renouvelables), produisant 16 GWh délectricité par an pour 75 000 tonnes de déchets absorbés. Elle est alimentée par les déchets biologiques d'entreprises agro-alimentaires et d'agriculteurs locaux.

    L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation16. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 200817. En 2016, la commune comptait 14 055 habitantsNote 1, en augmentation de 46,07 % par rapport à 2011 (Deux-Sèvres : +1,03 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

  10. Compiègne — Wikipédia

    fr.wikipedia.org › wiki › Compiègne

    3 days ago · Le lieutenant au bailliage , le lieutenant particulier, le procureur et l'avocat du roi ; un greffier et un commis greffier ; le prévôt de l'exemption, le prévôt de Margny, le prévôt forain, et leurs greffiers, ainsi que le greffier du prévôt de Thourotte, Deux grenetiers et deux contrôleurs du grenier à sel . Trois receveurs des tailles , un des consignations et un des Gabelles ...

  11. People also search for